AccueilLe nouvel esprit de la psychiatrie et de la santé mentale

Le nouvel esprit de la psychiatrie et de la santé mentale

The new spirit of psychiatry and mental health

*  *  *

Publié le jeudi 25 septembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Séminaire de recherche organisé par Pierre-Henri Castel, Alain Ehrenberg et Nicolas Henckes à l'université Paris Descartes. Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux collègues intéressés par l’histoire, la sociologie, l’anthropologie et l’épistémologie des questions de santé mentale et de psychiatrie. Il favorisera les comparaisons internationales, le recul historique sur les phénomènes, mais aussi la réflexion sur les politiques publiques de la santé mentale et de la psychiatrie.

Annonce

Argumentaire

Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux collègues intéressés par l’histoire, la sociologie, l’anthropologie et l’épistémologie des questions de santé mentale et de psychiatrie. Il  favorisera les comparaisons internationales, le recul historique sur les phénomènes, mais aussi la réflexion sur les politiques publiques de la santé mentale et de la psychiatrie.

Il offrira aussi un espace où les étudiants (de M2 aux postdoctorants) pourront exposer leurs travaux en cours, et il proposera des lectures d’articles récents ou de « classiques » du domaine.

Il comporte quatre axes (provisoires) :

  • Une réflexion suivie autour du « cerveau social », des neurosciences cognitives, et de leur impact sur la reconfiguration générale des questions de santé mentale et de psychiatrie.
  • Une attention particulière aux questions de petite enfance et de socialisation précoce, avec une mise en perspective du poids croissant que ces enjeux, formulés en termes de santé mentale, prennent dans les politiques publiques.
  • À l’autre bout de la chaîne, les transformations induites par la chronicisation des maladies mentales, par la vie en mode suboptimal, par l’aménagement des notions d’autonomie et de handicap qui se substituent peu à peu, en psychiatrie, à l’ambition  de guérir.
  • Une tentative de formuler ou de reformuler la question polémique de savoir s’il y a des pathologies mentales « émergentes » (en fonction des mutations de la société), et en quel sens.

Ce séminaire inclura enfin une recherche plus méthodologique, visant à remplir peu à peu une boîte à outils théoriques susceptibles d’être exploités de façon transdisciplinaire. Nous envisageons de discuter et de  clarifier des notions compliquées, en débat ou, au contraire, dangereusement banalisées aujourd’hui : looping effect, naturalisation de l’intentionnalité, care, l’idée de fonction dans les neurosciences, l’instrumentation biostatistique en génétique, en épidémiologie, ou dans l’évaluation des thérapies, les théories variées des émotions et de l’affect, la liste étant ouverte.

Programme

14 octobre 2014, 16h-18h

Alain Ehrenberg, Les neurosciences cognitives : une anthropologie de l’action, mais laquelle ?

Plan

1. Rappel du cadre d’analyse

Le grand clivage méthodologique : approches critiques/approches descriptives ; le statut sociologique de la santé mentale (mal moral/social et maladie, attitude à l’égard de l’adversité, action et passion) ; les neurosciences cognitives en tant que cristallisation des représentations collectives de l’autonomie-condition dans un jeu de langage neurobiologique.

2. Introduction : quel genre de représentations collectives ?

Comparer les emplois du « social » en psychanalyse et en neurosciences : obligation/autorité vs confiance/échange ; le pacte et le mécanisme : deux manières de lier des hommes libres, deux individualismes ; le comportement au centre du social.

3. Le cas exemplaire de Phineas Gage / E.V.R : les malheurs du sujet pratique

L’action inappropriée d’un cerveau indigne de confiance ; la prise de décision, instant suprême de l’action en neurosciences cognitives.

4.  Le genre de représentations collectives : l’individualisme anglo-écossais

Un héritage des Lumières anglo-écossaises ; la démolition de l’héroïsme et de l’abnégation ou la naissance de la représentation de l’individu ordinaire comme homme d’action entreprenant ; la méthode individualiste / empirique (le donné, la logique des parties, détacher l’individu de ses relations pour capter des mécanismes) ; la méthode d’enquête et le genre d’idéal individualiste sont liés : l’empirisme donne son langage conceptuel à la représentation de l’individu comme homme d’action ; l’apport de l’individualisme anglo-écossais à l’individualisme en général : penser la contingence de l’action.

5. Le cerveau est-il (comme) un individu ?

Socialisation par le mécanisme et socialisation par l’entretien des sentiments de sociabilité

Biologie de l’esprit ou personnification du cerveau ?

Bibliographie

S. W. Anderson, A. Bechara, H. Damasio, D. Trabel, A. Damasio, Impairment for social and moral behavior related to early damage in human préfrontal cortex, Nature, vol. 2, 11, novembre 1999, 1032-1037

A. R. Damasio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, [1994] 1995, Poches Odile Jacob, 2001.

L. Dumont, Homo Æqualis I. Genèse et épanouissement de l'idéologie économique, Paris, Gallimard, 1977.

G. Deleuze, Empirisme et subjectivité, Paris, PUF, 1953.

C. Gautier, L’Invention de la société civile. Mandeville, Smith, Ferguson, Paris, PUF, 1993.

E. Halévy, La Formation du radicalisme philosophique, trois volumes, 1901-1904, réédition PUF, 1995. Consultable librement sur : http://classiques.uqac.ca

M. Jeannerod, Le cerveau volontaire, Paris, Odile Jacob, 2009

J.-L. Signoret, Entre cerveau et cognition : la neuropsychologie, Le Débat, 47, novembre/décembre 1987, 145-157.

N. Waszek, L’Écosse des Lumières. Hume, Smith, Ferguson, PUF, 2003

18 novembre 2014

Alain Ehrenberg, Qu’est ce qu’il peut bien avoir dans la tête ? Les mécanismes du social dans la matrice des sciences cognitives

9 décembre 2014

Denis Forest, Les  neurosciences sociales comme programme de recherche : au-delà de la théorie de l'esprit

Pogramme des séances suivantes

13 janvier 2015, Nicolas Henckes.

10 février, Baptiste Moutaud.

10 mars, Nicolas Henckes.

14 avril, Julie Mazaleigue.

12 mai, Pierre-Henri Castel : La notion  psychopathologique de perversion, sous l'angle d'une anthropologie du Mal.

Le séminaire sera clôturé par une journée d’étude qui se déroulera le 5 juin 2015 :

Qu’est-ce la maladie mentale ? Entre intentionnalité folle et déficits cognitivo-cérébraux

Lieux

  • Bâtiment Jacob, 5e étage, Salle des Thèses - 45 rue des Saints Pères
    Paris, France (75006)

Dates

  • mardi 14 octobre 2014
  • mardi 18 novembre 2014
  • mardi 09 décembre 2014
  • mardi 10 février 2015
  • mardi 10 mars 2015
  • mardi 14 avril 2015
  • mardi 12 mai 2015
  • vendredi 05 juin 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • psychiatrie, santé mentale, neurosciences, cerveau social, clinique, pervers, risque, réhabilitation

Contacts

  • Nicolas Henckes
    courriel : henckes [at] vjf [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Nicolas Henckes
    courriel : henckes [at] vjf [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le nouvel esprit de la psychiatrie et de la santé mentale », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 25 septembre 2014, http://calenda.org/300974