AccueilLa collection, fabrique éditoriale des œuvres pour la jeunesse : l’apport des archives

La collection, fabrique éditoriale des œuvres pour la jeunesse : l’apport des archives

The collection as production line for children’s books: the role of archives

Revue Strenæ

*  *  *

Publié le mercredi 28 janvier 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Conçue depuis XIXe siècle par l’éditeur pour fidéliser un lectorat cible, la collection rassemble sous un même dispositif formel une série d’ouvrages dont elle doit faciliter l’identification du contenu. Dans sa fonction première de structure paratextuelle, la collection contribue à qualifier le texte (et / ou l’image), à orienter son interprétation et à organiser sa réception. La collection est devenue, au fil des décennies, un phénomène incontournable de la vie éditoriale et culturelle. À travers elle, l’éditeur n’a cessé de développer ses prérogatives, jusqu’à s’inviter dans la création, que ce soit en initiant une production (par commande), en réorientant une œuvre en cours d’élaboration, voire en réagençant ou en détournant l’œuvre d’auteurs et / ou d’illustrateurs précédemment publiée. Si cette gestion éditoriale des œuvres n’est pas propre aux collections pour la jeunesse, elle s’y exerce de façon plus marquée et plus débridée qu’ailleurs dans la mesure où le statut littéraire de ce domaine de création reste controversé. Il n’en est que plus intéressant à étudier.

Annonce

Dans le prolongement du séminaire « collection, archives et littérature de jeunesse » qui se tient cette année à l'université Rennes 2, en partenariat avec l’IMEC, la revue Strenæ lance un appel à contributions pour son numéro de mars 2016. Ce numéro sera consacré au rôle joué par les collections éditoriales dans la fabrique des œuvres pour la jeunesse et la construction des modèles littéraires qui s’y rapportent.

Argumentaire

Parler de la collection en terme de « fabrique » n’est pas anodin. Contre le parti-pris de la critique textuelle qui a longtemps prévalu (l’œuvre comme une entité close, débarrassée de son auteur et de son support, analysable hors de tout contexte historique selon une lecture immanente), et dans la perspective des études récentes en matière de poétique historique, ce numéro entend réinscrire les œuvres pour la jeunesse dans leur contexte de production culturel, à travers la collection éditoriale qui les accueille et qui contribue à leur donner forme et sens.

Conçue depuis XIXe siècle par l’éditeur pour fidéliser un lectorat cible, celle-ci rassemble sous un même dispositif formel une série d’ouvrages dont elle doit faciliter l’identification du contenu. Dans sa fonction première de structure paratextuelle, la collection contribue à qualifier le texte (et/ou l’image), à orienter son interprétation et à organiser sa réception. La collection est devenue, au fil des décennies,  un phénomène incontournable de la vie éditoriale et culturelle. À travers elle, l’éditeur n’a cessé de développer ses prérogatives, jusqu’à s’inviter dans la création, que ce soit en initiant une production (par commande), en réorientant une œuvre en cours d’élaboration, voire en réagençant ou en détournant l’œuvre d’auteurs et/ou d’illustrateurs précédemment publiée.

Si cette gestion éditoriale des œuvres n’est pas propre aux collections pour la jeunesse, elle s’y exerce de façon plus marquée et plus débridée qu’ailleurs dans la mesure où le statut littéraire de ce domaine de création reste controversé. Il n’en est que plus intéressant à étudier.

Les contributeurs auront à charge d’exposer et d’analyser cette part souterraine de la création qui conditionne la vie des œuvres (leur forme, leur statut, leur réception). À cet effet, le recours aux archives est essentiel [1]. Il s’agit de dépasser la simple spéculation critique (à partir de la confrontation des œuvres publiées et du discours éditorial qui les encadre) pour donner à voir les étapes d’un processus de production où se confrontent différents acteurs et différents enjeux. L’étude de la réception – d’une collection ou d’une œuvre en collection(s) – reste bienvenue, mais elle devra impérativement s’articuler à l’analyse du projet éditorial afin de rendre visibles les paramètres socio-culturels, techniques et économiques qui informent la poétique des collections – et donc des œuvres par elles produites – et qui contribuent à perpétuer, ou au contraire à faire évoluer, les modèles littéraires d’une époque.

L’étude pourra porter (de façon non exclusive) :

  • sur la création d’une collection (lecteurs cible, choix des auteurs, des illustrateurs, caractéristiques matérielles, modalités de diffusion), les raisons de son succès ou de son échec, ou, sur le long terme, de ses transformations. Il y a donc place pour l’analyse de projets éditoriaux non aboutis, qu’il s’agisse d’un projet de collection, d’une ou plusieurs œuvres refusées dans le cadre d’une collection existante.
  • sur les questions de traduction, d’adaptation ou de réduction d’une œuvre ou de plusieurs œuvres au sein d’une collection, d’un point de vue synchronique ou diachronique (nouvelles traductions des mêmes œuvres) ; filtres culturels et censures, notamment lorsqu’une œuvre de littérature générale vient à être publiée pour la jeunesse.
  • sur les choix graphiques d’une collection, d’un point de vue synchronique ou diachronique ; ou sur l’illustration d’une même œuvre d’une collection à une autre, d’un support à un autre.
  • sur le découpage en tranches d’âge, qui peuvent accompagner une conception des genres, des supports et des styles propres à la production littéraire pour la jeunesse (procédés d’écriture, types d’illustrations, mise en page).

Les propositions d’articles (1500 à 2000 signes), en français ou en anglais, sont à envoyer à la revue Strenae : strenae@revues.org, accompagnées d’une courte bio-bibliographie

avant le 30 mars 2015.

Conditions d'évaluation

Les propositions seront examinées par Marie-Pierre Litaudon, responsable scientifique du dossier, et par le comité de rédaction de la revue.

Les auteurs seront rapidement prévenus de l'acceptation ou non de leur proposition.

Les articles seront à remettre pour le 1er septembre 2015.

Les langues d’expression acceptées sont : le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol ou le portugais.

La publication est prévue pour mars 2016.

Bibliographie indicative

  • Isabelle Olivero, L’Invention de la collection : de la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au xixe siècle, IMEC/Maison des sciences de l’Homme, 1999.
  • Spiers John (dir.), The Culture of the Publisher’ series, Palgrave Macmillan, 2011, 2 vol.
  • Christine Rivalan-Guego (dir.), La Collection, essor et affirmation d’un objet éditorial, Presses Universitaires de Rennes, 2014.
  • Christian Guérin, « La collection ‘Signe de piste’ »: pour une histoire culturelle du scoutisme en France », Vingtième siècle, n°40, 1993, p. 45-61.
  • Claire Delbard, Le Père Castor en poche 1980-1990 ou comment innover sans trahir ?, L’Harmattan, 2007.
  • Miclel Manson, Francis Marcoin, Guillemette Tison (dir.), « La Bibliothèque ‘Rouge et Or’ », Cahiers Robinson, n°21, 2007.
  • Gaëlle Morel, « Les « Photo Poche » de Robert Delpire : un exemple d’édition culturelle », Strenæ [En ligne], 1 | 2010
  • Eléonore Hamaide-Jager (dir.), "La collection 'Page Blanche'", Cahiers Robinson, n°31, 2012 
  • Cécile Boulaire (dir.), Mame, Deux siècles d'édition pour la jeunesse, Presses Universitaires de Rennes/Presses Universitaires François-Rabelais, 2012. Cinquième partie « Les collections », p.231-289.

[1] Quel qu’en soit le producteur : éditeur, auteur, traducteur, illustrateur, directeur de collection, etc.

Dates

  • lundi 30 mars 2015

Mots-clés

  • littérature pour la jeunesse, collection, histoire de l'édition

Contacts

  • Cécile Boulaire
    courriel : cecile [dot] boulaire [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Cécile Boulaire
    courriel : cecile [dot] boulaire [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La collection, fabrique éditoriale des œuvres pour la jeunesse : l’apport des archives », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 janvier 2015, http://calenda.org/316325