AccueilMémoire et mondialisation

Mémoire et mondialisation

Remembering in a Globalizing World

Tourisme, Mémoire, Lieux : liens et interactions

The Play and Interplay of Tourism, Memory, and Place

*  *  *

Publié le lundi 04 novembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Ce colloque international cherche à mettre en lumière les interactions entre mémoire, lieux et tourisme dans le contexte de la mondialisation, à travers des approches différentes sur le plan disciplinaire et épistémologique. Qu’on l’aborde dans sa dimension individuelle ou collective, la mémoire exprime un rapport au passé, mais aussi une relation à nous-mêmes, aux autres, au temps, à l’espace et contribue à façonner notre vision du monde, tout en s'ancrant dans des lieux. Il s’agit de voir comment la mémoire est mobilisée par le tourisme, contribuant à la redéfinition des identités, l’invention d’imaginaires associés aux lieux et aux communautés, redéfinissant les usages du passé comme instrument de domination vs résistance, ou encore la production de nouveaux territoires. Nous souhaitons explorer l’hypothèse selon laquelle les constructions mémorielles émergentes peuvent être analysées non nécessairement comme un effet de la mondialisation mais comme un agent de la mondialisation.

Annonce

Argumentaire

La mémoire n’est pas seulement considérée comme l’acte individuel et cognitif de se souvenir du passé. Elle est également définie à travers un ensemble de pratiques sociales permettant une mobilisation/reconstruction du passé, et s’est même imposée comme un « devoir » dans nos sociétés contemporaines (le « devoir de mémoire « ) cherchant à surmonter des passés plus ou moins traumatiques. Les mémoires « sociales », « culturelle », « historiques » ainsi qu’elles sont différemment désignées, contribuent à façonner les identités contemporaines (sociales, politiques, culturelles, territoriales…) – et la contestation même de ces identités dans un Monde en recomposition.

Qu’on l’aborde dans sa dimension individuelle ou collective, la mémoire exprime un rapport au passé, mais aussi une relation à nous-mêmes, aux autres, au temps, à l’espace et contribue à façonner notre vision du monde. A la suite de Maurice Halbwachs, on peut étudier les relations intrinsèques qui unissent mémoire, pratiques des lieux et espace, l’espace permettant un « ancrage » de la mémoire, à travers son inscription dans la matérialité d’un lieu, ou à travers des formes d’appartenance plus symboliques inscrites dans la durée. La conférence souhaite questionner plus précisément ces interactions, à travers les pratiques et les représentations du tourisme/du touriste.

Même s’il existe de nombreuses formes d’exploitation politique des mémoires « sociales », « culturelles » ou « publiques », avec ou sans tourisme, le tourisme est souvent considéré comme un facteur d’instrumentalisation et de marchandisation de ces mémoires. Si cette approche mérite réflexion, on peut sans doute la dépasser et considérer le tourisme comme part intégrante d’un nouveau « régime mémoriel » : le tourisme, ses acteurs, ses pratiques et ses représentations participant aux constructions mémorielles contemporaines, tandis que ces dernières contribuent à transformer le tourisme.

Ce colloque cherche à mettre en lumière les interactions entre mémoire et tourisme, à travers des approches différentes sur le plan disciplinaire et épistémologique.

Nous cherchons à comprendre en quoi la montée du tourisme et le développement des pratiques et politiques mémorielles s’articulent et s’influencent dans des contextes variés. Il s’agit de voir comment les producteurs et manipulateurs de mémoire utilisent le tourisme et comment la mémoire est mobilisée par le tourisme, à fois à un niveau individuel et collectif, contribuant à la redéfinition des identités, l’invention d’imaginaires associés aux lieux et aux communautés, les usages du passé comme instrument de domination vs résistance, ou encore la production de nouveaux territoires. Les phénomènes de reterritorialisation liées aux nouvelles échelles des constructions mémorielles et à l’émergence d’un espace touristique mondialisé font ainsi partie des questionnements centraux de ce colloque. Nous souhaitons  interroger les phénomènes transnationaux liés aux mobilités (diasporas) et aux échanges caractérisant la mondialisation – sans pour autant minorer, loin s’en faut, l’importance des « immobilités ». On peut se demander quelles sont les formes renouvelées d’appropriation, de contestations et de négociations caractérisant les constructions mémorielles contemporaines, au sein d’un Monde postcolonial, ‘postmoderne’, de plus en plus interconnecté et mobile, mais aussi profondément inégalitaire.

Nous souhaitons également explorer l’hypothèse selon laquelle les constructions mémorielles émergentes peuvent être analysées non nécessairement comme un effet de la mondialisation mais comme un agent de la mondialisation. Au-delà de la spécificité des contextes, le tourisme et ses flux participe-t-il à la construction d’un « espace public globalisé » (F. Rousso) ? Comment expliquer la diffusion généralisée de catégories comme le « tourisme de mémoire / remembrance tourism » ? Le tourisme joue-t-il un rôle actif dans une convergence des sociétés dans leur rapport au passé, aux « héritages » et dans leur manière de concevoir le rapport à soi, à l’Autre, à la nation dans un contexte d’échanges généralisés, de mobilités croissantes et de recompositions politiques (néonationalismes, transnationalismes…) ? Par ailleurs, dans quelle mesure les politiques et les pratiques mémorielles suscitent-elles de nouvelles formes de mobilités (touristiques), des interactions culturelles, de nouvelles modalités d’échange et de mise en réseaux à différents niveaux d’échelle ? Quelles échelles sont pertinentes pour penser les mémoires « collectives » ? Comment et dans quels espaces circulent-elles ?    

Nous souhaitons placer au centre de la réflexion les acteurs, leurs pratiques, leurs représentations et leurs « justifications » : touristes, acteurs institutionnels, intermédiaires culturels (guides, consultants…) ou encore les aménageurs, en accordant une grande place à la question des échelles  expériences des visiteurs mettant en jeu la mémoire.

Le colloque souhaite ainsi mettre l’accent sur le rôle de la mémoire (individuelle et collective) dans l’expérience et les pratiques touristiques. Il permettra d’examiner en quoi la mémoire est mobilisée dans l’expérience touristique et le rapport des touristes aux lieux : d’une part en envisageant en quoi la mémoire en tant que « souvenirs » des lieux, des personnes et des cultures que nous découvrons à travers nos voyages, participe pleinement de notre expérience en tant que touriste – tout en la prolongeant. D’autre part, en questionnant les « lieux de mémoire » en tant qu’espaces représentés, imaginés, perçus, visités, parcourus, ressentis – en un mot, ‘vécus’ par les visiteurs individuellement ou collectivement. Questionner les émotions, les comportements et les perceptions associées aux lieux de mémoire nous parait une dimension essentielle pour comprendre ce qui se joue en ces lieux lorsqu’ils sont visités. Par ailleurs, la question des interactions entre touristes, entre habitants et touristes, entre touristes et « producteurs » de lieux de mémoire pourra aussi être abordée ; de même que celle des pratiques, des comportements et des représentations différenciées des lieux visités, selon les catégories de touristes : genres, appartenances nationales, différences sociales, etc…

Le colloque envisage donc de questionner les phénomènes de convergence, de différenciation mais aussi d’échanges à tous les niveaux d’échelle, de l’échelle mondiale à celle des lieux et des individus.

Nous invitons des chercheurs issus de disciplines variées à soumettre leur proposition : tourism studies, histoire, géographie, cultural studies, sociologie, memory studies, anthropologie, sciences politiques… Comme l’une des dimensions du colloque est de comprendre en quoi le « tourisme de mémoire » s’est mondialisé, nous encourageons les approches comparées ou multiscalaires.

Thèmes suggérés

Les thématiques que nous proposons d’explorer durant le colloque – non exhaustives :

  • lien entre commémoration, souvenir, tourisme et politique. Le développement de politiques publiques du tourisme et de la mémoire s’apparente-t-il à un phénomène global ? Quelles sont les pratiques publiques et les catégories de tourisme émergentes (par exemple, le tourisme de mémoire comme forme de tourisme culturelle).
  • mémoire et construction des imaginaires touristiques : Comment la mémoire s’articule-t-elle aux identités et aux imaginaires associés aux lieux et aux populations ?
  • mémoire et système de valeurs : mémoire sélective, lieux sélectionnés pour le tourisme.
  • mémoire et mondialisation : approches théoriques
  • mémoire, tourisme et temps long, rupture et continuité avec le passé
  • tourisme et nostalgie, tourisme et amnésie
  • mémoire, tourisme, domination, résistance
  • mise en tourisme, mémoire, territorialisation
  • mémoires, flux, circulation, échanges
  • mémoires, médiations, objets
  • mémoire, souvenir(s), pratiques touristiques
  • mémoire, émotions, expérience, tourisme, corps
  • tourisme, mémoire, douleur, violence
  • mémoires, tourisme, paysages, lieux
  • mémoire, patrimoine, tourisme
  • mémoire, tourisme et réactivation des anciennes routes…

Méthodologie de présentation et de discussion.

Comme la conférence sera organisée autour de grands thèmes, on se propose dans la mesure du possible d’organiser des sessions thématiques où la discussion pourra se construire à partir de la lecture d’articles ayant été diffusés peu avant la conférence auprès des participants qui auront manifesté un intérêt pour un thème particulier.

D’autres sessions, plus classiquement, réuniront des contributions orales suivies d’un temps de questions/débat. Les participants pourront ainsi mentionner leur mode de présentation (discussion d’articles diffusés avant la conférence ou présentation) au moment de soumettre leurs résumés. 

Soumission des propositions

Les propositions de communications sont à envoyées au plus tard

le 31 janvier 2014

à Anne Hertzog (hertzog.anne@wanadoo.fr) et Rafiq Ahmad Pirzada (rafpirzada@gmail.com).

Merci d’indiquer : nom et prénom, email, institution d’origine, titre, mots clé, ainsi que le mode de présentation de votre choix (article/discussion ou présentation/questions).

Les sessions seront en français et en anglais.

Le colloque aura lieu du 8 au 10 septembre 2014.

Universités partenaires

Le colloque est organisé par l'Université de Cergy-Pontoise, l'Université du Cachemire (Inde), l'Université Paris-Panthéon-Sorbonne, IREST-EIREST, en partenariat avec l'Université de Québec à Trois Rivières (Canada), l'Université Laval à Québec (Canada) et NHTV Breda University of Applied Sciences (Pays-Bas).

Comité scientifique

  • Rafiq AHMAD, Degree College, Sopore, Kashmir University, Inde
  • Maria Gravari BARBAS, IREST-EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France
  • Laurent BOURDEAU, Université Laval, Québec, Canada
  • Saskia COUSIN, IREST-EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France
  • Anne HERTZOG, Université de Cergy-Pontoise, MRTE, France
  • Patrick GARCIA, Université de Cergy-Pontoise, IHTP, France
  • Rami ISAAC, NHTV Breda University of Applied Sciences, Pays-Bas
  • Remy KNAFOU, IREST-EIREST, Université Paris 1 Pantheon-Sorbonne, France
  • Pascale MARCOTTE, Université du Québec, Trois Rivières, Canada
  • Sabine MARSCHALL, University of KwaZulu-Natal, Afrique du Sud
  • Mike ROBINSON, University of Birmingham, Royaume-Uni
  • Mari Carmen RODRIGUEZ, Université de Genève, Suisse
  • Noël SALAZAR, KU Leuven, Belgique
  • Tom SELWYN, School of Oriental and African Studies, University of London, Royaume-Uni
  • Brian WHEELER, NHTV Breda University of Applied Sciences, Pays-Bas

Pourquoi un colloque au Chambon sur Lignon ? 

La mémoire est une question vive au Chambon-sur-Lignon, ville située sur le plateau du Vivarais dans le département de la Haute Loire en Auvergne, marquée par la mémoire des Justes, ces habitants du plateau du Haut Lignon ayant caché des réfugiés juifs durant la seconde guerre mondiale. La ville offre désormais un circuit touristique et un centre d’interprétation (inauguré en 2013) visant à rendre visible une histoire et des mémoires longtemps discrètes. S’affirme également une volonté d’exhumer d’autres types de mémoires comme celle de la Résistance. Par ailleurs, le territoire est caractérisé par l’histoire et la mémoire des communautés protestantes qui s’implantèrent sur le Plateau, notamment durant les époques de persécution du 16e au 18e siècle. Cette présence marque toujours profondément l’identité du plateau et se manifeste par de nombreux lieux de mémoire qui attirent visiteurs et touristes. Ainsi organiser un colloque sur la mémoire en lien avec les problématiques touristiques sur le plateau du Chambon n’est pas seulement s’inscrire symboliquement dans un environnement riche ; c’est aussi l’occasion de comprendre, à travers les visites qui seront organisées durant la durée du colloque, comment la mémoire et l’histoire sont invoquées, appropriées et se manifestent dans les pratiques, de multiples façons et plus particulièrement à travers le tourisme.

Comité d’organisation

  • Anne Hertzog, Université de Cergy-Pontoise, France
  • Remy Knafou, Université Paris 1 Pantheon-Sorbonne, France
  • Rafiq Ahmad, Degree College, Sopore, Kashmir University, India

Pour les aspects pratiques (inscriptions, hébergements, sessions, keynotes...), merci de consulter le site internet du colloque.

Lieux

  • Le Chambon-sur-Lignon, France (43)

Dates

  • vendredi 31 janvier 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • tourisme, mémoire, mondialisation, inégalités, politique, pratiques, identités, post colonial, transnational

Contacts

  • Anne Hertzog
    courriel : Anne [dot] Hertzog [at] u-cergy [dot] fr
  • Rafiq Ahmad pirzada
    courriel : rafpirzada [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Anne Hertzog
    courriel : Anne [dot] Hertzog [at] u-cergy [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mémoire et mondialisation », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 04 novembre 2013, http://calenda.org/263987