AccueilTourisme, patrimoine et mémoires au XXIe siècle

Tourisme, patrimoine et mémoires au XXIe siècle

Tourism, heritage and memory in the 21st century

Ve colloque sino-européen du tourisme

5th Sino-European conference on tourism

*  *  *

Publié le mardi 02 février 2016 par João Fernandes

Résumé

Le projet de ce colloque est de montrer les différentes facettes des relations tourisme, patrimoine et mémoires au début du XXIe siècle. Dans une perspective binaire, est-il encore possible de soutenir que le tourisme détruit le patrimoine, ou avancer simplement qu’il participe à son entretien et sa vitalité (Le Menestrel, 1999) ? L’enjeu n’est-il pas, au début du XXIe siècle, d’interroger plus finement en quoi les conditions sociales, historiques, territoriales, économiques, façonnent la production mémorielle contemporaine ? Mettre en patrimoine, n’est-ce pas aussi, dans certaines configurations géographiques, sociales et politiques, mettre en tourisme ? Inversement, mettre en tourisme, n’est-ce pas mettre, au moins partiellement, en patrimoine ? A quelles échelles et selon quelles modalités ces processus sont-ils développés ? Quels en sont les acteurs ou les combinaisons d’acteurs ?

Annonce

Argumentaire

Jusqu’à la fin du XXe siècle, une partie de la communauté scientifique a décrit et considéré le tourisme comme facteur de dégradation du patrimoine, avec par exemple les travaux de Cazes et Potier (1998). Dans ces publications, utilisant quelques images spectaculaires, l’idée générale consistait à affirmer que, à l’échelle du monde, la majorité des lieux mis en tourisme devenaient progressivement « sur-fréquentés ». Leur salut devait alors passer par la limitation quantitative et spatialisée, à un moment donné, des visiteurs ; limitation justifiée théoriquement par le recours à la notion de « Capacité de charge touristique ». Toutefois, si la démonstration de la destruction supposée du patrimoine par les touristes n’a jamais été vraiment faite (comme le montrent Lazzarotti et Violier, 2007), celle de son manque d’entretien, voire de son oubli (en tant que production sociale, le patrimoine peut être considéré comme non légitime et disparaître des discours après un changement de pouvoir politique) faute de fréquentation n’est pas difficile à établir. L’Unesco elle même l’aura reconnu en abandonnant - un glissement sémantique qu’il s’agit d’ailleurs d’interroger - le modèle de la capacité de charge touristique au profit de la « Limite du changement acceptable », établie par le rapport de A. Pedersen (2002). Dans les faits, les différentes relations entre tourisme et patrimoine sont beaucoup plus variées et multiples que ce qui en étaient dit jusque-là par la communauté scientifique.

Le projet de ce colloque est de montrer les différentes facettes de ces relations. Dans une perspective binaire, est-il encore possible de soutenir que le tourisme détruit le patrimoine, ou avancer simplement qu’il participe à son entretien et sa vitalité (Le Menestrel, 1999) ? L’enjeu n’est-il pas, au début du XXIème siècle, d’interroger plus finement en quoi les conditions sociales, historiques, territoriales, économiques, façonnent la production mémorielle contemporaine ? Mettre en patrimoine, n’est-ce pas aussi, dans certaines configurations géographiques, sociales et politiques, mettre en tourisme ? Inversement, mettre en tourisme, n’est-ce pas mettre, au moins partiellement, en patrimoine ? A quelles échelles et selon quelles modalités ces processus sont-ils développés ? Quels en sont les acteurs ou les combinaisons d’acteurs ?

On pourra encore s’interroger sur les conséquences de l’une et de l’autre de ces questions. Quels sont les effets et les enjeux économiques (pour les entreprises et les territoires par exemple), sociaux (création d’emplois, maintien des populations autochtones, etc.), politiques (effets de lieu, fabrique de territoires, intérêts politiques, etc.) voire géopolitiques, et humains des mises en tourisme et patrimoine. Être une « grande puissance » comme la Chine par exemple (Sanjuan, 2015), est-ce aussi recéler de nombreux sites du patrimoine mondial ? Ou bien leur inflation en amoindrit-elle la puissance symbolique relative ? Des lieux au Monde, à toutes les échelles donc, les mises en tourisme et patrimoine transforment les lieux. Comment les comprendre ? Comme un travail de conservation de ce qui est en train de changer, une volonté de figer des éléments (matériels ou immatériels) dans une système planétaire en mutation rapide ? Ou comme les termes même du changement ? Quel serait alors le sens de ce changement qui utiliserait l’argument du passé pour horizon (par exemple rentabilité économique, profits symboliques, conservation pour les « générations futures », constructions et identifications de territoires, etc.) ?

Enfin, les dynamiques contemporaines du tourisme et des différentes formes de patrimoine interrogent sur les grandes tendances du Monde contemporain. Au-delà des mémoires officielles, monumentales ou patrimoniales, peut-on observer d’autres processus de mémorisation ? Et ainsi, quelles autres formes, jeux d’acteurs et processus peuvent encore prendre les lieux mémoriels au moment du passage des sociétés sédentaires aux sociétés à habitants mobiles (Lazzarotti, 2012) ? Car dans un système planétaire où les mobilités sont un enjeu, source de tensions (Lussault, 2009), une partie, et une partie seulement, des individus issus de ces sociétés part à la découverte du monde, comme en témoigne l’évolution des chiffres de l’OMT depuis le début des années 1990 (presque plus aucun pays du monde n’est pas touristique ; Violier, 2015). Les lieux visités par ces habitants mobiles sont-ils différents ou des logiques communes se retrouvent-elles ?

Ainsi, la question croisée du tourisme et du patrimoine et, plus globalement encore celle des productions mémorielles de toute sorte, prendra tout son intérêt comme interrogation sur les dynamiques des lieux et territoires du Monde, en tant qu’espace fréquenté par ces habitants mobiles, du XXIe siècle.

Indications bibliographiques

  • CAZES, George et POTIER, Françoise (1998). – Le tourisme et la ville. Expériences européennes. Coll. tourismes et sociétés, L’Harmattan, 198 p.
  • LAZZAROTTI, Olivier, VIOLIER, Philippe (2007). Tourisme et patrimoine. Un moment du monde. Presses de l’Université d’Angers. 240 p.
  • LAZZAROTTI, Olivier (2012). - Des lieux pour mémoires. Paris, coll. Le temps des idées, Armand Colin, 214 p.
  • LE MENESTREL S. (1999). - La voie des Cadiens, tourisme et identité en Louisiane. Paris, Belin, coll. histoire et société, cultures américaines, 432 p.
  • LUSSAULT, Michel (2009). - De la lutte des classes à la lutte des places. Grasset, 221p.
  • PEDERSEN, Arthur (2002). – Managing tourism at world heritage sites. http://whc.unesco.org/documents/publi_wh_papers_01_en.pdf
  • SANJUAN, Thierry (2015). - Atlas de la Chine. Une grande puissance sous tension. Autrement. Paris, 96 p.
  • VIOLIER, Philippe, GRIFFON, Sigrid (2015). - « Voyages dans le monde : une figure de l’habiter mobile », l’Information Géographique, Volume 79, n° 3, p. 17-33.

Organisation

  • Université d’Angers (UFR ESTHUA - Tourisme et Culture)
  • Université de Ningbo (Institut sino-français du tourisme et de la culture)

Comité scientifique

  • Coëffé, Vincent (géographie, Angers)
  • Dai, Guangquan (géographie, Canton, Chine)
  • Gao, Jun (géographie, Shanghai, Chine)
  • Guibert Christophe (sociologie, Angers)
  • Lazzarotti Olivier (géographie, Amiens)
  • Morice Jean-René (géographie, Angers)
  • Shen Shiwei (géographie, Ningbo, Chine)
  • Taunay Benjamin (géographie, Angers)
  • Violier Philippe (géographie, Angers)
  • Xiang Yixian (géographie, Ningbo, Chine)
  • Yang, Zhenzhi (gestion, Chengdu, Chine)
  • Zhang, Chaozhi (géographie, Canton, Chine)
  • Zhang Jie (géographie, Nanjing, Chine)
  • Zhang, Lingyun (écologie, Shanghai, Chine)
  • Zhou, Yongguang (urbanisme, Hangzhou, Chine)

Communication

Indications aux auteurs

Les propositions de communication comporteront le titre (en français et en anglais), un résumé d’une page (times 12) et d’une liste de mots clés en français et en anglais. Figureront également les coordonnées des auteurs et l’identité du correspondant (dans l’éventualité de plusieurs auteurs).

Date de soumission

Les propositions de contributions doivent être adressées au plus tard le 15 mars 2016 à :

benjamin.taunay@univ-angers.fr

shiwei_shen@163.com

Évaluation des propositions et communications

Un retour (acceptation, refus, acceptation avec corrections majeures/mineures) sur chaque proposition sera effectué à la fin du mois de mars 2016.

Si la communication est acceptée, un résumé de 3 pages sera demandé pour le 20 mai 2016 afin d’éditer un livret regroupant les résumés des communications.

Lors du colloque les communicants disposeront de 15 minutes pour présenter leur exposé, suivi d'un échange avec la salle.

Des conférences seront effectuées par des chercheurs invités, français et chinois, dans différentes disciplines scientifiques.

Les communications pourront être réalisées en français ou en mandarin.

Une interprétation sera effectuée du mandarin vers le français et inversement.

Publication

Une sélection des meilleures communications sera publiée dans un numéro spécial de la revue Tourism Science (lüyou kexue), une des deux meilleures revues scientifiques dans le champ du tourisme en Chine. Les communications en français feront l’objet d’une traduction en mandarin, réalisée par l’équipe scientifique de l’Institut sino-français.

Informations pratiques

Le colloque se déroulera dans la municipalité de Lin’An, à proximité de la ville de Hangzhou, chef-lieu de la province du Zhejiang. Il est recommandé aux participants de se rendre à l’aéroport de Hangzhou (carte ci-dessous), d’où une navette sera organisé jusqu’au lieu du colloque.

L’accueil à l’aéroport et l’enregistrement au colloque se feront le 19 juin 2016.

Les communications seront réparties en ateliers et séances plénières les 20 et 21 juin.

Le programme définitif du colloque sera envoyé mi-avril 2016.

Colloque International du 19 au 21 juin 2016 (District de Lin’An - Province du Zhejiang - Chine)

Lieux

  • Ville de Lin'An
    Lin’an, Chine

Dates

  • mardi 15 mars 2016

Mots-clés

  • tourisme, patrimoine, mémoire

Contacts

  • Benjamin Taunay
    courriel : benjamin [dot] taunay [at] univ-angers [dot] fr

Source de l'information

  • Benjamin Taunay
    courriel : benjamin [dot] taunay [at] univ-angers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Tourisme, patrimoine et mémoires au XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 02 février 2016, http://calenda.org/354764