AccueilLa formation des enseignants d’espagnol à but professionnel

La formation des enseignants d’espagnol à but professionnel

XIII rencontre internationale du Groupe d'étude et de recherche en espagnol de spécialité

*  *  *

Publié le mercredi 14 janvier 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Cette rencontre internationale interrogera la formation des enseignants d’espagnol dans des contextes professionnels, plus concrètement la formation des enseignants qui interviennent dans des formations à but professionnel, en considérant leur dimension professionnelle et surtout leurs compétences.

Annonce

Argumentaire

La XIIIe rencontre internationale du GERES, organisée par le REDESC, axe du CRIIA, EA 369 Études Romanes de l’Université Paris Ouest Nanterre - La Défense (UPOND), se tiendra à l’Institut Cervantès de Paris (jeudi 4 juin 2015), au Colegio de España (vendredi 5 juin 2015) et à l’UPOND (samedi 6 juin 2015) et interrogera la formation des enseignants d’espagnol dans des contextes professionnels, plus concrètement la formation des enseignants qui interviennent dans des formations à but professionnel, en considérant leur dimension professionnelle et surtout leurs compétences. Nous nous baserons pour ce faire sur les apports très récents des documents du Conseil de l’Europe : Perfil europeo del Profesor de Lenguas (2013), Un marco de referencia (2004) et Portafolio Europeo para Futuros Profesores de Idiomas (PEFPI, 2007), ainsi que ceux issus de l’Institut Cervantès pour l’espagnol: ¿Qué es ser un buen profesor o una buena profesora de ELE ? (2011), Las competencias clave del profesor de lenguas segundas y extranjeras (2012) et Utilidad de la Parrilla del perfil del profesor de idiomas (European Profiling Grid for Language Teachers, EPG, 2013).

En effet, suite au travail mené au sein du Conseil de l’Europe, l’Institut Cervantès décline dans son guide (INSTITUTO CERVANTES, 2012) les huit compétences que les enseignants doivent acquérir et/ou développer lors de leur formation initiale et continue, ainsi que tout au long de leur vie professionnelle. A savoir : organiser des situations d’apprentissage, évaluer l’apprentissage et l’action des étudiants, impliquer les étudiants dans leur apprentissage, favoriser la communication interculturelle, assurer son propre développement professionnel au sein de l’établissement, gérer les émotions, participer activement dans l’institution et utiliser les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE).

Les propositions de communication pourront se situer sur l’un ou l’autre des quatre grands axes thématiques explicités ci-dessous.

Axe 1

Le premier axe de réflexion devra porter sur la formation initiale des enseignants. Depuis de nombreuses années déjà, dans la plupart des universités espagnoles - mais pas seulement - la formation est assurée dans le cadre des masters de formation de professeurs. Dans certaines de ces formations, des cours sont donnés sur la Langue de Spécialité (LSP), son enseignement et la méthodologie à suivre. On devrait pouvoir élargir cette formation à propos des langues dites de spécialité à l’ensemble des autres centres de formation afin de s’interroger sur la LSP en elle-même ou sur la langue appliquée aux différentes disciplines (médecine, chimie, économie, tourisme) (CABRÉ, 1993, 2003, 2010 ; LÉRAT, 1995). Il conviendrait par ailleurs de redéfinir les corpus à travailler (MARTINEZ, 2012) et de rendre compte de la place qui peut être accordée aux futurs contextes professionnels des divers publics concernés. Une attention particulière devrait être portée aux croyances et représentations de ces futurs enseignants à l’égard de la mosaïque que représente l’espagnol à but professionnel.

Axe 2 

Un deuxième axe devrait interroger la professionnalisation des enseignants. Autrement dit : comment devient-on professeur d’espagnol à but professionnel ? Les travaux sur l’identité professionnelle des enseignants de langues (surtout d’anglais) et leur professionnalisation (cf. TANG 1997 ; DUFF & UCHIDA 1997 ; JOHNSTON 1999, 2003 ; PAVLENKO 2003 ; MORGAN 2004) mettent en évidence au moins deux parcours différents : ceux qui ont été formés dans la filière qu’on pourrait désigner comme étant « classique » pour devenir des enseignants (licence, master et même doctorat en « Études Hispaniques », « Langues Romanes », « Hispánicas », « Románicas », « Filologías », etc.) et ceux qui ont une formation spécialisée dans une discipline donnée (Droit, Histoire, Sciences de l'Éducation, Éducation Physique, Économie) et qui sont devenus enseignants de LSP. Comment, dans l'un et l'autre cas, les enseignants parviennent-ils à conceptualiser l'enseignement de la langue à travers un autre objet d’étude (mathématiques, droit, etc.) ?

Axe 3

Le troisième axe possible de réflexion concerne certaines compétences ainsi que la didactique. Comment se positionner et comment développer des séquences didactiques spécifiques en prenant en compte le Cadre Commun de Références pour les langues (CONSEIL DE L’EUROPE, 2001), le Plan Curriculaire de l’Institut Cervantès (INSTITUTO CERVANTES, 2006) et le syllabus concernant plus spécifiquement l’espagnol à but professionnel (MARTÍN PERIS, SABATER et GARCÍA SANTA CECILIA, 2012) ? On devrait pouvoir s’interroger sur la possibilité de nouvelles formes de séquences didactiques et sur le recours à de nouvelles techniques (études de cas, simulations, projets, etc.) tout en prenant en compte le contexte de l’enseignement, son but et le niveau d’interlangue.

Axe 4

Le quatrième axe concerne le contexte dans lequel le travail de l’enseignant est réalisé (GÓMEZ DE ENTERRÍA, 2001, 2002 ; CABRÉ y GÓMEZ DE ENTERRÍA, 2006 ; AGUIRRE BELTRÁN, 2012). Autrement dit : comment appliquer la langue au droit, à la médecine ou au sport ? On devrait dans ce sens pouvoir réfléchir au rôle des TICE dans un apprentissage désormais multimodal. Comment les enseignants de LSP se positionnent pour faire utiliser les nouvelles technologies en tirant le majeur profit ?

Modalités de soumission

Les communications, rédigées en espagnol ou en français, devront s’inscrire dans l’un des quatre axes présentés ci-dessus. Elles auront une durée maximale de 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de discussion.

Les personnes intéressées doivent envoyer un résumé de la communication (en espagnol ou en français), en format WORD (Arial 10 interligne 1) en indiquant dans l’ordre :

  1. le titre de la communication ;
  2. l’axe thématique dans lequel la communication s’inscrit ;
  3. les coordonnées du/des communicant/s (nom, prénom, adresse, téléphone, courriel, établissement d’appartenance, fonction) ;
  4. une brève biographie du/des communicant/s (10 lignes au maximum) ;
  5. un résumé succinct (20 lignes au maximum), clair et argumenté  des contenus de la communication, comprenant : a) la perspective ou la problématique qui sera développée ; b) les objectifs ; c) l'indication des modes de recueil et traitement des données (méthodes utilisées), d) les principales conclusions de la recherche, de l’étude ou du travail (résultats obtenus).
  6. les mots-clés (5 au maximum) ;
  7. les références bibliographiques incontournables (5 au maximum), considérées comme les plus importantes par rapport à la thématique annoncée.

Les propositions de communication orale qui ne respecteront pas ces indications formelles ne pourront pas être expertisées.

Les propositions reçues dans le délai de rigueur seront examinées par le Comité Scientifique du colloque qui en fera une double évaluation anonyme en tenantcompte des critères suivants : adéquation à la thématique de la rencontre, rigueur de la méthodologie adoptée, intérêt et l’originalité des contenus, étendue en accord avec les limites établies. L’information détaillée sur les modalités d’évaluation des communications peut être consultée ici.

En cas d’acceptation, si la communication appartient à plusieurs auteurs, chaque contributeur devra s’inscrire au colloque. Frais d’inscription : 70€, étudiants : 30€. Tous les détails concernant l’inscription seront fournis dans la rubrique "inscription" de ce site.

Normes pour la présentation des contributions écrites

Les participants dont les communications seront sélectionnées, auront la possibilité de les publier dans Les Cahiers du GERES N° 8 (ISSN: 2105-1046). Pour ce faire, ils devront envoyer, au format WORD, un article au rédacteur en chef de cette publication : christian.puren@gmail.com (avec copie au directeur de la publication :marcelo.tano@neuf.fr). Ces contributions, rédigées en espagnol ou en français, devront être inédites. Le contenu de ces documents sera de la responsabilité exclusive de son/ses auteur/s.

Le Comité International de Lecture de la revue évaluera toutes les contributions selon les critères de sélection annoncés ici.

Tous les détails à propos des consignes de publication se trouvent ici.

Calendrier

  • 30 juin 2015 : Envoi d’article   
  • 30 septembre 2015 : Évaluation des originaux par le Comité de Lecture
  • 30 octobre 2015 : Envoi de l’éventuelle version corrigée des auteurs
  • 30 novembre 2015 : Nouvelle éventuelle évaluation du Comité de Lecture
  • 30 décembre 2015 : Publication des Cahiers du GERES nº 8

Les contributions écrites qui ne respecteront pas ces indications formelles ne pourront pas être expertisées.

Comité d'Organisation

Pour l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense :

  • Dalila CHINE-LEHMANN,
  • Mercè PUJOL BERCHÉ
  • Allison TAILLOT

Doctorants :

  • Alicia FERNÁNDEZ,
  • Patricia GUTIÉRREZ, 
  • Noemi RÁMILA
  • Laurence SFAR

Pour l’Institut Cervantès de Paris :

  • Diana KRENN ESPINOSA

Pour le Groupe d’Étude et de Recherche en Espagnol de Spécialité :

  • Marcelo TANO

Comité Scientifique

  • BARALO Marta (Université Antonio de Nebrija)
  • BLESTEL Élodie (Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)
  • CARANDELL Zoraida (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • COUDERT Maïté (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • DELOOR Sandrine (Université de Cergy-Pontoise)
  • GÓMEZ DE ENTERRÍA Josefa (Université d’Alcalá)
  • HEYMANN Catherine (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • LAGARDE Christian (Université de Perpignan- Via Domitia)
  • LÓPEZ IZQUIERDO Marta (Université de Paris 8)
  • MARTÍN PERIS Ernesto (Université Pompeu Fabra)
  • MARTÍNEZ Inmaculada (Fondation Comillas)
  • MORENO FERNÁNDEZ Francisco (Université d’Alcalá)
  • ODDO Alexandra (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • PUREN Christian (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)
  • RABATÉ Philippe (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • RIBERA RUÍZ DE VERGARA  Ana Isabel (Université de Rouen)
  • SABATER Maria Lluïsa (Université de Barcelone)
  • TERRASSON Claudie (Université de Marne-La-Vallée)
  • VÁZQUEZ DE CASTRO Isabel (Université de Paris Est)
  • VERA LUJÁN Agustín (Université Nationale d’Éducation à Distance)

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • lundi 09 février 2015

Mots-clés

  • espagnol de spécialité, formation, enseignant, didactique

Contacts

  • Mercè PUJOL
    courriel : mercepujolberche [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Marcelo Tano
    courriel : tano [dot] marcelo [at] bbox [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La formation des enseignants d’espagnol à but professionnel », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 14 janvier 2015, http://calenda.org/313389