AccueilLes avocats en temps de guerre

Les avocats en temps de guerre

Lawyers in wartime

Représentations d'une profession face à la crise

Representation of a profession in the face of crisis

*  *  *

Publié le mardi 02 décembre 2014 par João Fernandes

Résumé

L'étude historique des barreaux en France a montré que l’avocat n’est pas uniquement un auxiliaire de justice, mais également un citoyen au sens plein du terme, qui, parfois, se fait acteur politique. Il s’exprime aussi aisément à la tribune qu’à la barre. Depuis les grands orateurs de Rome aux avocats qui ont forgé la Troisième république, la figure éminente des défenseurs dans la société civile s’impose. Démosthène, Cicéron, Dupin Aîné, Mirabeau, Portalis, Desmoulins, Robespierre, Gambetta, Berryer, Thiers, en sont autant d’incarnations. Ce colloque ne souhaite pas se focaliser sur une époque, mais bien sur une situation : celle de l’avocat en temps de guerre. Le rôle social du défenseur n’est jamais aussi crucial que lorsque la société doit affronter une période de crise, d’insurrection ou de guerre, comme lors d'un changement de souveraineté, d’une occupation, ou d’une guerre extérieure, qui ont pour conséquence la militarisation de la société civile

Annonce

Argumentaire

L'étude historique des barreaux en France a montré que l’avocat n’est pas uniquement un auxiliaire de justice, mais également un citoyen au sens plein du terme, qui, parfois, se fait acteur politique. Il s’exprime aussi aisément à la tribune qu’à la barre. Depuis les grands orateurs de Rome aux avocats qui ont forgé la Troisième république, la figure éminente des défenseurs dans la société civile s’impose. Démosthène, Cicéron, Dupin Aîné, Mirabeau, Portalis, Desmoulins, Robespierre, Gambetta, Berryer, Thiers, en sont autant d’incarnations. Ce colloque ne souhaite pas se focaliser sur une époque, mais bien sur une situation : celle de l’avocat en temps de guerre. Le rôle social du défenseur n’est jamais aussi crucial que lorsque la société doit affronter une période de crise, d’insurrection ou de guerre, comme lors d'un changement de souveraineté, d’une occupation, ou d’une guerre extérieure, qui ont pour conséquence la militarisation de la société civile. Dès lors, le fonctionnement des institutions politiques s'interrompt, l'appareil judiciaire se grippe, les libertés fondamentales sont suspendues. Le pouvoir en place prend des mesures d'urgence. La Justice devient alors un révélateur. C’est dans et autour du prétoire que s'éprouve le fait social, se mesure l'existence d'un Etat de Droit. Les avocats sont alors en première ligne, autant à l’échelle nationale, internationale et à l’échelle régionale, locale ou municipale. Nice, par les multiples crises qu'elle a connues au cours du seul XIXème siècle, constitue ici un terrain des plus pertinents. Une approche transalpine sur l’histoire des barreaux et des changements de souveraineté et de la justice en Italie, permettra également de mieux mesurer les spécificités françaises.

Programme

Jeudi 11 décembre

14h : Accueil des participants

  • Mme le Président de l’UNS Frédérique Vidal,
  • M. le Doyen de la faculté de droit Christian Vallar,
  • M. le directeur du laboratoire ERMES Marc Ortolani

Président de séance : Marc Ortolani (Pr. Université de Nice Sophia Antipolis)

  • 14h20 : Jean-Louis Gazzaniga (Vicaire Général de Nice, et premier président de la S.I.H.P.A), Ouverture générale du Colloque
  • 14h40 : Jean-François Brégi (Pr. Université de Nice Sophia Antipolis), La sophistique et la crise athénienne.
  • 15h00 : Sophia Adam (Pr. Université Pantéion d’Athènes, Grèce), Un rhéteur athénien