AccueilRoutiers et mercenaires d’Aquitaine, d’Angleterre et d’ailleurs (v. 1340-1453)

Routiers et mercenaires d’Aquitaine, d’Angleterre et d’ailleurs (v. 1340-1453)

Truck drivers and mercenaries in Aquitaine, England and elsewhere (1340-1453)

Rôle militaire et impact sur les sociétés locales

The military role and impact on local societies

*  *  *

Publié le lundi 24 juin 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Ce colloque a pour but d’étudier le rôle qu’ont joué les routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent Ans. Leur place au sein de ce conflit a longtemps été quelque peu oubliée,  passée sous silence, voire caricaturée, bien que ces troupes « irrégulières » aient joué à l’occasion un rôle important au service des rois d'Angleterre et de France. Le plus souvent, ils ont perpétué l’état de guerre par une « guerre de basse intensité » quand les moyens des belligérants « officiels » étaient limités. De nombreuses questions méritent d’être abordées et discutées sous une approche plus globale qu’à l’accoutumée.

Annonce

Argumentaire

Ce colloque a pour but d’étudier le rôle qu’ont joué les routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent Ans. Leur place au sein de ce conflit a longtemps été quelque peu oubliée,  passée sous silence, voire caricaturée, bien que ces troupes « irrégulières » aient joué à l’occasion un rôle essentiel comme lors de la guerre entre le roi de Castille Pierre le Cruel et son demi-frère Henri de Trastamare (1366-1369).  Le plus souvent, ils ont perpétué l’état de guerre par une « guerre de basse intensité » quand les moyens des belligérants « officiels » étaient limités. Ce fut particulièrement le cas pour les hommes d’armes reconnaissant officiellement l’autorité du roi d’Angleterre qui occupèrent en son nom de nombreuses forteresses dans le royaume de France entre la bataille de Poitiers (1356) et le traité de Brétigny (1360), puis entre 1370 et 1393. Ce phénomène exista également au XVe siècle, mais sur une zone plus limitée (sur  les frontières du duché d’Aquitaine anglo-gascon, Périgord, Angoumois, Saintonge, etc.), et fut parfois d’une nature différente (ex. des “écorcheurs”). La plupart de ces routiers étaient originaires d’un nombre limité de pays et régions : Angleterre, duché d’Aquitaine (Gascogne, Agenais et Périgord) et Bretagne.

Au-delà des mentions plus ou moins anecdotiques de routiers et de mercenaires pendant cette guerre, il est maintenant temps d’aborder ce phénomène sous une approche plus systématique et synthétique. Les routiers ne combattaient-ils que pour l’argent et par esprit de profit ? Ne travaillaient-ils que pour leur compte ? N’existait-il pas des fidélités réelles en faveur d’un camp face à un autre ? A quel point avaient-ils des valeurs différentes du monde guerrier chevaleresque ? Quelle était leur place au sein des armées régulières des rois d’Angleterre, de France, de Navarre, de Castille etc ? A quel point les chefs des armées princières (ex : Du Guesclin) étaient proches d’eux ? Quelles étaient leurs origines sociales et géographiques ? Quelles furent les processus d’ascension sociale de certains d’entre eux ? Quel était leur mode opératoire ? Leur impact sur une région donnée sur le long terme ? Leur importance lors des différentes phases de la guerre de Cent Ans ? Quels furent les châteaux et les régions soumis à leur domination ? Comment les autorités officielles tentèrent-elles de les utiliser et de s’en débarrasser ? Quels étaient les différences et les points communs entre ces « mercenaires » et ceux des autres périodes du Moyen Âge, voire d’autres époques ?

Toutes ces questions méritent d’être abordées et discutées sous une approche plus globale qu’à l’accoutumée d’autant plus que les routiers et mercenaires de cette période ont été présent sur les terrains de lutte entre les rois d’Angleterre et de France (ex : Aquitaine-Gascogne, Bretagne, etc.) mais ont également été actifs dans d’autres régions d’Europe occidentale (Castille, Aragon, Provence, Italie du nord, Allemagne, Prusse, Écosse, etc.). C’est pour cette raison que nous avons fait appel à des historiens confirmés reconnus dans le domaine de l’histoire militaire médiévale ; ces deux journées leur permettront de confronter leur approche à celle d’une nouvelle génération de chercheurs qui s’intéressent plus particulièrement au phénomène routier.

Programme

Vendredi 13 septembre

9h00 - 10h00: Accueil et introductions

  • Mot d’accueil : Jonathan Sumption, Justice of the Supreme Court of the United Kingdom, historien médiéviste
  • Introduction : Valérie Fromentin, directrice de l’Unité Mixte de Recherche Ausonius ;  Frédéric Boutoulle, Professeur d’histoire médiévale, directeur du département d’histoire, Université de Bordeaux 3 – UMR Ausonius ; Guilhem Pépin, docteur en histoire de l’Université d’Oxford, chercheur au sein du programme de recherche des Rôles gascons, UMR Ausonius, LaScarBx – University of Southampton.

10h00 – 12h00 : Les routiers anglo-gascons et leurs actions dans le « grand » duché d’Aquitaine (ou Guyenne) et les régions voisines (Présidence de séance : Frédéric Boutoulle)

  • Guilhem Pépin, docteur en histoire de l’Université d’Oxford, chercheur au sein du programme de recherche des Rôles gascons, Université de Bordeaux 3 – UMR Ausonius – University of Southampton : « Les routiers gascons et périgourdins du parti anglais : leurs origines, leurs rayons d’action et la perception de leur présence (v. 1360 – v. 1440) »
  • Kenneth Fowler, professeur émérite d’histoire médiévale, University of Edinburgh (Édimbourg): « Defending the country against the routiers: war, taxation and representation in southern France in the second half of the fourteenth century »
  • Armand Jamme, directeur de recherche au CNRS (Lyon) : « Un capitaine "anglais" face à la reconquête de la Guyenne par les Français : Bernard de La Sale et la papauté »

12h00 – 14h00 : Buffet au château de Berbiguières

14h00 - 16h00 : La présence routière et son impact sur les populations locales  (Présidence de séance : Armand Jamme)

  • Nicolas Savy, docteur en histoire médiévale (Cahors) : « La guérilla anglo-gasconne entre Dordogne et Tarn (1355-1390) »
  • Pierre Prétou, maître de conférence en histoire médiévale à l’Université de La Rochelle : « Les voisins contre la route : réactions et imprécations communautaires en Gascogne face aux bandes armées pendant la guerre de Cent Ans. »
  • Justine Firnhaber-Baker, lecturer en histoire médiévale, University of St-Andrews : « Mercenary movements in the Île-de-France and environs from the Battle of Poitiers to the Jacquerie: What we know and what we don't »

16h00 – 16h30 : Pause café

16h30 - 18h30 : Les troupes du roi de France face aux routiers : entre lutte et emploi (Présidence de séance : Werner Paravicini)

  • Loïc Cazaux, ATER Université de Lyon 3 : « Antoine de Chabannes, capitaine d’écorcheurs et officier royal : fidélités politiques et pratiques militaires au XVe  siècle »
  • Philippe Contamine, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Paris IV- Sorbonne : « Un « Marmouset » contre les Compagnies : Jean de Blaisy († 1396) »

Samedi 14 septembre

9h00 – 10h30 : Carrières de routiers - première session (Présidence de séance : Anne Curry)

  • Michael Jones, professeur émérite d’histoire médiévale, University of Nottingham : « Une petite guerre dans un pays lointain : les soldats bretons au service de Robert, duc de Bar, 1372-1373 »
  • Germain Butaud, maître de conférence d’histoire médiévale à l’Université de Nice : « Les mercenaires et les routiers actifs dans la guerre de l'Union d'Aix (1382-1388) »

10h30- 11h00 : Pause café

11h00 – 12h30 : Carrières de routiers - seconde session (Présidence de séance : Michael Jones)

  • Bertrand Schnerb, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lille 3 : « Compagnons aventureux et mercenaires dans les armées des ducs de Bourgogne (v. 1400-v. 1420) »
  • Kelly DeVries, professeur d’histoire à Loyola University Maryland (Baltimore) : « Routier Perrinet Gressart:  Joan of Arc's Penultimate Enemy »

12h30 – 14h30 : Buffet au château de Berbiguières

14h30 – 16h00 : Mercenariat et structures militaires (Présidence de séance : Philippe Contamine)

  • Françoise Lainé, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Bordeaux 3 :« Les mercenaires savoyards entre France et Angleterre au début de la guerre de Cent ans »
  • William P. Caferro, professeur d’histoire à la Vanderbilt University (Nashville) : « Edward Despenser, the Green Knight and the Introduction of the Lance Unit in Florence »

16h00 – 16h30: Pause café

16h30 – 18h00 : Hommes d’armes aux limites du mercenariat (Présidence de séance : Bertrand Schnerb)

  • Werner Paravicini, ancien directeur de l’Institut historique allemand de Paris : « Mercenaires au voyage de Prusse »
  • Anne Curry, professeur d’histoire médiévale, University of Southampton : « Foreign soldiers in English pay: identity and unity in the armies of the English crown 1415-1450 »
  • 18h00 – 18h30 : Conclusion : Françoise Lainé, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Bordeaux 3 

 

 

Lieux

  • Château de Berbiguières
    Berbiguières, France (24)

Dates

  • vendredi 13 septembre 2013
  • samedi 14 septembre 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • mercenaires, Aquitaine, Angleterre, guerre de Cent Ans, histoire militaire, histoire sociale

Contacts

  • Guilhem Pépin
    courriel : gaifier [at] free [dot] fr
  • Frédéric Boutoulle
    courriel : frederic [dot] boutoulle [at] u-bordeaux3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Guilhem Pépin
    courriel : gaifier [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Routiers et mercenaires d’Aquitaine, d’Angleterre et d’ailleurs (v. 1340-1453) », Colloque, Calenda, Publié le lundi 24 juin 2013, http://calenda.org/253925