AccueilLe cyberactivisme comme terrain et données d'enquête

Le cyberactivisme comme terrain et données d'enquête

Cyberactivism as a terrain and research data

Expériences et savoir-faire en sciences humaines et sociales

Experiences and expertise in the humanities and social sciences

*  *  *

Publié le mardi 15 avril 2014 par Rémi Boivin

Résumé

Depuis près de 20 ans, les nouvelles technologies (ordinateurs, smartphones) permettent aux populations de créer, consulter des sites, de s’inscrire sur des médias sociaux, d’y publier tant des supports textuels qu’audio-visuels. Les NTIC se présentent ici comme des outils de dialogue et d’expression de soi (Georges 2009, de Fina et al. 2006) dont les minorités culturelles se sont emparées pour promouvoir leur singularité et revendiquer des droits localement et avec leur diaspora dans un mouvement d’ « extraversion culturelle » (Hassane, 2010). Journée organisée dans le cadre du programme MINWEB.

Annonce

Programme

Matinée  (9h30-13h00) : Présentations de travaux de recherche

9h30 Café et thé. Accueil

9h45  Ouverture: Marina Lafay. Responsable du programme de recherche MINWEB. Université Paris Descartes (CEPED)

  • 10h00 Le rôle des réseaux sociaux dans l'activisme politique des minorités arabes : études de cas, Frederick Douzet. Professeure, Université Paris 8. Titulaire de la Chaire Castex de Cyberstratégie (sous réserve)
  • 10h45 Cyberactivismes en Australie : retour sur 20 ans d’expériences aborigènes avec les TIC, Jessica De Largy Healy. EHESS. Chargée de la recherche. Musée du Quai Branly. Dép. De La Recherche Et De L'Enseignement.
  • 11h30 Internet au Sahara : connectivités et usages socio-politiques, Nadia Belalimat, CIRED, Doctorante (EHESS, LAS). Membre du projet de recherche MINWEB (CEPED)
  • 12h15 Cyberactivisme et jihadisme: le cas de Boko Haram au Nigeria. Analyse de l'iconographie et des discours d'un groupe islamiste en Afrique, Marc-Antoine Pérouse de Montclos. Professeur de Sciences Politiques, Université  Paris 8, chercheur IRD et associé au CEPED

13h00 Pause

Après-midi (14h00-17h00) : Ateliers réflexifs et collaboratifs

Ces deux ateliers proposent un temps de partage collaboratif et de débat approfondi pour répondre à des questions de recherche très pragmatiques se posant lors de l’exploitation de données issues du Web.

  • 14h00 Atelier 1 : « Périmètre, validité et éthique des corpus »

Animation : Marie-Anne Paveau Professeure en sciences du langage, Université Paris 13 (UFR LSHS)

L’élaboration de corpus numériques issus du web pose des problèmes spécifiques qui obligent le (a) chercheur (se) à revoir ses méthodologies, révisions qui ont par ailleurs des conséquences théoriques et épistémologiques. Les questions concernent essentiellement : le recueil du corpus, puisque les territoires du web sont infinis (circonscription, méthode de recueil, d’annotation et d’archivage, décisions de clôture) ; la représentativité et donc la validité des corpus élaborés, et par conséquent la vérité des résultats de la recherche (problème particulier de la réticularité, de l’interdépendance et de la contextualisation forte de tout énoncé en ligne) ; le maintien d’une éthique de la recherche, confrontée aux problèmes de privacité (nécessité de repenser l’opposition privé vs public), de définition des énonciateurs (pseudonymat, hétéronymat, ubiquité, invérifiabilité), de diffusion des résultats (inséparabilité des questions éthiques et juridiques via le droit d’auteur ou le droit à l’image par exemple).

  • 15h30  Atelier 2 : « Traces et référencement »

Animation : Fanny Georges, Maître de conférence, et Lucien Castex, Ingénieur de recherche, Université Paris 3 (MCPN)

Depuis les années 80, l’Internet Relay Chat, la messagerie instantanée, puis les blogs, les  jeux  et  les  médias  sociaux  (Facebook,  Youtube,  Twitter),  permettent  à  un  nombre croissant d’internautes de communiquer à distance. Ces dispositifs sont le support de  traces numériques de l’utilisateur, dont certaines permettent de l’identifier et de le situer dans son environnement social  («amis»,  «favoris»,    «abonnés») et qui rassemblent également les productions  dialogiques,  créatives  et  communicationnelles,  produites,  volontairement  ou indirectement, au cours de la pratique (médias partagés, textes de commentaire). La  multiplicité  de  sources  et  la  diversité  des  données  supposent  la  mise  en  place d’outils  afin  d’identifier  et d’accéder  au  contenu.  Ainsi,  le  référencement, l’indexation et le traitement des données autorisent l’accès à des contenus qui,  autrement, seraient ignorés. Toutefois, si de tels contenus sont rendus visibles, dans quelle mesure ce référencement en fait-il disparaître d’autres, remodelant une carte du web ?

17h00 Fin de la journée

Informations complémentaires

Entrée libre dans la limite des places disponibles

La salle Leduc est située au 45 rue des Saints-Pères, pour y accéder prendre le premier couloir à droite

M° St Germain des Près (ligne 4) M° Sèvres-Babylone (ligne 12)

Informations :

marina.lafay@ceped.org

Lieux

  • 45 rue des Saints Pères
    Paris, France (75006)

Dates

  • lundi 26 mai 2014

Mots-clés

  • web, militantisme, minorités, NTIC

Contacts

  • Marina Lafay
    courriel : colloque19141918 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Marina Lafay
    courriel : colloque19141918 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le cyberactivisme comme terrain et données d'enquête », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 15 avril 2014, http://calenda.org/283648