AccueilCirculations, frontières et encadrement des flux migratoires au Moyen-Orient

Circulations, frontières et encadrement des flux migratoires au Moyen-Orient

Circulation, borders, and migratory control in the Middle-East

*  *  *

Publié le vendredi 18 avril 2014 par Luigia Parlati

Résumé

L’Institut français du Proche-Orient organise un colloque à Amman les 29 et 30 mai 2014 sur la thématique des circulations humaines dans la région du Moyen-Orient (Turquie, Iran, Proche-Orient, Golfe). L’objectif est de réfléchir à la manière dont s’articulent les flux de circulation avec les contextes conflictuels qui caractérisent l’espace régional et la manière dont les différents États tentent de s’adapter à ces flux et de les encadrer. Dans un contexte de crise, les transformations spatiales des espaces frontaliers, des villes d’accueil, des zones où séjournent et se regroupent migrants et réfugiés seront au centre de ce colloque. De plus, le contexte socio-historique où des flux de migrants, de marchands, de pèlerins ou de réfugiés participent, depuis fort longtemps déjà, aux recompositions socio-spatiales de lieux qui servent de transit et d’accueil à ces populations mobiles, sera abordé pour questionner les flux actuels.

Annonce

Argumentaire

L’Ifpo organise un colloque à Amman les 29 et 30 mai 2014 sur la thématique des circulations humaines dans la région du Moyen-Orient (Turquie, Iran, Proche-Orient, Golfe). L’objectif est de réfléchir à la manière dont s’articulent les flux de circulation avec les contextes conflictuels qui caractérisent l’espace régional (en particulier les crises irakiennes et syriennes - mais pas uniquement), et la manière dont les différents Etats tentent de s’adapter à ces flux et de les encadrer. Les transformations spatiales des espaces frontaliers, des villes d’accueil, des zones où séjournent et se regroupent migrants et réfugiés sont, dans un contexte de crise, particulièrement importantes. Les flux de réfugiés, à l’exemple de ceux qui résultent des affrontements actuels en Syrie, peuvent concerner non seulement les zones frontières du pays affecté par le conflit, mais également l’ensemble des espaces frontaliers des pays voisins où arrivent ces mouvements de population. Mais nous ne souhaitons pas nous arrêter uniquement sur le cas syrien, ni de manière exclusive sur l’actualité politique de la région : au contraire, il s’agira de montrer comment cette dernière s’insère dans un contexte socio-historique où des flux de migrants, de marchands, de pèlerins ou de réfugiés participent, depuis fort longtemps déjà, aux recompositions socio-spatiales de lieux qui servent de transit et d’accueil à ces populations mobiles, et posent toujours avec autant d’acuité la question de leur « gestion ». Une autre caractéristique de l’encadrement de populations réfugiées aux frontières dans cette région du monde est que les Etats ont historiquement tous connu des migrations forcées, et que les choix politiques des Etats actuels sont influencés par ces expériences. Enfin, revenir sur le contexte historique sera peut-être un moyen de comprendre mieux les circulations actuelles, puisque certaines populations de la région se caractérisent par une histoire et une expérience singulière de la migration. La réactivation de liens anciens peut parfois être, surtout en période de crise, à l’origine de réseaux migratoires contemporains et du regroupement de membres d’un même groupe en un lieu singulier de l’exil.

Nous souhaitons lors de ce colloque aborder deux grandes questions. Tout d’abord, les intervenants sont invités à interroger les circulations dans leurs dimensions spatiales (parcours, lieux de transit et villes étape, lieux de convergence des flux). Une partie des interventions sera donc centrée sur les divers lieux du transit des populations (villes comptoir, nœuds d’échanges, espaces « frontières », espaces frontaliers de passage, espaces de l’entre-deux) enfin de mettre en évidence l’organisation historique des grandes routes et itinéraires de circulation contemporains sans perdre de vue leur adaptation (ou non) au contexte géopolitique changeant dans la région. Par ailleurs, les populations mobiles participent en tant que telles à reconfigurer ces espaces traversés ou bien ceux dans lesquels elles s’établissent. Nous chercherons à privilégier les notions de contacts et d’interrelations des populations mobiles au sein de ces espaces particuliers dans desquels elles sont amenées à transiter ou à séjourner. Nous nous interrogerons ainsi sur les dimensions sociales, culturelles, politiques, économiques de ces espaces qui génèrent tantôt de l’exclusion, de la distanciation, tantôt du lien social. Les recherches en cours sur les centralités migratoires (quartier urbain de migrants, espace rural d’implantation, zone frontalière d’attente ou de passage, camps de réfugiés) seront particulièrement appréciées tout comme les interventions sur les reconfigurations des espaces frontaliers dans la région.

Blocages, crises, manque de fluidité caractérisent l’espace de circulation régional. Le second axe du colloque cherchera à aborder la question des mobilités circulatoires sous l’angle de la contrainte. La notion de frontière, vue comme limite et obstacle, sera ainsi directement au cœur des discussions. Nous nous intéresserons plus spécifiquement aux difficultés de la circulation dans la région que ce soit pour des raisons liées à un conflit (rivalités entre deux pays, contrôle de l’espace frontière qui échappe au pouvoir central, politique sécuritaire) ou bien pour des raisons juridiques (restrictions des permis de travail, décrets à l’encontre des populations migrantes, contrôles des migrants dans des logiques de protection nationale et tous types de dispositifs en vue de limiter les flux de populations). En conséquence de quoi, il faudra se pencher sur les catégories sociales qui émergent de ces restrictions, comme les migrants informels ou les clandestins par exemple, et pourquoi pas sur les reconfigurations des pratiques spatiales de ces groupes (modification des pratiques urbaines et des mobilités quotidiennes des travailleurs asiatiques entre périodes de travail légal et celles de travail illégal). Les villes du Moyen-Orient ont toutes une part fluctuante de leur population composée de ressortissants « étrangers » qui n’ont plus légalement le droit d’y séjourner. La gestion politique d’une situation de crise – économique ou humanitaire – est, bien entendu, à l’origine de la limitation de la circulation des flux de migrants ou de réfugiés et surtout des libertés qui leur sont accordées par les autorités qui gèrent leur accueil. Dans une perspective réflexive sur les rapports entre politiques publiques et sciences sociales, nous aimerions interroger l’incidence de notions instrumentales telles que la « gestion des flux migratoires » et l’« intégration territoriale », que l’on voit circuler entre les discours d’experts et de policy makers et les travaux académiques. Outre une réflexion sur les politiques de gestion des flux en situation de crise par les autorités étatiques qui contrôlent leur espace national, nous souhaitons encourager une discussion sur la montée en force des acteurs humanitaires qui négocient, gèrent (et contrôlent à leur manière) les populations en attente, immobilisées dans des espaces de l’entre-deux comme les camps, les espaces frontaliers ou les villages et villes d’implantation.

Propositions de communication

Les propositions de communication peuvent être soumises en français ou en anglais sous la forme d’un résumé de 10 lignes maximum.

Les propositions sont à envoyer

avant le 10 avril 2014

à l’adresse suivante : cyril.roussel@netcourrier.com, pbourmaud@gmail.com, veronek@gmail.com

Communications finales

Les communications finales se feront en français ou en anglais. 20 mn de présentation orale seront accordées à chaque intervenant, suivies de 10 mn pour répondre aux questions de l’assemblée.

Organisation

Les frais de transport seront pris en charge par l’Ifpo dans la limite du budget disponible. Les frais d’hébergement seront à la charge du conférencier. Un hébergement à tarif préférentiel sera proposé. Compte tenu des incertitudes sur l’évolution des travaux de l’espace hébergement de l’Ifpo Amman, nous ne pouvons nous engager à offrir un hébergement gratuit. Cependant, il est possible que quelques chambres soient terminées aux dates du colloque et qu’elles soient réservées pour une partie des conférenciers (hébergement gratuit).

Coordination et contacts

Lieux

  • Amman, Jordanie

Dates

  • jeudi 10 avril 2014

Mots-clés

  • frontières, circulations, Moyen-Orient, réfugiés, conflits, migrations, politiques

Contacts

  • Cyril Roussel
    courriel : cyr [dot] roussel72 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Cyril Roussel
    courriel : cyr [dot] roussel72 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Circulations, frontières et encadrement des flux migratoires au Moyen-Orient », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 18 avril 2014, http://calenda.org/282747