AccueilAuto-analyse et objectivité scientifique

Auto-analyse et objectivité scientifique

Self-analysis and academic objectivity

*  *  *

Publié le lundi 06 juin 2016 par Céline Guilleux

Résumé

L'auto-analyse est le procédé par lequel le scientifique analyse sa position relativement à son objet, de façon à identifier et à neutraliser les biais qu'elle engendre dans sa recherche. Elle est donc nécessaire à l'objectivation scientifique, qui intègre la perspective du sujet qui l'entreprend. L’exigence d’auto-objectivation relève également d’une nécessité éthique : la neutralisation, non seulement analytique, mais aussi axiologique des biais attachés à la position du scientifique (ses prénotions et ses préjugés).

Annonce

Le Centre de Recherches en Histoire des Idées (CRHI) de l’Université Nice Sophia-Antipolis (UNS) organise, avec le soutien du Conseil Scientifique de l’UNS, l’UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’UNS, l’axe 3 « L’Europe et ses autres » de la MSHS Sud-Est, et le Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS), un colloque interdisciplinaire intitulé « Auto-analyse et objectivité scientifique ». Le colloque se tiendra les mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 juin 2016 à la MSHS Sud-Est, à Nice.

Organisateurs

- Salim Abdelmadjid

ATER en philosophie, CRHI, Université Nice Sophia-Antipolis

- Mélanie Plouviez

Maître de conférences en philosophie, CRHI, Université Nice Sophia-Antipolis

Argument

Objet

L'auto-analyse est le procédé par lequel le scientifique analyse sa position relativement à son objet d'étude, de façon à identifier et à neutraliser les biais qu'elle engendre dans sa recherche (sociologiques, psychologiques ou encore culturels). Elle est donc nécessaire à l'objectivation scientifique, qui intègre la perspective du sujet qui l'entreprend. L’exigence d’auto-objectivation relève également d’une nécessité éthique et déontologique : la neutralisation, non seulement analytique, mais aussi axiologique des biais attachés à la position du scientifique (ses prénotions et ses préjugés).

La reconnaissance de la nécessité et de la primauté de l'auto-analyse dans le procès scientifique entraîne alors un étonnement et une difficulté. L'étonnement tient à ce qu'en dépit de son importance, force est de constater que, dans la recherche comme dans l'enseignement, l'auto-analyse est rarement pratiquée. Il est vrai qu'elle est recommandée dans certaines

disciplines : la psychanalyse, la sociologie et l'anthropologie notamment. Mais elle ne l'est pas dans toutes : en particulier, elle ne l'est pas en philosophie. Quand elle l'est, il semble de plus : qu'elle ne le soit pas systématiquement ; qu'elle ne le soit pas non plus intrinsèquement, c'est-à-dire qu'elle demeure à part du résultat scientifique ; qu'elle ne soit pas codifiée méthodologiquement ; et qu'elle soit réalisée quasi-exclusivement au sein de chaque discipline, c'est-à-dire sans interdisciplinarité. Ce constat justifie à notre sens une interpellation de la communauté scientifique.

La reconnaissance de la nécessité et de la primauté de l'auto-analyse dans le procès scientifique entraîne également une difficulté, qui concerne la possibilité même de l'auto-analyse : une telle position de neutralité est-elle accessible ? Le scientifique en général, le spécialiste des sciences humaines et sociales en particulier, peut-il parvenir à se dégager totalement de l’appartenance à son objet d’étude ? Son savoir peut-il ne pas être situé ? Inversement, une telle difficulté, voire impossibilité, de l’auto-objectivation doit-elle conduire à se défaire de l’exigence scientifique d’objectivité ?

Ce triple constat, non seulement en France mais à l'échelle internationale, de la primauté scientifique, de la rareté en fait et de la difficulté épistémologique de l'auto-analyse constitue la raison principale du projet d'un colloque interdisciplinaire et international sur le thème « Auto-analyse et objectivité scientifique », et forme ce que nous proposons d'appeler « le problème de l'auto-objectivation ».

Contexte

Ce triple constat est de plus en plus largement partagé et ce problème de plus en plus fréquemment posé. Nous pouvons ainsi remarquer l'importance qu'ont eue en France, au cours des dernières décennies : en sociologie, les recherches de Bourdieu sur la réflexivité scientifique [Science de la science et réflexivité. Cours au Collège de France, 2000-2001, Paris, Raisons d'agir, 2001] et l'auto-analyse [Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004] ; en histoire, les essais proposés par Pierre Nora d'ego-histoire [Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987] ; en philosophie, les travaux de Foucault visant l'exhibition du point aveugle du discours [L'ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971] et ceux visant la constitution d'une herméneutique du sujet [L'herméneutique du sujet. Cours au Collège de France (1981-1982), Paris, Gallimard/Seuil, 2001].

Le problème de l'auto-objectivation est également de plus en plus fréquemment posé dans le sillage des études de genre, des études post-coloniales, des études de diversité sexuelle et des études subalternes. En témoigne, par exemple, la réception internationale de textes tels que Le récit de soi de Judith Butler [trad. B. Ambroise, V. Aucouturier, Paris, Puf, 2007] ou « A propos des écritures africaines de soi » d'Achille Mbembe [Politique africaine, 2000, pp. 16-43]. L'actualité du problème de l'auto-objectivation est d'ailleurs indissociable de la situation de la production scientifique. Elle s'explique en effet, pour une part importante, par la transformation académique engagée ces dernières décennies, à la fois dans le personnel scientifique et dans les domaines d'études, à la suite de mouvements sociaux et politiques de grande ampleur, pour la décolonisation, pour l'émancipation féminine ou encore pour la reconnaissance des droits des minorités sexuelles, qui ont été autant de révélateurs de l'universalité problématique de la science.

Le projet d'un colloque interdisciplinaire sur le thème « Auto-analyse et objectivité scientifique » s'inscrit consciemment dans le contexte d'une telle effervescence sociale et scientifique. Il a pour objectif de contribuer à la coordination des efforts épistémologiques menés ces dernières décennies au sein des différentes sciences humaines et sociales pour l'établissement d'une méthode de l'auto-analyse.

Enjeux scientifiques

Le problème de l’auto-objectivation se pose dans les différentes sciences humaines et sociales. Un premier enjeu de ce colloque sera de rendre compte des pratiques d’auto-objectivation et de leur modélisation épistémologique en sociologie, en économie, en anthropologie, en histoire, en psychologie, etc. Le problème de l’auto-objectivation se pose également entre les différentes sciences humaines et sociales. De ce point de vue, il s’agira de s’interroger sur les circulations de méthode à l’intérieur des sciences humaines et sociales. Par exemple, l’auto-analyse proposée par Bourdieu peut-elle être pratiquée en dehors de la sociologie ? Certaines techniques psychanalytiques peuvent-elles être employées dans le cours du procès scientifique ? Plus généralement, l’auto-objectivation constitue-t-elle un schème méthodologique commun aux différentes sciences humaines et sociales ?

Ces questionnements requièrent une « épistémologie historique de l'auto-analyse », à laquelle sera consacrée la première partie du colloque. Il s'y agira de reconstituer les configurations épistémiques ayant engendré le problème de l'auto-objectivation. Cela pourra être entrepris au sein de chaque discipline. Par exemple, en histoire, la bonne compréhension de l'ego-histoire appelle sa relativisation dans l'horizon du renouvellement épistémologique de l'Ecole des Annales et, éminemment, du statut de témoin conféré par Bloch à l'historien [Apologie pour l’histoire ou métier d’historien (1941-1949)] et en particulier à lui-même [L'étrange défaite (1940-1946)]. Mais il faudra également examiner l'interdisciplinarité de fait des sciences humaines et sociales. Nous testerons notamment l'hypothèse d'un déplacement progressif de l'auto-analyse en psychanalyse aux autres disciplines, jusqu'à la socio-analyse de Bourdieu.

Ces questionnements visent la constitution d'une « méthode interdisciplinaire de l'auto-analyse ». Ce sera le thème de la seconde partie du colloque. Il s'y agira de pratiquer une interdisciplinarité concrète et extensive en confrontant les propositions méthodologiques provenant des différentes disciplines, non seulement au sein des différentes sciences humaines et sociales (anthropologie, économie, histoire, psychologie, sociologie, etc.), mais aussi au-delà. Le problème de l’auto-objectivation engage en effet également un dialogue entre sciences dites naturelles (physique, biologie, médecine, etc.) et sciences humaines et sociales. L’exigence d’auto-objectivation n’est-elle pas la réfraction à l’intérieur des sciences humaines et sociales de la vertu épistémique d’objectivité caractérisant les sciences naturelles ? Ne témoigne-t-elle pas par là même de la difficulté des sciences humaines et sociales à penser leur scientificité en dehors de la référence au modèle des sciences naturelles, et ce alors même que ces dernières en remettent en cause le caractère plus ou moins idéalisé ? L'interdisciplinarité devra même excéder le champ scientifique, et le dialogue que nous proposons en vue d'un agencement méthodologique cohérent des différentes disciplines devra inclure des enseignants-chercheurs en lettres, des historiens de l'art et des artistes. L'autobiographie, le récit de soi ou l'autofiction ne sont-ils pas des genres littéraires à part entière ? Le peintre ne procède-t-il pas à une auto-analyse quand bien même celle-ci ne serait plus conceptuelle ?

Nous attendons d'une confrontation méthodologique de la science et de l'art une problématisation radicale du présupposé de l'auto-analyse : la différenciation traditionnelle de la subjectivité et de l'objectivité scientifiques. Ce sera le thème de la troisième partie du colloque : « Les présupposés de l'auto-analyse : l'objectivité problématique de la science ». Il s'y agira de réexaminer, à l'aune du projet de l'auto-analyse, le clivage entre sujet et objet. Si, comme nous l'affirmons, subjectivité et objectivité ne sont pas exclusives l'une de l'autre, comment articuler, d'une part, la différence et l'antagonisme potentiel des positions dans l'espace social et, d'autre part, la possibilité d'un savoir partageable et partagé ? Comment nous défaire d'une certaine mythologie positiviste de l'objectivité sans pour autant céder à l'incommunicabilité ? Comment tenir ensemble l'exigence scientifique d'objectivité et l'universalité problématique de la science ?

Programme 

Mercredi 8 juin 2016

Université Nice Sophia Antipolis, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3, Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est, Amphithéâtre 31

  • 14h00-14h30 Accueil des participant-e-s
  • 14h30-15h20 Introduction, Salim Abdelmadjid, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Centre de recherches en histoire des idées ; Mélanie Plouviez, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Directrice du département de philosophie, Centre de recherches en histoire des idées

Session I – Épistémologie historique de l’auto-analyse

  • 15h20-16h10 « Conditions de la Wertfreiheit chez Max Weber » Isabelle Kalinowski, Germaniste, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, Laboratoire Pays germaniques, École normale supérieure de Paris
  • 16h10-16h30 Pause
  • 16h30-17h20 « La réflexivité selon Pierre Bourdieu » Laurent Perreau, Maître de conférences en philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne, Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique
  • 17h20-18h10 « Auto-analyse et objectivité de l’histoire » Gérard Noiriel, Directeur d’études en histoire à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux

Jeudi 9 juin 2016

Université Nice Sophia Antipolis, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3, Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est, Amphithéâtre 31

Session II – Méthodologie de l’auto-analyse

A. De l’auto-analyse à l’auto-objectivation : l’inter-analyse comme principe méthodologique

  • 9h00-9h50 « L’auto-alter-objectivabilisation » Salim Abdelmadjid, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Centre de recherches en histoire des idées
  • 9h50-10h40 « La dimension collective de l’auto-analyse : communautés savantes, groupes sociaux et commune humanité » Florence Weber, Professeure de sociologie et d’anthropologie sociale à l’Ecole normale supérieure de Paris, Directrice du département de sciences sociales de l’Ecole normale supérieure de Paris, Centre Maurice Halbwachs (Cnrs-Ens-Ehess)
  • 10h40-11h00 Pause 

B. Le sujet de l’objectivation

11h00-11h50 « Distance à soi et objectivation » Jean-Louis Fabiani, Directeur d’études en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales, Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron

11h50-12h40 « L’auto-analyse et les moteurs subjectifs de l’objectivation : les expériences de la honte et du mépris peuvent-elles être à l’origine d’un regard objectivant sur les faits sociaux ? » Marc Goetzmann, Doctorant avec mission d’enseignement en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Centre de recherches en histoire des idées

12h40-14h00 Déjeuner

C. L’auto-analyse et les disciplines

  • 14h00-14h50 « L’auto-analyse au cœur même de l’élaboration théorique : le cas de Theodor Reik » Jean-Michel Vivès, Professeur de psychologie clinique et pathologique à l’Université Nice Sophia Antipolis, Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et sociales
  • 14h50-15h40 « Auto-analyse et clinique psychotraumatique » Frédéric Jover, Chef de service des urgences psychiatriques du Centre hospitalier universitaire de Nice, Centre de recherches en histoire des idées
  • 15h40-16h00 Pause

16h00-16h50 « Pleine participation et réflexivité ethnographique »Arnaud Halloy, Maître de conférences en ethnologie/anthropologie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Directeur du département d’ethnologie-anthropologie, Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et sociales

Vendredi 10 juin 2016

Université Nice Sophia Antipolis, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3, Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est, Amphithéâtre 31

Session III – Objectivité et universalité scientifiques

A. Quelle objectivité scientifique ?

  • 9h00-9h50 « Le mythe de l’objectivité dans les sciences de la nature » Jean-Luc Gautero, Maître de conférences en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Centre de recherches en histoire des idées
  • 9h50-10h40 « Gaston Bachelard et la psychanalyse de la connaissance objective » Lucie Fabry, Étudiante en philosophie à l’École normale supérieure de Paris, Direktaustauschstudentin an der Freie Universität Berlin - Institut für Philosophie
  • 10h40-11h00 Pause

B. Quelle universalité scientifique ?

  • 11h00-11h50 « Les sciences sociales sont-elles condamnées à l’européocentrisme ? La pensée postcoloniale et les limites de l’objectivation » Gildas Salmon, Chargé de recherche en philosophie au Centre national de la recherche scientifique, Institut Marcel Mauss – Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités (Cnrs-Ehess) 
  • 11h50-12h40 « De la dominance des mâles à la domination masculine : épistémologie critique des sciences de la domination » Elsa Dorlin, Professeure de philosophie politique et sociale à l’Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris 
  • 12h40-14h00 Déjeuner

Session IV - Conclusion

14h00-14h50 « Socrate et la connaissance de soi » Elsa Grasso, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Centre de recherches en histoire des idées

15h00-17h00 « Perspectives institutionnelles »

  • Richard Arena, Professeur d’économie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Directeur du Groupe de recherche en droit, économie et gestion ;
  • Amel Nafti, Directrice des études et de la recherche à l’École nationale supérieure d’art et Centre national d’art contemporain « Villa Arson »
  • Laurent Perreau, Maître de conférences en philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne, Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique
  • Mélanie Plouviez, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Directrice du département de philosophie, Centre de recherches en histoire des idées
  • Gildas Salmon, Chargé de recherche en philosophie au Centre national de la recherche scientifique, Institut Marcel Mauss – Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités (Cnrs-Ehess)

Lieux

  • Amphithéâtre 31 - Maison des Sciences de l'Homme et de la Société Sud-Est, 24 avenue des diables bleus, Pôle universitaire Saint-Jean D'angély 3
    Nice, France (06)

Dates

  • mercredi 08 juin 2016
  • jeudi 09 juin 2016
  • vendredi 10 juin 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • auto-analyse, objectivité scientifique

Contacts

  • Salim Abdelmadjid
    courriel : salim [dot] abdelmadjid [at] unice [dot] fr
  • Mélanie Plouviez
    courriel : melanie [dot] plouviez [at] unice [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Salim Abdelmadjid
    courriel : salim [dot] abdelmadjid [at] unice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Auto-analyse et objectivité scientifique », Colloque, Calenda, Publié le lundi 06 juin 2016, http://calenda.org/369932