AccueilLe voisin inconnu : le travail social en perspective franco-allemande

Le voisin inconnu : le travail social en perspective franco-allemande

The unknown neighbourhood: social work in the Franco-German perspective

*  *  *

Publié le mardi 07 avril 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Le Sociographe publie un numéro hors-série consacré au travail social en perspective franco-allemande. Il s'agit d'enrichir la recherche et les pratiques professionnelles à partir de perspective issue de l'autre côté du Rhin. Les articles pourront portés sur les dimensions - non exclusives - suivantes : perspective historique et anthropologique ; le travail social en France et en Allemagne : défis communs, réponses différentes ; des coopérations multiples.

Annonce

Argumentaire

Il y a 70 ans des soldats allemands et français mourraient par milliers sur les plages de Normandie, pris dans une guerre dont les ravages allaient profondément marquer l’histoire des deux pays. 70  ans  plus  tard,  s’éteignent lentement les générations ayant vécues ce traumatisme et émergent des générations pour lesquelles les frontières sont ouvertes et la guerre une réalité rejetée aux marges de l’Europe, loin du quotidien. En l’espace de quelques années, la réconciliation de deux nations ennemies fut la matrice ayant permis une pacification de l’espace ouest- européen puis la constitution de l’Union européenne. Cette histoire est celle de tous les Français et de tous les Allemands, mais est-elle aussi celle des travailleurs sociaux ?  Malgré  l’Europe,  malgré  le  programme  Erasmus, malgré les échanges entre centres de formation et établissements du secteur social, force est de constater que le travailleur social de l’autre côté du Rhin reste un inconnu. C’est sur ce  constat  que  s’appuie  ce  hors  série  du Sociographe qui se propose de soulever, le temps d’une lecture, la frontière de cet éternel voisin qu’est l’Allemagne.

On aura bien sûr entendu parler du « modèle social allemand » au cœur duquel la recherche de consensus semble régner en maître. On aura envié l’insolente prospérité de l’Allemagne au cœur de la crise mondiale et son faible taux de chômage. On aura enfin critiqué le modèle familial allemand qui peine à laisser une place aux femmes dans le marché du travail et à assurer une natalité suffisante au renouvellement des générations. Mais connaît-on réellement les transformations fondamentales de ce modèle social allemand depuis les années Schröder ? A-t-on entendu parler de la pauvreté massive introduite par ces réformes ? Connaît-on réellement l’impact de la  politique  familiale allemande, sur la protection de l’enfance par exemple ? Non bien sûr et cela est d’autant plus dommageable que les évolutions parallèles des modèles sociaux français et allemands sont loin d’être aussi divergents qu’on le croit. Si l’on changeait d’échelle et que l’on passait du niveau macrosocial au niveau local, on constaterait que notre connaissance de ce qui constitue le quotidien des travailleurs sociaux allemands, de leurs bases théoriques, de la structuration du travail social au niveau local, des méthodes sur lesquelles ils s’appuient,  sont  inconnues  de l’immense majorité des travailleurs sociaux. Pourtant là encore l’histoire des métiers de l’intervention sociale de part et d’autre du Rhin nous enseigne la diversité des réponses qu’il est possible d’apporter à un même défi. Réservoir inépuisable d’innovation et de bonnes pratiques, la comparaison entre la France et l’Allemagne est un terreau fertile que seuls une langue et un fleuve empêchent de communiquer.

Ce hors-série du Sociographe cherche par conséquent à répondre à deux objectifs. D’une part il s’agit de comprendre d’un point de vue historique et sociologique les dialogues et partenariats qui ont pu exister entre le travail social français et allemand. Le second objectif est comparatif et cherche à mettre en exergue les convergences et les divergences du travail social en France et en Allemagne. Ce travail comparatif abordera autant la formation des travailleurs sociaux, que leurs méthodes et pratiques.

Ce hors série du Sociographe se propose donc de penser le travail social en perspective franco-allemande à partir des angles d’analyse – non exclusifs- suivants :

  • Perspective historique et anthropologique : Pourront être  évoqué  des  questions  telles  que  le  travail social dans la réconciliation, les influences théoriques réciproques, le poids des systèmes familiaux dans les dispositifs et pratiques mises en place par les travailleurs sociaux…
  • Le travail social en France et en Allemagne : Défis communs, réponses différentes : On s’intéressera ici aux différents secteurs de l’action sociale et on cherchera à comprendre comment des évolutions sociologiques communes aboutissent à des réponses différentes. On peut penser à la politique de la ville, à la protection de l’enfance, aux questions d’inclusion et de désinstitutionnalisation
    • Suite des indications, p. 2
  • Des coopérations multiples : Il s’agira avant tout de présenter un certain nombre de projets de partenariat entre travailleurs sociaux,  centre de formation français et  allemands en insistant  tout particulièrement sur ce que ces expériences permettent, mais aussi sur les difficultés de leur mise en place.

Modalités de soumission

Manuscrit remis sur fichier informatique (Word) de 30.000 à 60.000 signes maximum.

Les autres recommandations sont sur le site du Sociographe.

Tout manuscrit est signé par un ou des auteurs physiques (pas de personnes morales). En cas de co-auteurs, nécessité d’avoir un seul contact pour la rédaction (ils seront présentés dans la publication par ordre alphabétique).

Les manuscrits et autres documents remis le sont à titre gracieux. Tout fichier proposé suppose l’autorisation par l’auteur d’une mise en ligne possible sur Internet.

Dépôt des manuscrits jusqu'au 1er septembre 2015.

Hors-série sous la direction de Guy Schmitt, membre du Comité de rédaction, ESTES Strasbourg et Bruno Michon, École supérieure en travail éducatif et social de Strasbourg, Hochschule für Soziale Arbeit Straßburg (ESTES).

Contact : guy.schmitt@estes.fr, 03 88 21 19 90 et Bruno Michon, bruno.michon@estes.fr, 03 88 21 20 07

Comité scientifique

  • Martin BECKER (Professeur de Sociologie, Katholische Hochschule Freiburg
  • Maurice BLANC (Professeur émérite de Sociologie, Université de Strasbourg)
  • Patrick COLIN (Maitre de conférence, université de Strasbourg)
  • Pascal HINTERMEYER (Professeur de Sociologie, Université de Strasbourg)
  • Hélène JOIN-LAMBERT (Maitre de conférence en sciences de l’éducation, Université Paris-Ouest Nanterre)
  • Bruno MICHON (Sociologue et chargé de recherche, ESTES)
  • Béatrice MULLER (Maitre de conférence en sociologie et directrice de l’ESTES)
  • Guy-Noël PASQUET (Attaché de recherche IRTS Languedoc-Roussillon, Maitre e conférences associé-HDR en Sciences de l’Education, université Montpellier III)
  • Guy SCHMITT (Sociologue et Formateur, ESTES)
  • Thomas SCHUMACHER (Professeur en Travail social,  Katholische Stiftungsfachhochschule München)
  • Anne THEVENET (Directrice adjointe de l’Euroinstitut)
  • Gilbert VINCENT (Professeur émérite de philosophie, Université de Strasbourg)
  • Rudi WAGNER (Travailleur social)

 

Dates

  • mardi 01 septembre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • travail social, profession, coopération

Contacts

  • Bruno Michon
    courriel : bruno [dot] michon [at] estes [dot] fr
  • Guy Schmitt
    courriel : guy [dot] schmitt [at] estes [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Bruno Michon
    courriel : bruno [dot] michon [at] estes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le voisin inconnu : le travail social en perspective franco-allemande », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 07 avril 2015, http://calenda.org/323877