AccueilEn chair et en son

En chair et en son

In flesh and sound

*  *  *

Publié le mardi 27 janvier 2015 par João Fernandes

Résumé

Lorsque Tatsumi Hijikata et Kazuo Ōno créent le « Butō » dans le Japon des années soixante (chacun de leur côté comme nous le rappelle l’histoire), ils choisissent pour qualifier leur nouvelle approche de la danse, un terme qui désigne toutes les danses importées sur le territoire nippon. Dès lors, la danse Butō s’est définie, dès sa création, comme une danse de l’« autre », une « autre » danse, une danse de l’étranger. C’est dans cette altérité assumée que les danseurs Butō ont puisé les forces de leur rébellion contre l’ordre établi, et qu’ils ont rompu avec les arts vivants traditionnels japonais.

Annonce

Argumentaire

Lorsque Tatsumi Hijikata et Kazuo Ōno créent le « Butō » dans le Japon des années soixante (chacun de leur côté comme nous le rappelle l’histoire), ils choisissent pour qualifier leur nouvelle approche de la danse, un terme qui désigne toutes les danses importées sur le territoire nippon. Dès lors, la danse Butō s’est définie, dès sa création, comme une danse de l’« autre », une « autre » danse, une danse de l’étranger. C’est dans cette altérité assumée que les danseurs Butō ont puisé les forces de leur rébellion contre l’ordre établi, et qu’ils ont rompu avec les arts vivants traditionnels japonais.

S’inspirant des pratiques artistiques modernes occidentales, de l’expressionnisme allemand au surréalisme, le danseur Butō est en quête del’expression pure plutôt que de l’illustration des sentiments, et il propose desactions fortes plutôt que des images. À la même époque que le mouvement Gutaï, la danse Butō redéfinit la pratique de la danse et de la performance dans une approche pluridisciplinaire. Et, tout en se réclamant d’un « anti-art », les danseurs Butō affirment la matérialité concrète des corps et des actions en accord avec une introspection et une disponibilité au monde, ils encouragentle grotesque et le laid tout en assumant le rôle politique de leur création artistique, et sont volontiers vulgaires et provocateursmétamorphosant les gestes banals de la vie quotidienne. Scandaleux, animal, grimaçant et concret — il a les pieds sur terre comme le rappel l’idéogramme tō — le performeur Butō pense le corps comme une mémoire, un corps qui à la mémoire de toutes les cicatrices du monde et qu’il rend dans une méditation en actions.

La musique acousmatique s’est faite, elles aussi, d’une matérialité concrète : celle de son support. Les sons enregistrés, dont on ne distingue plus nécessairement la source, retrouvent un nouveau dynamisme dans une expressivité spatialisée portée par un ensemble de haut-parleurs. Une suite de métamorphoses électriques, faites de passages, de glissements ou de ruptures et de confrontations qui remettent sans cesse sur le chantier la question de l’écoute. Mais cet « art des sons fixés » (Michel Chion) questionne aussi l’enregistrement lui-même, ce corps-mémoire autrefois figuré par la bande ou le sillon du vinyle. Une rencontre et une réflexion entre la musique acousmatique et la danse Butō s’imposaient donc. C’est en quelque sorte l’auscultation d’un « MA », c’est-à-dire d’une distance qui unit, comme l’imagine la pensée japonaise s’opposant à la distance occidentale, qui sépare, que ces rencontres veulent produire. D’une part, pour affirmer l’actualité de ces questions dans le champ de la création contemporaine, d’autre part pour démontrer la dynamique de réflexions et de créations que peut engendrer un rapprochement aussi « lointain et juste » que celui que nous proposons ici . Butō et acousmatique seront l’autre, l’un pour l’autre, dans une dynamique de découverte de l’un par l’autre, permettant de remettre en question nos idées reçues et de nourrir les disciplines convoquées.

Axes thématiques

Car, les journées de rencontres Butō et musique acousmatique sont uniques : elles associent aux spectacles vivants, des réflexions proposées par des chercheurs internationaux. Elles allieront aux spectacles et aux projections sonores des analyses organisées par l’équipe d’ Esthétique des arts de la performance et du spectacle vivant de l’université de Paris 1 (Institut ACTE, Panthéon-Sorbonne/CNRS umr8218) qui porteront sur les sujets suivants :

1. Les liens historiques et esthétiques entre la danse Butō et la performance contemporaine;

2. Entre le son et la chair : penser les rapports entre le corps et le sonore ;

3. Corps-mémoire et support-mémoire : métamorphose et inscription ;

4. Esthétique et poïétique du laid, du grotesque et du vulgaire.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de communications comporteront entre 3000 et 6000 signes maximum. Le thème dans lequel la communication s’inscrit devra être précisé. Ce résumé inclura cinq mots clés, nom et prénom de(s) l’auteur(s), statut et institution, adresse électronique.

Les propositions seront envoyées exclusivement par courrier électronique, dans le corps du message ou en pièce jointe, à l’adresse suivante: contact(at)lautremusique(dot)net

Merci de préciser dans l’objet « appel à contribution-danse buto et musique acousmatique ».

Date limite de réception des propositions : 23 mars.

Une réponse sera envoyée avant le 17 avril 2015. Les auteurs des communications retenues devront ensuite envoyer le titre définitif de la communication et un résumé(500motsmaximum) pour le 11 mai 2015.

Les articles dans leur version définitive feront l’objet d’une publication dans une mise à jour de la revue en ligne L’Autre musique #1 : Charnel. Ils accompagneront le compte-rendu du festival.

Appel à contribution_ Musique acousmatique//Danse Butō

Dans le cadre de ces premières rencontres « Danse Butō et musique acousmatique », nous recherchons des compositeurs de musiques acousmatiques et des danseurs Butō. Les musiciens et danseurs sélectionnés bénéficieront de 2 à 3 jours de répétition au Cube, centre de création numérique (Issy-les-Moulineaux). Les musiciens verront leur pièce interprétée sur l’acousmonium de la compagnie Motus. Les danseurs pourront choisir la pièce acousmatique avec laquelle ils veulent se produire lors du festival.

  • Les propositions sonores feront de 15 à 30 minutes. Elles seront envoyées via une plateforme de distribution audio en ligne ( soundcloud, bandcamp…). Elles seront accompagnées d’une note de concert, en français ou en anglais, expliquant la pièce et précisant le lien souhaité avec la danse bûto de 1500 à 3000 signes. Les propositions seront envoyées exclusivement par courrier électronique à l’adresse suivante: contact(at)lautremusique(dot)net. Merci de préciser dans l’objet « appel à contribution-danse Butō et musique acousmatique » et d’ajouter à la proposition : j’autorise ou je n’autorise pas la diffusion de ma pièce dans la revue ou le laboratoire L’Autre musique.
  • Les propositions de participation en tant que danseur Butō, ou en tant que danseur avec une forte influence du Butō dans sa pratique. Il s’agira d’envoyer via une plateforme de distribution vidéo en ligne ( youtube, vimeo…) un extrait ou la totalité d’une performance déjà réalisée. Elles seront accompagnées d’un texte, en français ou en anglais, expliquant les motifs de votre participation et le lien envisagé avec la musique acousmatique. Les propositions seront envoyées exclusivement par courrier électronique à l’adresse suivante: contact(at)lautremusique(dot)net. Merci de préciser dans l’objet « appel à contribution-danse Butō et musique acousmatique » et d’ajouter à la proposition : j’autorise ou je n’autorise pas la diffusion de ma performance dans la revue ou le laboratoire L’Autre musique.

Le laboratoire en ligne L’Autre musique servira d’interface pour permettre aux danseurs, aux musiciens, mais aussi au public de se rencontrer.

Jusqu’au 1er juin 2015, le laboratoire L’Autre musique diffusera sur son site les pièces sonores et les extraits de danse présélectionnés par le comité scientifique et artistique du festival.

À partir du 1er juin 2015, le comité scientifique et artistique proposera aux compositeurs et aux danseurs ou compagnies de travailler ensemble lors de créneaux de répétitions durant les quatre jours précédents le festival, au Cube centre de création numérique (Issy-les-Moulineaux). Les binômes seront proposés par le comité scientifique ou par le désir exprimé par les artistes lorsqu’ils connaîtront la sélection.

Comité scientifique et artistique/organisation du colloque

  • Michel Titin-Schnaider (AEA),
  • Vincent Laubeuf (MOTUS),
  • Ivan Magrin-Chagnolleau (artiste chercheur, CNRS, responsable de l’équipe EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1) ),
  • Célio Paillard (artiste chercheur, EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1), L’Autre musique),
  • Frédéric Mathevet (artiste chercheur, EsPAS (Institut ACTE – CNRS & Université Sorbonne Paris 1), L’Autre musique).

soutien partenaire

  • L’Autre musique,
  • Motus,
  • AEA,
  • Le cube,
  • EsPAS (Institut ACTE, Panthéon-Sorbonne/CNRS umr8218)

Lieux

  • 20 Cours Saint-Vincent
    Issy-les-Moulineaux, France (92130)

Dates

  • lundi 23 mars 2015

Mots-clés

  • Butō, musique acousmatique, Japon, corps, mémoire, support, esthétique, poïétique du laid, grotesque, vulgaire

Contacts

  • Frédéric Mathevet
    courriel : contact [at] lautremusique [dot] net

Source de l'information

  • Frédéric Mathevet
    courriel : contact [at] lautremusique [dot] net

Pour citer cette annonce

« En chair et en son », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 27 janvier 2015, http://calenda.org/315937