AccueilRéseaux et société

Réseaux et société

Networks and society

140e congrès national des sociétés historiques et scientifiques

Conference presentation of the 140th national conference of historical and scientific societies

*  *  *

Publié le mercredi 05 novembre 2014 par João Fernandes

Résumé

Le thème retenu pour le 140e congrès national des sociétés historiques et scientifiques « Réseaux et Société », est à la fois un hommage à notre institution, le comité des travaux historiques et scientifiques soucieux de regrouper un savoir en réseaux, et une plongée dans les recherches les plus novatrices que viennent conforter les techniques modernes d’Internet. Les rencontres de Reims devront donc s’attacher à identifier les réseaux qui constituent les infrastructures des sociétés et à cerner leur évolution. L’importance de la conjonction de coordination « et », qui unit réseaux et société dans le titre du congrès de 2015, doit être soulignée. Elle oblige à nous interroger sur le lien entre nos pratiques et le tout abstrait qui nous unit, et finalement sur nos manières de vivre ensemble.

Annonce

Argumentaire

Le thème retenu pour le 140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques qui se tiendra à Reims du 27 avril au 2 mai 2015, « Réseaux et Société », est à la fois un hommage à notre institution, le Comité des travaux historiques et scientifiques soucieux de regrouper un savoir en réseaux, et une plongée dans les recherches les plus novatrices que viennent conforter les techniques modernes d’Internet.

Le mot « réseau », du latin retis, qui a donné « rets » et « réticulaire », est d’un usage ancien : il apparaît dès le XIIe siècle sous la forme de « resel » et désigne un petit filet pour la chasse ou la pêche. C’est encore en ce sens qu’il est utilisé au XVIIe siècle, tandis qu’il sert aussi à nommer une partie de la coiffe des femmes, la résille. Au siècle suivant, le mot est adopté par les tisserands pour qualifier l’entrecroisement des fibres. Il passe en même temps de la métaphore textile à la métaphore médicale pour désigner l’appareil sanguin et le système nerveux. S’ajoute, au milieu du XIXe siècle, un certain nombre de définitions topographiques qui s’appliquent aux routes et aux chemins de fer, à l’eau, aux égouts, au téléphone, à l’information, etc. Le réseau devient une affaire de tracés et de cartes, théorisé par des graphes, modélisé par des formes. Entrelacement, contrôle, circulation, topologie entrent donc dans la définition des réseaux auxquels ces usages métaphoriques attribuent un grand pouvoir de suggestion. Mais il revient aux sciences sociales de les avoir transformés en un usage analytique et d’avoir élaboré une définition opératoire de la notion de réseau, avec principes méthodologiques et indicateurs spécifiques. 

Utilisé par les historiens, le concept doit être adapté à des problématiques qui sont propres à une évolution de la société dans le temps et dans l’espace. Il a l’avantage de placer l’individu comme un acteur au sein de la société et de ne pas définir sa place de façon seulement monolithique, par son sexe, sa naissance, son âge, sa profession, sa fortune, son éducation, sa religion, etc. Le même individu peut en effet se situer au sein de plusieurs relations sociales. Il en possède dès sa naissance et il les enrichit au cours de son existence, si bien qu’on peut parler de « réseaux donnés » et de « réseaux acquis ». Il peut aussi appartenir à des réseaux entrecroisés où il ne joue pas le même rôle. De ce fait, les notions d’exclusion et d’inclusion se trouvent brouillées car elles ne peuvent qu’être relatives à un réseau donné.

Dans l’espace géographique, l’inscription des réseaux sociaux se fait selon des modalités spécifiques : lieux qui sont « têtes de réseaux », axes qui forment des réseaux matériels de liaison entre les pôles précédents et les lieux qui constituent des relais de la circulation sociale, « portes » d’accès à de nouveaux réseaux sociaux et économiques, par exemple dans les circuits des migrations nationales et internationales qui lient sociétés d’origine et sociétés d’accueil.

Les rencontres de Reims devront donc s’attacher à identifier les réseaux qui constituent les infrastructures des sociétés et à cerner leur évolution. L’importance de la conjonction de coordination « et », qui unit réseaux et société dans le titre du Congrès de 2015, doit être soulignée. Elle oblige à nous interroger sur le lien entre nos pratiques et le tout abstrait qui nous unit, et finalement sur nos manières de vivre ensemble.

Projet ambitieux donc, que nous aborderons avec le regard croisé des sciences humaines.

Axes thématiques

Thème 1. Les signes d’appartenance

Thème 2. Les acteurs de développement des réseaux

A. Les intermédiaires
B. L’information
C. La technologie

Thème 3. La forme des réseaux

Thème 4. Réseaux formels et informels

A. Les réseaux religieux et spirituels
B. Les réseaux politiques
C. Les réseaux économiques

Thème 5. Réseaux, identités, mémoire

A. Les diasporas
B. La mémoire
C. Le prosélytisme

Thème 6. Pratiques des réseaux

A. Dans l’espace
B. Dans le temps

Thème 7. Réseaux, clandestinité, subversion

Colloque : La France savante du XVIe siècle à nos jours

  1. La France savante : tradition et culture, XVIe-XXe siècles
  2. Sciences et techniques en réseau dans la société
  3. Les érudits et leurs réseaux au XXIe siècle

Modalités pratiques

Que vous soyez auditeur ou intervenant, vous pouvez vous inscrire directement en ligne (paiement sécurisé) ou par voie postale.

  • Intervenant : 30€
  • Co-intervenant : 20€
  • Accompagnateur (2 au maximum par personne) : 40€
  • Auditeur : 70€
  • Membres de l'association des Amis du CTHS : 30€
  • Étudiants non-salariés et chômeurs : gratuit
  • Membres de sociétés savantes de Reims et de la région Champagne-Ardenne : gratuit 

Si vous proposez une communication, le résumé de la proposition de communication, de  1 000 caractères (espaces comprises), soit une demi-page, devra parvenir au CTHS

avant le 1er decembre 2014

par courrier électronique à congres@cths.fr ou sous forme de CD, accompagné de la fiche d'inscription qui figure à la fin de la brochure du programme d'appel à communication et qui est téléchargeable sur le site cths.fr

La brochure du programme d'appel à communication peut vous être envoyée sur simple demande à congres@cths.fr ou

CTHS – 140e congrès des sociétés historiques et scientifiques
110 rue de Grenelle
75357 PARIS cedex 07 

Chaque intervenant propose au maximum deux communications, se rapportant à des thèmes différents.
Les langues autres que le français sont acceptées pour les communications, à condition que le résumé soit envoyé accompagné de sa traduction en français. 

Le résumé doit viser à faire ressortir les point essentiels de la communication ; il en souligne les éléments nouveaux et les conclusions, de façon que tout lecteur puisse décider si son contenu présente suffisamment d’intérêt ou d’importance pour justifier la lecture du texte entier. Il doit faire clairement état des sources exploitées par l’auteur et être intelligible par lui-même, utiliser des phrases complètes, de préférence à une simple liste de titres de chapitres. Il ne doit donc prendre la forme ni d’une introduction générale, ni d’une table des matières. On y évitera le style « télégraphique » ou purement énumératif.

La commission de sélection du congrès étudie toutes les propositions de communication. L’inscription d’une communication à l’ordre du jour du congrès est soumise à l’approbation du Comité, qui peut écarter toute proposition ne lui paraissant pas convenir, sans avoir à motiver sa décision. Les frais d'inscription sont alors remboursés, sur demande.
Les communications acceptées par la Commission qui se réunit en décembre seront visibles sur le site cths.fr, page « programme du congrès » à partir de février 2015. 

En cas d'annulation de la part du congressiste, les frais d'inscription peuvent être remboursés, sur demande, jusqu'au 15 mars 2015. 

Pendant les séances de travail du congrès, le temps de parole est fixé à vingt minutes par communication, de manière à laisser place ensuite aux débats. 

Les frais de déplacement et d'hébergement sont à la charge du congressiste. 

Les actes du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques sont publiés principalement sous forme électronique. Ils sont disponibles à la vente sur le site internet du Comité, www.cths.fr, où ils peuvent être téléchargés à l’unité ou au volume entier. Cette forme de publication permet une diffusion internationale ; tout lecteur potentiel aura accès aux articles par une simple recherche de mots-clés sur internet par l’intermédiaire des moteurs de recherche.
Les volumes électroniques ont un titre et des références bibliographiques internationales ; ils sont préparés, remis aux normes et maquettés pour la publication. Ils sont répertoriés dans le catalogue des publications du CTHS, le copyright et le droit moral sur le texte restant la propriété de l’auteur.

L’acceptation d’une communication ne constitue en aucun cas un engagement de publication.
Les auteurs s’engagent formellement à présenter un texte original et inédit, et à le conserver inédit pendant un délai d’un an après le congrès. Le Comité des travaux historiques et scientifiques se réserve le droit de demander aux auteurs de corriger ou d’abréger leur texte, ou d’en refuser la publication.

Il est impératif d’observer les Instructions aux auteurs.
Si une communication n’est pas publiée dans les dix-huit mois suivant le congrès, l’auteur pourra, s’il le désire, contacter le secrétariat afin de reprendre son manuscrit. 

Comité scientifique 

Les présidents de sections du CTHS :

  • François BLARY, professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Âge à l’université libre de Bruxelles
  • Sophie CHEVALIER, maître de conférence en ethnologie à l'université de Franche-Comté, chercheur associé au LAU-IIAC-EHESS (Laboratoire d'antrhopologie urbaine - Institut interdisciplinaires d'anthropologie du contemporain - École des hautes études en sciences sociales), co-directrice de la revue électronique 
  • Patrick CORBET, professeur d'histoire du Moyen Age à l'université de Lorraine, Nancy
  • Mireille CORBIER, directeur de recherche émérite au CNRS (USR 710), directeur de L'Année épigraphique
  • Maurice HAMON, directeur honoraire des relations générales de Saint-Gobain, président du Centre international du vitrail de Chartres
  • Claude MORDANT, professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Bourgogne, membre de l'UMR ARTeHIS (Archéologie, terre, histoire, sociétés), UMR 6298, CNRS 

Les contributeurs de l’appel à communication

  • François BART, professeur émérite de l'université Bordeaux Montaigne, directeur de la revue Les Cahiers d'Outre-Mer, membre de l'Académie des Sciences d'Outre Mer
  • Tiphaine BARTHÉLÉMY, professeur en anthropologie et sociologie à l'université de Picardie Jules-Verne
  • Chantal BLANC-PAMARD, ex-directeur de recherche au CNRS, membre de l'UMR 194 EHESS-IRD (École des hautes études en sciences sociales - Institut de recherche pour le développement), CEAF (Centre d'études africaines)
  • François BLARY, professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Âge à l’université libre de Bruxelles
  • Anne BONZON, maître de conférence en histoire moderne à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Philippe BOURDIN, professeur d'histoire moderne à l'université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2
  • Patrick CORBET, professeur d'histoire du Moyen Age à l'université de Lorraine, Nancy
  • Sandra COSTA, professeur-associé à l'Alma Mater Studiorum, université de Bologne, Italie
  • Alain COUTELLE, professeur émérite des universitésude et de protection de la nature en Bretagne - Bretagne vivante, Membre; Comité français d'histoire de la géologie, Membre
  • Patrick DEMOUY, professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Reims Champagne-Ardennedennes, Membre; Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Membre
  • Judith FÖRSTEL, conservateur en chef du patrimoine au service de l'Inventaire d'ÎIe-de-France
  • Claude GAUVARD, professeur émérite d'histoire du Moyen Âge à l'université Panthéon-Sorbonnevistes de l'enseignement supérieur public, Présidente d'honneur; Comité français des sciences historiques, Membre du bureau
  • Christian GUILLERÉ, professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Savoieté des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Membre
  • Alexandre HERLÉA, professeur des universités émérite, université de Belfort-Montbéliardnale d'histoire des sciences, Membre; Société internationale d'histoire des techniques, Membre; La maison roumaine, Président
  • Philippe JANSEN, professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Nice Sophia Antipolis
  • Pierre-Yves LE POGAM, conservateur en chef du patrimoine, département des sculptures, musée du Louvre
  • Nicole LEMAITRE, professeur émérite d'histoire moderne de l’université Panthéon-Sorbonnere
  • Élisabeth MALAMUT, professeur d'histoire byzantine à l'université d'Aix-Marseille
  • Philippe MARTIN, professeur d'histoire moderne à l'université Lyon 2, directeur de l'ISERL(Institut supérieur d'études sur les religions et la laïcité) FED 4147
  • Simone MAZAURIC, professeur émérite des universités
  • Denis MENJOT, professeur d'histoire médiévale à l'université Lumière Lyon 2
  • Florian MEUNIER, conservateur en charge du département du Moyen Âge et de la renaissance au musée Carnavalet
  • Véronique MOULINIÉ, ethnologue, chargée de recherche au CNRS, membre du IIAC (Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain), équipe LAHIC (Laboratoire d'anthropologie sur l'histoire et l'institution de la culture)
  • Dominique POULOT, professeur d'histoire à l'université Panthéon-Sorbonne
  • Hélène RICHARD, inspectrice générale des bibliothèques
  • Jean SOUMAGNE, professeur émérite à l'université d'Angers
  • Jean-Louis TISSIER, professeur de géographie humaine à l'université Panthéon-Sorbonne
  • Catherine VINCENT, professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Paris Ouest Nanterre

Lieux

  • Lycée Saint-Jean-Baptiste de La Salle
    Reims, France (51)

Dates

  • lundi 01 décembre 2014

Mots-clés

  • congrès, réseaux, société, pluridisciplinaire,

Contacts

  • Francine Fourmaux
    courriel : congres [at] cths [dot] fr
  • Michèle Absalon
    courriel : deleguee [dot] generale [at] cths [dot] fr

Source de l'information

  • Francine Fourmaux
    courriel : congres [at] cths [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Réseaux et société », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 05 novembre 2014, http://calenda.org/300081