AccueilMadrid, traces et tracés (1950-2000)

Madrid, traces et tracés (1950-2000)

Madrid, trazas y trazados (1950-2000)

Madrid, traces and traced (1950-2000)

*  *  *

Publié le mardi 27 janvier 2015 par Céline Guilleux

Résumé

La ville, lieu « où se trame l'existence humaine » comme le formule Lewis Mumford offre un carde de réflexion applicable aux villes modernes. Le choix de Madrid est un choix comme un autre, nul besoin de l'expliquer sinon que rien ne disposait cette bourgade médiévale à devenir capitale, encore moins métropole. Les approches seront croisées, sociologiques, urbanistiques, littéraires, linguistiques et historiques.

Annonce

Argumentaire

Penser la ville comme lieu «où se trame l’existence humaine» comme le formule Lewis Mumford suppose «une remise en questions des anciennes démarcations pour en faire le lieu par excellence des rencontres imprévues, des défis, des étr eintes…» Cette projection utopiste relève d’une vision globale de la ville-monde et du monde village qui peut être partagée ou discutée. Elle nous propose en tout état de cause un cadre de réflexion applicable, par un examen patient de ces rencontres, défis et étreintes, à des espaces concrets que sont les métropoles modernes. Le choix de Madrid est un choix comme un autre, nul besoin de l’expliquer sinon pour dire que rien ne disposait cette bourgade médiévale à devenir capitale, encore moins métropole. Elle n’était ni reliée à une voie fluviale ni à une voie de commerce terrestre, son climat était rude, et pourtant Philippe II choisit d’y établir sa Cour. Après de longues années de relatif sommeil, Madrid fait craquer ses coutures à partir des années cinquante. Coutures topographiques, urbanistiques, démographiques, sociales mais aussi symboliques. Cette journée d’études associera littérature, histoire et linguistique pour évoquer Madrid sous tous les angles possibles, …

Programme

  • 10h : Accueil
  • 10h30 : Ouverture par le Directeur de l’ERIAC
  • 10h45 : Serge Buj (Rouen): Madrid, ville organique?
  • 11h : Rubén Pallol Trigueros (Madrid), La ciudad no es para Franco, Madrid, de ciudad conquistada en 1939 a capital incontrolable en 1975
  • 11h 45h : Manuel Santirso Rodríguez (Barcelone): Historia de dos ciudades: Madrid-Barcelona 1959-1975
  • 12h : Discussion
  • 12h45 : Déjeuner
  • 13h30 : Anne Lenquette (Limoges), Le Madrid romanesque des années 80-2000
  • 14h 15 : Miguel Olmos, (Rouen): Topophiliques (Madrid, 1950-1975)
  • 15h : Pause
  • 15h30 : José Vicente Lozano, (Rouen): La lengua de siempre y de todos en los pregones de Tierno Galván
  • 16h : Discussion
  • 16h45 : Conclusion

Lieux

  • Salle A 509 - Faculté des Lettres et Sciences Humaines, rue Lavoisier
    Mont-Saint-Aignan, France (76821)

Dates

  • vendredi 20 février 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Madrid, franquisme, urbanisme, développement, lutte sociale, topophilie

Contacts

  • Serge Buj
    courriel : sergebuj [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Serge Buj
    courriel : sergebuj [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Madrid, traces et tracés (1950-2000) », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 27 janvier 2015, http://calenda.org/315980