AccueilLe nécessaire et le superflu

Le nécessaire et le superflu

Le paysan consommateur dans l’Europe médiévale et moderne

*  *  *

Publié le jeudi 03 juillet 2014 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque de Flaran constituera le premier rassemblement scientifique d’envergure dans lequel des historiens médiévistes et modernistes ruralistes, originaires de plusieurs pays européens, seront conviés à dialoguer sur ce thème de recherche. Cette rencontre, dont les actes seront rapidement publiés dans la collection des Journées internationales d’histoire de Flaran, devrait permettre de réévaluer la place des consommateurs paysans dans l’économie d’ancien régime, en insistant notamment sur le rôle d’impulsion décisif que leur conférait leur poids démographique. Il devrait également confirmer la grande porosité de la paysannerie médiévale et moderne à l’égard des marchés, voire des modes alimentaires et textiles. Si les disparités sont certes réelles d’une région à l’autre, comme au sein des différentes strates composant le monde paysan, les pratiques de consommation de ce dernier s’avèrent à l’examen d’une surprenante richesse et diversité.

Annonce

Problématique générale

Ce choix part du double constat du dynamisme actuel de la recherche européenne dans le champ de l’histoire de la consommation, et du caractère déséquilibré du paysage historiographique dans ce domaine : importance et ancienneté de la production scientifique en histoire moderne par rapport à l’histoire médiévale, où l’intérêt est plus récent ; focalisation des travaux sur les consommateurs des villes au détriment de ceux des campagnes, sans doute moins favorisés du point de vue documentaire ; accent mis de longue date sur l’histoire de l’alimentation par rapport à d’autres supports de consommation, pourtant non moins intéressants (textile, céramique, outils et ustensiles, meubles...). Il en découle une approche relativement biaisée du problème, très marquée notamment par l’idée du tournant décisif induit au XVIIIe siècle par la « révolution de la consommation » théorisée dès la fin des années 1970 par les historiens anglo-saxons. Perçues à l’aune de cette dernière, les pratiques de consommation du Moyen Âge et d’une bonne partie de l’époque moderne relèveraient de systèmes traditionnels, sinon archaïques, tout particulièrement chez des populations rurales rétives à recourir aux marchés, et privilégiant l’autoconsommation des diverses ressources fournies par les campagnes.

Apport scientifique de la manifestation

Fort du renouvellement récent des approches en histoire médiévale (apports de l’archéologie, mise en évidence d’une première « révolution de la consommation » de la fin du Moyen Âge) et moderne (influence du concept de « révolution industrieuse » formalisé par Jan de Vries à propos d’une paysannerie soucieuse dès le XVIIe siècle d’intensifier son travail pour permettre son accès à la consommation de produits variés), le colloque proposé vise deux objectifs. Le premier est de dresser un état des connaissances sur les pratiques de consommation de la paysannerie européenne dans l’optique de longue durée traditionnellement privilégiée par les rencontres de Flaran (du haut Moyen Âge au XVIIIe siècle). Plusieurs rapports de spécialistes français et étrangers doivent ainsi dresser des panoramas historiographiques pour l’Angleterre, l’Europe du Nord, la péninsule ibérique, l’Italie et la France. Le second objectif est de rendre compte des nouveaux champs d’investigation en histoire médiévale et moderne, au moyen de communications d’historiens et d’archéologues portant sur la consommation rurale de produits jusque-là peu étudiés (coquillages, produits textiles, produits exotiques) et sur la complexité longtemps insoupçonnée des stratégies d’accès à la consommation des paysans de l’Europe d’avant 1789. Trois axes structureront cette réflexion collective : les logiques de consommation de la paysannerie ; la diversité des consommations paysannes ; consommation paysanne et activité économique.

Ce colloque de Flaran constituera le premier rassemblement scientifique d’envergure dans lequel des historiens médiévistes et modernistes ruralistes, originaires de plusieurs pays européens, seront conviés à dialoguer sur ce thème de recherche qui leur est commun, et à confronter leurs approches. Cette rencontre, dont les actes seront rapidement publiés dans la collection des Journées internationales d’histoire s1SaP39ales dRrsquo;histoire de Flaran, devrait permettre de réévaluer la place des consommateurs paysans dans l’économie d’ancien régime, en insistant notamment sur le rôle d’impulsion décisif que leur conférait leur poids démographique. Il devrait également confirmer la grande por,mat Gmunhui Fe).nt arch.html?primary=fsubautoconli>J, aca&eommal Petrowoquearch.html?primary=fsubautobject&fsubjects à rPromieeacacute;giant l’autoconh2>VENDREDIeac OCTOBREstruct 9h30s d&rsquIcutation, etcute;lustruct ch.html?primary=fsubautobject&fsubjects àp>Gmunhui Fe).nt (Unsquo;Europe d&rsqu Pte;eon accPmierexotiques) Adonf) de consommation de la paysaJ, aca&eommal Petrowoque (Unsquo;Europe d&rsPde s D &arove;ndashrsPde s 7) de consommation de la paysa1)ass="origd">rigd">rigd"> anresons>Aubles neesser "san conso=fdate">C||O nEesser 7 02vale et eulv>

"search.hooooooooooooooooooooooooooooier s’av&eg&rs
  • m neesser http/catlequuntechvror"search.hooooooooooooooooooooooooooooier s’av&eg&rs
  • m neesser http/; diashers" dEs. Per leavs=fr">ch.hooooooooooooooooooooooooooooier s’av&eg&rs
  • m neesser http">Envsavss=tueracolumn ?primary=fsubjectoooooooooomn ?primary=ftml?primary=fsub ?primary=fsub->m neesser http">ef="search.html?primO nEesser confral>
    "search.hooooooooooooooooooooooooooooooier s’av&eg&rs
  • >eages/c"search.hooooooooooooooooooooooooooooooier s’av&eg&rs
  • m neesser http/6438">Envsavss=tueracolumn ?primary=fsubjectoooooooooomn ?primary=ftml?primary=fsub ?primary=fsub->ef="search.html?primmp;lang=f href richess activit&eacusacearch.hooooooooooooooooooooooooooooooier s’av&eg&rs
  • ef="search.html?primHypotete;s (coqe>te |