AccueilLes voix de l’Europe : pratiques plurilingues, identités et circulation des savoirs

Les voix de l’Europe : pratiques plurilingues, identités et circulation des savoirs

The paths of Europe: plurilingual practices, identities and the circulation of knowledge

43e congrès de l'UPLEGESS

43rd UPLEGESS conference

*  *  *

Publié le mardi 16 décembre 2014 par Céline Guilleux

Résumé

Le foisonnement des langues demeure, aujourd’hui, une mesure de l’hétérogénéité des individus qui habitent le monde et des altérités qui habitent chaque individu à travers sa biographie identitaire et langagière. En Europe, cette diversité est d’autant plus complexe qu’elle rassemble des territoires qui se sont créés et qui vivent encore dans une mouvance perpétuelle, propice au brouillage inlassable des représentations et des frontières. Comment prendre en compte cette pluralité linguistique dans l’enseignement supérieur ? Comment concilier les besoins de formation des étudiants et les préconisations du Cadre européen commun de référence pour les langues ? De quelles manières l’internationalisation des établissements et des cursus nous oblige-t-elle aujourd’hui à penser autrement nos pratiques d’enseignements et de recherche ?

Annonce

Argumentaire

L’Europe est-elle un mythe ou une réalité, une nécessité historique ou une utopie politique, un ensemble achevé ou bien une construction en devenir ? Quel que soit le point de vue d'où l'on se place, force est de constater que la multiplicité linguistique a toujours été une composante intrinsèque de l’histoire européenne, et pour certains, même, le véritable levier de la modernité qui aurait été stimulée à la fin du Moyen Âge par l’émancipation des langues populaires face à la lingua franca des élites politiques et religieuses.[1] Aujourd’hui encore on recense 285 langues[2] sur un territoire aux frontières mouvantes, confronté aux défis de la globalisation des échanges et des bouleversements socio-économiques, environnementaux et institutionnels. Pourtant, et alors même que le plurilinguisme est présenté comme un « vecteur essentiel de la citoyenneté démocratique », comme « la forme la plus souhaitable et efficace de communication dans l’espace du débat public » parce qu’il « porte des valeurs de tolérance et d’acceptation des différences et des minorités »[3], le monolinguisme progresse dans les instances de gouvernance (politique, économique, technologique) et dans les pratiques éducatives, contribuant ainsi à accroître le fossé qui semble se creuser entre les institutions et les peuples européens.

Et si le maintien, voire le renforcement de la pluralité linguistique n’était pas seulement une affaire de linguistes, de préservation de la diversité culturelle, mais bien plus, un atout indispensable pour appréhender les enjeux du présent et de l’avenir : le dépassement des frontières, l’ère numérique, la démocratie de la connaissance, l’économie de l’attention, l’éthique et les nécessaires transitions énergétiques et technologiques ?

De même que les langues ne sont jamais figées dans le temps ni dans l’espace et qu’elles se déplacent sans cesse, se côtoient, se croisent et s’entremêlent, les savoirs se construisent eux aussi dans une interaction constante et féconde, tout en se transmettant, de territoire en territoire, de génération en génération ou de réseau en réseau, sous l’effet de la ramification des échanges. C’est pourquoi toute approche du plurilinguisme ou du multilinguisme[4] exige aussi une double exploration synchronique et diachronique. C’est par la diachronie, nous dit Barbara Cassin, que l’on découvre les voies de passages, les emprunts, les transferts, les couloirs de circulations linguistiques des savoirs qui sont à l’origine de la genèse et de la transformation des mots, des concepts et de toute réalité. C’est en synchronie qu’on peut régulièrement dresser un état des lieux, constater les apparitions, les inventions et les oublis.[5] Cette mobilité spatio-temporelle se trouve aujourd’hui doublée d’une accélération sans précédent dans nos sociétés mondialisées où le tournant numérique bouleversant les pratiques socioculturelles affecte également les langues, en accentuant les flux, les dispersions et les inégalités qui existent entre elles.

Aborder le plurilinguisme ou le multilinguisme dans ces conditions, c’est donc traverser les frontières politiques, culturelles et épistémiques, penser entre les langues à la manière de Heinz Wismann[6], circuler entre les évidences et les non-dits pour les envisager sous des perspectives variées qui apportent, chacune à leur manière, des éclairages complémentaires sur les réalités hybrides et changeantes du monde.[7]

Que se passe-t-il entre les langues lorsqu’elles se croisent et interfèrent ? Sont-elles toujours traduisibles ou interprétables de l’une à l’autre, en termes de systèmes logiques ? La transparence (des mots, des structures syntaxiques, des référents culturels) suffit-elle pour qu’on se comprenne d’une langue à une autre ? L’opacité, l’incompatibilité ou l’inadéquation sont-elles des raisons suffisantes pour renoncer à traduire ? Dans quelles mesures les pratiques plurilingues favorisent-elles la circulation des savoirs ? Autant de questions qui s’apparentent à des problèmes à résoudre, autant de problèmes qui s’enracinent dans des représentations dont l’évolution semble toujours accompagner celle des sociétés humaines.

Le foisonnement (vulnérable) des langues demeure, aujourd’hui, en quelque sorte, une mesure de l’hétérogénéité des individus qui habitent le monde et des altérités qui habitent chaque individu à travers sa biographie identitaire et langagière. En Europe, cette diversité est d’autant plus complexe qu’elle rassemble des territoires qui se sont créés et qui vivent encore dans une mouvance perpétuelle, propice au brouillage inlassable des représentations et des frontières.

Comment prendre en compte cette pluralité linguistique dans le contexte d’un cours ou d’un projet pédagogique à visée scientifique, interculturelle ou interdisciplinaire ? Comment élaborer et pratiquer des styles ou des modalités de production de connaissances collectives capables de prendre en charge les hétérogénéités linguistiques en les dépassant mais sans les effacer ? Comment concilier les besoins de formation des étudiants des Grandes Ecoles et les préconisations du Cadre européen commun de référence pour les langues ? De quelles manières l’internationalisation des établissements et des cursus (y compris l’impact du numérique sans frontières) nous oblige-t-elle aujourd’hui à penser autrement nos pratiques d’enseignements ?

Les contributions attendues pour le 43e Congrès de l’UPLEGESS pourront s’appuyer sur des bilans d’expériences, des pratiques pédagogiques ou des réflexions théoriques permettant d’envisager les thématiques de l’Europe, du plurilinguisme ou du multilinguisme et de la circulation des savoirs autour des axes suivants :

  • l'Europe et ses identités ou ses altérités plurielles (langues, idées, savoir-faire, savoir-être, cultures, histoire, mémoires, migrations, etc.) ;
  • la diversité linguistique et les politiques des langues (langues officielles et langues régionales ou minoritaires, place et rôle de l'anglais, les stratégies des établissements d’enseignement supérieur, les associations européennes d’enseignants de langues, l’UE, le Conseil de l’Europe, l’espace européen de l'enseignement supérieur, l’observatoire européen du plurilinguisme, etc. ;
  • l'Europe et ses frontières (libre circulation, espaces transfrontaliers, flux migratoires, échanges académiques, relations avec les autres continents) ;
  • les circuits pédagogiques du plurilinguisme : enseignement présentiel et distanciel, compétences plurilingues et interculturelles, traduction, intercompréhension, interdisciplinarité, etc.

Conformément à ces objectifs thématiques, les contributions attendues sont de cinq types respectant la forme graphique des actes et s’inscrivant dans l’une des catégories suivantes :

1- Analyse d’expérience

Présentation du contexte et de la problématique, origines du dispositif pédagogique, présentation de ses caractéristiques principales, bilan critique et perspectives (article final 30.000 caractères maximum, espaces compris) ;

2- Recherche en pédagogie

Contexte, problématique, questions/hypothèses, synthèse de la littérature, méthodologie, résultats, perspectives (article final 30.000 caractères maximum, espaces compris);

3- Point de vue

Problématique, thèse, arguments, exemples, perspectives (article final 30.000 caractères maximum, espaces compris);

4- Atelier (d'une durée d' 1h00)

Objectifs pédagogiques pour les participants, justification de l'intérêt pour les participants, nombre maximum de participants, déroulement des activités proposées, supports multimédia utilisés et références théoriques soutenant le dispositif proposé (document final 15.000 caractères maximum, espaces compris);

5- Poster

Affiche sur un panneau illustrant une problématique ou une expérience pédagogique. Les participants du congrès pourront examiner librement les posters et discuter avec leurs auteurs, notamment lors des sessions posters prévues à cet effet. (Affiche réalisée en grand format pour le congrès et reproduite dans les actes en format A4.)

Toutes les propositions de contribution comporteront un titre, une bibliographie, la mention de la catégorie retenue (l’une des cinq ci-dessus), une liste de mots clés et un bref CV de l’auteur ou des auteurs de la contribution. Le texte des propositions ne devra pas dépasser une page en format A4.

Il est également possible de proposer un regroupement de trois communications orales (analyse d'expérience, recherche en pédagogie et/ou point de vue) sous la forme d’un symposium, avec une personne désignée comme responsable de l’ensemble. Dans ce cas, un texte d’une page supplémentaire devra accompagner la présentation des trois textes. Les informations suivantes seront données : nom de la personne responsable, titre du symposium, présentation des objectifs, de la problématique, de la valeur scientifique ou théorique et de la structure du symposium.

Les auteurs s’engagent à présenter des propositions de communication inédites. Toutes les communications acceptées par le comité scientifique – individuelles, sous la forme d’un atelier ou d'un symposium – seront éditées dans les actes du colloque remis sur place aux participants. Après le colloque, les actes seront rendus disponibles en ligne.

Certaines corrections ou modifications pourront être demandées par le comité scientifique, dans le but de respecter la cohérence éditoriale des actes. Dans ce cas, l’acceptation définitive sera soumise au comité, en fonction du respect de ces demandes.

Références

[1] Dagmar GIERSBERG, La richesse de l’Europe est essentiellement basée sur sa multiplicité linguistique, Entretien avec Gerhard Stickel, Goethe-Institut e. V., Online-Redaktion, mai 2006.

[2] http://www.ethnologue.com/

[3] Assises européennes du plurilinguisme - 2005-2012, Charte Européenne du Plurilinguisme, http://www.observatoireplurilinguisme.eu/images/Fondamentaux/charteplurilinguismefrv2.13.pdf

[4] Les deux termes peuvent être considérés selon les cas comme similaires ou complémentaires : le plurilinguisme (antonyme : monolinguisme) désigne en général le fait pour une personne ou communauté de parler plusieurs langues (ex : Sénégal : wolof, français, et une ou plusieurs autres langues) et le multilinguisme (antonyme : unilinguisme) désigne en principe la présence de plusieurs langues sur un même territoire (ou une institution) (ex : la Belgique est multilingue).

[5] CASSIN, Barbara, Penser en langues, Trivium [En ligne], 15 | 2013, URL : http://trivium.revues.org/4768

[6] WISMANN, Heinz, 2012, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 314 p.

[7] BERTHOUX, A-C, GRADOUX, X, STEFFEN, G., (2011) Plurilinguismes et construction des savoirs, Cahiers de l’ILSL, N°  30, p. 3

Modalités de soumission et de sélection

  • La langue de communication est le français.
  • Chacune des communications orales durera de 15 à 20 minutes et sera suivie d’une discussion d’une durée équivalente.
  • La présentation d’une communication ne doit en aucun cas prendre la forme d’une lecture d’un texte écrit.
  • Le texte des propositions ne devra pas dépasser une page en format A4.
  • Chaque proposition devra être précédée d’un titre et suivie d’une liste de mots-clés et d’un bref CV de l’auteur ou des auteurs de la contribution.
  • Le conseil scientifique sélectionnera les contributions en prenant en compte l’originalité et la pertinence des propositions.
  • Les réponses relatives aux contributions acceptées seront envoyées aux auteurs pour le 15 mars 2015.
  • Les textes complets des articles (30.000 caractères maximum, espaces compris) ou des présentations d’ateliers (30.000 caractères maximum, espaces compris) et les posters à publier seront à envoyer avant le congrès, au plus tard le 15 avril 2015.

Toutes les propositions de contributions devront être adressées au conseil scientifique de l’Uplegess au plus tard le 15 février 2015. (Mél : uplegessCS@listes.enst.fr)

Calendrier

  • 15 février 2015 : Date limite de réception des propositions de contribution
  • 15 mars 2015 : Réponses du comité scientifique
  • 15 avril 2015 : Date limite de réception des documents définitifs pour les Actes
  • 27/30 mai 2015 : Tenue du 43e congrès UPLEGESS à EM Strasbourg Business School

Comité d’Organisation

Coordinatrice

Raficka HELLAL-GUENDOUZI, Enseignante de Français Langue Etrangère Appliquée  et Directrice du Département des Langues et Cultures Etrangères. Domaines de travail et d’études : communication interculturelle, ingénierie pédagogique, langues et TICE, conception et animation de projets e-learning. École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.

Vice-coordinatrice

Barbara BETTAZZONI, Responsable des Etudes et Enseignante d’anglais au Département des Langues et Cultures Etrangères, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.

Comité

  • María AMPUERO, Professeur d'espagnol, Télécom ParisTech, Coordinatrice Espagnol 1ère année. Coordinatrice d’Espagnol et membre du Conseil Scientifique au CA de l’UPLEGESS.
  • James BENENSON, Enseignant d’anglais à TELECOM-PAIS-TECH, webmestre de l’UPLEGESS, membre du CA de l'UPLEGESS..
  • Karine BOUVIER, Responsable administrative Recherche, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.
  • Estelle DUTTO, Coordinatrice pédagogique des cours FLE/FOS et Ingénieur pédagogique TICE, Service Langues et communication internationale - Département des Enseignements Transverses, Institut polytechnique de Grenoble (Grenoble INP), membre du CA de l'UPLEGESS.
  • Jörg ESCHENAUER, Professeur et Président de Département de la Formation Linguistique et Professeur à Ecole des Ponts ParisTech, Président de l’UPLEGESS.
  • Carole GALLY, coordinatrice FLE, Grenoble Ecole de Management, membre du CA de l’UPLEGESS
  • Sylvie GAUTHIER, Assistante recherche, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.
  • Hillary GOODAR, Assistante pédagogique au Département des Langues et Cultures Etrangères, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.
  • Arnaud JEROME, Directeur des Langues Arts et Métiers ParisTech, Secrétaire général de l’UPLEGESS, (anglais)
  • Brendan KEENAN, Responsable Dép. Programme International ENTPE, Président de la Commission Internationale AGERA, membre du CA de l'UPLEGESS
  • Vera MIHAILOVICH-DICKMAN, MCF, Chef du Département Langues et Cultures de Télécom-ParisTech, BAAL (British Association for Applied Linguistics, InterCultural SIG), Présidente-Adjointe du Conseil Scientifique de l’UPLEGESS.
  • Sonja PIQUET, Professeure Agrégée d'Allemand, PRAG à l'ENSICAEN, Responsable Langues et Humanités, Coordinatrice d’Allemand et membre du Conseil Scientifique au CA de l’UPLEGESS.
  • Enrique SANCHEZ ALBARRACIN, MCF Université Lyon 2, Chargé d'enseignement INSA de Lyon, Président du Conseil Scientifique de l’UPLEGESS.
  • Scott STROUD, Coordinateur de l’enseignement de l’anglais à l’ENAC de Toulouse, Coordinateur d'Anglais et membre du CA de l’UPLEGESS.
  • Anne Sophie WIRA, Assistante recherche, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.

Comité Scientifique

  • Pr. Matilde ALONSO, Professeur des Universités, Espagnol, LEA, Université Lumière LYON 2, Présidente de l'Association DEE (Dimension Economique de l'espagnol)
  • Pr. Isabelle BARTH, Professeur agrégée des Universités en sciences de gestion, Directrice Générale de l'EM Strasbourg, Responsable de l'axe de recherche "Responsabilité Sociétale des Organisations" au sein du laboratoire HuManiS (EA 7308)
  • Dr. Henrique Sérgio BELTRAO DE CASTRO, Professeur de français, Universidade Federal do Ceará, Fortaleza, Brésil.
  • Dr. Laura BENEDETTI, Professeur d'anglais, Traductrice, Responsable des Relations Internationales, Universidad Nacional del Sur, Bahia, Blanca, Argentine
  • Dr. André BÉRAUD, Agrégé et Docteur en littérature française, Directeur du Centre des Humanités de l'INSA de Lyon de 1990 à 1999, Coordinateur scientifique du projet européen WOMENG (2002-2005) et membre fondateur de ECEPIE (Egalité des Chances dans les Etudes et la Profession d'Ingénieur en Europe).
  • Barbara BETTAZZONI, Responsable des Etudes et Enseignante d’anglais au Département des Langues et Cultures Etrangères, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.
  • Cécile BROSSAUD, Télécom ParisTech, chargée d'enseignement et d'ingénierie pédagogique FLE-TICE, formation de formateurs pour l'intégration des TICE dans l'enseignement des langues, conception et animation de projets e-learning.
  • Dr Jerzy BRZOZOWSKI, Faculté de Langues Romanes, Université Jagellonne de Cracovie, Responsable du département de portugais et des études de traduction, titulaire dela Chaire VergílioFerreira (Institut Camões).
  • Dr. Didier BOTTINEAU, Chargé de recherche CNRS, MoDyCo, Université Paris Ouest et chargé d’enseignement d’espagnol et d’anglais à l’Ecole des Mines de Douai
  • Dr. Christine DEMAISON, MCF, UMPC, Responsable du Double cursus Sciences et Allemand, Responsable des langues à l’Ecole des Mines-ParisTech.
  • Dr. Mariluz DI TILLIO LACRUZ, Professeur et Responsable dela Sectiond’Espagnol à l’École des Ponts ParisTech.
  • Dr. Jörg ESCHENAUER, Professeur et Président de Département dela Formation Linguistiqueet Professeur à Ecole des Ponts ParisTech, Président de l’UPLEGESS.
  • Pr. Erich FISBACH, Professeur des Universités, Littérature hispano-américaine, Université d’Angers, Président de la Société des Hispanistes Français.
  • Dr. Lars GAISER, chargé d’enseignement en allemand à l’École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg. Enseignant-chercheur, chargé de projets à Arnold Bergstraesser Institut, Fribourg. Spécialités : Géographie, Sciences Politiques, Interculturalités, l'Europe occidentale, notamment le Rhin supérieur; le monde arabe, l'Egypte.
  • Pr. Laurent GAJO, Professeur de français langue étrangère et directeur de l’Ecole de langue et de civilisation françaises de l’Université de Genève.
  • Edicto GARAY-OYARZO, Professeur Agrégé d’Espagnol, Directeur-Adjoint du Centre des Humanités de l’INSA de LYON.
  • Dr. Sandra GARBARINO, MCF, Italien, Université Lyon2, Membre du Laboratoire CRTT (Centre de recherche en Terminologie et Traduction) et Coordinatrice du projet Européen MIRIADI
  • Dr. Alison GOURVES-HAYWARD, MCF, Chef du Département Langues et Culture Internationale à Télécom Bretagne, GLAT (Groupe de Linguistique Appliquée aux Télécommunications)
  • Raficka HELLAL-GUENDOUZI, Enseignante de Français Langue Etrangère Appliquée et Directrice du Département des Langues et Cultures Etrangères. Domaines de travail et d’études: communication interculturelle, ingénierie pédagogique, langues et TICE, conception et animation de projets e-learning. École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg.
  • Dr. Isabelle LALLEMAND, coordinatrice dela Section FLE/FLS, Département Langues et Cultures, Telecom ParisTech
  • Dr. Hélène LANGINIER, Docteur ès sciences de gestion, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg. Domaines d'enseignement et de recherche : Gestion des ressources humaines, Responsabilité sociétale des organisations. Responsable du développement de carrière pour les étudiants internationaux.
  • Jean LE BOUSSE, Professeur Agrégé d'Anglais, Responsable du département Langues et Cultures à Chimie ParisTech, chargé de cours d'anglais et communication, à l’ESPCI ParisTech, Expert auprès dela CTI, Président d'honneur de l'UPLEGESS.
  • Eveline MANNA, Professeure agrégée de Lettres, INSA de LYON, Directrice des Etudes de la filière Internationale AMERINSA.
  • Dr. Jean Christophe MEYER, Docteur en Histoire contemporaine (qualifié MCF en Histoire et en Langue & Civilisation des pays germaniques), PRAG Allemand/FLE. École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg. Champs de recherche: Histoire des médias, Histoire du sport, Histoire des relations franco-allemandes.
  • Dr. Vera MIHAILOVICH-DICKMAN, MCF, Chef du Département Langues et Cultures de Télécom-ParisTech, BAAL (British Association for Applied Linguistics, InterCultural SIG), Présidente-Adjointe du Conseil Scientifique de l’UPLEGESS.
  • Norio MIHARA, professeur de japonais, INSA de LYON, membre invité du CA de l’UPLEGESS.
  • Dr. Christophe MORACE, Responsable du domaine management, ENSTA Bretagne CNAM CRF.
  • Sonja PIQUET, Professeure Agrégée d'Allemand, PRAG à l'ENSICAEN, Responsable Langues et Humanités, Coordinatrice d’Allemand et membre du Conseil Scientifique au CA de l’UPLEGESS.
  • Dr. Anthippi POTOLIA, MCF, Sciences du langage et didactique des langues, Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis, EXPERICE, (Centre de recherche Interuniversitaire Expérience, ressources culturelles, éducation), EA 3971.
  • Pr. Christian PUREN, Professeur émérite de l'Université de Saint-Etienne, Didactique des langues-cultures.
  • Dr. Anne REBOUL, Directrice de Recherche, L2C2 CNRS Université Lyon 1 - Institut des Sciences Cognitives
  • Dr. Cathy SABLE, MCF, Responsable de la section de français, adjointe au chef du département Langues et Culture Internationale, Institut Mines-Telecom Bretagne, Membre associé du DILTEC (Unité de recherche Paris 3, EA 2288)
  • Carole SANCHEZ ALBARRACIN, Professeure agrégée d’espagnol, Directrice de l’Unité d’Enseignement des Langues à l’Ecole Centrale de Lyon, membre du CA de l’UPLEGESS.
  • Dr. Enrique SANCHEZ ALBARRACIN, MCF Université Lyon 2, Chargé d'enseignement INSA de Lyon, Président du Conseil Scientifique de l’UPLEGESS
  • Dr. Julián SERRANO HERAS, Universidad de CastillaLa Mancha, Président dela Fédération Espagnoledes Associations de Professeurs de français - FEAPF
  • Dr. Diana-Lee SIMON, MCF Sciences du langage, Université Stendhal Grenoble 3, membre du laboratoire Lidilem (Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles). 
  • Pr. Michel SONNTAG, Professeur des Universités émérite, Psychologie, Sciences de l'Education, INSA de Strasbourg, Réseau INGENIUM
  • Pr. Jean SOUBRIER, Professeur des Universités, Anglais, doyen de la faculté des Langues de l'Université Lumière Lyon2
  • Laura SUAREZ CAMPOS. Maître de langue espagnole, École de Management Strasbourg, Université de Strasbourg. Doctorante à l’Université de Zaragoza en Linguistique appliquée (recherche en compréhension des métaphores dans le cadre de la linguistique cognitive).
  • Marcelo TANO, professeur d'espagnol à l'École Nationale d’Ingénieurs de Metz, président du GERES.
  • Hanelise WAGNER RAUTH - Fondatrice et Directrice, Letra e Tal. Coordinatrice de Post-graduation et Extension, Institut Didatus, Curitiba (Brésil), membre du CA de l'UPLEGESS.

Lieux

  • 61, avenue de la Forêt Noire
    Strasbourg, France (67)

Dates

  • dimanche 15 février 2015

Mots-clés

  • enseignement, langue, linguistique appliquée, enseignement supérieur, management, sciences de l'ingénieur, plurilinguisme, interculturalité

Contacts

  • Enrique Sanchez Albarracin
    courriel : Enrique [dot] Sanchez-Albarracin [at] univ-lyon2 [dot] fr
  • Vera Mihailovich-Dickman
    courriel : vera [dot] dickman [at] telecom-paristech [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Enrique Sanchez Albarracin
    courriel : Enrique [dot] Sanchez-Albarracin [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les voix de l’Europe : pratiques plurilingues, identités et circulation des savoirs », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 16 décembre 2014, http://calenda.org/310925