AccueilJeux interdits : de l'Antiquité à nos jours

Jeux interdits : de l'Antiquité à nos jours

Forbidden games: from Antiquity to the present day

*  *  *

Publié le mercredi 09 avril 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Dans le prolongement de la journée d’études « le Jeu dans l’histoire » qui s’est tenue à Poitiers en mars 2013, le CRIHAM propose de s’intéresser aux « Jeux interdits », à Limoges le 7 novembre 2014. L’activité ludique constitue un divertissement qui se situe à la fois dans et hors de la société. Jouer constitue en effet un plaisir gratuit, en opposition au travail, et volontaire, en opposition aux activités contraintes. Pour autant, les jeux sont étroitement connectés à leur environnement, et sont pour une large part le reflet des préoccupations d’une époque, d’un groupe social, ou encore d’une classe d’âge.

Annonce

Argumentaire

Dans le prolongement de la Journée d’études « le Jeu dans l’histoire » qui s’est tenue à Poitiers en mars 2013, le CRIHAM propose de s’intéresser aux « Jeux interdits », à Limoges le 7 novembre 2014. L’activité ludique constitue un divertissement qui se situe à la fois dans et hors de la société. Jouer constitue en effet un plaisir gratuit, en opposition au travail, et volontaire, en opposition aux activités contraintes. Pour autant, les jeux sont étroitement connectés à leur environnement, et sont pour une large part le reflet des préoccupations d’une époque, d’un groupe social, ou encore d’une classe d’âge. Certains jeux, parce qu’ils remettent en cause des valeurs ou des fonctionnements traditionnels ou dominants, peuvent être considérés comme des facteurs de déstabilisation de l’ordre social ou familial. D’autres sont dénoncés parce qu’ils contreviennent à des préceptes moraux ou religieux. Certains enfin sont réglementés car ils engendrent du désordre civil ou sont associés à des activités déviantes.

Parmi les phénomènes qui rendent le jeu suspect, le hasard tient une place particulière car il peut entrer en conflit avec l’ordre voulu par Dieu, ou à partir de l’époque moderne, s’opposer aux valeurs de raison et de rationalité. Les jeux d’argent (dés, cartes, paris…), souvent associés au hasard, cumulent les critiques, tant pour des raisons morales (oisiveté, recours à la ruse, abus de faiblesse), que d’ordre public (querelles de jeux), social (temps détourné du travail ou de la famille, inutilité) et patrimonial (endettement et ruines des familles, enrichissement indu, remise en cause de l’épargne comme valeur). Mais bien d’autres jeux peuvent faire l’objet de restrictions lorsqu’ils s’écartent des normes en vigueur et qu’ils véhiculent des valeurs jugées dangereuses, en particulier pour la jeunesse. Certains font ainsi l’objet de restrictions parce qu’ils sont accusés d’encourager des comportements déviants, ou simplement parce qu’ils font encourir un danger physique pour les participants.

Parmi les différentes approches, on pourra réfléchir sur les discours sur la nocivité du jeu, qu’il soit d’argent ou non, dans une démarche d’histoire des idées, d’histoire du droit ou encore d’histoire politique. La genèse, l’application et le contournement des interdits ludiques constituent un deuxième axe de réflexion. Il s’agira de s’intéresser aux acteurs d’énonciation et de régulation de l’interdit (des cadres politiques aux cadres administratifs et judiciaires), à la mise en place de la réglementation et aux modalités de répression (que ce soit par exemple par la censure ou par l’intervention directe des forces de l’ordre), et aux stratégies déployées par les joueurs pour continuer à jouer sans être inquiété. Enfin seront bienvenues les études de cas, autour d’un jeu spécifique ou d’un type de jeu (jeux de société, sportifs, vidéo, …) d’un type d’espaces (stations thermales ou balnéaires, villes portuaires…) ou de microcosmes (la Cour, la taverne, le casino, la famille, l’école…).

Modalités de soumission

Les propositions, comprises entre 200 et 300 mots, sont à envoyer à chaque membre du comité d’organisation d’ici au 31 mai 2014 :

La journée d’étude aura lieu le 7 novembre 2014 à la faculté des lettres et sciences humaines de Limoges.

Comité scientifique

  • Fabien Archambault, Maître de conférences en Histoire Contemporaine, Université de Limoges (CRIHAM)
  • Élisabeth Belmas, Professeur d'Histoire Moderne, Université Paris 13 (CRESC)
  • Jérôme Grévy, Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Poitiers (CRIHAM)
  • Thierry Wendling, Chargé de recherche au CNRS (iiAC-LAHIC)

Lieux

  • Limoges, France (87)

Dates

  • samedi 31 mai 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • jeu, interdiction, contournement ludique, réglementation,

Contacts

  • Matthieu Weisser
    courriel : matthieu [dot] weisser [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l'information

  • Matthieu Weisser
    courriel : matthieu [dot] weisser [at] univ-poitiers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Jeux interdits : de l'Antiquité à nos jours », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 09 avril 2014, http://calenda.org/281605