AccueilDatalogie

Datalogie

Data-ology

Penser, représenter et interpréter les données : enjeux esthétiques, éthiques et sociopolitiques

Thinking, representing and interpreting data - aesthetic, ethical and sociopolitical issues

*  *  *

Publié le mardi 23 juin 2015 par João Fernandes

Résumé

Lors de ces prochaines Rencontres internationales d'art et de design, nous souhaiterions interroger le rapport qui est en jeu entre les individus, la société et les datas, qui constituent un nouveau territoire autant social que technologique, ainsi qu’un nouvel espace de représentations mentales et visuelles. Nous souhaiterions mieux comprendre la nature de ces « faits donnés » que notre société produit massivement à l’ère du numérique, qui s’invitent dans un nombre croissant de processus de décision, et dont chacun peut sentir la présence ubiquitaire et les effets à l’échelle de sa propre vie.

Annonce

Présentation

Les Ve Rencontres Internationales de l’Art et du Design, qui auront lieu le 13 octobre 2015, s'inscrivent dans la continuité du séminaire Formes, Technologies, Société. Design et quête de sens[1]développé conjointement par le département de Design graphique et numérique de l'ESAD de Reims et l'équipe de recherche « Ethique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) de Télécom Ecole de Management (Business School de l’Institut Mines-Télécom)

Argumentaire

Depuis 2011, ce séminaire s’attache à mener des investigations relatives au fait technologique en partant de l’hypothèse que les techniques sont toujours liées à des contextes symboliques et discursifs spécifiques : « Des logoi (politiques, sociaux, esthétiques, théologiques, philosophiques, etc.) se pressent et encerclent la technique, l’insèrent dans une culture, de telle sorte que nous ne rencontrons jamais la technique seule mais des technologies »[1]. Aucun développement technologique n’est indépendant d’un imaginaire social qui le porte. La technique est, tout autant que le langage, un élément instituant du monde en tant que monde humain : elle est, comme l’écrivait Cornélius Castoriadis, une « dimension essentielle de la création d’ensemble que représente chaque forme de vie sociale » [2]. Le rapport d’une société à sa technique ne peut donc pas être envisagé sous l’angle de la neutralité.

Lors de ces prochaines Rencontres internationales d'Art et de Design, nous souhaiterions interroger le rapport qui est en jeu entre les individus, la société et les datas, qui constituent unnouveau territoire autant social que technologique, ainsi qu’un nouvel espace de représentations mentales et visuelles. Nous souhaiterions mieux comprendre la nature de ces « faits donnés » [3] que notre société produit massivement à l’ère du numérique, qui s’invitent dans un nombre croissant de processus de décision, et dont chacun peut sentir la présence ubiquitaire et les effets à l’échelle de sa propre vie. 

Nous nous proposerons lors de ce colloque d'aborder une série de questions :

  • Qu’est-ce qu'une donnée ?
  • Comment est-elle créée ?
  • Par quels processus de « transformation »[4] devient-elle une information ?
  • Quels principes de design y contribuent ? La représentation graphique des données avant leur analyse[5] permet de révéler un potentiel ou une valeur cachée dans leur masse uniforme. Il faut pour cela grapher les données sans les altérer. Il s’agit pour le designer de représenter les contenus sans biais en maintenant leur « intégrité »[6]. On pourra à ce niveau souligner le fait que la « data visualisation » est une forme de publication de plus en plus répandue notamment dans la presse.
  • Par quels enjeux spécifiques, méthodes et outils est-elle portée ?
  • Quelles nouvelles relations se tissent entre designers et producteurs de contenus ?
  • Quelles évolutions de nos – bonnes – pratiques peut-on identifier ?
  • En outre, si les datas sont le fruit de notre usage des technologies digitales, procèdent-elles d'un « modèle du langage »[7] qu’il nous appartient de comprendre et d'interpréter dans toutes ses dimensions culturelles ?
  • Quel monde ces formes nous donnent-elles à voir ? 

Cet appel à contributions s’adresse aussi bien à des designers, plasticiens, développeurs, data journalistes, qu’à des théoriciens (sociologues, philosophes, historiens, anthropologues, etc.).

Soumission de propositions

En 1500 signes, espace compris, elles comporteront un titre et un résumé ainsi que des mots-clés. Elles seront accompagnées d'une brève bio-bibliographie de l'auteur. Elles devront parvenir en format Word par courrier électronique à  Flore Garcin-Marrou (Flore.GARCIN-MARROU@mairie-reims.fr)

avant le 30 juin 2015.

Réponse aux auteurs : 16 juillet 2015.

Une publication

Elleréunira les textes des intervenants. Il est aussi possible de proposer un article pour la publication, sans participer aux Rencontres. Les propositions (1500 signes, espace compris) comporteront un titre et un résumé ainsi que des mots-clés, ainsi qu’une brève bio-bibliographie de l'auteur. Elles préciseront le nombre de signes de l'article final (deux formats au choix : 10.000 signes ou 20.000 signes) et devront parvenir au format Word à Flore Garcin-Marrou (Flore.GARCIN-MARROU@mairie-reims.fr) avant le 30 juin 2015. Les auteurs, après acceptation de leur projet, devront envoyer leur texte impérativement avant le 20 septembre 2015.

Réponse aux auteurs : 16 juillet 2015. 

Comité d'organisation

  • Olaf Avenati, designer graphique et numérique ; enseignant à Esad de Reims.
  • Flore Garcin-Marrou, docteure de l’Université Paris-Sorbonne, responsable de la recherche à l’Esad de Reims.
  • Pierre-Antoine Chardel, professeur de philosophie sociale et d'éthique à Télécom Ecole de Management, responsable de l'équipe "Ethique, Technologies, Organisations, Société" (ETOS) et co-fondateur de la chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles" à l'Institut Mines-Télécom. 

Comité scientifique

  • Olaf Avenati, designer graphique et numérique, enseignant à Esad de Reims.
  • David Bihanic, professeur associé à l'Université de Valenciennes, expert pour le cycle RES – recherche en visualisation de données.
  • Pierre-Antoine Chardel, professeur de philosophie sociale et d'éthique à Télécom Ecole de Management, responsable de l'équipe "Ethique, Technologies, Organisations, Société" (ETOS) et co-fondateur de la chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles" à l'Institut Mines-Télécom.
  • Alexis Chazard, Professeur d’enseignement artistique en design numérique à l’Esad Valence, chargé de cours à l’Université Paris 8. 
  • Flore Garcin-Marrou, docteure de l’Université Paris-Sorbonne, responsable de la recherche à l’Esad de Reims.
  • Etienne Hervy, directeur du Centre international du graphisme de Chaumont.
  • Olivier Segard, Directeur du département "Management, Marketing et Stratégie" à Télécom Ecole de Management et membre de la chaire Big Data and Market Insights de Télécom ParisTech.
  • Olivier Segard, Directeur du département "Management, Marketing et Stratégie" à Télécom Ecole de Management et membre de la chaire Big Data and Market Insights de Télécom ParisTech. 

Partenaires

Rencontres internationales de l'Art et du Design :

  • Esad de Reims
  • Région Champagne-Ardennes
  • Reims métropole
  • Centre international du graphisme de Chaumont

Programme de recherche Formes, Technologies, Société : Esad de Reims / ETOS, Télécom Ecole de Management / Institut Mines-Télécom 

Contact

Flore Garcin-Marrou - Flore.GARCIN-MARROU@mairie-reims.fr

Toutes les séances du séminaire sont disponibles à cette adresse : http://esadlabs-reims.org/seminairefts/


[1] Gilbert Hottois, Le signe et la technique, Paris, Aubier, 1984, p. 52.

[2] Cornelius Castoriadis, Les carrefours du labyrinthe. Tome 1. Paris, Seuil, 1978, p. 302.

[3] Data : faits donnés, connus d’eux-mêmes ou par la science. Lat. part. passif datus, au plur. neutre : les choses données. in Le Littré.

[4] Marie Neurath & Robin Kinross, Le transformateur. Principe de création des diagrammes Isotype. Paris, B42, 2013, pp. 77-95.

[5] Le quartet d’Anscombe comprend quatre ensembles de données qui possèdent les mêmes propriétés statistiques simples, mais qui sont très différents lorsqu'ils sont comparés à l'aide de graphiques. Ils ont été construits par le statisticien Francis Anscombe dans le but de démontrer l'importance de tracer des graphiques avant d'analyser un ensemble de données. Ce tracé permet d'estimer l'incidence des données aberrantes sur les propriétés statistiques de l'ensemble de données. Françis Anscombe, 1973, Graph in Statistician Analysis. American Statistician 27 (1), p.17-21.

[6] Graphical integrity. Edward Tufte, The visual display of quantitative information, deuxième édition, Graphics Press, 2001, p. 53-77.

[7] « Les “immatériaux” désignent non pas simplement ce qui est immatériel mais, de façon ouverte, […], un matériau où “le modèle du langage supplante celui de la matière” et dont le principe “n’est plus une substance stable mais un ensemble d’interactions” ».Jean-François Lyotard, Exposition Les immatériaux, Centre Pompidou, 1985.

Dates

  • mardi 30 juin 2015

Mots-clés

  • datalogie, design, data, imaginaire social, technologie, donnée, data visualisation

Contacts

  • Flore Garcin-Marrou
    courriel : Flore [dot] GARCIN-MARROU [at] mairie-reims [dot] fr

Source de l'information

  • Flore Garcin-Marrou
    courriel : Flore [dot] GARCIN-MARROU [at] mairie-reims [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Datalogie », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 23 juin 2015, http://calenda.org/333065