AccueilSavoirs et métiers de l'État : enjeux et pratiques en France et dans les États germaniques au XIXe siècle

Savoirs et métiers de l'État : enjeux et pratiques en France et dans les États germaniques au XIXe siècle

Knowledge and professions of the State: issues and practices in France and in the Germanic states in the 19th century

*  *  *

Publié le mercredi 02 octobre 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Cette manifestation aborde l’émergence d’une culture bureaucratique fondée sur la « compétence », facteur d’efficacité et de rationalité. L’angle d’approche privilégie les modalités de formation, de recrutement et de carrière des serviteurs de l’État : l’objectif est de réfléchir à la construction d’une figure majeure de notre contemporain, au cours du long XIXe siècle où les États mettent en place des systèmes éducatifs visant à la diffusion d’une « haute » culture homogène.

Annonce

Présentation

Cette manifestation aborde l’émergence d’une culture bureaucratique fondée sur la « compétence », facteur d’efficacité et de rationalité. L’angle d’approche privilégie les modalités de formation, de recrutement et de carrière des serviteurs de l’Etat : l’objectif est de réfléchir à la construction d’une figure majeure de notre contemporain, au cours du long XIXe siècle où les Etats mettent en place des systèmes éducatifs visant à la diffusion d’une « haute » culture homogène.

La mise en perspective comparatiste (France – Etats germaniques) met en lumière ce qui apparaît comme un paradoxe français : le fait qu’un pays doté d’une culture étatique forte ait disposé d’une administration peu, mal ou pas formée, y compris aux échelons supérieurs : le « soldat » et l’ « ingénieur public » dont Vauban figure le modèle historique restent jusqu’aux années 1870 au moins, les seules catégories d’administrateurs soumises à des critères de recrutement et de capacité professionnelle, élaborés sous l’Ancien Régime. Cette « exception française » caractérise la conception des relations entre Etat et administration, et inséparablement, les modalités, enjeux et objectifs du système de formation ; à la différence de la Prusse, en particulier, cas emblématique et précoce d’Etat autoritaire-bureaucratique, l’organisation progressive d’une fonction publique régulière en France a, en large partie, résulté de nécessités pratiques et non d’une doctrine positive.

L’Etat prussien, en effet, avait dès 1727 fondé deux chaires de « caméralistique », exemple rapidement suivi dans d’autres universités et dans l’empire des Habsbourg. On reconnaît là l’influence rationaliste des Lumières soutenue par l’appareil d’Etat (modèle du Militär- und Beamtenstaat). Ainsi s’organise un « fonctionnariat d’Etat » selon des principes formalisés : à partir de 1770, les Beamte doivent posséder un diplôme en « sciences camérales » ; ils sont soumis aux obligations et garanties propres à leur fonction. Modernisation de l’Etat et modernisation du système éducatif n’ont cessé en Prusse d’aller de pair. On sait que Weber s’est inspiré de la Prusse pour élaborer sa théorie de la domination légale-rationnelle (Economie et société, 1920) : l’idéal-type du « fonctionnariat » ou de la « bureaucratie » renvoie à une organisation hiérarchique où chaque fonctionnaire est recruté en raison d’une expertise certifiée par un examen, obéit à des devoirs fixés par sa fonction, reçoit une rémunération correspondant à son rang.

Programme

Jeudi 10 octobre 2013

(salle des conférences, Bât. B)

  • 9h30 : Allocution d’ouverture : Jean-François BALAUDE, Président de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • 9h45 : Nicola TODOROV, université de Rouen : « Le transfert du modèle administratif napoléonien en Allemagne : résistances et héritages »
  • 10h15 : Igor MOULLIER, ENS Lyon,  « Savoir et action administrative. Codification a priori ou a posteriori? »

10h45 : Pause café

  • 11h : Jakob VOGEL, IEP Paris : « Circulations des savoirs d’Etat entre la France et les pays germaniques : le rôle de l'administration des Mines sous Napoléon»
  • 11h30 : Arnaud HOUTE, université Paris IV, Centre de Recherche en Histoire du XIXe siècle (Paris I - Paris IV) : « Entrer dans les forces de l'ordre dans la France du XIXe siècle »

12h : Table ronde

  • 14h30 : Francis DEMIER, université Paris Ouest : « La mise en place de la technocratie économique après la chute de Napoléon et son plan de modernisation de la France face à la puissance anglaise »
  • 15h : Anne KWASCHIK, Freie Universität, Berlin, « L’Etat et la construction d’une « formation coloniale ». Circulations intellectuelles, réseaux et constructions institutionnelles en Europe à l’âge des empires »

15h30 : Pause café

  • 15h45 : Brigitte KRULIC, université Paris Ouest : « De Cuvier à Boutmy : la référence allemande dans les projets de formation des administrateurs français »
  • 16h15 : Françoise DREYFUS, université Paris 1 : « L’ENA de 1848 : entre le modèle de Polytechnique et la référence aux universités allemandes »

16h45 : Table Ronde

Vendredi 11 octobre 2013

(salle des conférences, Bât. B)

  • 10h : Stéphane BLOND, université d’Evry, « Les transferts techniques du Corps des Ponts vers les Etats allemands, premier XIXe siècle »
  • 10h30 : Pierre ALLORANT, Université d’Orléans : « Deux métiers de l’État en France au XIXe siècle : l'administration préfectorale et les ingénieurs des Ponts et chaussées »

Pause café

  • 11h15 : Marion ABALLEA, ATER doctorante à l’université de Strasbourg/UNIGE Genève : « Le dialogue diplomatique, entre creuset et confrontation des cultures administratives : l’exemple des diplomates français à Berlin de 1871 aux années 1930 »

11h45 : Table Ronde

  • 14h : Jean-Philippe DUMAS, EPHE : « Une bureaucratie républicaine : le ministère du Commerce et de l'Industrie à la fin du XIXe siècle »
  • 14h30 : Julia BAVOUZET, doctorante contractuelle à Paris Ouest : « La formation des cadres de la bureaucratie en Autriche-Hongrie »

Pause café

  • 15h15 : Pascale LABORIER, université Paris Ouest, « Les voyages en France de W. von Humboldt pour l'administration culturelle prussienne »
  • 15h45 : Bernd ZIELINSKI, université Paris Ouest : « L’ « association pour la politique sociale » et le rapport entre bureaucratie et économie à l’époque du Kaiserreich »

16h15 : Table Ronde

Avec le soutien de l’UFR LCE.

Comité scientifique 

  • Pierre ALLORANT, vice-président de l'université d'Orléans chargé du PRES Centre-Val de Loire Université, histoire du droit
  • Francis DEMIER, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre, histoire contemporaine
  • Françoise DREYFUS, professeur émérite à l’université Paris 1, Sciences politiques
  • Anne KWASCHIK, professeur à la Freie Universität Berlin, Histoire de l’Europe de l’Ouest, 19e-20e siècles
  • Pascale LABORIER, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre, sciences politiques
  • Renaud PAYRE, professeur à l’IEP de Lyon, Directeur de l’UMR Triangle, sciences politiques
  • Jakob VOGEL, professeur à l’IEP de Paris, Histoire de l’Europe, 19e-20e siècles

Organisation :

Brigitte KRULIC, Professeur à l’université Paris Ouest (Histoire des idées politiques France/Allemagne) krulicbrigitte@yahoo.fr

Lieux

  • Université Paris Ouest, Bât. B, salle des conférences - 200 av. de la République
    Nanterre, France (92)

Dates

  • jeudi 10 octobre 2013
  • vendredi 11 octobre 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • administration au 19e siècle, formation, sciences camérales, comparaison, France, États germaniques

Contacts

  • Brigitte Krulic
    courriel : krulicbrigitte [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Brigitte Krulic
    courriel : krulicbrigitte [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Savoirs et métiers de l'État : enjeux et pratiques en France et dans les États germaniques au XIXe siècle », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 02 octobre 2013, http://calenda.org/260645