AccueilDe la gestion des connaissances à l'économie des connaissances

De la gestion des connaissances à l'économie des connaissances

Appel à articles pour la revue Communication and Management, éditions Eska

*  *  *

Publié le vendredi 21 novembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Le concept de « gestion des connaissances » trouve ses premières traces dans les propos de Taylor (1911) à travers le management scientifique, soit la nécessité de capturer et mutualiser l’ensemble des connaissances des employés afin que celles-ci profitent à l’entreprise sur le long terme, le but étant de minimiser la dépendance d’une entreprise envers ses salariés. Déjà étaient abordées les notions de capitalisation, de partage et de circulation des connaissances au sein de l’entreprise afin de créer de nouvelles connaissances voire d’innover. Outre la dépendance d’une entreprise envers ses salariées, l’objectif était de savoir comment les choses étaient réalisées et surtout comment les faire de manière efficiente.

Annonce

Coordinateurs

  • Monica Mallowan, Professeur agrégée en gestion de l’information à l’Université de Moncton (Canada), Observatoire PROVIS, CE.RE.GE (EA 1722), membre du GRICODD.
  • Vincent Liquète, Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bordeaux (France), directeur adjoint Formation ESPE, co-responsable du GCCPA, IMS- Equipe Cognitique et Ingénierie Humaine (CIH) UMR 5218 - CNRS, membre du GRICODD.
  • Lise Verlaet, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Montpellier 3 (France), LERASS-Céric (EA 827), membre du GRICODD.

Argumentaire

Le concept de « gestion des connaissances » trouve ses premières traces dans les propos de Taylor (1911) à travers le management scientifique, soit la nécessité de capturer et mutualiser l’ensemble des connaissances des employés afin que celles-ci profitent à l’entreprise sur le long terme, le but étant de minimiser la dépendance d’une entreprise envers ses salariés.  Déjà étaient abordées les notions de capitalisation, de partage et de circulation des connaissances au sein de l’entreprise afin de créer de nouvelles connaissances voire d’innover. Outre la dépendance d’une entreprise envers ses salariées, l’objectif était de savoir comment les choses étaient réalisées et surtout comment les faire de manière efficiente.

De nos jours, à l’ère de la société de l’information, le problème de la gestion de connaissances n’est pas dans la collecte des informations - lesquelles nous mènent petit à petit vers l’infobésité (même dans le contexte de l’entreprise) - mais dans la validation, le traitement et la diffusion des informations pertinentes, à hautes valeurs ajoutées tant pour l’accomplissement d’une tâche que pour la prise de décision stratégique pour l’organisation. Qui plus est, notre société est empreinte d’un certain « bougisme » (Taguieff, 2001) et « nomadisme salarial » (Cliquet et Orange, 2002) qui, couplés à l’effet du « papy-boom », entrainent une fuite des connaissances, des savoirs et des savoir-faire d’une organisation. Il devient ainsi indispensable non seulement de capitaliser et de manager toutes les connaissances de l’entreprise, mais aussi d’avoir une vision prospective des compétences et des métiers à développer ou/et à acquérir pour rester concurrentiel.

Le numérique - et à travers lui tous les moyens de communication et les technologies collaboratives - redessine la manière de diriger les organisations et corrélativement la culture des entreprises. Le modèle hiérarchique pyramidal et rigide tend à laisser la place à un modèle horizontal et flexible favorisant le partage d’information, les retours sur expériences, la construction collective du sens et l’action collective « décloisonnée », l’énaction (Weick et Kiesler, 1979). Comme le souligne Moinet (2011) il est nécessaire de « passer de l’information à la connaissance, du « savoir pour agir » au « connaître est agir » ».

Ceci nous amène à considérer l’investissement immatériel d’une organisation, à savoir son capital humain. Celui-ci devant être compris non pas comme cause de coût financier mais comme générateur de valeur. Les réflexions menées lors de la Tribune Sciences Po de l’économie de l’immatériel 2013-2014 dirigée par Marie-Ange Andrieux (2014) font largement état de ce constat. Constat étayé par la réalité économique (ibidem) : les investissements immatériels, constituant le cœur de la compétitivité de l’économie de l’innovation et de la connaissance et dont les 2/3 concerneraient directement ou indirectement le capital humain, dépasseraient les investissements matériels dans les pays industrialisés.

Il s’agit donc de faire du « knowledge management » pour garantir une « knowledge economy ». En ce sens le capital humain devient un facteur déterminant pour la compétitivité durable de l’organisation. Il s’agit alors de s’interroger sur les meilleures pratiques managériales, organisationnelles, communicationnelles et informationnelles de ce capital humain.

Articulé autour de trois axes, ce numéro de « Communication & Management »  – revue qui fait partie de la liste des« revues SHS - Sciences de l’information et de la communication AERES » – se propose d’aborder, dans l’esprit de la durabilité, dont l’objectif est de soutenir le développement en cours, sans compromettre le développement futur.

Un premier axe entend s’interroger sur les préoccupations et les motivations des organisations ayant abouti sur le développement d’un dispositif de Knowledge Management (KM). Quelles utilisations du KM : la relève, la performance, l’innovation, la R-D, la compétitivité, le savoir-faire traditionnel et émergent, la protection du capital immatériel, la capitalisation, etc. ? Est-il toujours perçu par les organisations comme une approche de formation et de perfectionnement interne visant l’apprentissage et l’adaptation en vue de l’amélioration de la performance organisationnelle ? Les réflexions en cours voient le KM comme un processus social – qu’en est-il de ses manifestations en milieu organisationnel, quelles formes et places occupent les données, l’information, le document, la communication dans ce processus?

Le second axe s’intéresse à la mise en œuvre d’un dispositif de KM. Compte tenu des enjeux de l’organisation pour développer un dispositif de KM, quelles stratégies informationnelles, communicationnelles et documentaires sont à mettre en place pour créer de nouvelles connaissances et générer l’action compétitive intelligente pour l’atteinte des objectifs organisationnels? Quelles sont les nouvelles ressources organisationnelles dédiées au KM et leurs fonctions, tâches, responsabilités, compétences, approches, les structures internes, dispositifs, fonctions et tâches ? Comment capitaliser et actionner la mémoire de l’entreprise ?

Le dernier axe considère les effets inhérents au KM. Y a-t-il des réflexions de remise en question du KM en vue de trouver de nouvelles manières de faire, dans le contexte des changements de paradigme en cours, de nouvelles manières de capter, formaliser et transmettre la connaissance organisationnelle? Les processus métiers ne sont-ils pas un frein à l’innovation en stabilisant les rôles et les procédures ? Les dispositifs socio-techniques sont-ils en mesure de produire de la connaissance ? Le Knowledge Management (KM) permet-il de parvenir à une Knowledge Economy (KE) ?

Les propositions peuvent prendre la forme de réflexions théoriques, de revues de littérature, d’études de cas, de bilans de projets applicatifs.

Références

ANDRIEUX, M.-A. Synthèse des travaux de La Tribune Sciences Po de l'économie de l'immatériel 2013-2014. Dossier Easybourse, 27 mai 2014. www.easybourse.com/bourse/communication/dossier/28408/capital-humain-quelle-innovation-pour-un-choc-de-competitivite-article-de-synthese.html

BLAIR, D. “Knowledge management: hype, hope or help?” Journal of the American Society for Information Science and Technology, 53, 12, 2002.

CARR, N. “All Can Be Lost: The Risk of Putting Our Knowledge in the Hands of Machines.” The Atlantic, Oct. 23, 2013. www.theatlantic.com/magazine/archive/2013/11/the-great-forgetting/309516/

CLIQUET, G.; ORANGE, G. Organisations privées, organisations publiques. Mélanges Robert Le Duff. Université Rouen Havre, 2002.

DALKIR, K. Knowledge Management in Theory and Practice. Cambridge, MA : MIT Press, 2011.

DAVENPORT, T.; MARCHAND, D. « De l’information à la connaissance ». Les Échos, 2000.

FORAY, D. L’économie de la connaissance. Collection Repères, Edition La Découverte, 2009.

GOLEMAN, D.; BOYATZIS, R. “Social Intelligence and the Biology of Leadership.” Harvard Business Review, May, 2011.

HINZ, A. Knowledge Management as a Requirement for successful Sustainability Management. Ph. D. Dissertation, Univ. of St.  Gallen, Switzerland, 2012.

JORNA, R. J.; FABER, N.R. “Innovation and Knowledge Management for Sustainability: Theoretical Perspectives.” In NOBRE, F.; WALKER, D.; HARRIS, R. (Eds.). Technological, Managerial and Organizational Core Competencies: Dynamic Innovation and Sustainable Development. Hershey, PA: IGI Global, 2012.

KAISER, B. E. “Building communities through knowledge management.” Online Searcher, 37, 5, 2013.

LEBLANC, H.; THOMSON, C. “Paradigm interplay to develop sustainability related knowledge management strategy.” In Smith, S. D. (ed.) Proceedings of the 28th Annual ARCOM Conference, Edinburgh, UK, 2012.

LIQUETE, V. “Gestion des connaissances dans les micro-entreprises : le secteur de l’architecture éco-constructive en Aquitaine.” In Frisch, M. (ed.) Didactiques et métiers de l’humain et de la relation : nouveaux espaces et dispositifs en question. Nouveaux horizons en formation et en recherche : objets de recherche et pratiques « en écloserie ». Paris, L’Harmattan, 2013. (Collection I.D. Emergences, cheminements et constructions de savoirs), p. 149-165.

MALLOWAN, M. « De la classification des stratégies d’information. » Hermès, 66, 2013.

MARCON, C. « Stratégie-réseau en intelligence économique : conviction versus analyse. » Revue Internationale d’Intelligence Économique, 4, 1, 2012.

MCDERMOTT, R.; ARCHIBALD, D. “Harnessing Your Staff’s Informal Networks.” Harvard Business Review, May, 2011.

MOINET, N. Intelligence économique: mythes et réalités. Paris : CNRS, 2011.

RASMUS, D. W. “Visualizing Knowledge.” KMWorld, Oct. 2013.

TAGUIEFF, P.-A. Résister au bougisme: démocratie forte contre mondialisation techno-marchande. Paris: Fayard, Mille et une nuits, 2001.

Taylor, F.W. The Principles of Scientific Management. New York:Harper, 1911.

VERLAET L. Tagging strategy based on the semio-contextual approach of corpus for the elaboration of controled databases. In Competitive intelligence and decision problems, directed by Pr. Amos David, Edition ISTE John Wiley, 2011, p.159-182.

WEICK, K. E.; KIESLER, C. A. The social psychology of organizing. New York: Random House, 1979.

Modalités de soumission

Date limite de soumission : 31 MARS 2015

Chaque article est évalué en aveugle par deux évaluateurs. 

L'article comporte de 35 à 50 000 signes, espaces compris.

Les auteurs envoient aux coordinateurs 1 fichier qui comprend le texte complet de l’article.

Les textes sont soumis en version électronique, sous format Word, fichiers intitulés « Nom(s) – Prénom(s) – ‘intitulé du n°’ ».

Le nom du fichier ne doit comporter ni caractères accentués, ni espace, ni ponctuation, ni caractères spéciaux. Il doit impérativement comporter une extension .doc (Word).

L’article est précédé d’une page de garde fournissant les informations suivantes :

  • Nom et Prénom ;
  • Fonction, Institution ;
  • Discipline(s) de l’auteur ;
  • Adresse postale complète ;
  • Adresse électronique ;
  • Eventuellement adresse de page d’accueil personnelle ou professionnelle sur internet ;
  • Titre, résumé de l’article.

Les normes de soumission sont sur le site internet de la revue.

Pour soumettre un article, rendez-vous sur la page dédiée sur le site de la revue. 

Dates

  • mardi 31 mars 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • communication, management, gestion, connaissance, économie des connaissances

Contacts

  • Lise Verlaet
    courriel : lise [dot] verlaet [at] univ-montp3 [dot] fr

Source de l'information

  • Lise Verlaet
    courriel : lise [dot] verlaet [at] univ-montp3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De la gestion des connaissances à l'économie des connaissances », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 21 novembre 2014, http://calenda.org/306012