AccueilLes âges au travail

Les âges au travail

Revue « Chroniques du Travail » n°5

*  *  *

Publié le vendredi 03 octobre 2014 par Elsa Zotian

Résumé

Le travail en tant qu’activité rémunérée, alors même qu’il procure une sécurité et un bien-être social de plus en plus fragiles, devient paradoxalement de plus en plus nécessaire à tous les âges : pendant les études pour financer la scolarité et s’émanciper du foyer parental, pour vivre en couple et fonder une famille, pour préparer une reconversion et se former en cours de carrière, pour prendre une disponibilité et construire un projet de vie alternatif, pour voyager et se cultiver, pour compléter une retraite et permettre la prise en charge de parents âgés, etc. La thématique des âges au travail peut donc être interrogée à plusieurs niveaux et de différentes manières : étude de cas, enquête par entretiens, analyse de situations de travail, enquête par questionnaires, mobilisation secondaire de sources statistiques, etc.

Annonce

Chroniques du Travail est une revue récente qui est éditée par l'IRT d'Aix-en Provence (Aix-Marseille Université) depuis décembre 2011 et qui succède aux Cahiers de l’IRT (1988-2010). Elle ambitionne de devenir une revue de référence de sciences sociales du travail et de concilier rigueur et lisibilité, en vue d’assurer une fonction non pas d'initiation ou de vulgarisation, mais de diffusion des résultats de la recherche. Le numéro 5 (à paraître à l'automne 2015) propose une réflexion sur le thème « Les Âges au Travail » et lance un appel à contribution.

Argumentaire

Le monde du travail et de l’emploi est un organisateur puissant des âges et des cycles de vie. La répartition des temps de travail et d’inactivité constitue un enjeu de société majeur. Malgré un allongement de la vie en bonne santé, la période d’activité professionnelle reste encore largement aujourd’hui concentrée sur les « 30-50 ans ». Le taux d’emploi des 55-64 ans n’atteint pas 45 % en France contre 54 % dans l’ensemble des pays de l’OCDE (2012), la France restant loin derrière des pays comme la Suède, le Japon ou l’Allemagne. A l’opposé du cycle de vie, l’augmentation des niveaux d’études des diplômés de l’enseignement supérieur et leur poids au sein de la population juvénile ainsi que la dégradation de leurs conditions d’insertion (avec un taux de chômage de 20 % pour l’ensemble des sortants du système éducatif en 2010, trois ans après la fin des études) conduisent à reporter plus avant encore l’âge d’une intégration stabilisée dans l’emploi.

Au lieu d’une gestion globale des parcours de vie, en capacité de promouvoir des transitions douces entre les grandes périodes de la vie - l’apprentissage, l’activité rémunérée, la retraite - les pouvoirs publics se sont longtemps évertués à construire des dispositifs ciblés en fonction de l’âge. Il en va ainsi des mesures d’âge et de départ anticipé à la retraite qui construisent, ce faisant, la quasi-irréversibilité du retour à une quelconque activité. Il en va aussi de la panoplie des contrats aidés qui ont une application limitée selon l’âge du demandeur. La conséquence de ces cloisonnements est une stigmatisation des publics et des effets de discrimination par l’âge : le jeune sans expérience…, le senior incapable de s’adapter…, le chômeur trop âgé…

Les institutions participent ainsi à la construction de sorte « d’équivalents fonctionnels » ou de « raccourcis cognitifs » entre des âges et des capacités. Or, une telle approche se heurte à « l’affaiblissement de la régulation collective du cours de la vie » (Guillemard, 2010)[1]. En effet, les séquences d’emploi, d’éducation et de formation, de vie familiale (avec la recomposition des ménages à tous les âges…) et les périodes d’inactivité (plus souvent forcées par les restructurations d’emploi, le progrès technologique, la concurrence internationale, les crises économiques…) se combinent aujourd’hui à tous les âges.

Si l’âge demeure l’échelle d’un temps biologique et physiologique humain, la société post-moderne tend à ne plus l’inscrire comme un répartiteur univoque des grands temps et tournants de la vie. Et la montée des incertitudes économiques fait peser sur le travail, le niveau de vie, la vie familiale, des risques qui ne disparaissent plus avec l’âge et « l’installation » dans la vie.

Le travail en tant qu’activité rémunérée, alors même qu’il procure une sécurité et un bien-être social de plus en plus fragiles, devient paradoxalement de plus en plus nécessaire à tous les âges : pendant les études pour financer la scolarité et s’émanciper du foyer parental, pour vivre en couple et fonder une famille, pour préparer une reconversion et se former en cours de carrière, pour prendre une disponibilité et construire un projet de vie alternatif, pour voyager et se cultiver, pour compléter une retraite et permettre la prise en charge de parents âgés…

La thématique des âges au travail peut donc être interrogée à plusieurs niveaux et de différentes manières : étude de cas, enquête par entretiens, analyse de situations de travail, enquête par questionnaires, mobilisation secondaire de sources statistiques, etc.

On peut s’interroger sur la concurrence intergénérationnelle et la menace sur l’emploi des seniors. Pour certains économistes en effet, la progression forte des salaires avec l’âge conduirait à des effets de substitution de travailleurs âgés et chers par des travailleurs plus jeunes. Cette substitution pourrait aussi créer des ruptures dans les opportunités de promotion interne qui s’ouvraient avec l’ancienneté aux salariés plus âgés dans la logique des marchés internes - leurs jeunes collègues dotés en général d’un meilleur niveau de qualification initiale pourvoyant ces postes à partir du marché externe. D’autres évoquent particulièrement le progrès technique biaisé au détriment des salariés âgés, perçus comme moins en capacité de s’approprier les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

On peut aussi se questionner sur le lien entre intensification du travail, dégradation des conditions de travail et maintien en emploi des salariés âgés. A cet égard, on pourra se demander si la mise en place d’un droit individuel à la formation et l’ouverture des possibles en matière d’accès à la formation tout au long de la vie, ont permis aux salariés en deuxième partie de carrière de mobiliser ces nouveaux dispositifs pour maintenir, actualiser ou étendre leurs compétences et ainsi préserver leur employabilité.

Dans un contexte de pénurie d’emploi et de montée de la précarité professionnelle, la sélectivité du marché du travail opère également selon l’âge, conduisant à discriminer les franges extrêmes de la population, les uns par manque d’expérience, les autres parce qu’ils en ont trop et/ou que cette expérience n’est pas assez diversifiée, rigidifiant leurs pratiques et figeant leur capacité à évoluer… Du point de vue du genre et des âges où investissements dans la carrière professionnelle et construction familiale doivent être menés de front, on peut s’intéresser aux risques que font peser les âges de la maternité et de la petite enfance sur le travail des femmes et leur évolution professionnelle. A cet égard, l’âge en rapport à la disponibilité au travail serait porteur de signaux différents selon le sexe…

Au niveau organisationnel, qu’en est-il de l’effectivité des programmes de gestion des âges dans les entreprises ? A quelles conditions portent-ils leurs fruits et quelles en sont les conséquences directes pour les salariés ?

Enfin, à un niveau plus sociétal, on peut s’intéresser aux édifices normatifs que les institutions promeuvent et aux cultures de l’âge ainsi véhiculées. Que l’on songe aussi à la manière dont on désigne les temps sociaux qui explicitement hiérarchisent les situations et définissent certains temps de vie comme le négatif d’un temps modal plus socialement désirable : l’inactivité comme non-activité alors qu’elle est potentiellement riche de multiples activités et comportements qui renforcent les liens sociaux et familiaux et qui contribuent à la vie en société au même titre que les activités professionnelles.

L’ensemble de ces angles d’approche, donnés à titre illustratif, ne vise qu’à suggérer des pistes d’analyse et en aucun cas ne cherche à limiter les auteurs dans leurs intentions.

[1]  Guillemard A.M. (2010), Les défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite : perspectives internationales, Armand Colin, 2e éd., Coll. U, 360p, p.298. Anne-Marie Guillemard est professeur des Universités en sociologie, à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université Paris Descartes Sorbonne, membre de l’Institut Universitaire de France et de l’Académie Européenne des Sciences et chercheur au Centre d’Etude des Mouvements Sociaux.

Modalités de soumission et calendrier

Les communications correspondent à un texte complet qui ne doit pas excéder 30 000 signes, bibliographie incluse, accompagné d'un résumé de 10 lignes maximum.

Ces communications et résumés seront soumis exclusivement par courriel à irt-contact[at]univ-amu.fr et à chroniquesdutravail[at]gmail.com

  • Date limite de réception des communications : 10 février 2015

  • Réponse du Comité de rédaction aux auteurs* : 24 mars 2015
  • Retourdesversionsdéfinitives : 24 mai 2015
  • Publication : automne 2015

(* si nécessaire, le Comité aura recours à des rapporteurs externes)

Comité de parrainage

  • Jacques FREYSSINET, économiste, ancien directeur de l'Institut du Travail de Paris-Sceaux et ancien directeur de l'Institut de recherches économiques et sociales, IRES ;
  • Jacques GARNIER, économiste, ancien directeur de l'Institut Régional du Travail d'Aix-en-Provence ;
  • Eric VERDIER, sociologue et économiste, directeur de Recherche au CNRS, section 40, LEST, Aix Marseille Université.

Comité scientifique

  • Christophe BARET, professeur des Universités en Gestion, LEST, Aix-Marseille Université ;
  • Alexis BUGADA, professeur des Universités en Droit social, directeur du Centre de Droit Social, EA 901, Aix-Marseille Université ;
  • Mario CORREIA, maître de Conférences en Sociologie du travail à l’IRT et au LEST (Laboratoire d’économie et de Sociologie du travail), Aix Marseille Université, directeur de l’IRT d’Aix-en-Provence, vice-Président AMU en Santé et Sécurité au Travail ;
  • Arnaud DUPRAY, ingénieur de recherche au Céreq et chercheur associé au LEST, Aix-Marseille Université ;
  • Henri ECKERT, professeur en Sociologie, GRESCO (EA 3815), Université de Poitiers ;
  • Céline GASQUET, directrice de l’Observatoire Régional des Métiers (ORM, Marseille) ;
  • Jérôme GAUTIÉ, professeur des Universités en Economie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;
  • Annie LAMANTHE, ingénieur de Recherche, LEST-Centre régional associé au Céreq, Aix-Marseille Université ;
  • Ariel MENDEZ, professeur des Universités en Sciences de gestion, directrice du LEST, UMR 7317, CNRS, Aix-Marseille Université ;
  • Philippe MOSSÉ, économiste, directeur de Recherche au CNRS-LEST, UMR 7317, Aix-Marseille Université, directeur du Centre associé au Céreq ;
  • Stéphanie MOULLET, maître de Conférences en Economie du travail et de l’éducation, IRT d’Aix-en-Provence, LEST, Aix-Marseille Université ;
  • Jean-François PAULIN, maître de Conférences en Droit privé, IUT (Université Claude Bernard Lyon 1), CNRS          (UMR 5137, Erds-CERCRID, Saint-Etienne), directeur de l’Institut de Formation Syndicale (Université Lumière         Lyon 2) ;
  • Olivier PUJOLAR, maître de Conférences en Droit, vice-Président du CEVU, Université de Montesquieu Bordeaux 4 ;
  • Michel ROCCA, maître de Conférences HDR en Economie, vice-Président du CEVU, Université Pierre Mendes France, Grenoble ;
  • Vincent TIANO, docteur en Sociologie, directeur du travail de l’Unité Territoriale des Bouches du Rhône de la DIRECCTE PACA.

Rédacteurs en chef du numéro 5

  • Arnaud DUPRAY
  • Anne-Marie GUILLEMARD 
  • Stéphanie MOULLET

Directeur de publication de Chroniques du Travail

  • Mario CORREIA

Dates

  • mardi 10 février 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • cycle de vie, âges, jeunes, seniors, travail, conditions de travail, relations intergénérationnelles

Contacts

  • Stéphanie Moullet
    courriel : stephanie [dot] moullet [at] univ-amu [dot] fr
  • Arnaud Dupray
    courriel : dupray [at] cereq [dot] fr

Source de l'information

  • Christiane Korol
    courriel : irt-contact [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les âges au travail », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 03 octobre 2014, http://calenda.org/300806