AccueilLa crise des sciences de l’Homme

La crise des sciences de l’Homme

The crisis in the humanities

أزمة علوم الانسان

*  *  *

Publié le jeudi 08 janvier 2015 par João Fernandes

Résumé

En ce début de XXIe siècle, le monde vit une crise multidimensionnelle, englobant des problèmes de nature culturelle, économique, politique, sociale et même écologique. Assurément, la pensée moderne a libéré les hommes de l’emprise de la tradition, perçue comme obscurantiste, tout en opérant un changement de paradigme social, politique et économique. La pensée philosophique des Lumières contribue à cette rupture épistémologique en valorisant l’esprit critique et la science moderne. Dès lors, l’esprit technique et la raison critique, aboutissement de la science moderne et du cartésianisme, n’ont pas cessé d’engager la civilisation humaine dans la direction du progrès et le perfectionnement social, politique et économique. Nul n’ignore les avancées civilisatrices qu’a connues l’humanité depuis le déclenchement du mouvement de la modernité que l’Europe a amorcé depuis quelques siècles.

Annonce

Argumentaire   

En ce début de XXIe siècle, le monde vit une crise multidimensionnelle, englobant des problèmes de nature culturelle, économique, politique, sociale et même écologique.

Assurément, la pensée moderne a libéré les hommes de l’emprise de la tradition, perçue comme obscurantiste, tout en opérant un changement de paradigme social,   politique et économique. La pensée philosophique des Lumières contribue à cette rupture épistémologique en valorisant l’esprit critique et la science moderne. Dès lors, l’esprit technique et la raison critique, aboutissement de la science moderne et du cartésianisme, n’ont pas cessé d’engager la civilisation humaine dans la direction du progrès et le perfectionnement social, politique et économique. Nul n’ignore les avancées civilisatrices qu’a connues l’humanité depuis le déclenchement du mouvement de la modernité que l’Europe a amorcé depuis quelques siècles.

Toutefois, cette modernité, ayant elle-même décliné, n’a pu donner aux hommes ce dont ils avaient besoin. C’est dire combien le destin de l’homme et sa finalité furent dissimulés durant des siècles au profit d’une logique du gain, du profit et du bénéfice, d’où la fuite vers le postmodernisme. C’est dans cette perspective qu’Herbert Marcus, dans son essai « l’homme unidimensionnel », évoque les nouvelles formes de répression sociales dans ce qu’il qualifie de « société industrielle avancée » du monde moderne qu’il s’attèle à critiquer.

La création de faux besoins est l’une des marques de cette société dont l’objectif n’est autre que l’intégration des individus au système fait de production et de consommation. Le rôle est assigné aux médias qui ont pour mission, non seulement « d’informer » et de divertir les individus, mais aussi de conditionner leur pensée et leur comportement, de manière à faire disparaître le pouvoir critique de l’individu et écarter les comportements antisystémiques d’une part, et déterminer leurs activités et leurs attitudes, d’autre part. Ainsi, « l’unidimensionnalisation » des comportements et des pensées fait que l’homme devient « unidimensionnel »,  que son système social devient statique et son esprit critique anéanti.

Les sciences humaines et sociales, qui relèvent du domaine scientifique, ont subi l’effet des méthodes de contrôle et d’orientation de la société industrielle. Désormais, aucune ligne de démarcation ne les sépare de l’idéologie. Ce n’est donc pas par hasard qu’elles enchainent, et ce depuis un demi siècle, échec et crise, et s’avèrent incapables de prévenir les crises. Aujourd’hui, un scepticisme s’est installé quand à la capacité des sciences humaines et sociales à assumer leur fonction, contribuer à la compréhension des faits et des phénomènes sociaux, prévenir les crises et leur apporter des solutions crédibles. 

C’est à partir de cette réflexion que nous proposons d’examiner comment le mouvement de la modernité, et le progrès qui s’en est suivi, ont chevauché les valeurs humaines, produisant de nouveaux paradigmes. Nous proposons également de suivre le processus de la genèse et du développement des sciences de l’homme depuis le XVIIIe siècle, et leur évolution au cours des dernières décennies. Nous nous interrogeons sur le sort des sciences de l’homme et sur l’impasse historique dans laquelle elles se sont retrouvées, celle de verser dans l’idéologie et la doctrine, et le cautionnement de l’ordre établi.

Enfin, nous souhaitons que ce colloque soit le prélude à une réflexion sur le renouveau de la pensée dans les champs des sciences de l’homme et un  renouvellement profond de la pensée humaine.

Axes thématiques

le colloque se déroulera selon 3 axes principaux :

I- À l’origine de la modernité :

  • La modernité européenne comme vision du monde ; vision de l’existence et système de connaissance et de valeurs.  
  • La place des sciences de l’homme dans la conception du projet de la modernité européenne.  
  • La place des valeurs dans la modernité européenne.
  • Crise de la modernité et son impact sur le développement des sciences de l’homme.

II- De l’échec de la modernité européenne à la crise des sciences de l’homme :

  • Les sciences de l’homme et la rupture entre science et valeurs.
  • Les efforts déployés en Occident pour atténuer la crise des sciences de l’homme (Ecole de Francfort, Edgar Morin…)
  • Les efforts déployés dans le monde afro-asiatique pour atténuer la crise des sciences de l’homme (Malek Bennabi, Edward Said, Ali Shariati…)

III- Comment permettre un  renouveau des sciences de l’homme ? 

  • Vers de nouveaux paradigmes des sciences de l’homme.
  • Les problématiques morales et éthiques au cœur des Sciences de l’homme.
  • Le rôle des sciences de l’homme dans le dénouement de la crise mondiale. 

Dates importantes 

Proposition de communication : 28 février 2015.

Réponse du comité : 03 mars 2015.

Réception des textes : 20 avril 2015.

Les actes du colloque  seront évalués et publiés dans la revue de la faculté : « Références ».

Date  de la tenue du colloque international : mardi 05 et mercredi 06 mai 2015. 

Lieux

Auditorium du campus d’Aboudaou, Université A. Mira, Bejaia. 

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Langues du colloque : Arabe, Français et Anglais. 

Contacts les propositions de participation ainsi que les textes intégraux doivent être adressés simultanément aux :   

Email : cherrad.hichem@hotmail.fr

             sam-d2011@hotmail.fr

Comité scientifique

  • Pr. Boumenir Kamel (Université d’Alger 2)
  • Pr. Boussaha Omar (Université d’Alger)
  • Pr. Bouatta Cherrifa (Université de Bejaia)
  • Dr. Cherrad hichem  (Université de Bejaia)
  • Dr. Berretima Abdelhalim (Université de Bejaia)
  • Dr. Ferradji Mohand Akli (Université de Bejaia)
  • Pr. Mahjoub Mohamed (Université de Tunis)
  • Pr. Ferréol Gil (Université Franche-Comté, France)
  • Dr. Leites Adrien (Université de la Sorbonne, Paris)
  • Dr. Belagrouz abderezak (Université de Sétif 2)
  • Pr. Moussa Abdellah (Université de Saida)
  • Pr. Raid Djamil Okache (Université de la Jordanie)
  • Dr. Toumi Abdelkader (ENS, Alger)

Comité d’organisation

  • Baa Saliha,
  • Ameur Smail,
  • Bouzid Nedjoua,
  • Negrouche Hamid,
  • Mati Ali,
  • Amiar Ali,
  • Soualmia A-Rahman,
  • Boucherma Samia,
  • Laoudi Ferhat,
  • Bahloul Farouk,
  • Hidjeb Madjid,
  • Nesakh Salim,
  • Amghar Kamel.

Président d’honneur : Pr. SAIDANI Boualem, Recteur de l’Université A-Mira, Bejaia.

Président du Colloque : Dr. CHERRAD Hichem, Doyen de la Faculté des Sciences Humaines et sociales.

Président du comité d’organisation : Djouder Samir, Chef de département des sciences humaines.

Lieux

  • Auditorium du campus d’Aboudaou - Université A. Mira
    Béjaïa, Algérie (06000)

Dates

  • samedi 28 février 2015

Mots-clés

  • pensée moderne, modernité, sciences de l’homme

Contacts

  • Hichem Cherrad
    courriel : cherrad [dot] hichem [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Hichem Cherrad
    courriel : cherrad [dot] hichem [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La crise des sciences de l’Homme », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 08 janvier 2015, http://calenda.org/313407