AccueilDéfis et perspectives de l'habitat en Algérie : comprendre pour mieux agir

Défis et perspectives de l'habitat en Algérie : comprendre pour mieux agir

Challenges and perspectives surrounding habitat in Algeria: understanding for better action

*  *  *

Publié le mercredi 24 juillet 2013 par Luigia Parlati

Résumé

L’urbanisation et la gestion des établissements humains mettent la société contemporaine face à plusieurs défis. En Algérie, la question de l’habitat pose des enjeux politiques, économiques, sociaux, culturels et géographiques. Enrayer la crise de logement est considéré comme étant une priorité majeure par les pouvoirs publics. En somme, la problématique du secteur de l’habitat en Algérie pose la nécessité d’harmoniser la vision architecturale du logement avec les diverses politiques de développement, en dépassant les clivages entre les différentes disciplines scientifiques et les différents opérateurs. Ce colloque a précisément l’ambition de rassembler plusieurs chercheurs et spécialistes de divers domaines afin de débattre des relations dynamiques et complexes qui existent entre l’habitat et sa conception architecturale, la politique urbaine, les mutations socioculturelles, la croissance démographique, le marché du logement, les contraintes économiques, les préoccupations environnementales, les risques majeurs et les performances technologiques des matériaux de construction. 

Annonce

Argumentaire

L’urbanisation et la gestion des établissements humains mettent la société contemporaine face à plusieurs défis. En Algérie, la question de l’habitat pose des enjeux politiques, économiques, sociaux, culturels et géographiques. Enrayer la crise de logement est considéré comme étant une priorité majeure par les pouvoirs publics. C’est dans cette perspective que sont intervenus le programme 2000-2004, puis le programme 2005-2009. L’ambition affichée était d’arriver à un taux d’occupation par logement (TOL) de cinq personnes par habitation en logeant plus de cinq millions de personnes. Pour concrétiser cet engagement, les programmes ont souligné la nécessité d’améliorer les performances de la politique de l’habitat en agissant sur la diversification des méthodes de financement et des segments d’offres, l’amélioration de la politique de gestion des villes, la finalisation et révision des instruments d’urbanisme, et la maîtrise du problème de la disponibilité et de la qualité des assiettes foncières. En l’espace de dix ans, plus d’un million de logements ont été livrés. Pour permettre d’accélérer davantage le rythme de production de logements, les pouvoirs publics ont ouvert aux entreprises étrangères le marché algérien. Ils ont également décidé de poursuivre l’effort à travers un troisième programme quinquennal 2010-2014, qui ambitionne la construction de 2.450.000 logements supplémentaires.

Malgré tous ces efforts, la question de l’habitat soulève un certain nombre de contraintes parmi lesquelles nous pouvons citer : l’inadéquation entre le rythme de production/l’offre de logements et la croissance de la demande, les retards de réalisation et de livraison des nouveaux logements, les lacunes liées à la gestion, la prolifération de l’habitat précaire, l’urbanisation anarchique, la dégradation du parc immobilier existant, l’insécurité, le manque d’équipements collectifs, l’accroissement des mobilités pendulaires, la saturation du foncier urbanisable, le manque d’espace verts et de lieux de divertissement, la pollution, la mauvaise gestion des déchets, la vulnérabilité aux risques majeurs, la surconsommation des énergies non renouvelables, l’augmentation de l’empreinte écologique, etc.

En réalité, la pression sur le gouvernement continue, en partie, à cause de la politique de suppression des bidonvilles combinés aux situations d’urgences émanant des destructions induites suite aux désastres naturels. L’article 9 du décret exécutif n°2008-142 considère les habitants des bidonvilles et les victimes d’aléas naturels comme étant prioritaires, ce qui leur permet de bénéficier d’un logement sans suivre la procédure réglementaire habituelle. Cette démarche, bien que nécessaire, a engendré le développement de certaines manœuvres incitant à la prolifération des baraques insalubres dans le but d’accéder plus facilement et plus rapidement à un logement. D’autre part, elle a occasionné plusieurs retards dans les délais d’attribution d’un logement aux personnes figurants déjà sur les listes d’attente. Dans l’obligation de patienter plus longtemps, ces personnes ont dû s’orienter vers un marché de location, qui pourtant leur ait peu accessible du fait de sa cherté. La spéculation immobilière est effectivement un phénomène qui paralyse lui aussi le secteur de l’habitat en Algérie. Comment stabiliser la demande et gérer le logement inoccupé ?

Il est clair que la production du logement social occupe une place importante en Algérie. L’Etat y joue un rôle prépondérant dans le financement des projets. Les enjeux sociaux et politiques sont certes importants, mais qu’en est-il de l’enjeu économique ? Est-il possible d’encourager davantage le secteur privé dans le financement de/et la production immobilière pour les plus démunis ? A quelles conditions ? Quelles réformes peut-on introduire dans ce sens ? Quel serait le rôle des agences internationales (Banque Mondiale, etc.) ?

Par ailleurs, la politique de l’habitat en Algérie, orientée récemment principalement vers la production massive de logements avec l’objectif d’atteindre des résultats d’ordre quantitatif, présente peu de considérations aux standards de base de la qualité du cadre de vie. La majorité des quartiers nouvellement conçus restent dépourvus de plusieurs équipements de première nécessité (écoles, centre de santé, espaces de loisirs, etc.). La construction de ces équipements, ne dépendant pas du Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, une approche intersectorielle s’impose. Comment harmoniser les interventions des différentes institutions et des différents acteurs ? D’autre part, les terrains urbanisables se situant sur les franges des villes, les nouveaux logements ont dû être construits à des distances très éloignées des centres d’activités et des zones de services. Cette situation a non seulement engendré le phénomène d’étalement urbain, mais a provoqué également des mouvements pendulaires qui congestionnent les routes et paralysent le trafic urbain et périurbain. En fait, le problème de la qualité se pose à une échelle globale. Même le parc de logements existant souffre d’un manque flagrant d’un programme efficient de réhabilitation. Le besoin en habitation se situe-t-il au niveau de la demande seulement ou plutôt même au niveau de la requalification et de la réhabilitation du parc logement existant ? Comment procéder à cette réhabilitation, et qui sont les acteurs qui peuvent être impliqués dans le financement de ce projet ?

Ailleurs dans le monde, le secteur de l’habitat s’est déjà orienté vers la conception et production de quartiers durables de qualité. Dans plusieurs pays, les gouvernements se sont engagés en partenariat avec d’autres acteurs dans un processus de conception d’établissements humains durables encourageant la mixité fonctionnelle, la mixité sociale, et la démarche environnementale dans la manière de vivre le quotidien. Leur approche répond à un mode de gouvernance qui favorise des actions de concertation avec, entre autre, la société civile, ce qui est recommandé dans toute opération de production d’habitat. En Algérie, la question des quartiers durables ne figure pas encore à l’ordre du jour. L’approche participative peine aussi à trouver encrage dans le processus de conception, implémentation, et gestion des programmes d’habitat. Comment réformer le cadre institutionnel pour une meilleure gestion à l’échelle locale ? Comment réconcilier habitat et environnement ? Comment créer des quartiers durables, des bâtiments efficients et des communautés intégrées avec une meilleure qualité architecturale et une meilleure qualité du cadre de vie ?

En somme, la problématique du secteur de l’habitat en Algérie pose la nécessité d’harmoniser la vision architecturale du logement avec les diverses politiques de développement, en dépassant les clivages entre les différentes disciplines scientifiques et les différents opérateurs. Ce Colloque a précisément l’ambition de rassembler plusieurs chercheurs et spécialistes de divers domaines afin de débattre des relations dynamiques et complexes qui existent entre l’habitat et sa conception architecturale, la politique urbaine, les mutations socioculturelles, la croissance démographique, le marché du logement, les contraintes économiques, les préoccupations environnementales, les risques majeurs et les performances technologiques des matériaux de construction. C’est l’occasion de comprendre les causes des contraintes et des blocages qui affectent aujourd’hui le secteur de l’habitat en Algérie. C’est aussi l’occasion de réfléchir sur une vision stratégique qui permettra de guider les réformes vers des performances plus efficientes.

Axes thématiques

Les thèmes de réflexion arrêtés portent sur les axes suivants :

Axe 1 : Habitat, stratégies et politiques

  • Enjeux (pouvoir, culture, économie, géographie et sociétés)
  • Politique de l’habitat et politique foncière
  • Instruments de gestion, planification, programmation, normes juridiques
  • Habitat informel/précaire et relogement
  • Marché du logement, réalisation des projets, formes d’accession au logement
  • Gestion du patrimoine et paramètres patrimoniaux
  • Financement de la production de logement

Axe2 : Habiter le système urbain

  • Habitat et équipements de proximité
  • Acteurs, gouvernance et citoyenneté
  • Typologie des logements et spécificités régionales
  • Pratiques de quotidienneté, nouveaux langages dans les modes d’appropriation

Axe 3 : Habitat, qualité du cadre de vie et développement durable

  • Habitat, qualité architecturale / qualité du cadre de vie/ durabilité
  • Espaces de socialisation
  • ‘Modifiabilité’ spatiale et de durabilité des performances qualitatives
  • Bâtiments efficients, matériaux de construction et nouvelles technologies
  • Quartiers durables et communautés intégrées

Modalités de soumission

Les auteurs sont invités à soumettre un résumé de 2500 signets en format Word, en caractère Times New Roman, taille 12, interligne simple.

Les propositions de communication doivent comprendre les éléments suivants :

1) Les coordonnées précises du ou des auteurs

2) Le titre de la communication (en majuscule, gras, taille 14) en précisant l’axe

3) Les mots-clés (05 au maximum)

4) Le texte de la communication précisant notamment:

- L’objectif de la communication

- L’originalité du sujet

- La méthode et les résultats

- Une bibliographie (10 références principales au maximum)

Les propositions de communication sont à adresser par mail en fichier attaché à l’adresse suivante :

epau.vudd2014@gmail.com

Une deuxième sélection des communications s’effectuera après le Colloque pour publication.

Dates limites

  • Envoi de l’abstract : 10 janvier 2014
  • Réponse du Comité Scientifique: 01 mars 2014
  • Envoi du texte intégral: 30 avril 2014
  • Notification aux auteurs : 30 juin 2014

Frais d'inscription

Payables le jour du colloque, ils comprennent :

La documentation, les pauses café et les déjeuners.

  • Enseignants-chercheurs et professionnels : 8000 DA
  • Etudiants : 3000 DA

Comité scientifique et d'organisation

PRESIDENT D’HONNEUR : Prof. ZEROUALA Mohamed Salah Directeur de l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme, EPAU

PRESIDENT DU COMITE SCIENTIFIQUE : Prof. BAOUNI Tahar Directeur du Laboratoire Ville, Urbanisme et Développement Durable, VUDD, EPAU

MEMBRES DU COMITE SCIENTIFIQUE :

  • Prof. ALSAYYAD Nezar, Université de Californie, Berkeley (USA)
  • Prof. AZZAG B. Ewa, EPAU (Algérie)  
  • Dr. BELAKEHAL Azeddine, Université de Biskra (Algérie)
  • Prof. BELLAL Tahar, Université Ferhat Abbas, Sétif, (Algérie)
  • Prof. BOUKHMIS Kaddour, Université de Annaba (Algérie)
  • Dr. BOUSSORA Kenza, EPAU (Algérie)
  • Prof. CHABBI-CHEMROUK Naima, EPAU (Algérie)
  • Dr. CHABOU Meriem, EPAU (Algérie)
  • Prof. CHALINE Claude, IUP/Créteil Paris 12 (France)
  • Prof. CHERRAD Salah Eddine, Université de Constantine (Algérie)
  • Prof. DE ONA LOPEZ Juan, Université de Grenade (Espagne)
  • Prof. DJELAL Nadia, EPAU (Algérie)
  • Dr. DJIAR Kahina Amal, EPAU (Algérie)
  • Prof. FARHI Abdellah, Université de Biskra (Algérie)
  • Prof. FISETTE Jacques, Université de Montréal (Canada)
  • Prof. GRASLAND Loic, Université d'Avignon (France)
  • Prof. IRACHETA Alfonso, Université de l'Etat de Mexico (Mexique)
  • Prof. KEHILA Youcef, EPAU (Algérie)
  • Dr. KESSAB Tsouria, EPAU (Algérie)
  • Prof. LARCENEUX André, Université de Bourgogne (France)
  • Prof. LAWRENCE Roderick John, Université de Genève (Suisse)
  • Prof. PETEREK Michael, Université des Sciences Appliquées, Frankfurt (Allemagne)
  • Prof. PICKVANCE Chris, Université de Kent (Royaume Unis)
  • Prof. SAFAR-ZITOUN Madani, Université Alger 2 (Algérie)

PRESIDENTE DU COMITE D’ORGANISATION :

Dr. DJIAR Kahina Amal, Maître de conférences, VUDD- EPAU

MEMBRES DU COMITE D’ORGANISATION :

  • Mme ACHAIBOU Souad, Maître assistante/ Doctorante, VUDD, EPAU
  • Mme AZOUI Ouafida, Maître assistante/ Doctorante, VUDD, EPAU
  • Prof. BAOUNI Tahar, Directeur, VUDD, EPAU
  • Mr BAKOUR Mohamed, Maître assistant/ Doctorant, VUDD, EPAU
  • Mme BELHAI Atika, Maître assistante/ Doctorante, VUDD, EPAU
  • Mr BELKHEMSA Belkacem, Maître assistant/ Doctorant, VUDD, EPAU
  • Mr BELKAHLA Abdelbaki, Maître assistant/ Doctorant, VUDD, EPAU
  • Mr BENAMARA Samir, Maître assistant, UMMTO
  • Mme BERCHACHE Rafika, Doctorante, VUDD, EPAU
  • Mr BETROUNI Omar, Maître assistant/ Doctorant, VUDD- EPAU
  • Dr. FERAHTA Latifa, Maître de Conférences, VUDD, EPAU
  • Mme MERRAD Badra, Doctorante, VUDD, EPAU
  • Dr. MESSAOUDENE Maha, Maître de Conférences, VUDD, EPAU
  • Dr. SOUICI Belgacem, Maître de Conférences, VUDD, EPAU

Contacts

Secrétariat du colloque : epau.vudd2014@gmail.com

Adresse : BP 177, Route de Beaulieu, 16200, El-Harrach, Alger, Algérie

  • Tel. : 00213(0)21525888
  • Fax : 00213(0)21528889

 

Lieux

  • Laboratoire de recherche Ville, urbanisme et développement durable, École polytechnique d’architecture et d’urbanisme
    Alger, Algérie

Dates

  • vendredi 10 janvier 2014

Mots-clés

  • Algérie, habitat, logement, cadre de vie, qualité architecturale, quartiers durables, bâtiments efficients, matériaux de construction

Contacts

  • Atika Belhai-Benazzouz
    courriel : atikabenazzouz [at] yahoo [dot] fr
  • Kahina Djiar
    courriel : kahinadjiar [at] yahoo [dot] fr
  • Tahar Baouni
    courriel : tbaouni [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Atika Belhai-Benazzouz
    courriel : atikabenazzouz [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Défis et perspectives de l'habitat en Algérie : comprendre pour mieux agir », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 24 juillet 2013, http://calenda.org/256089