AccueilLes émotions littéraires perçues, décrites, exploitées par les scientifiques : de la médecine narrative aux neurosciences cognitives

Les émotions littéraires perçues, décrites, exploitées par les scientifiques : de la médecine narrative aux neurosciences cognitives

Literary emotions noticed, described, and exploited by science: from narrative medicine to cognitive neuroscience

Les émotions littéraires : observatoire des pratiques contemporaines

Literary emotions: the observatory of contemporary practices

*  *  *

Publié le jeudi 29 janvier 2015 par João Fernandes

Résumé

La première journée d’étude de ce cycle sera consacrée aux émotions littéraires telles qu’elles sont perçues, décrites, exploitées par les scientifiques, et tout particulièrement au sein de la médecine narrative et des neurosciences cognitives. La médecine narrative est une approche initiée par Rita Charon qui vise à développer des capacités d’écoute au sein du corps médical, à améliorer la qualité de la relation médecin/malade et à encourager la réflexion sur leur pratique professionnelle. Elle est basée sur une connaissance et une reconnaissance des modalités du récit et de sa force de structuration de l’expérience pathologique. La littérature devient ainsi le terrain sur lequel soignant comme soigné mobilisent (remobilisent, démobilisent) la dimension narrative du « prendre soin ».

Annonce

Argumentaire

La première journée d’étude de ce cycle sera consacrée aux émotions littéraires telles qu’elles sont perçues, décrites, exploitées par les scientifiques, et tout particulièrement au sein de la médecine narrative et des neurosciences cognitives.

La médecine narrative est une approche initiée par Rita Charon[1] qui vise à développer des capacités d’écoute au sein du corps médical, à améliorer la qualité de la relation médecin/malade et à encourager la réflexion sur leur pratique professionnelle. Elle est basée sur une connaissance et une reconnaissance des modalités du récit et de sa force de structuration de l’expérience pathologique. La littérature devient ainsi le terrain sur lequel soignant comme soigné mobilisent (remobilisent, démobilisent) la dimension narrative du « prendre soin ».

Quelle est la place des émotions littéraires dans cette approche émergente ?[2] Comment cette place est-elle pensée par la manière dont la neuropsychologie cognitive conçoit aujourd’hui les émotions littéraires ? Celles-ci sont-elles particulières, uniques, passagères, irréversibles ? Quels liens entretiennent-elles avec la mémoire ? Partagent-elles certaines modalités avec d’autres types d’émotions ?

Cette journée d’étude transdisciplinaire vise à intégrer ces questionnements dans une perspective médicale ouverte aux applications pratiques de la recherche sur les émotions littéraires, sur leurs caractéristiques et sur leurs modes de présence au monde.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Veuillez faire parvenir vos propositions de communication (Titre, résumé de 150 mots, brève notice biographique) à Bérengère Voisin et Pierre-Louis Patoine pour

le 1er avril 2015.

Comité scientifique et d'organisation

  • Bérengère VOISIN (CEREdI, Université de Rouen)
  • Pierre-Louis PATOINE (PRISMES, Paris 3) 

Contacts

berengere.voisin@univ-rouen.fr

pierre-louis.patoine@univ-paris3.fr

[1]Professeur de médecine clinique et directeur du programme de médecine narrative à l’Université Columbia. Elle est  également docteur en littérature et s’est tout particulièrement intéressée à la question des points de vue dans le récit.

[2] Voir prochainement colloque Narrative and Medicine : caring  for future, Contexts and practices acrossdisciplines , 5-6 mars 2015, Lisbonne.

Description du projet 

« Les émotions littéraires : observatoire des pratiques contemporaines »

Le projet de recherche « Les émotions littéraires : observatoire des pratiques contemporaines », a pour visée de rendre compte des formes de vie de la littérature dans le monde contemporain et au sein de la cité. Il ne s’agit pas tant de contribuer à la défense de l’objet littéraire que de l’observer dans ses pratiques, ses interactions avec le monde hors du champ qui lui fait encore une place institutionnellement et dans un parcours de formation : le scolaire et l’universitaire. Afin de circonscrire un certain type de manifestations, nous l’étudierons sous l’angle des émotions que la littérature peut générer. A l’instar de Georges Didi-Huberman qui cherche à décrire devant un public d’enfants le caractère traversant et la force agissante de l’émotion : « Ton émotion est-elle seulement à toi ? N’est-ce pas quelque chose de très ancien qui devient, tout à coup, présent dans ton corps ? Et n’est-ce pas aussi le début d’une action qui transformera le monde ? »[1], on se demandera quelles sont aujourd’hui les formes vivantes de la « matière-émotion » dont parle Michel Collot[2].

Qu’en est-il aujourd’hui de l’émotion poétique provoquée « par ce qui est dit, certes, mais surtout par la façon dont c’est dit, le timbre sur lequel c’est dit[3] » ? Qu’en est-il de l’émotion littéraire, celle qui fait éprouver au sujet une expérience émotionnelle par un déplacement des points de vue ? Qu’est-ce qu’une surprise émotionnelle générée, en lien avec la littérature ? Comment, dans quels lieux, face à quel public l’encourager ? Peut-elle être une réelle « matière » dans un processus de création et/ou de réception ? 

Ce projet s’inscrit doublement dans le champ de la contemporanéité :

1) Il nous importe de témoigner des lieux, des espaces, des pratiques dans lesquels l’individu d’aujourd’hui peut faire l’expérience des émotions littéraires, de s’interroger sur leurs caractéristiques, leurs manifestations, la manière dont elles sont pensées, utilisées, encouragées et à quelles fins. D’une certaine manière il s’agira de parler de la vitalité de la littérature, de ce qu’on peut en « faire » ailleurs qu’à l’école ou à l’université et en dehors, d’une lecture individuelle et privée. Ce qu’on peut dire des formes de survivances (résistances ?) du littéraire dans l’espace collectif d’aujourd’hui et tout particulièrement du rôle qu’y jouent les émotions revient à interroger ce qui dans la littérature participe de la construction, par des pratiques spécifiques, d’un vécu commun, d’un monde partagé[4]. Il sera peut-être ainsi possible de mieux décrire la force d’une expérience esthétique au sens où Dewey la concevait : une expérience limitée dans le temps, mais qui résonne au-delà de ce temps, qui permet au sujet d’apprécier sa condition de vivant, « un des moyens par lesquels nous entrons, par l’imagination et les émotions (…) dans d’autres formes de relations et de participations que les nôtres »[5].  

2) A la lumière des travaux récents consacrés aux émotions[6] en sciences cognitives, en philosophie, en sociologie de l’art, en esthétique et en littérature, nous voudrions mettre en regard ce qui relève d’une part de la connaissance aujourd’hui plus fine, plus complexe, des liens qui se nouent entre les processus cognitifs (interpréter, comprendre, analyser, percevoir, mémoriser…) et l’expérience émotionnelle, et ce qui relève d’autre part de pratiques,  dans des domaines aussi variés que la médecine, le patrimoine et l’art contemporain.

Le projet, porté par Bérengère Voisin (CEREdI, Université de Rouen) prend actuellement la forme d’un cycle de  trois journées d’études (voir programme infra).   En assumant des points de vue résolument différents sur les usages contemporains de l’émotion littéraire, ces journées successives permettront d’affiner progressivement nos manières de vivre la littérature aujourd’hui et ce à travers le prisme de l’affectivité. Pensées dans une optique de complémentarité, ces trois événements marquent le coup d’envoi d’un observatoire qui a pour vocation de suivre les transformations des pratiques littéraires au XXIe siècle en mobilisant un réseau de chercheurs interdisciplinaire. 

Programme des journées d’études suivantes  

Journée 2. Emotions littéraires, émotions patrimoniales : maisons d’écrivain, expositions et lieux de mémoire littéraires (Appel à communications ultérieur) 

Vendredi 13 mai 2016 

Organisateurs : Aurélie REZZOUK (Rouen) et Bérengère VOISIN (Rouen) 

Journée 3. Les émotions littéraires et l’art contemporain (Appel à communications ultérieur) 

Vendredi 10 juin 2016 

Organisateurs : Laurence PERRIGAULT (Rennes 2) et Bérengère VOISIN (Rouen)


[1] Georges Didi-Huberman, Quelle émotion ! Quelle émotion ?,Bayard Jeunesse, Paris 2013, coll. « Les Petites conférences ».

[2] Michel Collot, La Matière-émotion, Paris, PUF, 1997.

[3]Pierre Reverdy, Cette émotion appelée poésie, Paris, Flammarion, 1974, p.31.

[4] Anne-Claude Ambroise-Rendu, Anne-Emmanuelle Demartini, Hélène Eck, Nicole Edelman, Emotions contemporaines, XIXe-XXIe siècles, Paris, Armand Colin, Recherches.

[5] John Dewey, L’Art comme expérience, Paris, Folio-Essais, p. 382.

[6] Voir notamment, L’émotion, puissance de la littérature, Modernités, n°34, 2012 http://www.fabula.org/actualites/bouju-gefen-emotion-puissance-de-la-litterature_54579.php ; Autopsie des émotions, dossier critique n°32, avril 2014 (volume 15, numéro 4), http://www.fabula.org/acta/sommaire8643.php, Colloque Les genres littéraires, les genres cinématographiques et leurs émotions, http://www.pouvoir-des-arts.fr/les-genres-litteraires-les-genres-cinematographiques-et-leurs-emotions-colloque-organise-les-26-et-27-septembre-2014-dans-le-cadre-de-lanr-pda/

Lieux

  • Institut du monde anglophone, Université Paris 3
    Paris, France (75)

Dates

  • mercredi 01 avril 2015

Mots-clés

  • émotions littéraires, médecine, narrative, sciences cognitives, effet et usage de la littérature

Contacts

  • Bérengère Voisin
    courriel : emotionslitteraires [at] gmail [dot] com
  • Pierre-Louis Patoine
    courriel : pl_patoine [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Bérengère Voisin
    courriel : emotionslitteraires [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les émotions littéraires perçues, décrites, exploitées par les scientifiques : de la médecine narrative aux neurosciences cognitives », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 29 janvier 2015, http://calenda.org/316452