AccueilCapitalisme et démocratie sont-ils compatibles ?

*  *  *

Publié le lundi 01 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Nous assistons depuis quelques années à un retour en force de l’économie politique et d’enjeux socio-économiques quelque peu éclipsés, depuis la chute du communisme, par les revendications identitaires et post-matérialistes. Comment penser le lien entre ce renouveau et la réflexion plus large sur la démocratie qui se poursuit depuis plusieurs décennies ? Une partie de la pensée libérale présente le capitalisme et la démocratie, longtemps tenus par la théorie critique et le marxisme pour antinomiques, comme des réalités complémentaires. Y a-t-il lieu de confirmer cet optimisme libéral ou faut-il plutôt réintroduire une nouvelle analyse de la lutte des classes, ou du moins marquer la tension qui rend difficile et instable la coexistence du capitalisme et de la démocratie ? C’est la question centrale qu’entend poser ce colloque, avec la volonté d’explorer les diverses réponses possibles, sans exclusive.

Annonce

 

Patronné par le Groupe d’étude de la modernité anthropologique et politique (GÉMAP), le Centre d’étude en pensée politique (CEPP), la chaire MCD de l’UQAM, ainsi que le CIRCEM de l’université d’Ottawa, ce colloque se tiendra à Montréal, UQAM, les 7 et 8 mai 2015

Argumentaire

Nous assistons depuis quelques années à un retour en force de l’économie politique et d’enjeux socio-économiques qui avaient semblé quelque peu éclipsés, depuis la chute du communisme, par des revendications identitaires et post-matérialistes. L’attestent les nombreuses mobilisations sociales contre les inégalités croissantes engendrées par le capitalisme actuel, de même que l’abondance des études qui ont renoué avec le sujet. Comment penser le lien entre ce renouveau et la réflexion plus large sur la démocratie qui se poursuit depuis plusieurs décennies ? Une partie de la pensée libérale continue de présenter le capitalisme et la démocratie, longtemps tenus par la théorie critique et le marxisme pour antinomiques, comme des réalités complémentaires. Y a-t-il lieu de confirmer cet optimisme libéral ou faut-il plutôt réintroduire une nouvelle analyse de la lutte des classes, ou du moins marquer la tension qui rend difficile et instable la coexistence du capitalisme et de la démocratie ? C’est la question centrale qu’entend poser ce colloque, avec la volonté d’explorer les diverses réponses possibles, sans exclusive. Comme nous y invite Thomas Piketty dans son ouvrage Le capital au XXIe siècle, il s’agit aussi de faire de l’économie politique et de ses enjeux un objet commun à l’ensemble des sciences sociales. Le colloque sera ainsi l’occasion d’aborder un certain nombre de questions, telles que :

  1. Les conditions de possibilité du capitalisme et de la démocratie. Il s’agit de retourner à leurs fondements anthropo-politiques pour voir comment ils sont pensés dans la littérature contemporaine. L’homo economicus a-t-il besoin de vivre en démocratie pour exister? Celui-ci est-il de nature à subvertir celle-là?

  2. Lequel des deux limite l’autre? La démocratie doit-elle limiter les excès du capitalisme (la thèse social-démocrate ou socialiste) ou, au contraire, le capitalisme doit-il limiter les excès de la démocratie (thèse libérale)?

  3. La maîtrise des excès du capitalisme pose la question de la délimitation des sphères d’activités humaines. Quelles sont les justifications pour soustraire l’économie aux principes de la démocratie, ou, à l’inverse, pour abolir la séparation entre le politique et l’économique, tous les deux étant soumis à la logique démocratique?

  4. Le capitalisme et la démocratie contemporaine semblent avoir leurs médiations propres, le monnaie (sous-tendant la valeur), le marché, la firme, pour le premier, des institutions représentatives, des sauvegardes normatives, pour la deuxième. Les processus démocratiques sont-ils colonisés par les médiations du capitalisme comme le pensent certains? Ou est-ce l’État démocratique qui, paradoxalement, est le garant des médiations capitalistes?

  5. Qu’en est-il des tentatives contemporaines de faire coexister la démocratie et le capitalisme, notamment par la social-démocratie et ce que plusieurs ont appelé la troisième voie?

  6. Qu’est est-il des théories, notamment radicales, de la démocratie et de leur traitement du capitalisme? Observe-t-on une ambivalence, qui va de l’anticapitalisme déclaré à l’exacerbation des tendances du capitalisme avancé?

Conditions de soumission

Le colloque est ouvert aux chercheurs et chercheures en sciences sociales et en philosophie.

Les propositions de communications doivent indiquer le nom de l’auteur-e, son affiliation institutionnelle, son courriel, ainsi qu’un résumé d’environ 250 mots décrivant la teneur de la communication.

Les propositions de communications doivent être envoyées au Centre d’étude en pensée politique de l’UQAM, à l’adresse suivante : cepp.uqam@gmail.com

au plus tard le 15 février 2015 

Comité organisateur

Le comité organisateur est également en charge de l'évaluation des propositions de communications

  • Marc Chevrier, UQAM
  • Yves Couture, UQAM
  • Joseph-Yvon Thériault, UQAM
  • Stéphane Vibert, Université d’Ottawa

Lieux

  • Université du Québec A Montréal (UQAM)
    Montréal, Canada

Dates

  • dimanche 15 février 2015

Mots-clés

  • capitalisme, démocratie, politique, libéralisme, marché, État

Contacts

  • Yves Couture
    courriel : ycouture7 [at] yahoo [dot] ca
  • Marc Chevrier
    courriel : cepp [dot] uqam [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Stéphane Vibert
    courriel : svibert [at] uottawa [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Capitalisme et démocratie sont-ils compatibles ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 01 décembre 2014, http://calenda.org/306436