AccueilLes métiers du livre face au numérique

Les métiers du livre face au numérique

The book trades and the challenge of the digital

Biennale du numérique

Digital biennial

*  *  *

Publié le jeudi 05 février 2015 par João Fernandes

Résumé

La Biennale du numérique est un évènement scientifique et professionnel qui veut questionner les problématiques émergentes portant sur l’impact du numérique, à la fois pour les professionnels du livre, les usages de la lecture, le devenir de l'édition numérique, les innovations en matière de production et de diffusion des contenus, ou encore les évolutions de l'accès à l'information. L’édition 2015 se propose d’analyser les transformations des métiers et des formes d'organisation du travail générées par l’arrivée du numérique dans l’univers des métiers liés au livre. Le postulat consiste donc à prendre le « numérique » comme facteur d’une profonde évolution de ces métiers.

Annonce

Argumentaire

Aujourd’hui, « le numérique modifie tous les aspects de la chaîne de l’imprimé et remet en perspective le métier de tous ceux qui y travaillent (…). Tous ces acteurs sont fidèles au livre physique mais doivent dorénavant diversifier leurs rôles et leurs offres »[1]. De fait, les bibliothécaires font face à un bouleversement des écosystèmes documentaires qui voient notamment émerger des bibliothèques « numériques » et de nouvelles pratiques quotidiennes (écrire un blog, gérer sa page Facebook, son fil Twitter…). Les libraires sont quant à eux confrontés à de multiples missions nouvelles (gestion d’une communauté virtuelle, formats multiples, mise en concurrence renforcée…) et à la reconfiguration de leurs modèles économiques. Enfin, l’autoédition et l’édition (numérique) indépendante s’imposent de plus en plus sur le web, les « nouvelles écritures » changent simultanément la pratique de l’écriture et le statut d’auteur (via des phénomènes de « co-création »). Dans le même temps, de nombreux nouveaux métiers liés au livre, à l’édition, à la diffusion, à la documentation, etc., émergent : producteurs de bases de données, offreurs de services numériques, informaticiens, spécialistes de la visualisation de données, « cyberdocumentaliste », etc.

L’objectif est ici d’apporter un éclairage issu des derniers résultats de la recherche en sciences humaines et sociales (sociologues, ethnologues, politistes, économistes, sémiologues, chercheurs en sciences de l'information, de la communication et des bibliothèques) sur les différents corps de métiers concernés : bibliothécaires, éditeurs, libraires, auteurs. Il s’agit de se positionner à hauteur 1) des métiers et du travail, et 2) des formes de collaboration et d’interaction. L’ensemble devant permettre d’appréhender les compétences nouvelles pour des métiers constitués, la constitution de nouveaux métiers, de « cultures professionnelles » amenées à se côtoyer, et donc d'expliciter la façon dont le numérique reconfigure les formes d'organisation (du marché) du travail et des métiers.

Axes thématiques

Les propositions de communication, en prenant le numérique comme facteur de transformations, pourront porter au choix :

  • sur la question de l’organisation du travail, des relations professionnelles, des nouvelles formes d’interaction et de collaboration, sur les formes de socialisation et de recomposition des identités professionnelles ;
  • sur la question des « frontières » et des « transversalités » entre professions, métiers, rôles, compétences… ;
  • sur la question de l’impact de ces transformations d’un point de vue juridique, législatif ;
  • sur la question du travail au quotidien et des nouvelles « manières de faire » progressivement imposées par le numérique ;
  • sur la question de l’émergence de « nouveaux métiers » : comment les caractériser ? comment « nouveaux métiers » (mais aussi « nouvelles compétences ») et métiers constitués s’articulent-ils ou se concurrencent-ils ?
  • sur la question du profil social des personnes qui s’orientent vers les « nouveaux métiers » liés au numérique ;
  • sur la question de l’impact du numérique sur les formations ;
  • sur la question de l’économie (ou du marché) des métiers du livre à l’heure du numérique.

Modalités de soumission

La sélection s’effectuera sur la base d’un résumé de 5000 à 6000 signes, notes et bibliographie comprises, indiquant l’objet de la communication, les hypothèses, la méthodologie, et les principaux résultats.

Les propositions devront préciser pour chaque auteur :

  • Ses nom, prénom, statut et qualité
  • Son institution de rattachement
  • Une adresse électronique

Les résumés sont à soumettre à l’adresse suivante : biennale-du-numerique@enssib.fr

Avant le 31 mars 2015.

Les résultats de la sélection seront diffusés au plus tard le 30 avril 2015.

Les articles définitifs feront l’objet d’une publication dans la Revue de l’enssib. Ils ne devront pas dépasser 15 000 signes, notes de bas de page et bibliographie comprises et devront nous parvenir au plus tard le 31 juillet 2015.

Comité scientifique

  • Ghislaine Chartron (Cnam, France)
  • Benoit Epron (enssib, France)
  • Olivia Guillon (Paris 13, France)
  • Bertrand Legendre (Paris 13, France)
  • Stéphanie Pouchot (Haute Ecole de Gestion - HEG, Suisse)
  • Seth Van Hooland (Université Libre de Bruxelles - ULB, Belgique)

[1] Benhamou F., Le livre à l’heure du numérique, Papier, écrans, vers un nouveau vagabondage, Essais (H.C.), 2014.

Lieux

  • 17 Boulevard du 11 novembre 1918
    Villeurbanne, France (69100)

Dates

  • mardi 31 mars 2015

Mots-clés

  • numérique, transformations des métiers, chaine du livre

Contacts

  • Emmanuel Brandl
    courriel : biennale-du-numerique [at] enssib [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Emmanuel Brandl
    courriel : biennale-du-numerique [at] enssib [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les métiers du livre face au numérique », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 05 février 2015, http://calenda.org/316915