AccueilLes savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Operative knowledges of matter, from Renaissance to industrialization

*  *  *

Publié le jeudi 01 octobre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Dans ce séminaire on se propose de mettre en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples et les divers dispositifs techniques impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière. Les savoirs opératoires de la chimie ont été porteurs d’enjeux majeurs dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production. Explorant la diversité des pratiques et des savoir-faire, on soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations qu’ils génèrent, et qui ont accompagné les processus d'innovation, d'industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

Annonce

Argumentaire

 Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d'innovation, d'industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

Ce séminaire se tiendra le deuxième jeudi du mois, de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage), sauf indication contraire pour la journée d’étude du 14 janvier et les séances du 4 février. et 17 mars.

Programme  2015-2016

12 novembre 2015

Introduction du séminaire

  • Thomas Le Roux (CNRS/CRH) et Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Produire de la poudre sous la Révolution : dispositifs de production et risques

Discutant : Patrice Bret (CAK)

Les besoins des guerres révolutionnaires impulsent la mise en place d’une accélération de la production de guerre favorisant de nouveaux processus de fabrication de la poudre. Cette activité dangereuse se retrouve alors concentrée, pour Paris, sur un immense site à Grenelle dont l’explosion le 31 août 1794, fait 1600 victimes (dont plus de 500 morts) : la gestion par l’administration révolutionnaire de la catastrophe a généré des archives concernant les victimes à travers lesquelles il est possible de tenter de reconstruire l’organisation de la manufacture. En prolongeant nos enquêtes précédentes menées sur les secours et l’indemnisation, nous essayerons ici de voir comment le travail de fabrique de la poudre (dans le contexte de la réforme administrative et d’enseignement des poudres et salpêtres) produit une organisation spécifique du travail, des relations entres ateliers,des flux entre les matériaux et les ouvriers, une captation de leur savoir faire et une distribution des compétences. Il nous permettra d’élaborer des hypothèses sur le risque à l’échelle du site comme dans le travail quotidien de la matière, ce qu’éclaire en partie le dénouement des tâches et des parcours individuels.

10 décembre 2015

  • Samir Boumediene (CNRS/ IHPC) Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

"A partir des années 1640 est importée en Europe une écorce péruvienne soignant les fièvres paludiques (ou "intermittentes"), le quinquina. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, l'extraction de cette écorce, son passage vers l'Europe et son administration aux malades transforment conjointement la théorie et la pratique médicales, le gouvernement de la santé, le commerce des drogues exotiques et les paysages andins. Le but de cette communication est de suivre, à travers la relation à ce matériau médicinal, la reconfiguration des rapports entre Indiens, missionnaires jésuites, marchands, médecins, apothicaires, droguistes et malades. Diverses sources, en particulier les recettes du quinquina, permettent d'approcher la dimension politique des savoirs de la transformation en observant comment, par où, et à travers quelles limites s'établit une solidarité entre maîtrise de la nature et maîtrise des activités humaines." 

Discutant : Stanis Pérez (MSH Paris Nord - Pleiade/Paris 13)

14 janvier 2016

Journée d’étude organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle 

  • Bruno Belhoste  (Paris I/IHMC)  L’art de la teinture. Antoine Quémizet et l'atelier des Gobelins 
  • John Perkins (Oxford Brookes University) - "Voici de la bonne chymie": les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l'industrie chimique en France, 1750-1810.
  • Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) –Guyton et la vraie nature du diamant.
  • Corinna Guerra (Hastec/CAK) – How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples

 John Perkins présentera la base de données issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840 .

Cette séance aura lieu de 9h30 à 16h30 au Club d’histoire de la Chimie, Société chimique de France, 250 rue St Jacques, 75005 Paris.

4 février 2016

  • Victoria Lee (Max Planck Institut Berlin) ‘A Study of East Asian Fermentation Chemistry’: Asia's Microbial History in Japanese Eyes in XXec.

Cette séance mutualisée avec le séminaire Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS) aura lieu au 105 boulevard Raspail, salle 2,exceptionnellement De 11h à 13h.

17 mars 2016

  • Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp) La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

14 avril 2016

  • José Ramón Bertomeu-Sánchez(Université de Valence/IHMC) Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

Co-organisé avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.

12 mai 2016

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle. Reconstruire les techniques et les savoir faire d'ateliers

Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l'approche matérielle de la peinture des historiens d'art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s¹inscrit dans des contextes de productions et d¹usages particuliers. En premier lieu, avant d¹être objet de collection, l'étude de ces objets souvent utilitaires - qu'il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations - relève de l¹histoire des gestes et de l'organisation du travail, de l'histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s'agira également de confronter de manière dynamique ­et différemment selon les disciplines ­l'articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d'analyses. Par là nous aimerions d'une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de finitions (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages) en restituant la spécificité des œvernis dans cet ensemble, et, d'autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l¹ensemble de la période.

  • Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design), Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century
  • Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf), Autour des vernis Martin
  • Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte), Présentation des recherches en cours
  • Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art), Étude des surfaces et histoire de l'art moderne: éléments de réflexion.

Discussion générale

  • Anne Jacquin (restauratrice) ;
  • Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ;
  • Claire Betelu (Paris I) ;
  • Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ;
  • Simona Valeriani (V&A)

9 juin 2016

  • Sacha Loeve (UTC/COSTECH) Grands discours et petites machines : les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies
  • Discutant: Emmanuel Bertrand (ESPCI ParisTech/CAK)

Les nanotechnologies occupent d’abord l’espace public et médiatique par de grandes promesses. Tous les secteurs industriels se verraient bientôt potentialisés par une maîtrise sans précédent des « briques élémentaires de construction » de la matière. Depuis quinze ans déjà, une énième révolution industrielle est annoncée, assortie d’interminables listes d’applications : matériaux fonctionnels, adaptatifs, dépolluants, plus performants et moins chers, laboratoires sur puce, médicaments ciblés sans effets secondaires, interfaces cerveau-machine, miniaturisation ultime des composants électroniques… Censé libérer tous les possibles, l’accès à la nano-échelle permettrait à l’industrie humaine de vaincre définitivement la résistance de la matière pour édifier un monde obéissant au doigt et à l’œil. 

Dans cette intervention, nous ferons le récit de quelques pratiques de laboratoire relevant de trois domaines emblématiques de la posture « nano ».

  1. La microscopie en champ proche, qui a permis de générer des images de la matière à l’échelle nanométrique et de nos capacités à en manipuler la structure, appuyé la montée en puissance des nanotechnologies dans les priorités des politiques de recherche, et fait exister le « nanomonde » en images aux yeux du grand public.
  2. Les machines moléculaires, qui semblent porteuses d’une artificialisation illimitée de la nature.
  3. Les pratiques de calcul et de simulation de nano-objets, qui paraissent effacer toute distinction entre la matière et l’information.

On montrera comment ces pratiques ont pu alimenter les grands discours de maîtrise de la matière sans s’y laisser complètement enrôler, et en quoi les savoirs opératoires des nanotechnologies font entrevoir des rapports à la matière bien plus riches que la simple relation maître-esclave.

 

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention  « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS.

http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/1005

Contacts

  • Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr
  • Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Lieux

  • 5e étage, salle de séminaire - 27, rue Damesme
    Paris, France (75013)

Dates

  • jeudi 12 novembre 2015
  • jeudi 10 décembre 2015
  • jeudi 14 janvier 2016
  • jeudi 04 février 2016
  • jeudi 17 mars 2016
  • jeudi 14 avril 2016
  • jeudi 12 mai 2016
  • jeudi 09 juin 2016

Mots-clés

  • technologie, chimie, pratique, savoir, travail

Contacts

  • Marie Thebaud-Sorger
    courriel : marie [dot] thebaud-sorger [at] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Marie Thebaud-Sorger
    courriel : marie [dot] thebaud-sorger [at] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 01 octobre 2015, http://calenda.org/340287