AccueilSéminaire général de critique génétique

Séminaire général de critique génétique

General seminar in genetic criticism

*  *  *

Publié le vendredi 26 septembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Créé il y a plus d’une trentaine d’années à l’École normale supérieure, le séminaire général de critique génétique anime la réflexion théorique collective menée au sein de l’ITEM et au-delà, sur les processus de création en lettres, arts et sciences dans la période moderne et contemporaine. Conçu comme un moment d’échanges et de dialogue entre chercheurs, étudiants et collègues invités venant de France ou de l’étranger, le séminaire présente les résultats marquants obtenus dans ce domaine, les travaux en cours sur les manuscrits et les dossiers de genèse des œuvres, ainsi que les enjeux actuels de la recherche en critique génétique. Ce séminaire se compose de huit séances, d'octobre 2014 à mai 2015.

Annonce

Argumentaire

Créé il y a plus d’une trentaine d’années à l’Ecole normale supérieure, le séminaire général de critique génétique anime la réflexion théorique collective menée au sein de l’ITEM et au-delà, sur les processus de création en lettres, arts et sciences dans la période moderne et contemporaine. Conçu comme un moment d’échanges et de dialogue entre chercheurs, étudiants et collègues invités venant de France ou de l’étranger, le séminaire présente les résultats marquants obtenus dans ce domaine, les travaux en cours sur les manuscrits et les dossiers de genèse des œuvres, ainsi que les enjeux actuels de la recherche en critique génétique.

Les avancées en critique génétique sont notamment rythmées par la publication de la revue Genesis. Revue internationale de critique génétique qui paraît deux fois par an. La parution de chaque numéro donne lieu, au sein du séminaire, à une présentation de l’enjeu théorique qui l’a porté.

Chaque année, un écrivain est invité à parler de son travail en dialogue avec un chercheur et enrichit le débat par une pratique vivante de la création.

Nous souhaitons que ce séminaire général ouvert à tout chercheur, à tout amoureux des manuscrits, à tout penseur des archives et de la genèse d’une œuvre offre un moyen d’approfondir et d’enrichir les travaux patients, menés au jour le jour dans notre laboratoire.

Le séminaire est validable par les élèves en master à l’ENS.

Responsables

Irène Fenoglio et Nathalie Ferrand, directrices de recherche au CNRS (Irene.Fenoglio@ens.fr et nathalie.ferrand@ens.fr).

Programme

Le séminaire 2014-2015 commencera avec une actualité patrimoniale : le retour en France d’un manuscrit de Sade dans l’année qui marque le bicentenaire de sa mort. Il nous fera également pénétrer dans l’atelier d’Erasme et dans celui de Victor Hugo, présentera l’édition des manuscrits de Jane Austen en cours à Oxford, mais aussi s’attardera sur une percée récente et explorée avec succès, celle des manuscrits de linguistes, en l’occurrence, Saussure, ou encore s’interrogera sur le travail d’un auteur contemporain : Marcel Cohen.

Deux séances sont consacrées à la présentation des derniers numéros de la revue Genesis. Cette année les genres oraux et les espaces non verbaux (dessins et photographie) seront au cœur de l’attention.

Ce programme voudrait montrer que la critique génétique peut concerner une pluralité de domaines dès lors que l’examen du matériau d’archive permet une réflexion heuristique, qu’elle ouvre à de nouvelles interprétations tout en affinant sa démarche.

15 octobre 2014, 18h-20h

ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris. Amphithéâtre Jules Ferry

  • Jean-Christophe Abramovici, Université Paris IV-Sorbonne, Sade et ses manuscrits

19 novembre 2014, 18h-20h

ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris. Amphithéâtre Jules Ferry

  • Daniele Gambarara, Université de la Calabre, Génétique des textes achevés et génétique des textes non achevés en linguistique : le cas Saussure

Saussure était connu de son vivant pour des ouvrages et des articles que peu de savants sont prêts à relire aujourd’hui. Il a été célébré après sa mort pour un ouvrage qu’il n’a pas écrit, qualifié parfois d’apocryphe, mais dont on va célébrer le centenaire en 2016.

A partir de 1957, ses notes de recherches et des ouvrages inachevés sous forme manuscrites ont été salués comme représentant le vrai Saussure, et leur caractère inachevé a sans doute ajouté à l’engouement qui s’est alors manifesté. Saussure, maître de l’inachevé ?

La conférence s’attachera à faire apparaître l'enjeu de ce que représentent les manuscrits de Saussure aujourd'hui et s’interrogera sur la façon dont ils sont, pour la génétique, un cas exemplaire Les manuscrits de Saussure permettent de poser de manière pertinente la problématique de l’achevé/inachevé, en pointant le flou de cette frontière.

Aussi l’état trouble de ces archives, pourtant aujourd’hui bien exploitées, peut nous conduire à nous interroger sur la notion d’inachevé.

Daniele Gambarara est professeur de Philosophie du langage à l’Université de Calabre, et président du Cercle Ferdinand de Saussure. Il s’intéresse aux questions épistémologiques de la linguistique générale et aux problématiques philologiques et éditoriales des oeuvres de F. de Saussure. Son dernier ouvrage (avec Maria Pia Marchese : Guida per un’edizione digitale dei manoscritti di Ferdinand de Saussure (Guide pour une édition numérique des manuscrits de F. de Saussure, Alessandria, éd. Dell’orso, 2013).

10 décembre 2014, 17h-19h

Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, 75004 Paris.

  • Gilles Philippe, Rudolf Mahrer, Université de Lausanne, Jean Bourgault, Lycée Condorcet, Avant-dire. La genèse écrite des genres oraux (Genesis 39)

14 janvier 2015, 18h-20h

ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris. Amphithéâtre Jules Ferry

  • Marcel Cohen, écrivain et Verónica Galíndez, Université de São Paulo, Genèses de Faits

11 février 2015, 18h-20h

BnF, 2 rue Vivienne, 75002 Paris. Salle des Commissions

  • Guy Rosa, J.-M. Hovasse, Université Paris VII et Jean-Marc Hovasse, Item, Manuscrits de Victor Hugo

L'édition des manuscrits littéraires court toujours le risque de demeurer anecdotique ou superflue, soit qu'elle publie des brimborions inédits, soit qu'elle n'ajoute pas grand chose à la lecture des œuvres imprimées et n'apporte qu'une confirmation – pour ne pas dire une preuve – à ce qu'on sait déjà d'elles. Ce n'est d'ailleurs pas négligeable tant l'interprétation, souvent, se fourvoie faute de garde-fou. Il arrive pourtant que l'avant-texte révèle quelque chose de neuf sur le texte et le rende à son sens. La lecture sans doute le percevait, mais si obscurément et inconsciemment que le commentaire ne s'en était pas encore saisi. Vu de près et en totalité, le manuscrit des Misérables a offert cette chance rare.

Guy Rosa a publié, seul ou en collaboration, le texte établi sur les manuscrits d'Adèle Hugo pour Victor Hugo raconté par Adèle Hugo et sur ceux de Hugo pour Feuilles paginéesFragments dramatiquesChoses vues, ainsi que les éditions électroniques et génétiquement orientées des Misérables et d'Histoire d'un crime. Il travaille à celle deWilliam Shakespeare.

Responsable de l’équipe « Autobiographie et correspondances » à l’ITEM, Jean-Marc Hovasse écrit la biographie de Victor Hugo (Fayard). Il a révisé l’édition du dernier tome publié du Journal d’Adèle Hugo et édité, seul ou en collaboration avec Guy Rosa, plusieurs œuvres de Victor Hugo (Les ChâtimentsNapoléon le PetitHistoire d’un crime). Il a organisé, en 2014-2015 à Besançon, une exposition de lettres et de fragments manuscrits de Victor Hugo.

11 mars 2015, 18h-20h

Ecole normale supérieure, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris, Salle Jean Jaurès

  • Alexandre Vanautgaerden, directeur de la Bibliothèque de Genève, Dans l'atelier de l'imprimeur Johann Froben à Bâle : impression et mise en page des manuscrits d'Erasme

Érasme est le premier auteur en Occident à avoir déployé son atelier d’écriture au sein même d’une officine typographique. Avant de rencontrer l’imprimeur Alde Manuce en 1508, l’humaniste travaillait de façon classique : une fois le manuscrit rédigé dans le silence de son studiolo, il le livrait à un imprimeur qui se chargeait de sa mise en page, de son impression et de sa diffusion. À Venise, Érasme initie une façon de travailler au sein d’une équipe de correcteurs lettrés et rédige au milieu des presses, mixant écriture et impression. Il développera cette technique dans l’atelier de Johann Froben à Bâle à partir de 1514. L’exposé présentera une série de manuscrits et d’imprimés afin de préciser le travail de l’écrivain vis-à-vis des directeurs d’édition à la Renaissance.

Spécialiste de la Renaissance et de l’Humanisme, auteur de nombreux livres sur ce sujet, Alexandre Vanautgaerden a longtemps dirigé à Bruxelles la Maison d’Érasme, un auteur auquel il a consacré un ouvrage magistral : Érasme typographe. Humanisme et imprimerie au début du XVIe siècle (Droz, 2012). Il s’intéresse également aux carnets d’artistes contemporains et a publié en 2013 chez Albin Michel, Fabienne Verdier et les maîtres flamands. Notes et carnets. Alexandre Vanautgaerden dirige aujourd’hui la Bibliothèque de Genève.

15 avril 2015, 18h-20h

ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris. Amphithéâtre Jules Ferry

  • Aurèle Crasson, Louis Hay, Item, Verbal / non verbal (Genesis 37) et Monique Sicard, Item, Genèse de la photographie (Genesis 40)

Présentation de Genesis n° 37 "Verbal / non verbal" par Louis Hay (ITEM) et Aurèle Crasson ( ITEM) :

Comment naissent les œuvres de l'esprit? Écrivains et penseurs le révèlent à travers leurs manuscrits. Véritables tableaux des opérations mentales, ils donnent à voir le mouvement de la langue et de l'imaginaire visuel : structuration de l'espace de la page, dessins involontaires, inventions graphiques, recours à la couleur, constitution de fichiers organisateur de l’œuvre à venir. …

Que sont ces traces non verbales qui accompagnent le geste d’écriture sans interrompre la dynamique d'élaboration textuelle? Comment interviennent-elles dans les manuscrits d’écrivains, philosophes, sociologues, tout auteur dont le travail créateur en passe par l’écriture? Comment agit cette double pratique dans le processus de production du texte ? Ce volume, qui donne suite au numéro « Sémiotique » de 1996, décrit là l’écriture dans sa réalité, où des graphismes viennent suppléer l’insuffisance des mots, alors que la langue vient à son tour préciser une pensée.

Présentation de Genesis n°40 "Photo-graphies" par Monique Sicard (ITEM)

Ce numéro, richement illustré, offre un point de vue nouveau sur les photographies et leurs pratiques. Loin d’une doxa de l’anéantissement du temps par l’instantané, l’étude des processus de la création photographique est un éloge du temps long, du lent regard et de l’engagement physique des auteurs photographes. Ces prémices d’une génétique photographique prennent appui sur les concepts de la génétique littéraire.

 

20 mai 2015, 18h-20h

ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris. Amphithéâtre Jules Ferry

  • Kathryn Sutherland, Université d’Oxford, Les manuscrits de Jane Austen : dans la durée et sur la page

Catégories

Lieux

  • Salle Jean Jaurès - 29, rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Dates

  • mercredi 15 octobre 2014
  • mercredi 19 novembre 2014
  • mercredi 10 décembre 2014
  • mercredi 14 janvier 2015
  • mercredi 11 février 2015
  • mercredi 11 mars 2015
  • mercredi 15 avril 2015
  • mercredi 20 mai 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • critique génétique, manuscrit, archive, Sade, Victor Hugo, Jane Austen

Contacts

  • Irène Fenoglio
    courriel : irene [dot] fenoglio [at] ens [dot] fr
  • Nathalie FERRAND
    courriel : Nathalie [dot] ferrand [at] ens [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nathalie FERRAND
    courriel : Nathalie [dot] ferrand [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Séminaire général de critique génétique », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 26 septembre 2014, http://calenda.org/301278