AccueilUne approche du silence au Moyen Âge

Une approche du silence au Moyen Âge

An approach to silence in the Middle Ages

Ontologie, plastique, représentation

Ontology, plastic, and representation

*  *  *

Publié le mardi 26 novembre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Le logocentrisme médiéval conduit à penser le silence dans sa polarité avec la parole ; or, ce logocentrisme - pour fondamental qu'il soit dans la culture chrétienne façonnant les conditions de représentations du Moyen Âge - n'est ni uniforme, ni exclusif. Il laisse la place à d'autres modes de figurations présentielles, à travers l'expression du visuel et du matériel notamment. La possibilité du silence à être figuré, dans les œuvres d'art, et interprété, dans la musique et le rituel, montre que l'expérience du silence est indépendante de sa relation à la parole.

Annonce

Journée d’étude organisée par Vincent Debiais (CNRS-CESCM) au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers (UMR7302, CNRS/Université de Poitiers) – avec la collaboration de la plateforme Art-Hist.

Argumentaire

À la recherche du « matériau silence »

Le logocentrisme médiéval conduit à penser le silence dans sa polarité avec la parole ; or, ce logocentrisme - pour fondamental qu'il soit dans la culture chrétienne façonnant les conditions de représentations du Moyen Âge - n'est ni uniforme, ni exclusif. Il laisse la place à d'autres modes de figurations présentielles, à travers l'expression du visuel et du matériel notamment. La possibilité du silence à être figuré, dans les œuvres d'art, et interprété, dans la musique et le rituel, montre que l'expérience du silence est indépendante de sa relation à la parole. Cette expérience peut se placer au-delà de tout procès traditionnel de signification, et situe alors le silence non plus du côté du signe, mais de celui du matériau. La journée d’étude entend proposer sur ces points des pistes nouvelles pour l'exploration de la différence ontologique entre signe et matériau dans les procédés créatifs médiévaux.

Partant de ce déplacement méthodologique, le silence-matériau peut être institué comme arrière-plan matériel des représentations figurées ou inscrites du Moyen Âge. Par inertie ou pour simplifier les commentaires, l'ecdotique et l’iconographie négligent souvent l'arrière-plan de l'écriture ou de l’image, comme si le texte, l'inscription et la figure flottaient sans relation essentielle avec le plan du support, qu'il s'agisse du parchemin ou de la pierre. Or cette lecture est à l'opposé des mécanismes sémantiques de la culture visuelle médiévale qui accorde au fond un rôle primordial - principiel - dans la création du sens des figures qui s'y développent, comme le montre les réflexions et les métaphores autour des notions d'empreinte, de matrice, de moule, de réceptacle, etc. S'il peut être utilisé, en tant que signe, pour figurer l'indicible ou l'invisible, le silence est avant tout exploré, en tant que matériau, comme un espace de projection des traces, des formes et des figures. C'est dans l'épaisseur matérielle du silence que s'incarnent les signes de la présence formelle du geste et de la voix de l'homme. Le silence au Moyen Âge n'est donc pas l'espace fictionnel de la négation de l'être par la privation du dit, créé par la philosophie occidentale post-moderne. Il n'est pas non plus seulement l'espace normatif de la discipline érigé par les règles monastiques médiévales. Il est avant tout un matériau malléable, convoqué pour faire apparaître ce qui n'est pas représenté par un procédé sémiotique traditionnel dans la création artistique, dans l'élaboration théologique et littéraire et dans la culture matérielle. C'est au repérage des traces de l'utilisation de ce matériau et à sa caractérisation la journée d’étude entend contribuer.

Pensée comme un travail exploratoire, la journée d’étude, ouverte à tous, proposera des communications très libres, au format varié, privilégiant l’échange et la discussion.

Programme

Matinée

animée par Laurent Hablot, CESCM, Université de Poitiers

  • Vincent Debiais (CNRS/CESCM, Université de Poitiers) : « Introduction »
  • Anne-Marie Christin (CEEI, Université Paris Diderot) : « Silence du noir ».
  • Pascale Brudy (CESCM, Université de Poitiers) : « Bavardages et ruminations à la table des moines »

Après-midi

animée par Éric Palazzo, CESCM, Université de Poitiers/IUF

  • Christelle Cazaux-Kowalski (CESCM, Université de Poitiers) : « Les écritures neumatiques, figures silencieuses de la mémoire musicale médiévale »
  • Vivianne Huys (chercheur associé MICA, Bordeaux III) : « Les prophètes du Puits de Moïse : des acteurs silencieux ? »
  • Patrick Henriet (EPHE) : « Un silence efficace. Remarques à partir d'un miracle du dossier hagiographique d'Hugues de Semur (xiie siècle) ».
  • Cécile Voyer (CESCM/Université Bordeaux III) : « Conclusion ».

Renseignements : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Lieux

  • UFR SHA - Salle des actes - 8 rue René Descartes
    Poitiers, France (86000)

Dates

  • vendredi 14 février 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • silence, représentation, historiographie, musicologie, esthétique, rhétorique, écriture

Contacts

  • Vincent Debiais
    courriel : vincent [dot] debiais [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l'information

  • Vanessa Ernst-Maillet
    courriel : vanessa [dot] ernst [dot] maillet [at] univ-poitiers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Une approche du silence au Moyen Âge », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/268924