AccueilEnfants musiciens et enfance musicale

Enfants musiciens et enfance musicale

Musician children and musical childhood

Journées d'étude de la Société Française d'Ethnomusicologie

Study day at the Société Française d'Ethnomusicologie

*  *  *

Publié le mercredi 11 mai 2016 par João Fernandes

Résumé

Les journées d’étude de la Société française d’ethnomusicologie proposent de se pencher sur l’univers musical des enfants dans différentes cultures, sur la reprise et la réappropriation des thèmes et des répertoires enfantins par des musiciens adultes et sur les représentations de l’enfance musicale dans différentes sociétés et groupes culturels. L’enfant est-il, ainsi qu’on se le figure souvent, un être malléable sur un plan cognitif et sensible ? Dans quelle mesure cette conception se vérifie-t-elle dans les observations et expériences des chercheurs, pédagogues et praticiens de la musique ? Pour répondre à ces questions, nous convoquerons l’ethnomusicologie, la psychologie de l’enfant mais aussi la musicologie historique, l’anthropologie, les sciences cognitives et les sciences de l’éducation.

Annonce

La SFE est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
Ces Journées sont organisées avec le concours de la Cité de la musique-Philharmonie de Paris, de la région Île de France, du CIEREC (université Jean Monnet, Saint-Etienne) et du Centre Georg Simmel

Argumentaire

Souvent considérés comme mineurs, les répertoires enfantins rencontrés sur les différents terrains des ethnomusicologues ont peu fait l’objet d’études spécifiques et la plupart des travaux qui y sont consacrés restent anciens (Blacking 1967, Mukuna 1972, plus récemment Vallejo 2004), tandis que la production discographique se montre plus active. Dans d’autres domaines disciplinaires, les liens entre enfance et musique ont pu faire l’objet d’investigations différenciées mettant en avant, selon les cas, les dimensions psychologiques, didactiques, politiques des pratiques musicales enfantines et produisant par là aussi des représentations plurielles et contradictoires de l’enfance.

Les Journées d’étude de la Société française d’ethnomusicologie proposent de se pencher sur l’univers musical des enfants dans différentes cultures, sur la reprise et la réappropriation des thèmes et des répertoires enfantins par des musiciens adultes et sur les représentations de l’enfance musicale dans différentes sociétés et groupes culturels. L’enfant est-il, ainsi qu’on se le figure souvent, un être malléable sur un plan cognitif et sensible ? Dans quelle mesure cette conception se vérifie-t-elle dans les observations et expériences des chercheurs, pédagogues et praticiens de la musique ? Pour répondre à ces questions, nous convoquerons l’ethnomusicologie, la psychologie de l’enfant mais aussi la musicologie historique, l’anthropologie, les sciences cognitives et les sciences de l’éducation.

L’enfant et la musique nous amènent bien évidemment à nous interroger sur les questions de transmission, mais aussi sur des pratiques et des savoir-faire musicaux parfois réservés à cette tranche d’âge. Associées souvent à tort à la simplicité, les musiques des enfants peuvent éclairer l’analyse de celles des adultes mais aussi fonctionner en une catégorie à part. En ce sens, les répertoires initiatiques apparaissent d’une certaine manière souvent isolés du reste du patrimoine musical. Toutefois, si les comptines, fabulettes et autres jeux musicaux sont largement représentés dans les différentes cultures, les enfants sont aussi acteurs de pratiques musicales qui concernent l’ensemble de la communauté. Les frontières, si elles existent – car il n’y a pas toujours de répertoire enfantin (Baily et Doubleday 1988) –, sont poreuses, comme le montre le cas des collectes de chansons populaires en Europe depuis le XIXe siècle, qui ont mêlé différents répertoires mais aussi des considérations à la fois esthétiques, éducatives, politiques, religieuses, la chanson populaire récupérant parfois le champ enfantin à certaines fins (Laborde 1998).

Comment est considéré l’enfant musicien ? Est-il toujours à éveiller, comme le sous-entend l’éveil musical, premier palier de l’apprentissage musical des écoles de musiques françaises ? Que nous disent les musiques des enfants du monde des adultes ? Comment en intègrent-elles les codes, ou comment s’en jouent-elles ?

La question des enfants musiciens doit aussi être travaillée à partir des projets portés par les institutions (conservatoires, écoles de musique, associations) et des programmes «jeunes

publics » des établissements culturels français et étrangers, quand on sait que l’interculturalité en musique passe, dans plusieurs pays, en priorité par les enfants. Alimenter ces projets et programmes signifie choisir et agencer des répertoires et des pédagogies mais aussi, et plus largement, contribuer à la fabrication et la perpétuation d’un modèle de « vivre ensemble » qui doit être transmis aux nouvelles générations. Quels sont ces choix et stratégies et comment organisent-ils le monde des enfants ? Comment l’apprentissage musical influence-t-il les modes de reconnaissance individuelle et collective des enfants ?

Sur un autre plan, on examinera comment la figure de l’enfant est mobilisée et comment l’enfant est pensé dans des répertoires adultes. En ce qui concerne le méta-langage, les terminologies vernaculaires investissent parfois le champ lexical de la filiation. Ainsi, l’enfant, la mère, le père, sont convoqués pour nommer les différents composants des ensembles instrumentaux (Kersalé), les parties d’une polyphonie, ou encore pour désigner un modèle et ses variations (Arom 1985).

Nous nous interrogerons aussi sur les réminiscences musicales de l’enfance. Ainsi, il arrive que les adultes se retrouvent autour des répertoires de chansons enfantines quand ils les reprennent et les réinventent, en jouant de la familiarité que confère le souvenir commun de ces chansons (Bachir-Loopuyt 2013). Dans le même sens, quand un musicien se raconte, il commence bien souvent par évoquer sa première émotion musicale ressentie dans l’enfance ou le premier instrument qu’enfant, il a reçu en cadeau.

Par ailleurs, pour reprendre l’idée de Maurice Bloch (Bloch 2013), l’enfance serait le lieu idéal pour discuter du cognitif et de l’ethnograhique, à partir du moment où c’est là que se joue une assimilation, certes subie, mais à laquelle l’enfant serait aussi prédisposé. Les psychologues du développement, quant à eux, reconnaissent que « la production de chansons spontanées et de sons d’exploration » disparaît dans le courant de la petite enfance et appuient la thèse de l’autonomie de l’intelligence musicale sur des études réalisées sur des cas enfantins (Gardner 2010 : 117). À un moment où le développement des sciences cognitives et de l’imagerie cérébrale bouleverse nos connaissances sur l’intelligence, les apprentissages, l’imaginaire et le développement de la sociabilité (Lhérété et Bedin 2015), l’enfant musicien nous ramène à une humanité partagée, si on considère l’enfance comme un temps relativement préservé.

L’enfant peut aussi être considéré comme doublement autre, à partir du moment où il est, pour l’adulte qui s’y intéresse, à la fois un être d’une autre culture et un enfant. Héloïse Lhérété et Véronique Bedin rappellent qu’il y a encore un demi-siècle, on considérait « les enfants comme une espèce à part, une peuplade exotique et primitive vivant dans un autre univers mental » tandis que Boris Cyrulnik parle d’adultocentrisme (Lhérété et Bedin 2015 : 55, 8). Étudier comment pense un enfant musicien relèverait ainsi d’un double défi.

Enfin, l’histoire de notre discipline peut être discutée sous l’angle de la notion d’enfance. En effet, les discours et études du XIXe siècle s’appuient sur la dichotomie qui oppose des peuples enfants à des peuples adultes et désigne, par là-même, des musiques qui n’en seraient qu’au stade de l’enfance (Morel-Borotra 2000). Les artistes et les intellectuels de l’époque s’emparent de l’enfance, de manière positive – en considérant le temps de l’enfance comme le seul véritable temps de l’expérience, et en mobilisant « les émois esthétiques de l’enfance » ressuscités devant la découverte de « l’altérité sensible » (Fabre) –, ou négative (enfance = puérilité). Ainsi l’enfance musicale relève à la fois d’enjeux épistémologiques et esthétiques.

Références bibliographiques

  •  ARLEO, Andy, DELALANDE, Julie (dir) : Cultures enfantines. Universalité et diversité, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2011
  •  AROM, Simha, Polyphonies et polyrythmies instrumentales d’Afrique centrale ; Structure et méthodologie, volume 2, Paris, Selaf, 1985
  •  BACHIR-LOOPUyT, Talia, « Des identités pour rire ? Sur une plaisanterie bavaro-mongole et la question du multiculturalisme dans l’Allemagne d’aujourd’hui », Cahiers d’ethnomusicologie n°26 (2013), p. 209-229
  •  BAILy, John et DOUBLEDAy, Veronica,« Modèles d’imprégnation musicale en Afghanistan », Cahiers de musiques traditionnelles n° 1 (1988), p. 112-124
  •  BLACKING, John, Venda Children’s Songs : a Study in Ethnomusicological Analysis, Londres, The University of Chicago Press, 1967
  •  BLOCH, Maurice, Essays on Cultural Transmission, Oxford, Berg, 2005
  •  BLOCH, Maurice, Anthropology and the Cognitive Challenge, London, Paperback, 2012
  •  CORPATAUX, Francis, 21 CD Arion dans la collection « Le chant des enfants du monde », depuis 1993
  •  DAMON-GUILLOT, Anne et DAMON, Claire, « Les livres-disques de musiques du monde à destination du jeune public, quels outils pour quelle médiation ? », Cahiers d'ethnomusicologie, n° 29 (2016)
  •  FABRE, Daniel, « « C’est de l’art ! » : Le peuple, le primitif, l’enfant », Gradhiva n° 9(2009), p. 4-37.
  •  GARDNER, Howard, Les formes de l’intelligence, trad. Jean-Paul Mourlon, Paris, Odile Jacob, R/2010
  •  GUILLOT, Gérald « Enseigner la musique de l’Autre : la notion d’« expertise » musicale en contexte interculturel », La formation des enseignants en musique : état de la recherche et vision des formateurs, sous la dir. de F. Joliat, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 161-178
  •  KERSALÉ, Patrick (réalisateur), « Ensemble de 4 gongs Bunong (Cambodge) », site Geozik, 2013 http://www.geozik.com/ENSEMBLE-DE-4-GONGS-Bunong-Cambodge_v178.html
  •  LABORDE, Denis, Les Musiques à l’école, Paris, Bertrand-Lacoste, 1998
  •  LABUSSIèRE, Annie, « Bercer en chantant : un geste universel ? Un parcours analytique du plan de l’expression », Topicality of Musical Universals, sous la dir. de J.-L. Leroy, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2013, p. 199-207
  •  LHÉRÉTÉ, Héloïse et BEDIN, Véronique (dir.), L’Enfant et le monde ; Psychologie de l’enfant ; État des lieux, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 2015
  •  MOREL-BOROTRA, Natalie, « Le chant et l'identification culturelle des Basques (1800-1950) », Lapurdum, Revue d’études basques (2000) n° 5, p. 351-381
  •  MUKUNA, Kazadiwa, The Characteristic Criteria in the Vocal Music of the Luba-Shankadi Children, Tervuren, Musée Royal de l’Afrique Centrale, 1972
  •  VALLEJO, Polo, Mbudimbudi na mhanga ; L’univers musical de l’enfance des Wagogo de Tanzanie, Polo Vallejo, 2004
Les journées sont soumises à une inscription.

Programme

Vendredi 27 mai 2016

14h00-14h30 Mots d’accueil par Luciana Penna-Diaw (Cité de la musique-Philharmonie de Paris, Société Française d’ethnomusicologie) et introduction par le comité scientifique

14h30-16h30 Session Des enfants et des adultes

Modération : Anitha Savithri Herr (Université Paris Sorbonne, Institut de Recherche en Musicologie)

  •  Anne-Florence Borneuf (Cité de la Musique-Philharmonie de Paris) : « Le dernier chant des enfants de Fiumedinisi (Sicile) : la voix/voie par laquelle on devient adulte »
  •  Roberto Fierro Bozzo (Université Paris 8, Master Ethnomusicologie) : « Danse d’une communauté noire au Pérou »
  •  Paola Luna (Université Paris-Sorbonne, Institut de Recherche en Musicologie) : « Loas d’adoration à l’Enfant-Dieu à Guapi, Colombie. Les enfants et les loas »
  •  Ebru Yilmaz (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Département de Psychologie) : « Vocal narratives in mother infant vocal interaction : a comparative study between French and Italian dyads »

Pause café 16h30-17h

17h00-17h45 Projection du film Le Chant des enfants de Francis Corpataux (40 minutes)

Présentation : Francis Corpataux (Université de Sherbrooke)

Dîner 19h30

Samedi 28 mai 2016

9h30 Accueil

9h45-10h45 Session Jeux d’enfants

Modération : Anne Damon-Guillot (Université Jean Monnet-Saint-Étienne, Département de Musicologie, CIEREC)

  •  Francis Corpataux (Université de Sherbrooke, Faculté d’Éducation) : « Jeux de cours d'école au Québec et en Acadie »
  •  Julie Delalande (Université de Caen, Centre d'études et de recherche en sciences de l'éducation) : « Les jeux de tape-mains : l'engagement des enfants dans une pratique musicale inventive »

Pause café 10h45-11h

11h-12h30 Session Représentations de l’enfance musicale

Modération : Marta Amico (Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris, Centre Georg Simmel)

  •  Alban Ramaut (Université Jean Monnet-Saint-Étienne, Département de Musicologie, IHRIM) : « Musique et enfance, le point de vue de Jean-Jacques Rousseau »
  •  Maud Caillat (Université Paris-Sorbonne, Institut de Recherche en Musicologie) : « Le statut d’enfant prodige dans la musique occidentale : entre sublimation et réalité pédagogique »
  •  Mukkaddas Mijit (Centre de Recherche en Ethnomusicologie – LESC) : « Elley Balam Une berceuse ouïghoure mise en scène »

Déjeuner 12h45-13h45

14h00-15h30 Session Modalités de transmission

Modération : Gérald Guillot (Haute École Pédagogique de Lausanne, UER Pédagogie et Psychologie musicales)

  •  Ingrid Le Gargasson (EHESS, Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud) : « Chez nous, l’enfant chante et joue avant de parler. Réflexions autour des pratiques musicales enfantines des communautés de spécialistes de musique hindoustanie (Inde du Nord) »
  •  Pierre-Eugène Sitchet (Université Paris Sorbonne, Institut de Recherche en Musicologie) : « Endoculturation du gwoka, genre musical guadeloupéen. Le cas de la famille Geoffroy de la région des Grands Fonds de Sainte-Anne »
  •  Elvis Koffi (ENS d’Abidjan, Département de Sciences de l’Éducation) : « Les enfants tambourineurs de la cour royale de Niablé : de l’apprentissage social à l’affirmation de soi »

15h30-16h45 Table ronde Institutions d’enseignement

Modération : Gérald Guillot (Haute École Pédagogique de Lausanne, UER Pédagogie et Psychologie musicales)

Intervenants : Françoise Étay (Conservatoire à Rayonnement Régional de Limoges), Henri Gonzalez (École Supérieure du Professorat et de l'Éducation, Toulouse), Luciana Penna-Diaw (Cité de la musique-Philharmonie de Paris)

Pause café 16h45-17h15

17h15-18h45 Projection du film A family affair d’Angeliki Aristomenopoulou (Prix Bartók du Festival Jean Rouch, 87 minutes)

Présentation : Sandrine Loncke (Université Paris 8, Département de Musique, Centre de Recherche en Ethnomusicologie – LESC)

Dimanche 29 mai 2016

9h30 Accueil

9h45-11h00 Session Une musique pour les enfants ?

Modération : Talia Bachir-Loopuyt (Université de Lausanne-ISSRC ; Centre Georg Simmel, CIEREC)

  • Theresa Schmitz (Opéra National de Lyon) : « Composer un opéra pour enfants : les intentions du compositeur face à la réception par les enfants »
  • Lucille Lisack, avec Maxime Le Calvé, Julie Lewandowski, Marta Amico, Claire Clouet, Paulo Marcelino, Julie Oleksiak, Ariane Zevaco (Centre Georg Simmel, Institut de Recherche sur les Musiques du Monde) : « Des enfants musiciens comme projet de société ? Enquête collective sur le projet DEMOS de la Philharmonie de Paris »

Pause café 11h00-11h30

11h30-12h30 Table ronde Programmer, créer, diffuser des musiques pour le « jeune public »

Modération : Talia Bachir-Loopuyt (Université de Lausanne-ISSRC, EHESS-Centre Georg Simmel)

Intervenants : Emmanuel Bardon (Canticum Novum / École de l’Oralité, Saint-Etienne), Lise Bourquin-Mercadé (Kanjil Éditeur, Paris), Caroline Philippe (Orchestre National de Lorraine)

Comité scientifique

  • Marta Amico (post-doctorante, FMSH Paris / Centre Georg Simmel),
  • Talia Bachir-Loopuyt (post-doctorante, ISSRC / CIEREC / Centre Georg Simmel),
  • Anne Damon-Guillot (maître de conférences, Université Jean Monnet-CIEREC),
  • Gérald Guillot (Haute Ecole Pédagogique de Lausanne)
  • Anitha Savithri Herr (doctorante, Paris-IV) 

Comité d’organisation 

  • Anne Damon-Guillot (université Jean Monnet),
  • Anitha Savithri Herr (université Paris-IV),
  • Olga Velitchkina (SFE),
  • Luciana Penna-Diaw (Cité de la musique-Philharmonie de Paris),
  • Laurence Fayet (SFE)

Lieux

  • Cité de la Musique-Philharmonie de Paris, Salle des colloques - 221 Avenue Jean Jaurès
    Paris, France (75019)

Dates

  • vendredi 27 mai 2016
  • samedi 28 mai 2016
  • dimanche 29 mai 2016

Mots-clés

  • musique, enfants, ethnomusicologie

Contacts

  • Anne Damon-Guillot
    courriel : anne [dot] damon [at] univ-st-etienne [dot] fr

Source de l'information

  • Anne Damon-Guillot
    courriel : anne [dot] damon [at] univ-st-etienne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Enfants musiciens et enfance musicale », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 11 mai 2016, http://calenda.org/366647