AccueilDe l'archive au film, du film à l'archive

De l'archive au film, du film à l'archive

From archive to film. From film to archive

*  *  *

Publié le mardi 12 avril 2016 par João Fernandes

Résumé

Dans la discipline cinématographique, la notion d’archive reste complexe à appréhender. La pluralité de significations possibles entraîne un brouillage épistémologique difficile à démêler. De quoi parle-t-on, en cinéma, quand on parle d’« archive » ? Quelle place peut prendre une archive dans une narration cinématographique ? Quels échanges peuvent se mettre en place entre film et archive ? Comment le film façonne-t-il l’archive pour créer un récit cinématographique (documentaire ou fictionnel) ? Dans quel but le film s’empare-t-il des archives ? Comment le film devient-il lui-même archive pour documenter la narration et/ou l’histoire ? Et surtout, quels transferts sont mis en jeu dans cette pratique ? Le colloque De l’archive au film, du film à l’archive se propose ainsi de questionner l’historicité, la narrativité et la plasticité de l’archive de cinéma.

Annonce

Argumentaire

Dans la recherche cinématographique envisagée dans une perspective historique, l’archive (film et non-film) est une source fondamentale. La notion d’« archive » désigne tout document, quels que soient sa forme et son support matériel, contenant des traces du passé permettant aujourd’hui de le documenter, de l’appréhender et d’en connaître certains aspects. L’archive devient ainsi un support matériel mais aussi un réservoir du « temps passé», qui acquiert une dimension historique et mémorielle dans le temps.

Dans la discipline cinématographique, la notion d’archive reste complexe à appréhender. La pluralité de significations possibles entraîne un brouillage épistémologique difficile à démêler. De quoi parle-t-on, en cinéma, quand on parle d’« archive » ? Quelle place peut prendre une archive dans une narration cinématographique ? Quels échanges peuvent se mettre en place entre film et archive ? Comment le film façonne-t-il l’archive pour créer un récit cinématographique (documentaire ou fictionnel) ? Dans quel but le film s’empare-t-il des archives ? Comment le film devient-il lui-même archive pour documenter la narration et/ou l’histoire ? Et surtout, quels transferts sont mis en jeu dans cette pratique ?

Le colloque De l’archive au film, du film à l’archive se propose ainsi de questionner l’historicité, la narrativité et la plasticité de l’archive de cinéma.

Programme

Jeudi 28 avril

9h30 : Accueil des participants

9h45 : Introduction du colloque par Marién Gómez (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) et Lucía Miguel (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

10h : Ouverture du colloque par Jean-Pierre Bertin-Maghit (Directeur de l’IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Des archives dans le récit cinématographique

Modération : Jean-Pierre Bertin-Maghit (Directeur de l'IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

  • 10h30 : Vicente Sánchez-Biosca (Université de Valencia) Effets et affects d'archives : S-21, janvier 1979.
  • 11h00 : Anita Leandro (Université Fédérale de Rio de Janeiro) L’épreuve du montage.

 11h30 : Débat et pause

  •  12h : Antony Fiant (Université Rennes 2) L'archive et ses effets de résonance. La photographie de Jacob A. Riis dans le cinéma de Pedro Costa.
  • 12h25 : Mathilde Rouxel (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) Transformation de l’usage de l’archive dans le cinéma libanais (1975-2015) : deux générations face à la guerre civile.

12h50 : Débat et déjeuner

Remontage pour la mémoire

Modération : Sylvie Lindeperg (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

  • 14h : Marie Pierre-Bouthier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) Un unique « film de montage » pour le Maroc Indépendant : Mémoire 14 de Ahmed Bouanani (1971).
  • 14h25 : Amélie Bussy (Université Bordeaux Montaigne) Recadrages, répétitions et remontage des images dans Respite (Harun Farocki, 2007)une forme d’enquête autour des archives.
  • 14h50 : Gustavo Coura Guimarães (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) Un homme à abattre (1984) et la réécriture de l'histoire du Brésil.

15h15 : Débat et pause

15h30 : Présentation par Matthias Steinle (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) et Julie Maeck (Université libre de Bruxelles) de leur ouvrage : L’image d’archive. Une image en devenir (à paraître).

16h45 : Présentation du film El Gran Vuelo (Carolina Astudillo, 2014) par Vicente Sánchez-Biosca

18h-20h : Projection

El Gran Vuelo (2014) - 62 min.
Présenté par la réalisatrice
Carolina Astudillo
Filmothèque du Quartier Latin
(9, rue Champollion 75005 Paris)
ENTRÉE LIBRE

Vendredi 29 avril 2016

9h30 : Accueil des participants

10h : Conférence cadre de Esteve Riambau (Directeur de la Filmoteca de Catalunya, historien et réalisateur), présentée par François Thomas (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) Restaurations : faut-il réécrire l’Histoire du Cinéma ?

Détournement de l’archive

Modération : Laurent Véray (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

  • 11h : Matteo Treleani (Université Lille 3) Les mésusages de l’archive. À quoi reconnaît-on un mauvais remploi des sources audiovisuelles ?
  • 11h25 : Bénédicte Rochet (Université de Namur) Quiproquo filmique autour de l’événement 1918.

11h50 : Débat et pause

Les films amateurs dans l’écriture de l’histoire

Modération : Roger Odin (Professeur émérite Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

  • 12h10 : Giuseppina Sapio (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Université Panthéon-Assas) Un'ora sola ti vorrei (2002) d'Alina Marazzi : de l'archive privée au documentaire biographique.
  • 12h35 : Virginie Foloppe (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) Les archives dans Tarnation de Jonathan Caouette.
  • 13h : Paolo Simoni (Université de Modena e Reggio Emilia) Adventures of circus and family found footage: the case of Togni amateur film collection.

13h25 : Débat et déjeuner

L’archive dans les films militants

Modération : Marie-Soledad Rodriguez (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

  • 14h45 : Valérie Vignaux (Université François-Rabelais de Tours) Les temps de l’histoire ou les usages des archives dans les films militants de Ciné Liberté.
  • 15h10 : Catherine Roudé (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)Du «temps de l’action»  au «temps de la réflexion» : la reprise de l’iconographie militante dans La Spirale (1974) et Le Fond de l’air est rouge (1977).

15h35 : Débat et pause

Le film, une archive en devenir

Modération : Mélissa Gignac (Université Lille 3)

  • 16h : Katherine Nakad Chuffi (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) Des « films d’apprentis», des archives en devenir : les étincelles mémorielles d'une pratique cinématographique.
  • 16h25 : Mélissa Druet (Université Lyon 2) Du fonds d'archives inédit au film engagé : De mémoires d'ouvriers, Gilles Perret, 2012.
  • 16h50 : Lucía Miguel (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) Nunca pasa nada (J. A. Bardem, 1963) et les actualités filmés du NO-DO : la fiction comme source de l'histoire.

17h15 : Débat et pause

  • 17h30 : Rencontre avec Augustin Gimel (cinéaste) Plasticités de l’archive et spéculations théoriques dans les arts filmiques.

Discussion et projection animée par Bidhan Jacobs (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

18h15 : Clôture du colloque par Laurent Véray (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

18h30 : Cocktail

Lieux

  • Institut du Monde Anglophone - 5, rue de l'Ecole de Medecine
    Paris, France (75006)

Dates

  • jeudi 28 avril 2016
  • vendredi 29 avril 2016

Mots-clés

  • cinéma, archive, film, histoire, film d'archive, found-footage, film d'amateur, histoire du cinéma

Contacts

  • Marién Gómez
    courriel : colloque [dot] kinetraces2016 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Association Kinétraces
    courriel : kinetraces [at] kinetraces [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De l'archive au film, du film à l'archive », Colloque, Calenda, Publié le mardi 12 avril 2016, http://calenda.org/363658