AccueilDigital Polis

Digital Polis

Digital Polis

La ville face au numérique : enjeux d’un projet conjugué au futur

City versus digital: stakes of a project conjugated in future

*  *  *

Publié le vendredi 11 juillet 2014 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque entend contribuer à l’élaboration d’une compréhension des dynamiques sociales et politiques qui se posent à la croisée des notions de numérique et de l’urbain contemporain comme contexte. En considérant la ville comme le support actif d’un espace politique et social, à l’image de la polis grecque, cette manifestation scientifique s’inscrira dans une anthropologie de la relation ville - numérique. Les regards sur ce double objet d’étude s’attacheront aux différents concepts qui caractérisent leur relation et aux acteurs qui en sont concernés. De quelle manière les enjeux socio-politiques de la fabrication de la ville se construisent-ils à travers le développement des notions de « ville numérique », « smart city », « ville 2.0 » ou « ville contributive » ?

Annonce

Argumentaire

Ce colloque entend contribuer à l’élaboration d’une compréhension des dynamiques sociales et politiques qui se posent à la croisée des notions de numérique et de l’urbain contemporain comme contexte. En considérant la ville comme le support actif d’un espace politique et social, à l’image de la polis grecque, cette manifestation scientifique s’inscrira dans une anthropologie de la relation ville - numérique. Les regards sur ce double objet d’étude s’attacheront aux différents concepts qui caractérisent leur relation et aux acteurs qui en sont concernés. De quelle manière les enjeux socio-politiques de la fabrication de la ville se construisent-ils à travers le développement des notions de « ville numérique », « smart city », « ville 2.0 » ou « ville contributive » ? La première journée sera consacrée à une archéologie des concepts de la « ville numérique ».D’un point de vue épistémologique, les récentes apparitions d’un ensemble de vocables et leurs déclinaisons dans l’espace médiatique invitent à un questionnement sur leur sens. De l’étymologie ou d’un registre strictement technique à celui de la ville, une vie des concepts peut-elle être tracée ? Si oui, quelles pourraient en être les persistances et les modifications entre un moment historique et un autre, entre un récit et un autre ?La seconde journée s’attachera au transfert de ces notions vers des pratiques contenues dans les mécaniques de la transformation de la ville. Quels sont les acteurs et locuteurs du « futur numérique » de la ville qui incorporent ces concepts ? Quels en sont les récits, les champs disciplinaires ? Comment se déclinent-elles à différentes échelles ? Alors que la polis était un modèle de ville-état où la participation active à la vie politique de tous les citoyens légitimes était de norme, cette seconde journée souhaite analyser la conception d’espaces politiques et sociaux au sein de la « ville numérique ». Quelles sont les modalités d’actions et les médiations entre les acteurs pour tendre vers la réalisation de cet espace commun que serait la ville-polis ?Ayant pour objet le numérique et la ville, le fil rouge de cette manifestation scientifique sur les processus de transformation, suivra un questionnement anthropologique plutôt qu’une approche techniciste. Dans un régime temporel conjugué au futur, en allant des concepts aux acteurs, des espaces et aux dispositifs, l’intrusion des techniques du numérique en ville esquisse-t-elle une reconfiguration de l’espace politique et social habité ?

Axes thématiques

Thème 1
Archéologie de la « ville numérique » : concepts et histoires d’un projet conjugué au futur
Depuis moins d’une décennie, la construction de la notion de « ville numérique » se manifeste par la mise en oeuvre de discours nourris d’une rhétorique singulière : innovation, révolution numérique, nouvelles technologies de l’information et de la communication, cyberspace, smart city, écosystème numérique, complexité, open data, innovation ouverte et sociale, mise en réseau, intelligence collective, co-construction, e-participation...
Le changement d’ère s’y énonce à travers un ensemble de concepts sur lesquels il semble opportun de s’arrêter. À partir des champs lexicaux en usages où se forgent un sens commun - vulgarisé -, il s’agira de réinterroger et de retisser des liens, à l’image de la discipline archéologique, entre ces notions fondamentales qui se dessinent et s’assemblent au sein du lexique du numérique.
Il s’agira d’amener à une ouverture historique, d’une part pour esquisser une généalogie à la manière foucaldienne de ces concepts et de leur relation au projet de la ville à différentes époques et, disciplinaire d’autre part, afin de questionner la relation entre les domaines impliqués : des sciences sociales à l’informatique, de l’urbanisme à l’écologie, des sciences politiques à la biologie, etc.

Ainsi, comment se transforment et se nuancent des concepts tels que modernité, progrès, ou innovation lorsqu’ils font écho à la ville contemporaine ? Les concepts surgis de la rhétorique du numérique étaient-ils déclinés dans le passé, notamment au sein des différentes projections de la ville et, si oui, comment ? En effet, quelle signification prend l’adjectif « smart » lorsqu’il s’invite en ville ? Ou encore de quelle façon le concept de réseau a-t-il évolué dans ses mises en places dans les tissus urbains ? Comment la conception urbaine se décline-t-elle lorsque l’on y parle de numérique, d’internet ou de web 2.0 ? En retour, existerait-il une tradition de l’innovation de la ville et la ville ne serait-elle pas génératrice de certains développements technologiques, notamment numériques ?
L’archéologie des notions clefs de la « ville numérique » portée par le colloque est ouverte aux propositions des auteurs.


Thème 2
La ville face au numérique : dynamiques sociales et processus de participation
Le deuxième thème du colloque a pour objectif de croiser les regards sur les acteurs de la « ville numérique » en essayant de comprendre les dynamiques sociales à l’oeuvre dans le panorama urbain contemporain. Les développements du numérique, l’espace urbain et les dynamiques sociales semblent intimement liés : quels sont les caractéristiques, concordances et dissonances qui surgissent de l’existence simultanée des différents acteurs en territoire urbain ? Ainsi les interventions chercheront à interroger les jeux d’échelles et d’acteurs.
Tiers-lieux, fablabs, « quartiers numériques », métropoles et rayonnement international de la
« smart city »... Ces appellations renvoient toutes à des échelles spatiales différenciées et pourtant porteuses de la construction de la « ville numérique ». Ainsi, quelles relations et quels enjeux est-il possible de révéler à partir d’un « discours numérique » territorialisé ?
De l’utilisateur-habitant-citoyen à la figure du hacker-maker-entrepreneur, de « l’écosystème urbain » du numérique aux organisations internationales, nombre de dispositifs numériques actuellement implémentés en milieu urbain prétendent réinterroger les rôles attribués à chacun. Quelle nature revêt la participation citoyenne lorsqu’elle procède par la mise en oeuvre de dispositifs numériques ?
À l’heure de la projection vers une « ville numérique », la neutralité supposée des outils technologiques et l’émergence d’une culture numérique nécessitent d’être questionnés. De plus, leurs portées et projets politiques appellent à être formulés. Outils de médiations, les services numériques équipent la ville et la transforment : de plateformes de cogestion urbaine fonctionnant sur le mode de l’interpellation à des dispositifs de co-conception de type visionning ou collaboratifs.
Ces pratiques à la nouveauté revendiquée, avec le projet d’une ville pensée par et pour le numérique, contiennent de façon implicite ou explicite un point de vue politique sur la ville. Si les protestations citoyennes de San Francisco fin 2013, en réaction aux mécanismes de gentrification et de privatisation issus de la présence croissante des entreprises internationales dans la Silicon Valley, semblent bien démontrer une tension entre espace urbain et conformation sociale, on peut s’interroger : quels conflits, relations, dialogues et écarts sont initiés par une « stratégie numérique » pour la ville?
Les communications pourront interroger les dynamiques sociales et politiques à l’oeuvre dans le déploiement de la « ville numérique » à partir de cas concrets, tant du point de vue des habitants, que des concepteurs ou des décideurs publics et privés.

Comité scientifique

  • Nicolas BENVEGNU, Medialab, Sciences Po Paris, France
  • Paola BERENSTEIN JACQUES, Laboratorio Urbano, Universidade Federal da Bahia/CNPQ, Brésil
  • Jean-Philippe CLÉMENT, Secretariat Général, Ville de Paris, France
  • Margareth DA SILVA PEREIRA, Universidade Federal do Rio de Janeiro, Brésil
  • Jérôme DENIS, Telecom Paris-Tech, Paris, France
  • Eric GUICHARD, ENSSIB, Université de Lyon, France
  • Sophie HOUDART, LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France
  • Sarah LABELLE, LabSIC, Université Paris 13, France
  • Alexandre MONNIN, Inria Sophia Antipois, Wimmics, France
  • Marianna D’OVIDIO, Università degli Studi Milano Bicocca, Italie
  • Sophie PÈNE, Conseil National du Numérique, Paris, France
  • Antoine PICON, Harvard Graduate School of Design, Cambridge, États-Unis
  • Pascal ROBERT, ENSSIB, Université de Lyon, France
  • Saskia SASSEN, Columbia University, New-York, États-Unis
  • Serena VICARI, Università degli Studi Milano Bicocca, Italie

Organisateurs

  • Alessia de Biase, Architecte-urbaniste, HDR en anthropologie, Docteur en anthropologie EHESS, Directrice scientifique du LAA
  • Nancy Ottaviano, Architecte-urbaniste, Doctorante en Aménagement et Urbanisme - ED 395 MCSPP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Ornella Zaza, Designer de la communication, Doctorante en Aménagement et Urbanisme - ED 395 MCSPP, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Calendrier

  • Lancement appel à communication : 2 juin 2014
  • Réception propositions (2000 signes) : 29 septembre 2014

  • Réponses aux auteurs (par le comité scientifique) : 17 novembre 2014
  • Dates des deux journées : 29-30-31 janvier 2015
  • Date limite pour l’envoi des articles des intervenants : 31 mars 2015
  • Avis sur les articles (par le comité scientifique) : 5 juin 2015
  • Retour des articles aux auteurs et aller/retour pour corrections
  • et remaniements : date limite pour l’envoie des articles corrigés : 3 juillet 2015
  • Sortie de la publication des actes : octobre/novembre 2015

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Cet appel à communication est ouvert aux chercheurs, doctorants, enseignants-chercheurs, ainsi qu’aux acteurs opérationnels et institutionnels.

Le format de réponse requis pour l’appel à communication est de 2 000 signes espaces compris hors bibliographie, en format .doc. L’évaluation des propositions anonymes sera faite en double aveugle par les membres du conseil scientifique.

Les propositions devront être envoyés à l’adresse mail digitalpolis2015@gmail.com avant le 29 septembre 2014.

Site web : http://digitalpolis.org

Dates

  • lundi 29 septembre 2014

Mots-clés

  • numérique, anthropologie, ville

Contacts

  • staff Digital Polis
    courriel : digitalpolis2015 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Polis Digital
    courriel : digitalpolis2015 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Digital Polis », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 11 juillet 2014, http://calenda.org/292874