AccueilControverses environnementales et anthropologies de la nature

Controverses environnementales et anthropologies de la nature

Environmental controversy and the anthropologies of nature

Séminaire 2014-2015

2014-2015 seminar

*  *  *

Publié le mardi 09 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Qu'il s'agisse de mouvements sociaux autour d’enjeux environnementaux, de politiques de conservation de la biodiversité, de processus de recherche et d’expertise face aux perspectives de changement climatique, les questions environnementales sont à la croisée de multiples dimensions de la vie sociale. Dans le cadre de ce séminaire, les problématiques portées par de nombreux acteurs autour de l’environnement, du développement durable et de la biodiversité seront analysées à l'aune de différentes disciplines. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire est de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés.

Annonce

Argumentaire

Qu'il s'agisse de mouvements sociaux autour d’enjeux environnementaux, de politiques de conservation de la biodiversité, de processus de recherche et d’expertise face aux perspectives de changement climatique, les questions environnementales sont à la croisée de multiples dimensions de la vie sociale. Dans le cadre de ce séminaire, les problématiques portées par de nombreux acteurs autour de l’environnement, du développement durable et de la biodiversité seront analysées à l'aune de différentes disciplines. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire est de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés. Dans le but de clarifier les notions, nous croiserons plusieurs logiques d’enquête : l'histoire de la notion d'environnement ; les redéfinitions des politiques de la nature ; les formes d’engagement des questions environnementales dans les controverses et les débats publics ; les enjeux sociaux, économiques et scientifiques de la protection des espaces et des espèces ; et enfin le point de vue international ou cosmopolitique, avec la redéfinition des rapports Nord/Sud à travers la cause climatique et la biodiversité, mais aussi les enjeux énergétiques que l’on peut difficilement dissocier aujourd’hui. Nous prêterons attention également aux différentes pratiques de la nature, aux rapports entre visions globales et constructions locales de l’écologie pratique, tout comme aux discours des médias et au rôle des sciences de la nature et des sciences sociales dans les protocoles de la « bonne gouvernance ».

Le séminaire est ouvert aux étudiants du master (M1 et M2).

Avec

  • Francis Chateauraynaud, directeur d'études à l'EHESS
  • Suzanne de Cheveigné, directeur de recherche au CNRS
  • Bernard Hubert, directeur d’études à l’EHESS
  • Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l'IFSTTAR
  • Valeria Siniscalchi, maître de conférences à l’EHESS

Programme

Vendredi 12 décembre 2014

14h00-17h00

salle A, 2e étage

Un "air frais" sur les controverses climatiques : du contre récit des "marchands de doute" au "mille-feuille" discursif

Déclaré grande cause nationale 2015, le climat est devenu un enjeu social majeur dans lequel s’entremêlent des dimensions scientifiques, politiques, économiques, éthiques mais aussi diplomatiques. Cette présentation propose de les démêler en revenant sur les principaux résultats des travaux de recherche de Lionel Scotto d’Apollonia concernant une analyse socioépistémique des controverses climatiques. Ce sera l’occasion d’une part de revenir d’un point de vue historique sur l’émergence de l’expertise climatique du GIEC et de démontrer qu’une partie des travaux de Naomi Oreskes et Eric Conway fortement idéologisés sont entachés d’erreurs grossières. La discussion portera ensuite sur l’hybridation des discours des « lanceurs d’alerte » climatiques dans les différents espaces de médiation relevant d’une forme de « dissonance communicationnelle » révélatrice des structures éminemment modernes du GIEC. Enfin l’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments permettra de radiographier les controverses climatiques en décrivant « le mille-feuille discursif », restituant le In (la partie visible depuis l’espace public) et le Off (la partie relevant de l’activité de la recherche) en démêlant les dimensions ontologique, épistémologique et axiologique. Ces résultats permettront enfin de revenir sur des aspects plus théoriques dans le champ de la sociologie des controverses elle-même controversée dont le cadre construit tend à articuler les approches rationalistes et pragmatiques.

Futures séances

  • 9 janvier
  • 13 février
  • 13 mars
  • 10 avril
  • 22 mai
  • 12 juin

Lieux

  • EHESS-Marseille, salle A - Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité
    Marseille, France (13002)

Dates

  • vendredi 12 décembre 2014
  • vendredi 09 janvier 2015
  • vendredi 13 février 2015
  • vendredi 13 mars 2015
  • vendredi 10 avril 2015
  • vendredi 22 mai 2015
  • vendredi 12 juin 2015

Mots-clés

  • Controverse, climat, réchauffement, GIEC

Contacts

  • Laure Ginod
    courriel : laure [dot] ginod [at] univ-amu [dot] fr
  • Lionel Scotto d'Apollonia
    courriel : lionel [dot] scotto [at] fde [dot] univ-montp2 [dot] fr
  • Valeria Siniscalchi
    courriel : valeria [dot] siniscalchi [at] ehess [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Lionel Scotto d'Apollonia
    courriel : lionel [dot] scotto [at] fde [dot] univ-montp2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Controverses environnementales et anthropologies de la nature », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 09 décembre 2014, http://calenda.org/310833