AccueilL’imaginaire gustatif et alimentaire

L’imaginaire gustatif et alimentaire

The gustative and alimentary imagination

ESSACHESS Volume 8, n° 2(16)/ 2015

ESSACHESS journal volume 8, issue no. 2(16)/ 2015

*  *  *

Publié le jeudi 22 janvier 2015 par João Fernandes

Résumé

Entre le nutriment et l’aliment, l’aliment et l’objet de goût, toute la trajectoire du sens. Elle s’origine dans les sens et les sensations, avant d’atteindre l’essence du goût, la quintessence de l’émotion gustative. Une trajectoire à la fois discrète et complexe, de saveur en valeur, de mots en moments marqués d’émotions. En ouvrant le dossier sur l’imaginaire gustatif et alimentaire, nous invitons à suivre tous les chemins qui mènent à l’homme par le goût et la séduction alimentaire. Mais le contrechamp ne mérite pas moins d’être éclairé, en quittant le versant irénique du bon pour verser dans l’imaginaire du nauséabond et du dégoût. Ne forçons pas le trait. Le goût et l’émotion gustative portent déjà vers de belles contrées imaginaires qui nourrissent l’homme depuis les temps les plus anciens. Une quête mythique, légendaire, universelle, dont il n’est pas question de refaire l’histoire et l’encyclopédie dans ce dossier, mais de sentir l’acuité, aujourd’hui, à travers les phénomènes de communication qui prennent les aliments pour objet, signe, symbole, totem et problème aussi.

Annonce

Argumentaire

Entre le nutriment et l’aliment, l’aliment et l’objet de goût, toute la trajectoire du sens. Elle s’origine dans les sens et les sensations, avant d’atteindre l’essence du goût, la quintessence de l’émotion gustative. Une trajectoire à la fois discrète et complexe, de saveur en valeur, de mots en moments marqués d’émotions.

En ouvrant le dossier sur l’imaginaire gustatif et alimentaire, nous invitons à suivre tous les chemins qui mènent à l’homme par le goût et la séduction alimentaire. Mais le contrechamp ne mérite pas moins d’être éclairé, en quittant le versant irénique du bon pour verser dans l’imaginaire du nauséabond et du dégoût. Ne forçons pas le trait. Le goût et l’émotion gustative portent déjà vers de belles contrées imaginaires qui nourrissent l’homme depuis les temps les plus anciens. Une quête mythique, légendaire, universelle, dont il n’est pas question de refaire l’histoire et l’encyclopédie dans ce dossier, mais de sentir l’acuité, aujourd’hui, à travers les phénomènes de communication qui prennent les aliments pour objet, signe, symbole, totem et problème aussi.

De toute évidence, du pain sur la planche, mais plus encore la promesse d’un vaste sujet qui, à l’image des saveurs, requiert l’attention dans le détail. En attaquant un tel sujet, le dossier doit pouvoir et savoir composer avec le sociologique et le phénoménologique, le sémiotique et l’herméneutique, le linguistique et le multimodal. Et comme toute approche digne de ce nom en communication, le propos interdisciplinaire doit donner matière à création, sans risque de s’abandonner à un fade méli-mélo de notions ou d’idées déjà recuites.

Axes thématiques

Pas de recettes donc, pour travailler au cœur ce sentiment gustatif, mais des pistes variées, contrastées, pour concevoir l’imaginaire qu’il déploie. 

-   l’imaginaire et l’axiologique : entre nature et culture, plaisir et santé, perception des saveurs et plan de projection des valeurs, l’imaginaire gustatif et alimentaire procède du pratique et du mythique, de l’éthique et de l’esthétique, en passant par toutes les nuances du sentiment gustatif. Il est proposé de détacher et d’analyser  en propre l’une de ces valeurs investies dans les aliments ou de décrire le système de valeurs porté par l’imaginaire de consommation ;

-   les lieux de l’imaginaire alimentaire : des marchés, qui introduisent de la ruralité dans l’urbanité ; de la cuisine, qui s’ouvre désormais sur de multiples espaces sociaux et médiatiques dévoilant une part de ses mystères au plus grand nombre, à la table, lieu de liturgie alimentaire ; des caves dans la profondeur des sous-sols configurées comme de puissantes sources de sacralité aux terroirs, sur le plan horizontal, où prennent racine des récits et des histoires, jusqu’aux aliments eux-mêmes dont Roland Barthes a montré le potentiel évocateur, l’imaginaire se nourrit d’une multitude de lieux.

-   l’imaginaire culinaire et gastronomique : à partir des deux phénomènes marquants dans la valorisation des pratiques alimentaires, la démocratisation du goût et l’esthétisation du quotidien, comment s’opère le déplacement entre l’acte de manger et le luxe de situation que représente le gastronomique, à travers mots, attitudes, dispositifs, stratégies ? Tout un ensemble d’acteurs de l’alimentaire, qu’ils soient professionnels ou particuliers, marques, médias, produisent un discours qui va du geste culinaire ordinaire à la sublimation du sentiment gastronomique élevé au plus haut degré. Comment décrire ce phénomène ?

-   l’imaginaire et le spirituel : bien que la société moderne prétende avoir achevé sa sécularisation, l’alimentation combine une dimension matérielle avec une projection spirituelle en restant intimement liée à un système de croyances, qu’elles soient d’ordre religieux ou simplement de l’ordre de la superstition populaire. Autant de dogmes, de craintes, de traditions, tout un imaginaire, qui prescrivent un régime alimentaire, interdisent des aliments, régissent des préparatifs et des pratiques culinaires et alimentaires en fêtes, festins ou dons, règlent des rituels et véhiculent des mythes, etc.

-   imaginaire, discours et récit : du cinéma aux diverses formes d'art, des dégustations oeno-gastronomiques aux blogs de cuisine, de la photographie à la mode, la nourriture est au centre de nombreux discours qui l’analysent et la racontent, en l’investissant de valeurs multiples et en l'insérant dans des programmes narratifs multiformes. Quelles sont les traces laissées par de tels discours ? Et comment ces discours affectent-ils notre perception de la réalité ? Quelles sont, enfin, les potentialités des médias par rapport à la représentation de la nourriture et du goût – et, en particulier, de leur dimension sensible et culturelle ?

-   l’imaginaire et l’identitaire : de terres en terroirs et territoires, de local en global, le goût s’inscrit dans l’espace, comme autant de sources et de points d’ancrage culturels pour l’imaginaire. Les pratiques alimentaires sont à la fois point de fixation, d’expression mais aussi de différenciation identitaire entre les catégories sociales et lieu de rencontre entre identités et cultures différentes, notamment dans un monde marqué par le nomadisme, l’hybridation, le métissage. Comment aborder cette question identitaire et son lien avec l’imaginaire, sur des bases saines et sereines, sans réveiller le vieux débat sur l’identité gastronomique consubstantiellement attachée à l’histoire et l’excellence d’un pays, et en valorisant bien davantage les aspects patrimoniaux, culturels, historiques et sociaux qui participent de la construction identitaire comme processus complexe au niveau du goût et de l’imaginaire alimentaire ?

Dates importantes

  • 1 mars 2015: envoi de la proposition d’article en anglais ou en français sous forme d’un résumé d’environ 2 pages (comportant 5 mots-clés et bibliographie sélective récente) ;
  • 15 avril 2015 : notification des résultats ;
  • 01 septembre 2015 : soumission intégrale de l’article ;
  • 15  novembre 2015 : acceptation définitive de l'article. 

Pour de plus amples informations consultez la page de la revue en ligne : www.essachess.com 

Les propositions d’article et les questions complémentaires doivent être adressées à : essachess@gmail.com 

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. 

La revue sera publiée le 23 décembre 2015.

Editorial Team

Fondateur et directeur de la publication / Founder and editor

Stefan BRATOSIN, Université Paul Valéry de Montpellier 

Directrice de la rédaction / Executive-editor in chief

Mihaela-Alexandra TUDOR, Université Paul Valéry Montpellier

Secrétaires de la rédaction / Editorial secretaries

Aurora BURCA (Université Paul Valéry Montpellier), Mihai CRANGASU (Université Paul Sabatier Toulouse) 

Comité de rédaction / Members of editorial team

Stefan BRATOSIN (ORC IARSIC, Université Paul Valéry de Montpellier), Céline BRYON-PORTET (ENSIACET), Catherine GHOSN (ORC IARSIC, Université Paul Sabatier), Lucian HERSCOVICI (ORC IARSIC, Bibliothèque Nationale d'Israël, Université Hébraïque de Jérusalem), Philippe JEANNIN (Université Paul Sabatier), Diana Iulia NASTASIA (ORC IARSIC, Southern Illinois University), Alina Elena ROMASCU (Université de Corse Pasquale Paoli), Mihaela-Alexandra TUDOR (ORC IASIC, Université Paul Valéry Montpellier)

Editorial Advisory Board 

  • Delia BALABAN, Université Babes-Bolyai Cluj, Roumanie
  • Lee BECKER, James M. Cox Jr. Center for International Mass Communication Training and Research, University of Georgia, USA
  • Adrian BEJAN, Duke University, USA
  • Françoise BERNARD, Université de Provence, France
  • Robert BOURE, Université Paul Sabatier de Toulouse, France
  • Constantin BRATIANU, Académie d’Etudes Economiques de Bucarest, Roumanie
  • Olivier CHANTRAINE, Université Charles de Gaulle Lille 3, France
  • Mihai COMAN, Université de Bucarest, Roumanie
  • Eric DACHEUX, Université Blaise Pascal de Clermont Ferrand, France
  • Lise DEMAILLY, CLERSE UMR 8019, Université Lille 1, France
  • Ion DUR, Université Lucian Blaga Sibiu, Roumanie
  • Elena FELL, University of Central Lancaster, Great Britain
  • Pierre-Henri FRANCOIS, Université de Poitiers, France
  • Sandu FRUNZA, Université Babes-Bolyai Cluj, Roumanie
  • Magda FUSARO, Homoludens - Groupe de recherche sur la communication et la socialisation dans les jeux vidéo, Université du Montréal à Québec, Canada
  • Gino GRAMACCIA, Université de Bordeaux 1, France
  • Régis GUILLAUME, Université du Mirail Toulouse, France
  • Lama HAMANDI, American University of Beyrouth, Liban
  • Tamar KATRIEL, Université de Haifa, Israel
  • Roula KHOURY, Université St Joseph de Beyrouth, Liban
  • Sylvie LELEU-MERVIEL, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, France
  • Joëlle LE MAREC, ENS de Lyon, France
  • Christian LE MOËNNE, Université de Rennes 2, France
  • Guy LOCHARD, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, France
  • Luc MARCO, Université Paris 13, France
  • Regina Maria MARTELETO, Fundação Oswaldo Cruz, Instituto de Comunicação e Informação Científica e Tecnológica em Saúde, Université de Brésil, Brésil
  • Sorin NASTASIA, Southern Illinois University, USA
  • Robert NOUMEN, Université d’Orléans, France
  • Paul RASSE, Université de Nice Sophia-Antipolis, France
  • Toma ROMAN, Académie d'Etudes Economiques de Bucarest, Roumanie
  • Daniela ROVENTA-FRUMUSANI, Université de Bucarest, Roumanie
  • Constantin SALAVASTRU, Université « Al. I. Cuza » Iasi, Roumanie
  • Ilie RAD, Université Babes-Bolyai Cluj, Roumanie
  • Martine ROQUES, Université de Poitiers, France
  • Constantin SCHIFIRNET, Ecole Nationale d’Etudes Politiques et Administratives Bucarest, Roumanie
  • Michel SENECAL, Université du Québec à Montréal, Canada
  • Panayiota TSATSOU, University of Leicester, Great Britain
  • Tudor VLAD, James M. Cox Jr. Center for International Mass Communication Training and Research, University of Georgia, USA
  • Jean-Marc ZULIANI, Université du Mirail Toulouse, France

Dates

  • dimanche 01 mars 2015

Mots-clés

  • communication, goût, alimentation, imaginaire gustatif, imaginaire alimentaire, gastronomie

Contacts

  • Mihaela Tudor
    courriel : essachess [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Mihaela Tudor
    courriel : essachess [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L’imaginaire gustatif et alimentaire », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 22 janvier 2015, http://calenda.org/315305