AccueilL’Allemagne divisée dans les manuels scolaires de 1945 jusqu’à nos jours

L’Allemagne divisée dans les manuels scolaires de 1945 jusqu’à nos jours

Germany divided in school books from 1945 to the present day

La Guerre froide comme défi de l’enseignement

The Cold War as a teaching challenge

*  *  *

Publié le lundi 08 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

L’histoire de la guerre froide ne se limite pas uniquement à l’antagonisme entre les deux superpuissances et leur confrontation militaire potentiel. Il s’agissait d’un conflit qui influençait et déterminait les sociétés concernées jusqu’en leur cœur. Dans tous les secteurs politiques, sociaux et culturels, il y a eu un vrai combat idéologique, jusqu’au sein des écoles et des manuels scolaires. Analyser les manuels scolaires en Europe, à l’époque de la Guerre froide et depuis la fin de ce conflit mondial représente un champ d’investigation propice pour évaluer les perceptions différentes du conflit et la place qu’il occupe aujourd’hui dans les différents pays. Les manuels sont une source de valeurs particulières parce qu’ils sont le reflet des liens qu’un pays entretient avec son histoire. En tant qu’« autobiographies nationales » (Wolfgang Jacobmeyer), les manuels scolaires sont le miroir d’une société et de ses représentations.

Annonce

Argumentaire

L’histoire de l’Europe après 1945 paraît avant tout marquée par la prévalence du conflit Est-Ouest, déterminée par la concurrence idéologique entre les deux grands systèmes politiques et socio-économiques. Cet antagonisme fut plus qu’un conflit pour le pouvoir et la sécurité, il fut la traduction d’une véritable guerre des convictions, des cultures et des idéologies, menée de part et d’autre avec acharnement voire hystérie. Cette rivalité idéologique agit sur le système international de l’extérieur vers l’intérieur, en cercles concentriques, et elle domina des pans entiers des sociétés concernées. Elle devint l’incarnation d’un affrontement politique, idéologique, économique, technologique et scientifique quasi-illimité, dont les effets se faisaient sentir jusque dans la vie quotidienne. Alors qu’à l’intérieur des blocs naissants se développaient des mécanismes favorables à la paix, les sociétés d’après-guerre en Europe virent en même temps s’installer une culture agressive de Guerre froide, limitée seulement par l’équilibre de la terreur.

Étant donné que la Guerre froide a profondément marqué chacune des sociétés, qu’elle a affecté tous les secteurs sociétaux et qu’elle a partout laissé des traces persistantes, il faut s’interroger sur les images, les émotions, les empreintes mentales et les conditions de production des idéologies. Cela permet de mieux comprendre les répercussions socio-culturelles sur les sociétés respectives. Comme la Guerre froide était, à bien des égards, une guerre des paroles et des images, il nous paraît particulièrement important d’analyser les champs culturels qui devinrent une arme dans ce conflit ainsi que les lieux de production idéologique, à commencer par l’école.

Analyser les manuels scolaires en Europe, à l’époque de la Guerre froide et depuis la fin de ce conflit mondial représente un champ d’investigation propice pour évaluer les perceptions différentes du conflit et la place qu’il occupe aujourd’hui dans les différents pays. Les manuels sont une source de valeurs particulières parce qu’ils sont le reflet des liens qu’un pays entretient avec son histoire. En tant qu’« autobiographies nationales » (Wolfgang Jacobmeyer), les manuels scolaires sont le miroir d’une société et de ses représentations. Ils sont l’album de ses « auto-images » mais ils montrent aussi les images que la société se fait de l’autre. Car les manuels et l’enseignement en général ont pour objectif d’initier la jeunesse à la société dans laquelle elle devra assumer des responsabilités.

Il est fort instructif de comparer les représentations de l’Allemagne divisée avec ceux des autres pays surtout dans les manuels de l’Europe de l’Est. L’analyse des manuels d’histoire sur l’ensemble de la période et dans les différents pays permettent d’appréhender le rôle de la Guerre froide pour la construction d’une mémoire nationale. Dans quelle mesure l’histoire nationale d’un pays est-elle expliquée dans le contexte de cette guerre ? Quels sont les documents (textes, photos, caricatures, schémas, cartes,...), sujets (la Conférence de Potsdam, la construction et la chute du mur de Berlin, mais aussi la Crise de Cuba ou le Printemps de Prague, le passé comme en enjeu mémoriel etc.) et notions « incontournables » pour traiter ce sujet dans les pays européens ?

Une analyse de la place attribuée à l’Allemagne dans les manuels nationaux parus depuis 1990 est indispensable pour comprendre comment la construction d’une nouvelle mémoire se réalise. Car aujourd’hui, la mémoire de la Guerre froide fait partie d’une mémoire européenne partagée, dans le double sens du terme : c’est à la fois une mémoire commune et divisée.

D’ailleurs, il ne faut pas se limiter à regarder les manuels « classiques » mais aussi prendre en compte les projets pédagogiques bi– ou supranationaux (comme le manuel européen de 1992, le manuel franco-allemand, le « manuel » balkanique, le manuel commun d’histoire méditerranéenne ainsi que le projet germano-polonais – sortie du premier volume prévue en 2015). Dans quelle mesure toutes ces initiatives sont-elles le reflet des tentatives de construction d’une mémoire supranationale, voire européenne ?

L’évaluation de la présentation et de l’interprétation de la Guerre froide dans les manuels scolaires de l’Europe ne se limite bien sûr pas à l’enseignement de l’histoire. Car ce conflit était également bien présent dans les manuels de langue étrangère ou de géographie.

On prendra aussi garde à ne pas confondre la réalité de l’enseignement en classe avec les manuels et les programmes scolaires. Ce sont les programmes, plus ou moins détaillés, qui fixent le cadre de ce qui doit être étudié à un moment donné. En France, la Guerre froide apparaît explicitement dans les programmes d’histoire de l’enseignement secondaire seulement à partir de 1969. En Angleterre, depuis 1989, un programme national définit les contenus pour toutes les matières enseignées : la place des conflits mondiaux y est extrêmement réduite. Les manuels, parfois validés par les autorités éducatives (par les Länder en Allemagne), parfois sous l’entière responsabilité des éditeurs (comme en France), ont pour but de rendre le programme intelligible et accessible pour les élèves, en appui ou en interaction avec l’enseignement du professeur. Ce dernier, intentionnellement ou non, en fonction de sa sensibilité et de ses expériences, contribue à interpréter une histoire qui ne peut rester absolument objective. Il ne faut également pas négliger le fait que l’enseignement et le rôle des manuels en classe varient beaucoup selon les disciplines et en fonction du contexte culturel, historique et éducatif. Cet atelier se propose de tirer les enseignements de ces comparaisons.

Notre invitation s’adresse explicitement à la fois à des chercheurs confirmés et des jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Les communications peuvent être rédigées en allemand ou en français. Prévues pour une durée de 20 minutes maximum elles doivent inciter à la discussion. Le déroulement thématique du colloque s'organisera selon les contributions proposées, il n'y a pas de sections préétablies. La manifestation aura lieu du 18 au 20 juin 2015.

Une publication est prévue et sortira en 2016. Les frais de voyage et d’hébergement seront remboursés en fonction des subventions obtenues.

Modalités de soumission

Veuillez envoyer le titre de votre proposition, un exposé de 2500 signes indiquant les sources exploitées et un CV à Franziska Flucke (f.flucke@web.de)

d’ici le 15 décembre 2014.

Le comité scientifique sélectionnera les propositions.

Comité scientifique

  • Corine Defrance,
  • Franziska Flucke,
  • Bärbel Kuhn,
  • Ulrich Pfeil.

Lieux

  • Université de Lorraine, UFR Arts, Lettres et Langues - Ile du Saulcy - CS 70328
    Metz, France (57045)

Dates

  • lundi 15 décembre 2014

Mots-clés

  • Allemagne, Guerre froide, manuel scolaire

Contacts

  • Franziska Flucke
    courriel : f [dot] flucke [at] web [dot] de

URLS de référence

Source de l'information

  • Ulrich Pfeil
    courriel : upfeil [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’Allemagne divisée dans les manuels scolaires de 1945 jusqu’à nos jours », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 08 décembre 2014, http://calenda.org/309284