AccueilLa transformation sociale par l'innovation sociale

La transformation sociale par l'innovation sociale

Social Transformation through Social Innovation

IVe colloque international du CRISES

IVth CRISES International Conference

*  *  *

Publié le jeudi 18 juillet 2013 par Élodie Faath

Résumé

Au départ, le constat est partagé : nous traversons une période de mutations rapides sans précédent qui affectent à la fois notre rapport au temps, à l’espace et à la collectivité. Crise financière, crise des institutions, crise des grands récits, désaffection politique, croissance des inégalités et perte de sens se conjuguent pour créer un climat délétère associé à une perte de repères et au désenchantement. D’autres préfèrent y voir une période de transition, une possibilité de renouvellement. Cette crise, qui, pour certains, donne lieu à une seconde modernité, serait alors marquée par la reconstruction issue de dynamiques d’innovation et de transformation. Ainsi, les dérèglements présents, loin de pousser le corps social vers l’apathie, génèrent au contraire chez certains acteurs sociaux une volonté de transformation sociale visant à redéfinir la société sur des bases plus solidaires, plus équitables, voire plus éthiques, communautaires, écologiques et citoyennes.

Annonce

Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), Research Centre on Social Innovation

Argumentaire 

Au départ, le constat est partagé : nous traversons une période  de mutations rapides sans précédent qui affectent à la fois notre rapport au temps, à l’espace et à la collectivité. Crise financière, crise des institutions, crise des grands récits, désaffection politique, croissance des inégalités et perte de sens se conjuguent pour créer un climat délétère associé à une perte de repères et au désenchantement. D’autres préfèrent y voir une période de transition, une possibilité de renouvellement. Cette crise, qui, pour certains, donne lieu à une seconde modernité, serait alors marquée par la reconstruction issue de dynamiques d’innovation et de transformation. Ainsi, les dérèglements présents, loin de pousser le corps social vers l’apathie, génèrent au contraire chez certains acteurs sociaux une volonté de transformation sociale visant à redéfinir la société sur des bases plus solidaires, plus équitables, voire plus éthiques, communautaires, écologiques et citoyennes.

Dès lors, pour les sciences sociales, le défi consiste à rendre compte non seulement des ruptures, mais aussi des nouvelles avenues et des possibles qui surgissent et se construisent. La recherche sur l’innovation sociale mise de l’avant par le CRISES s’inscrit précisément dans cette perspective, cherchant à la fois à appréhender la reconstruction sociale en cours à travers l’émergence sur les plans micro et macro d’expériences socialement innovantes, et à rendre compte de l’effet de ces expériences sur les transformations sociales qui se dessinent. En portant un regard à la fois sur les acteurs, les structures, les objets et les effets, cette analyse de l’innovation sociale permet de mettre en lumière la capacité d’initiative des individus, des organisations, des collectivités et des mouvements sociaux. Elle permet également de jeter un éclairage sur les processus de transfert de l’innovation et le rôle joué par les politiques publiques dans les dynamiques d’institutionnalisation qui en découlent. Mais pour être en mesure de répondre à ces exigences à la fois sociales et scientifiques, la recherche sur l’innovation sociale doit cependant s’inscrire dans une posture épistémologique et méthodologique ainsi que dans une démarche transdisciplinaire qui sachent produire des savoirs mobilisables pour l’action et qui tiennent compte des fondements normatifs et idéologiques sur lesquelles l’innovation s’est construite. Ce processus de dévoilement permet alors d’aller au-delà du discours tenu par les artisans de l’innovation et de soulever les enjeux politiques qui accompagnent l’émergence de toute innovation sociale et qui ont une influence déterminante sur sa pérennité et son potentiel de transformation sociale.

Il existe donc une dialectique constante entre innovation et institution ; l’innovation sociale étant précisément une transgression des règles pouvant déboucher sur une transformation de l’ordre. Il s’agit alors pour l’État non seulement d’offrir le soutien nécessaire à l’innovation par l’assouplissement ou le réajustement des politiques publiques et des ressources financières et informationnelles, mais également de laisser place à l’autonomie des acteurs pour révéler leur potentiel transformateur et offrir la latitude nécessaire à la poursuite du processus d’innovation. Car l’innovation sociale, pour qu’elle devienne porteuse de transformation sociale, doit reposer, d’une part, sur un processus collectif d’apprentissage et de création permettant une (re)prise de pouvoir sur l’existence des individus et des communautés et, d’autre part, sur une interaction entre les acteurs concernés laissant place au dialogue et au compromis afin que l’innovation puisse s’inscrire dans une dynamique de construction de « nouveaux sentiers » (Path Building). À ces conditions, l’innovation sociale peut alors devenir l’ingrédient d’une stratégie de développement alternatif porteur de nouvelles valeurs (solidarité, équité, justice sociale). D’ailleurs, les nombreuses références à l’innovation sociale que nous observons actuellement —au point où l’innovation sociale est devenue un concept en vogue—, témoigne de ce qu’elle n’est pas simplement le reflet passager d’une transition, mais qu’elle est bel et bien une caractéristique marquante d’un nouveau modèle qui promeut une culture du changement. Cette évolution pose toutefois la question de l’orientation de ce changement : pour qui ? pour quoi ? et comment ?

Ainsi, la simple multiplication des innovations sociales ne suffit pas à générer un nouveau modèle de développement. C’est par leur ancrage au sein d’une nouvelle façon de voir et de résoudre les problèmes que les innovations sociales viennent concrétiser le paradigme émergent, lui fournissant des expérimentations qui témoignent des nouvelles représentations de la société.  Dès lors, les retombées des innovations sociales peuvent varier selon les configurations institutionnelles spécifiques présentes dans différents secteurs et  territoires, et selon la période concernée. Voilà autant d’aspects susceptibles d’intéresser la recherche et de soutenir le développement des connaissances sur l’innovation sociale et sa place dans les processus de transformation sociale.

Conditions de soumission

Les auteurs souhaitant soumettre une communication à ce colloque sont invités à couvrir les divers aspects abordés ci-dessus. Notamment, nous les invitons à proposer des communications permettant de répondre aux questions suivantes :

  1. Au stade actuel du capitalisme, comment les nouvelles aspirations et les nouveaux imaginaires collectifs préfigurent-ils de nouveaux rapports sociaux?
  2. Quels sont les fondements théoriques et épistémologiques des innovations sociales produites pour répondre aux différentes crises évoquées (socioécologique, politique, économique) ?
  3. Quelles sont les conditions permettant à l’innovation sociale de contribuer aux processus de transformation sociale visant à redéfinir la société sur des bases plus solidaires, équitables, éthiques, communautaires, écologiques, citoyennes?
  4. Comment les innovations sociales s’intègrent-elles dans des systèmes d’innovations?
  5. Comment passer d’une dynamique de « dépendance des sentiers » à une dynamique de « construction des  sentiers » (Path Dependency to Path Building) ?
  6. Quel rôle la co-construction de la connaissance (milieu académique – milieu de pratique) peut-elle jouer dans l’amorce de trajectoires innovatrices ?
  7. Comment appréhender les enjeux et processus politiques qui accompagnent la trajectoire des innovations sociales? Qui en sont les acteurs et coalitions d’acteurs? Quels projets politiques portent-ils? Rupture ou adaptation?

Les propositions doivent comprendre un résumé de 3000 caractères (espaces compris) ainsi qu’un court CV des auteurs.

Elles doivent être transmises par voie électronique en format Word ou RTF à Christine Champagne (champagne.christine@uqam.ca) en identifiant la question abordée.

L’auteur doit préciser la modalité de présentation de sa communication (oral ou par affiche).

Les propositions seront évaluées par un comité de pairs.

Les textes seront rendus accessibles pour les participants du colloque. De plus, un livre sera publié dans la collection « Innovation sociale » des Presses de l’Université du Québec suite à une évaluation des textes soumis.

Calendrier

  • Date finale pour proposer une communication : 30 septembre 2013

  • Transmission de la décision concernant l’acceptation de la proposition : 31 octobre 2013
  • Transmission du texte de la communication (maximum 35000 caractères (espaces compris) incluant la bibliographie, les notes et les tableaux) : 3 mars 2014
  • Tenue du colloque : 3 et 4 avril 2014, à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec, Canada

Langues : français et anglais

Conférencier d’ouverture : Enzo Mingione, Université de Milan-Bicocca

Conférenciers de marque confirmés: Gar Alperovitz,Luiz Inácio Gaiger, Florence Jany-Catrice, Jean-Louis Laville, Benoît Lévesque, Frank Moulaert, Marthe Nyssens et Bernard Pecqueur

Pour plus d’informations concernant le CRISES voir : http://www.crises.uqam.ca

Comité organisateur

  • Annie Camus ;
  • Denis Harrisson ;
  • Christian Jetté ;
  • Juan-Luis Klein

Comité scientifique

  • Jacques Caillouette ;
  • Annie Camus ;
  • Denyse Côté ;
  • Frédéric Hanin ;
  • Denis Harrisson ;
  • Christian Jetté ;
  • Juan-Luis Klein ;
  • Margie Mendell ;
  • Emmanuel Raufflet ;
  • Sid Ahmed Soussi ;
  • Diane-Gabrielle Tremblay ;
  • Majella Simard ;
  • Martine Vézina.

Lieux

  • Université du Québec à Montéal, Pavillon Judith-Jasmin - Salle Marie-Gérin-Lajoie - 405, rue Sainte-Catherine Est
    Montréal, Canada

Dates

  • lundi 30 septembre 2013

Mots-clés

  • innovation sociale, transformation sociale, solidarité, équité, justice sociale

Contacts

  • Christine Champagne
    courriel : champagne [dot] christine [at] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Christine Champagne
    courriel : champagne [dot] christine [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La transformation sociale par l'innovation sociale », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 18 juillet 2013, http://calenda.org/255659