AccueilIdentités meurtries, affiliations meurtrières

Identités meurtries, affiliations meurtrières

Résister aux radicalisations

*  *  *

Publié le mercredi 22 avril 2015 par João Fernandes

Résumé

Les affiliations meurtrières et leurs traductions en haines et en terrorismes posent avec acuité la question du sens et du non-sens. Cette journée d'études va davantage prendre pour objet les acteurs et les terreaux multiformes du terrorisme qui font le lit des dérives délirantes meurtrières. Il est ainsi question des fanatismes religieux et politiques, des stigmatisations, des ghettoïsations, de l'absence de perspectives, des mémoires, soit d'un ensemble d'éléments qui régissent le collectif. Pour autant, il est aussi nécessaire de penser les basculements individuels dans la radicalité violente comme itinéraire linéaire ou comme conversion et métamorphose conduisant aux meurtres et aux assassinats. Cette journée d'étude qui interrogera aussi nos propres positions, se propose de favoriser les échanges et les interactions entre les participants, d'enseignants-chercheurs, de cliniciens, d'anthropologues et de nombreux professionnels de terrain.

Annonce

Argumentaire

Au-delà de l'effarement, de la douleur, de la révolte ou de la colère, les affiliations meurtrières et leurs traductions en haines et en terrorismes posent avec acuité la question du sens et du non-sens,  d'un travail de la pensée, de la prévention et d'une action de fond à long terme. Au-delà de la psychologie, cette réflexion ne peut pas faire l'économie des apports pluridisciplinaires du politique, de l'histoire, de la sociologie et de l'anthropologie. Les évènements récents et à venir ne pourront non plus avoir comme seule réponse un volet sécuritaire et des mesures prises dans l'urgence. 

Cette journée d'études va davantage prendre pour objet les acteurs et les terreaux multiformes du terrorisme qui font le lit des dérives délirantes meurtrières. Il est ainsi question des fanatismes religieux et politiques, des stigmatisations, des ghettoïsation,  de l'absence de perspectives, des mémoires, soit d'un ensemble d'éléments qui régissent le collectif. Pour autant, il est aussi nécessaire de penser les basculements individuels dans la radicalité violente comme itinéraire linéaire ou comme conversion et métamorphose conduisant aux meurtres et aux assassinats.

Cette journée d'étude qui interrogera aussi nos propres positions, se propose de favoriser les échanges et les interactions entre les participants à travers les conférences plénières et plusieurs ateliers thématiques avec la contribution du Préfet à l'égalité des chances, d'enseignants-chercheurs, de cliniciens, d'anthropologues et de nombreux professionnels de terrain.

Programme indicatif

9h Accueil

9h15 Introduction : Yoram Mouchenik, Thierry Baubet

9h30 Conférences plénières 

  • Monsieur le Préfet Didier Leschi (Préfet à l'égalité des chances de Seine-Saint-Denis)
  • Serge Hefez (Hôpital Pitié Salpétrière) : Radicalisation adolescente, radicalisation familiale 
  • Marie Rose Moro (Université Paris Descartes) : A corps et désir perdus

Présidence, discussion, Jacques Lombard (anthropologue, CNRS)

11h00 pause

11h30 Table ronde 

  • Radicalité, exclusion, inclusion : coordonné par Yoram Mouchenik
    • Fatima Touhami (Maison de Solenn, ApHp Cochin): Français, Musulman et Républicain? Quelles Représentations et places des identités multiples en  France contemporaine
    • Marion Feldman (Université Paris Descartes) : Des adolescents en mal d’affiliations
    • Malika Mansouri (Paris 13) : La radicalité n'est pas individuelle
    • Didier Leschi (Seine-Saint-Denis)

12h30 Repas

14h Conférence plénière 

  • Abdessalem Yahyaoui (Université Chambéry Montblanc) : De la stigmatisation à l'identité négative: une voie ouverte au radicalisme.
  • Daniel Verba (Université Paris 13) :

14h30 Tables rondes en ateliers  

  • Religieux et néo-religieux : coordonnée par Malika Bennabi (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)
    • Zohra Guerraoui (Université Toulouse Jean-Jaures) : Que nous disent les jeunes adolescents de confession musulmane sur leur identité ?
    • Gabriel Binkowski (Université Paris 13): Filiation, conversion, fiction
    • Malika Bennabi (Université de Picardie Jules Verne, Amiens) : le néo-religieux ?
    • Dougoukolo Konare (Université Paris Descartes) : Conversion religieuse, construction psychique, et violence
    • Saskia von Overbeck Ottino : "de l'axe du mal à Satan: pourquoi l'histoire se répète-t-elle inlassablement?" 
  • Radicalité et passage à l'acte : regards pluridisciplinaires: coordonné par Thierry Baubet (université Paris 13) et Brigitte Moise Durand(CMPP de l'Essonnes)
    • Michèle Fieloux (EHESS) : Violence et ordre social. Guerriers et criminels.
    • Florian Houssier (Université Paris 13): Passage a l'acte meurtrier et psychopathologie des identifications
    • Christian Lachal (Université Paris Descartes) : Les adolescents « martyrs » en Palestine
    • Jean-Yves Chagnon (Université Paris 13) : Processus identificatoires et desidentificatoires dans le meurtre de masse
  • Stigmatisations, discriminations : coordonné par Abdessalem Yahyaoui (Université  Chambéry Montblanc ) et Pascale Molinier (Université Paris 13)
    • Daniel Derivois (Université Lyon Louis Lumière) : De quoi les adolescents dits de   banlieue sont-ils le nom/non ?"
    • Sevan Minassian : (M2R Paris 13) : face aux enjeux identitaires, l’émergence de revendications virtuelles
    • Adeline Sarot (Centre Babel): Le rôle de l'école dans la prévention des radicalisations
    • Jonathian ahovi : (Maison des adolescents, Dôle) Quelle place pour les adolescents maintenant ?

Film et débat « La désintégration » de Philippe Faucon (en attente)

Conclusion en plénière, Yoram Mouchenik, Thierry Baubet, Abdessalem Yahyaoui, Malika Bennabi, Marie Rose Moro 

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Avec Inscription obligatoire sur le mail de la journée scientifique: journeeaffiliations@gmail.com     

Organisation

  • URTPP EA 4403, Equipe de recherche en psychologie clinique transculturelle,
  • Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité.

En partenariat avec :

Comité scientifique

  • Malika BENNABI (U. Picardie Jules Verne),
  • Daniel DERIVOIS (Université Lyon 2),
  • Marion FELDMAN (U. Paris Descartes),
  • Zohra GUERRAOUI (Université Toulouse Jean Jaurès),
  • Isam IDRIS (AP-HP),
  • Malika MANSOURI (U. Paris Descartes),
  • Marie Rose MORO (U. Paris Descartes),
  • Pascale MOLINIER (U. Paris 13),
  • Véronique NAHOUM-GRAPPE (EHESS),
  • Dalila REZZOUG (U. Paris 13),
  • Cécile ROUSSEAU (U. Mc Gill, Canada),
  • Sarah SKANDRANI (U. Paris OND),
  • Gesine STURM (Université Toulouse Jean Jaurès),
  • Olivier TAIEB (Inserm U1178),
  • Abdessalem YAHYAOUI (U. de Savoie Mont-Blanc)

Comité d’organisation

  • Yoram MOUCHENIK (U. Paris 13),
  • Thierry BAUBET (U. Paris 13),
  • Roberta D'AURIA,
  • Davide GIANNICA (U. Paris 13),
  • Laura TARAFAS (U. Paris 13),
  • Alice Titia RIZZI (U. Paris Descartes),
  • Juniana RAMALHO  (U. Paris 13),
  • Fatima TOUHAMI (U. Paris Descartes).

Lieux

  • Amphitheatre Hanna Arendt, bâtiment l'Illustration - 1, rue de Chablis
    Bobigny, France (93017)

Dates

  • vendredi 19 juin 2015

Mots-clés

  • terrorisme, france, exclusion, inclusion, passage à l'acte, violence, identité, adolescence

Contacts

  • Yoram Mouchenik
    courriel : journeeaffiliations [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Yoram Mouchenik
    courriel : journeeaffiliations [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Identités meurtries, affiliations meurtrières », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 22 avril 2015, http://calenda.org/325605