AccueilNouvelles approches de l'archéologie funéraire

Nouvelles approches de l'archéologie funéraire

New approaches to funerary archaelogy

Sixième rencontre du Gaaf

Sixth Gaaf conference

*  *  *

Publié le lundi 03 mars 2014 par Luigia Parlati

Résumé

À la suite de ses précédentes rencontres, le Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire souhaite poursuivre son tour d’horizon des approches qui caractérisent actuellement la recherche en archéologie funéraire. Ces « nouvelles approches » se définissent tant du point de vue des problématiques que des méthodes mises en œuvre pour y répondre. Les différentes sessions proposées tenteront, à travers les spécificités de chaque thème abordé, de discuter des nouveaux questionnements autour des vestiges funéraires et des méthodologies nouvelles qui les ont motivés ou qu’ils motivent eux-mêmes.

Annonce

Présentation

À la suite de ses précédentes Rencontres, le Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire souhaite poursuivre son tour d’horizon des approches qui caractérisent actuellement la recherche en archéologie funéraire. Ces « nouvelles approches » se définissent tant du point de vue des problématiques que des méthodes mises en œuvre pour y répondre. Les différentes sessions proposées tenteront, à travers les spécificités de chaque thème abordé, de discuter des nouveaux questionnements autour des vestiges funéraires et des méthodologies nouvelles qui les ont motivés ou qu’ils motivent eux-mêmes dans une dialectique permanente.

Depuis maintenant plusieurs années, les acteurs de l’archéologie funéraire recourent de plus en plus régulièrement à de nouveaux spécialistes (botanistes, chimistes, géochimistes, généticiens, entomologues…). Les résultats obtenus éclairent le fait funéraire avec toujours plus de précisions et permettent un renouvellement constant des problématiques. Les archéosciences apportent aussi leurs propres thématiques et nécessitent la mise en place de protocoles de terrain spécifiques.

Si les études des bio-restes macro- et microscopiques deviennent de plus en plus courantes, celles du matériel et des superstructures que l’on pourrait qualifier de « classiques » (squelettes humains, faune, mobilier, structures…) se poursuivent tout en se renouvelant grâce aux nouvelles données de terrain qui complètent, vérifient ou contredisent notre restitution du fait funéraire. Ces études, par de nouveaux angles d’approches, de nouvelles méthodologies ou encore en les confrontant avec les résultats issus des nouvelles disciplines, continuent d’enrichir les problématiques archéologiques funéraires.

  • La 1ère session de cette 6e Rencontre sera l’occasion de présenter les méthodologies, les apports mais aussi les limites des archéosciences pour appréhender les pratiques mortuaires.
  • La session 2 abordera l’étude des crémations, dont les problématiques, protocoles et résultats ont été grandement enrichis ces dernières années.
  • La session 3 se concentrera sur la question du petit mobilier déposé dans les tombes entre les VIIIe et XXe siècles en France dont l’importance a été largement revue et corrigée à l’occasion des fouilles préventives de ces dernières décennies.
  • La session 4 sera ouverte à des présentations visant à montrer l’actualité d’une recherche à travers un point particulier non abordé dans les sessions précédentes et toujours en relation avec le thème général de cette Rencontre.

Session 1 « Archéosciences et archéologie funéraire : nouvelles approches »

Coordinateur : Rémi Corbineau (corbineau@cerege.fr)

Depuis plusieurs décennies, l’archéothanatologie fait ponctuellement appel à de nombreuses disciplines d’analyse, souvent empruntées aux sciences de la vie et de la Terre, aux sciences de l’Univers et aux sciences médicales et judiciaires : méthodes de datation absolue, archéobotanique (palynologie, anthracologie, carpologie, xylologie, analyse phytolithique), chimie analytique et géochimie isotopique, entomologie, toxicologie etc. Longtemps considérées comme des sciences « annexes », puis « connexes » ou « auxiliaires », ces archéosciences s’affirment aujourd’hui en tant que véritables disciplines archéologiques. Leurs spécialistes prennent part aux programmes de recherche, ils contribuent activement à la construction et à la résolution des problématiques actuelles et proposent de nouveaux questionnements.

Cette session s’interrogera sur les questions suivantes :

1/ Quelles-sont les méthodes analytiques actuelles pour la caractérisation des vestiges funéraires ?

2/ Quelles problématiques émergent de cet apport de données nouvelles ?

Les présentations (communications orales et posters) apporteront des éléments de réponse à ces questions en présentant des travaux de synthèse ou des études de cas de toutes périodes analysant des échantillons issus de la fouille de sépultures, et visant en premier lieu à la reconstitution des pratiques mortuaires. Elles auront en filigrane une visée pédagogique et méthodologique à destination de tous les acteurs de l’archéologie de la mort.

Session 2 « L’étude des crémations : nouvelles approches »

Coordinatrice : Solenn de Larminat (solenn.de_larminat@paris-sorbonne.fr)

Depuis plus d’une dizaine d’années, de nouvelles méthodes d’études des crémations se sont développées, tant sur le terrain, qu’en laboratoire. Les résultats obtenus montrent la diversité des gestes liés à ce type de sépultures et entraînent de nombreuses questions sur la fonction et la définition des structures découvertes. Si la nature secondaire de la sépulture peut paraître évidente pour les os brûlés déposés dans des réceptacles en céramique, en plomb ou en verre, elle l’est moins lorsque les ossements sont dans une fosse : s’agit-il d’un bûcher en fosse ou d’une tombe bûcher ? S’agit-il d’un emplacement où une ou plusieurs crémations ont été réalisées avant le prélèvement des ossements pour un dépôt secondaire ou s’agit-il d’une sépulture définitive ? Comment doit-on définir une zone de bûcher signalée durablement au sol où furent prélevés une importante partie des ossements du défunt ?

Les nouvelles disciplines de l’archéologie ouvrent de nombreux champs de recherche. Par exemple, si l’analyse des charbons permet d’identifier les essences sélectionnées, elle permet également d’aborder des questions relatives à la gestion et à l’approvisionnement du bois en milieu urbain et rural, aux choix spécifiques d’essences en fonction des rites, des individus ou de la structure du bûcher… Les études ethnographiques sur les crémations actuelles ouvrent également de nombreuses pistes de réflexions sur les pratiques crématoires protohistoriques et antiques.

Au-delà d’une présentation des résultats, les communicants :

1/ s’interrogeront sur la fonction et la définition des différentes structures funéraires liées à la pratique de la crémation ;

2/ exposeront les méthodes de fouilles mises en place sur le terrain et leur adaptation en fonction des structures et des problématiques ;

3/ présenteront les méthodes d’analyses post-fouilles des données en critiquant les résultats obtenus ;

4/ témoigneront de l’apport des nouvelles disciplines à l’étude des crémations.

Session 3 « Le petit mobilier funéraire des VIIIe-XXe s. en France :

nouvelles chronologies, renouveau du questionnement »

Coordinateurs : Jean Soulat (jean.soulat@gmail.com) et Alexis Corrochano (alexis_corro@yahoo.fr).

Le petit mobilier funéraire rassemble généralement les accessoires vestimentaires (éléments de parure et garnitures de ceinture), l’armement, les monnaies et les objets de la vie quotidienne (outillage, quincaillerie, éléments de serrurerie, peignes, amulettes, silex, etc.) excluant tous les récipients (céramiques, verreries, etc.). À ce titre, il fait partie des grands marqueurs chrono-culturels dont l’enjeu pour les archéologues remonte aux origines de la discipline. Pour les périodes historiques, on considère habituellement que la fin de la période mérovingienne marque la quasi-disparition, voire l’arrêt, des pratiques de port et de dépôt de mobilier dans les tombes. Le retour des objets ne serait marqué qu’à la fin du Moyen Âge et à l’époque Moderne avec les accessoires de piété ou de pèlerinage.

Un nouveau regard sur les mobiliers, appuyé par l’accroissement des découvertes, semble indiquer que le mobilier est présent à toutes les époques et dans des contextes variés. Cette session a pour but de produire de premières synthèses rassemblant plusieurs études de cas sur le petit mobilier dans les contextes funéraires et mortuaires médiévaux, modernes et contemporains afin d’essayer d’analyser et de comprendre le phénomène des dotations funéraires quelque soit la période abordée. Plusieurs problématiques seront au centre des présentations :

1/ la différenciation entre le dépôt d’accompagnement et le mobilier porté,

2/ la fonction de l’objet (usuelle ou d’apparat) comme par exemple l’objet personnel du quotidien, l’objet proprement religieux ou encore l’objet relatif à un métier, etc.

3/ enfin le reflet d’une certaine symbolique par la mise en scène des vivants et voulant parfois évoquer une position sociale particulière, un statut (religieux, militaire, etc.).

Session 4 : « Nouvelles approches de l’archéologie funéraire : actualités »

Coordinateurs : S. de Larminat (solenn.de_larminat@paris-sorbonne.fr) et Yves Gleize (yves.gleize@inrap.fr)

Cette session permettra aux chercheurs travaillant sur toutes périodes confondues de présenter leur actualité en relation avec le thème des nouvelles approches de l’archéologie funéraire : nouvelles méthodes d’analyses des vestiges funéraires, nouvelles problématiques, récentes découvertes qui remettent en question notre image du fait funéraire…

Programme des journées

Vendredi 4 avril 2014

9h00-9h45 : Accueil des participants

9h45-9h55 : Mot d’accueil (par le président du Gaaf et les organisateurs)

Session 1

« Archéosciences et archéologie funéraire : nouvelles approches »

Modérateurs : Rémi Corbineau (Université du Maine/UMR 6566-CreAAH) et Aurore Schmitt (UMR 7268 ADES)

  • 9h55-10h05 : Introduction par Bruno Bizot (Conservateur du patrimoine/DRAC PACA)
  • 10h05-10h30 : Archéologie biomoléculaire : apports récents des analyses chimiques organiques à l’étude des cérémonies funéraires par Nicolas GARNIER (SAS Laboratoire Nicolas Garnier, UMR 8546/UMR 6573/UMR 7041/USR 3290).
  • 10h30-10h55 : Normes alimentaires et déterminant socio-culturel dans le nord de la Gaule romaine : l’exemple du Clos au Duc (Evreux, 27) par Estelle HERRSCHER(Aix-Marseille Université, LAMPEA, UMR 7269), Sylvie PLUTON-KLIESCH (INRAP, UMR6298, ARTeHIS), Céline BEMILLI (INRAP, MNHN, UMR 7209) et Sébastien LEPETZ (MNHN, UMR 7209).
  • 10h55-11h20 : The study of white substances in burials: a scientific approach par Eline M. J. SCHOTSMANS (PACEA, UMR 5199), Rémy CHAPOULIE (IRAMAT-CRP2A), Dominique CASTEX (PACEA, UMR 5199).

11h20-11h40 : Pause café

  • 11h40-12h05 : La Mouche, le Scarabée et le Cadavre. Petites fables archéoentomologiques sur la Mort et les traitements funéraires par Jean-Bernard HUCHET (MNHN, UMRs 7209 & 7205 ; A3P, PACEA).
  • 12h05-12h30 : Archéologie des textiles : présence, méthodologie, potentiel et résultats sur la nécropole de Ports-sur-Vienne (Indre-et-Loire) par Delphine HENRI (Laboratoire Archéologie et Territoires).
  • 12h30-12h55 : Le mausolée de Jaunay-Clan (Vienne) : protocole d’étude de sépultures en milieu clos par Maxence SEGARD (Archeodunum) et collaborateurs.

12h55-13h15 : Discussions et conclusions animées par Philippe MARINVAL (CNRS/UMR 5140).

13h15-14h45 : Pause déjeuner

Session 2 « L’étude des crémations : nouvelles approches »

Modérateurs : Solenn de Larminat (Université Paris-Sorbonne/UMR 8167 Orient et Méditerranée) et Isabelle LEGOFF (INRAP/UMR 7041 ArScAn)

14h45-14h55 : Introduction par Isabelle LEGOFF (INRAP/UMR 7041)

  • 14h55-15h20 : Variabilité et complexité des pratiques liées à la crémation en contexte rural en Gaule narbonnaise : la nécropole domaniale de Richeaume XIII (Puyloubier, Bouches-du-Rhône) par Gaëlle GRANIER (UMR 7268 ADES/UMR 7299 CCJ), Carine CENZON-SALVAYRE (UMR 6566 CREAAH/UMR 7299 CCJ), Alexia LATTARD (UMR 7299 CCJ), Titien BARTETTE (USR 3155 IRAA), Florence MOCCI (UMR 7299 CCJ), avec la collaboration de Vincent DUMAS (UMR 7299 CCJ), Aura FOSSATI, Céline HUGUET (Direction Archéologie Ville d’Aix-en-Provence), Aline LACOMBE (Direction Archéologie Ville d’Aix-en-Provence).
  • 15h20-15h45 : L’apport des données anthracologiques dans l’interprétation des pratiques funéraires par Carine CENZON-SALVAYRE (UMR 6566 CREAAH/UMR 7299 CCJ).
  • 15h45-16h10 : La quantification des esquilles dans l’étude des crémations. Comment accélérer le protocole ? par Aurélie ANDRÉ (UMR5199 PACEA, A3P /Service archéologique de la Ville de Lyon), Frédéric SANTOS (UMR5199 PACEA, A3P), Stéphane ROTTIER (UMR5199 PACEA, A3P), Henri DUDAY (UMR5199 PACEA, A3P).

16h10-16h25 : Pause café

16h25-16h50 : Posters des sessions 1 et 2

  • 16h50-17h15 : Comment mieux comprendre la collecte des restes osseux sur l’aire de crémation ? Les enseignements de la nécropole de la Porta Nocera à Pompéi par Henri DUDAY (UMR5199 PACEA, A3P).
  • 17h15-17h40 : La classification des structures funéraires liées à la pratique de la crémation : l’exemple de la nécropole de Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle) par Jenny KAURIN (UMR 6298 ARTeHIS), Philippe VIDAL (INRAP), Stéphane MARION (SRA Lorraine, UMR 8546 Aoroc).
  • 17h40-18h05 : Les crémations préhistoriques : apport de l’anthropologie sociale à l’archéologie de la mort par Aurore SCHMITT (UMR 7268 ADES).
  • 18h05-18h25 : Discussions et conclusions animées par Yves Gleize (INRAP/UMR 5199-PACEA)

18h40-19h20 : Conférence publique

Procédure à suivre en cas de découverte d'ossements humains sur les champs de bataille par Stéphanie JACQUEMOT (SRA Lorraine).

Samedi 5 avril 2014

Session 3 « Le petit mobilier funéraire des VIIIe-XXe s. en France : nouvelles chronologies, renouveau du questionnement »

Modérateurs : Michel Feugère (CNRS/UMR 5138 Archéométrie et Archéologie) et Patrick PÉRIN (MAN, UMR 6273 CRAHAM)

  • 9h15-9h25 : Introduction par Patrick PÉRIN (MAN, UMR 6273 CRAHAM)
  • 9h25-9h50 : Le petit mobilier présent dans les tombes carolingiennes en France : état de la question et première approche par Alexis CORROCHANO (Université Paris 1, ARSCAN UMR 7041/Landarc) et Jean SOULAT (Université Paris 1, ARSCAN UMR 7041/ Landarc).
  • 9h50-10h15 : Le petit mobilier funéraire d’époque médiévale et moderne dans la moitié sud de la France par Olivier THUAUDET (Université Aix-Marseille, LA3M UMR 7298).

10h15-10h30 : Pause café

10h30-11h00 : Posters des sessions 3 et 4

  • 11h00-11h25 : Le petit mobilier funéraire d’époque moderne dans la moitié nord de la France par Amélie-Aude BERTHON (Evéha).
  • 11h25-11h50 : Le mobilier « funéraire » de la Grande Guerre par Guy FLUCHER (INRAP Nord-Picardie, ARSCAN UMR 7041).
  • 11h50-12h10 : Discussions et conclusions animées par Élisabeth LORANS (Université de Tours, UMR 7324 CITERES LAT).
  • 12h10-13h00 : Assemblée générale de l’association

13h00-14h10 : Pause déjeuner

Session 4 : « Nouvelles approches de l’archéologie funéraire : actualités »

Modérateurs : Cécile Buquet (INRAP) et Mark Guillon (INRAP)

14h20-14h30 : Introduction par Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

  • 14h30-14h55 : La mise en œuvre d’outils géomatiques pour l’enregistrement et l’interprétation des dépôts funéraires. L’exemple des sépultures du IIe s. av. au IIe s. ap. J.-C. de la Haute Cour à Esvres (France, Indre-et-Loire) par Jean-Philippe CHIMIER (INRAP, UMR 7423 Citeres-LAT), Sylvain BADEY (INRAP, UMR 7423 Citeres-LAT).
  • 14h55-15h20 : Utilisation de méthodes d'enregistrement en 3D pour la gestion d'urgence ; l'exemple d'Entrains-sur-Nohain par Carole FOSSURIER (Inrap), Stéphane VENAULT (Inrap), Raphaël HAUTEFORT(Captair), Julien GUERY (Captair). = les auteurs Alix, Chopelain et Nogues retirés
  • 15h20-15h45 :Archéothanatologie et 3D : quels enjeux ? par Géraldine SACHAU-CARCEL (UMR 5199 PACEA-A3P), Dominique CASTEX (UMR 5199 PACEA-A3P).

15h45-16h05 : Pause café

  • 16h05-16h30 : L’intérêt de la notion de genre comme méthode d’analyse en archéologie funéraire par Chloé BELARD (EPHE EA 4115 Histara, affiliée ENS UMR 8546 AOROC), Caroline TRÉMEAUD (Université Panthéon-Sorbonne, UMR 8215 Trajectoires).
  • 16h30-16h55 : Problématique du métissage culturel dans les pratiques mortuaires en Mésoamérique : l’exemple de la civilisation toltèque, Hidalgo, Mexique, 800-1300 ap. J.-C. par Céline CODRON (Paris-Sorbonne, CeRAP-EA3551).
  • 16h55-17h20 : Quand l’archéologie funéraire s’intéresse aux temps récents : l’exemple provençal par Anne RICHIER (INRAP, UMR 7268- ADES).
  • 17h20-17h40 : Discussions et conclusions animées par Pascal Sellier (CNRS/UMR 7041 ArscAn)

17h40-17h50 : Clôture

17h50 : Pot offert par l’association

Liste des posters

Session 1 : « Archéosciences et archéologie funéraire : nouvelles approches »

  • Claire BARBET (INRAP), Clémence CHALVIDAL (Institut National du Patrimoine), Cedric Tavernier (s.a.r.l. IMAGE ET) : Plein feu sur un coffret d’oculiste découvert dans une tombe à chambre souterraine atypique à Marquion/Sauchy-Lestrée (Canal Seine Nord Europe).
  • Gersande ESCHENBRENNER-DIEMER (Université Lumière Lyon, HiSoMa UMR 5189) : L’apport des archéosciences en égyptologie : la collection des modèles funéraires en bois du musée des Beaux-arts de Lyon par.
  • Sacha KACKI (PACEA, UMR 5199), Floriane ZITELLI (École Nationale Supérieure de Chimie et de Physique de Bordeaux), Philippe BLANCHARD (INRAP, PACEA, UMR 5199), Rémy CHAPOULIE (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060), Dominique CASTEX (PACEA, UMR 5199) : Dynamique de constitution des sépultures plurielles de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome) : apport des analyses physico-chimiques.

Session 2 : « L’étude des crémations : nouvelles approches »

  • Vanessa BRUNET (Bureau d'étude Evéha, UMR 6273 – CRAHAM) : La fouille préventive de nécropoles à incinération : protocole de terrain et analyse critique.Exemple de trois ensembles funéraires : la nécropole protohistoriques du Causse à Labruguière (Tarn, 81), la nécropole antique des Dunes à Poitiers (Vienne, 86) et les ensembles funéraires gallo-romains de « La Marlière » à Courcelles-lès-Lens (Pas-de-Calais, 62).
  • Aloïs CORONA (INRAP), Séverine Hurard (INRAP), Anne-Gaëlle de Kepper (INRAP) : Saint-Germain-en-Laye. Une nécropole à crémations de l’âge du Bronze dans les Yvelines.
  • Mª Paz DE MIGUEL IBÁÑEZ (Colaboradora Honorífica), Mª Dolores SÁNCHEZ DE PRADO (Colaboradora Honorífica), Alberto LORRIO ALVARADO (Departamento de Prehistoria, Arqueología, Historia Antigua, Filología Griega y Filología Latina Facultad de Filosofía y Letras II, Universidad de Alicante) : La nécropole de «La Loma de Boliche» (Cuevas de Almanzora, Almería, Espagne): Une nouvelle approche à la lumière de nouvelles données.
  • Myriam LE PUIL-TEXIER (Inrap), Théophane NICOLAS (Inrap) : L’apport de l’examen tomodensitométrique à la fouille et l’analyse des dépôts de crémation en urne.
  • Claire MOLLIEX (INRAP), Marie-Laure HERVE (INRAP) : Détermination de la fonction d'une structure de crémation : exemple d'un dépôt de l'ensemble funéraire du Mas Carbonnel à Nîmes.
  • Sophie OUDRY-BRAILLON (Inrap, UMR 8215), Géraldine FAUPIN (Inrap) : L’aire de crémation gallo-romaine de Fouquereuil « Rue du Marais » (62) : réflexion sur les méthodes de fouille des bûchers.

Session 3 : « Le petit mobilier funéraire des VIIIe-XXe s. en France : nouvelles chronologies, renouveau du questionnement »

  • Arnaud GAILLARD (ACTER), Jérôme BENEZET (Pôle Archéologique du Département des Pyrénées-Orientales), Aurélie MAYER (Eveha) : Canet-en-Roussillon (66), Place Cassanyes, un fragment de cimetière paroissial, XVIIe – XIXe siècles.
  • Nicolas GIRAULT (Service archéologique départemental des Yvelines), Jean SOULAT (Université Paris 1 et Landarc) : Un dépôt mobilier du XIXe s. en marge de l’espace funéraire dans l’église Saint-Martin de Verneuil-sur-Seine ?
  • Françoise LABAUNE-JEAN (INRAP GO), Rozenn COLLETER (INRAP GO), Gaétan LE CLOIREC (INRAP GO) : Le mobilier métallique des tombes du couvent des Jacobins à Rennes (XVIe-XVIIIe s., Ille-et-Vilaine).
  • Yves MANNIEZ (INRAP Méditerranée) : Le petit mobilier issu de tombes médiévales et modernes (XIVe à XVIIIe s.) fouillées récemment à Nîmes (Gard) et Montpellier (Hérault).
  • Catherine RIGEADE (UMR 7268, UMR 7268, Pôle Intercommunal du Patrimoine Culturel, SAN Ouest Provence), Jocelyne PAWLICKI (Pôle Intercommunal du Patrimoine Culturel, SAN Ouest Provence), Édith COUSTAUD (Pôle Intercommunal du Patrimoine Culturel, SAN Ouest Provence) : Le mobilier funéraire de la Chapelle Notre Dame de la Mer à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) : gestes et interprétations.

Session 4 : « Nouvelles approches de l’archéologie funéraire : actualités »

Yann ARDAGNA (UMR 7268 – AdéS), Yves DARTON (CEPAM UMR 7264), Michel PANUEL (UMR 7268 – AdéS, Service de Radiologie CHU Nord Marseille) : Influence des lésions paléopathologiques sur la position d’inhumation des membres inférieurs : à propos de quelques cas.

  • Aurélie AUBIGNAC (Université Paul Valéry Montpellier III, UMR 5140) : Réflexions méthodologiques et nouvelles approches dans l’analyse des traits funéraires au sein du bassin égéen (Âge du Bronze – Âge du Fer).
  • Laure DE SOURIS (Service Archéologie Préventive, Conseil général du Loiret) : Un espace funéraire antique à Traînou – La Giraudière (IIIe s.).
  • Elodie GERMAIN (ArchéoLoire), Pascal RIEUNIER (AFT Archéologie) : Le cimetière de Saran « Les Montaubans » dans le contexte du haut Moyen-Âge et du Moyen-Âge classique en région Centre.
  • Ian GONZALEZ (UMR 5140) :Sacrifice humain ou geste nécrophobique ? Nouvelles perspectives concernant les pratiques funéraires hors norme en Égypte prédynastique.
  • Gaëlle GRANIER (UMR 7268 ADES/UMR 7299 CCJ) : Évolution de la conception de la Mort et de la gestion des morts dans l’espace urbain et péri-urbain durant l’Antiquité : l’exemple des nécropoles tardives de Vienne et Arles.
  • Arwa KHAROBI (PACEA-A3P, UMR 5199/Univ. Damas, département d’archéologie), Patrice COURTAUD (PACEA-A3P, UMR 5199), Henri DUDAY (PACEA-A3P, UMR 5199) : Les pratiques funéraires à Tell Hamoukar (nord-est de la Syrie) du Chalcolithique à l’âge du Bronze ancien (4400-3200 av. J.-C.). Continuïté ou interruption ?
  • Emilie PEREZ (Université de Nice Sophia-Antipolis, CEPAM, UMR 7264) : Le rôle de l’âge dans le traitement funéraire des enfants au Moyen Âge : proposition d’un nouveau découpage en classes d’âges « sociales ».
  • Laure ZIEGLER, Julien COURTOIS (Service archéologique municipal d’Orléans), Sébastien JESSET (Service archéologique municipal d’Orléans) : Sépultures en bâtières de bois aux IXe-Xe siècles à Orléans (Loiret) : mise en évidence d’une architecture disparue.

 

 

 

Lieux

  • 2 rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • vendredi 04 avril 2014
  • samedi 05 avril 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • archéologie, archéoscience, crémations, inhumations, problématiques, méthodes

Contacts

  • Solenn de Larminat
    courriel : gaaf [dot] nouvelles [dot] approches [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Solenn de Larminat
    courriel : gaaf [dot] nouvelles [dot] approches [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Nouvelles approches de l'archéologie funéraire », Colloque, Calenda, Publié le lundi 03 mars 2014, http://calenda.org/278431