AccueilPratiques culturelles et savoirs : les revues et la recomposition des frontières

Pratiques culturelles et savoirs : les revues et la recomposition des frontières

Cultural practices and knowledge: journals and the recomposition of borders 1920-1980 (Liège)

1920-1980 (Liège)

*  *  *

Publié le mardi 14 juin 2016 par João Fernandes

Résumé

Le dernier quart du XIXe siècle et le XXe siècle sont le décor de grandes mutations des pôles et axes culturels, littéraires et universitaires internationaux. Les rapports entre savoirs et pratiques culturelles, d’une part, et les conceptions des disciplines, d’autre part, ne cessent d’évoluer et de se transformer au gré des bouleversements socio-politiques, idéologiques et artistiques. Objet culturel se développant considérablement durant le XXe siècle et en phase avec ces transformations, la revue semble se caractériser par son hétérogénéité, tant d’un point de vue du contenu que de la forme. Ces journées d’étude auront comme ambition d’interroger les particularités formelles, conceptuelles et thématiques propres aux revues.

Annonce

Argumentaire des journées

Définir la revue

Le dernier quart du XIXe siècle et le XXe siècle sont le décor de grandes mutations des pôles et axes culturels, littéraires et universitaires internationaux. Les rapports entre savoirs et pratiques culturelles, d’une part, et les conceptions des disciplines, d’autre part, ne cessent d’évoluer et de se transformer au gré des bouleversements socio-politiques, idéologiques et artistiques. Objet culturel se développant considérablement durant le XXe siècle et en phase avec ces transformations, la revue semble se caractériser par son hétérogénéité, tant d’un point de vue du contenu (Curatolo 2014) que de la forme (Lacroix et Martel 2012). Cette hétérogénéité, résultat d’une collection de textes (articles, entretiens, compte-rendu, éditoriaux, etc.) par différents intellectuels, laisse place à l’expression de thématiques multiples selon des points de vue variés. La structure des revues et leur agencement formel participent dès lors à une mise à mal des classifications instituées du savoir et à un décloisonnement relatif des disciplines. De plus, la multiplicité des collaborateurs au sein d’une même revue suscite une mise en dialogue interne, opposée au caractère habituellement « monologal » de l’œuvre d’auteur, tout comme la multiplication de ces collectivités facilite l’émergence de débats et de polémiques entre différentes revues.

Par ailleurs, un rapport particulier se crée entre le savoir et une certaine temporalité que la revue met en œuvre au travers de son éclatement et de sa périodicité. En effet, par la transmission d’un état des travaux non abouti et par l’urgence de sa situation sociale, elle permet de saisir sur le vif un savoir en cours d’élaboration, constituant ainsi une forme de « mémoire immédiate » (Curatolo et Poirier 2002) faisant état d’une histoire des idées collectives (selon ce qu’ébauche sommairement Marc Angenot dans Angenot 2014). Le rythme des publications, les stratégies de positionnement et de repositionnement, la circulation des concepts et la nécessité de répondre aux besoins des lecteurs rendent ces savoirs intrinsèquement dynamiques et critiques, dans une constante interaction entre le monde social et les idées qui le façonnent. Comme le note Yves Peyré, dans Les Revues littéraires au XXesiècle, on trouve, d’une part, un « acte militant à la racine même de la revue » (Peyre, dans Curatlolo et Poirier 2002) et, d’autre part, la réponse à un besoin de mettre en scène, par une polyphonie de voix, un dialogue agissant sur la réalité sociale et se construisant par le profit de débats, de dissonances et de dissensions internes et externes.

Il nous semble dès lors intéressant d’étudier le rapport que les revues entretiennent avec les savoirs au travers du lien particulier que ceux-ci développent avec le format de la revue. Cet éclatement formel serait-il l’expression d’une dispersion et d’une fragmentation des connaissances ou au contraire d’une collection, d’un rassemblement par juxtaposition et par totalisation des points de vue ?

Hypothèses

Deux hypothèses seront mises à l’épreuve lors de ces journées, l’une questionnant une certaine historicité de la revue (i), l’autre portant sur la dimension performative de celle-ci (ii). À partir de la tentative d’Yves Peyré de constituer une « généalogie de la revue moderne », nous voudrions interroger la délimitation d’une période allant de 1920 à 1980 en ce qu’elle constitue un possible âge d’or des revues (i). Les années 1920 sont le premier temps d’un positionnement collectif d’intellectuels (artistes, auteurs, critiques, philosophes ou scientifiques) en réaction au trauma de la Grande Guerre, élément déterminant dans la construction de leur rôle critique. Les années suivantes sont marquées par une succession de traumatismes et d’événements hautement polémiques et fortement polarisants (fascismes, Shoah, Guerre Froide, décolonisation, luttes ouvrières et sociales, croissance économique des Trente Glorieuses, essor du capitalisme et effondrement de l’URSS, etc.) ainsi que par une progression croissante, bien au-delà des frontières nationales, de la responsabilité de l’intellectuel dans les débats politiques, idéologiques et culturels. Les années 1980, quant à elles, signent un déclin relatif de l’intérêt des intellectuels pour la chose publique, leur parole n’étant plus guère écoutée en tant qu’autorité morale. En réaction à ce phénomène, les revues qui étaient un des organes d’expression de ce discours intellectuel se spécialisent et se replient sur une scientificité, désormais éloignée de toute action directe sur le monde. Délimiter à nouveaux frais les frontières temporelles d’un âge d’or de la revue permettrait de faire intervenir de nouveaux éléments dans cette « généalogie de la revue moderne », notamment au contact d’autres espaces géographiques[1] et à la croisée de nouvelles disciplines[2].

À la fois vecteur et produit des grandes mutations des pôles et axes culturels, littéraires et universitaires internationaux, la revue constitue un des lieux essentiels d’élaboration des diverses transformations sociales (voir l’introduction théorique de Popovic 2013). Il nous faudra questionner les appellations de ces revues que l’on peut réunir provisoirement autour de l’étiquette générale de « revue de création culturelle et intellectuelle » englobant les termes de « revue de critique et de théorie littéraire » (de La NRF et La Révolution surréaliste à L’Ire des vents en passant parCritiqueLa Table ronde, Tel Quel et Poétique), « revue d’intervention » (Socialisme ou barbarieArguments), « cahiers » (Les Cahiers du Sud, Les Cahiers du chemin,Les Cahiers de la Pléiade), « revue de sciences sociales » (Langages,Communications, Les Actes de la recherche en sciences sociales) ou encore « revue politique » (EspritLes Temps Modernes). Ce trop rapide classement pose une série de problèmes épistémologiques – témoignant de l’hétérogénéité des projets et de la porosité des frontières –, mais présente en même temps l’avantage de mettre en lumière la complexité et l’importance d’un choix judicieux des appellations à l’intérieur d’un espace sociodiscursif en constante mutation. Considérée comme un lieu de production dynamique des idées collectives, la revue est également un espace d’intervention. Bien qu’il puisse paraître à certains égards contestable de parler, des années 1920 à 1980, de la revue comme d’une praxis au sens marxiste, l’objectif souvent affirmé (dans les textes de présentation, les repositionnements, les ruptures et les reprises) est toutefois celui d’une intervention (Nareau 2011) se construisant tantôt comme un questionnement réflexif sur les diverses disciplines, tantôt en tant que pragmatique répondant à l’urgence de l’action (ii). Il s’agit alors d’interroger les effets attestés des revues (au travers notamment de l’explicitation de leurs projets dans les textes de présentation) au sein des champs théoriques et pratiques. La deuxième hypothèse que nous proposons est de concevoir les revues comme autant de modélisations de ce processus d’intervention modifiant en profondeur, tout en les accentuant, les dimensions critique et pragmatique du savoir (traversant et traversé par le monde social).

Axes de travail

Ces journées d’étude auront comme ambition d’interroger les particularités formelles, conceptuelles et thématiques propres aux revues. Trois axes principaux peuvent être développés comme suit :

(i) Le premier étudiera la revue en tant que médiation, comme le lieu d’expression d’une création formelle et conceptuelle particulière (Lacroix et Martel 2012). Les différentes revues semblent se distinguer des autres discours par leur forme propre, mais également – c’est là une hypothèse à questionner – d’un point de vue rhétorique, stylistique et thématique. Il semble primordial de mettre en œuvre uneanalyse formelle des textes produits et publiés par les revues, dans une prise en compte de leurs particularités résultant d’une matérialité et d’un médium singuliers (par rapport aux autres types de discours avec lesquels elles entretiennent pourtant toute une série de relations : romans, essais, ouvrages de type scientifique, interventions publiques, etc.).

(ii) Deuxièmement, il faudra interroger les dialogues construits entre revues par les stratégies de positionnement et de repositionnement, notamment grâce aux textes de présentation et éditoriaux. Les notions d’interdiscours et de formation discursive (Foucault 1969 ; Pêcheux 1975 et Pêcheux 1990) permettront de situer les différentes productions au sein d’une même discursivité dynamique et de rapports dialogiques favorisant la circulation de concepts, de sujets et de traits stylistiques – une revue se positionne, souvent implicitement et inconsciemment, en réaction à des débats et polémiques ouverts par d’autres. Il sera également essentiel de comprendre la revue à la fois comme le produit de l’influence d’un contexte socio-culturel mais en même temps comme un discours singulier, constitutif de ce contexte[3].

(iii) Enfin, il sera intéressant de questionner, d’un point de vue épistémologique, la notion de frontière induite par les différents types de discours et de disciplines : la revue est vue comme une intersection, comme un espace interdisciplinaire, interdiscursif et interculturel. Il peut dès lors s’y élaborer un discours pluriel et complexe à la croisée de lieux d’énonciation différents. Si l’homogénéité thématique et formelle semble difficilement envisageable dans le cas des revues, cette composante peut servir de point de départ pour une réflexion épistémologique prenant en compte le décloisonnement des frontières disciplinaires, nationales et culturelles.

Si le domaine français a été privilégié dans cette présentation, il est évident que de nombreuses revues se créent dans les espaces géographiques voisins (voir ci-dessus la note 1). De même, les revues d’expression française ne délaissent nullement le rapport qu’elles entretiennent aux cultures étrangères en créant un discours sur celles-ci, les représentations qui en découlent différant selon leurs points de vue et leurs projets politiques. Il apparaît dès lors essentiel d’investiguer les rapports se construisant entre différentes nations au travers des revues à partir de la question suivante : quels sont les échanges, les débats, les questionnements que pose l’altérité culturelle et nationale ? Puisque la revue permet l’expression d’une série d’approches méthodologiques et de points de vue pluriels, ces deux journées devront en être la représentation, en donnant la parole à des philosophes, littéraires, analystes du discours, sociologues et historiens. Cette perspective devrait en effet permettre de cerner la complexité d’un phénomène aux multiples facettes, dans une conjugaison d’approches et de disciplines enrichissant l’analyse d’un objet dont la particularité semble résider dans l’éclatement et l’hétérogénéité. L’objectif des journées sera de dégager et de questionner des méthodologies et des outils critiques susceptibles d’enrichir la recherche relative aux différentes formes de revues de création culturelle et intellectuelle.

Programme

Université de Liège

22 juin 2016 – Salle des Professeurs

14h00 : Présentation des journées d’étude

Discours, énonciation, rhétorique

Président de séance : Demoulin Laurent

  • 14h30 : Lacroix Michel (UQAM) : « Sciences sociales, revues et reconfigurations discursives : les cas de La Nouvelle Revue française (1935-1940) et de Parti pris(1963-1968) »

15h00 : Discussion

  • 15h15 : Nadon Rachel (Université de Montréal) : « Enjeux énonciatifs et discursifs dans les revues québécoises : quelques propositions méthodologiques à partir deLiberté »

15h45 : Discussion

16h00 : Pause-café

  • 16h15 : Franck Thomas (ULg) et Lorent Fanny (ULg) « La trajectoire idéologique de Genette de Socialisme ou barbarie à Poétique : apports théoriques d’un exemple heuristique »

16h45 : Discussion

  • 17h00 : Provenzano François (ULg) : « Le projet critique de la linguistique : essai de typologie à partir de Langages, Communications et Arguments »

17h30 : Discussion

19h00 : Dîner

23 juin 2016 – Salle des Professeurs

Dialogues et transferts internationaux

Présidente de séance : Letawe Céline

  • 09h30 : Hermetet Anne-Rachel (Angers) : « Discours critiques et pratiques traductives : questions d'interculturalité dans les revues littéraires françaises au XXesiècle »

10h00 : Discussion

  • 10h15 : Glorie Caroline (ULg) : « Walter Benjamin à propos des surréalistes : un enrichissement franco-allemand à partir d’une expérience littéraire de la fin des années vingt »

10h45 : Discussion

11h00 : Pause-café

  • 11h15 : Guay Élyse (UQAM) : « Reconstitution du réseau transaméricain des revues francophones (1941-1948) : fonds d'archives et correspondances en Belgique et en France »

11h45 : Discussion

12h00 : Déjeuner

Histoire culturelle et humanités critiques

Présidents de séance : Hamers Jeremy et Janvier Antoine

  • 13h30 : Berthomier Maud (Paris III) : « Rolling Stone magazine : point de repère ou point de rupture dans l’histoire de la critique rock américaine ? »

14h00 : Discussion

  • 14h15 : Blandin Claire (Paris Est) : « L’exportation d’un modèle de magazine : Géo de l’Allemagne à la France »

14h45 : Discussion

15h00 : Pause-café

  • 15h15 : Cormann Grégory (ULg) : « Les humanités critiques et les revues de sciences humaines (1920-1980) : remarques socio-biographiques à partir de quelques ouvrages récents »

15h45 : Discussion

16h00 : Conclusions des journées d’étude

[1] Pour ce qui est de l’espace allemand, on peut citer sommairement des revues de critique culturelle et intellectuelle telles que Merkur (1947), Alternativ (1964),Kursbuch (1965) ou, dans le domaine cinématographique, Akzente (1953), Filmkritik(1957), Frauen und Film (1974). Pour le cas de la Belgique, nous renvoyons au numéro 4 de la revue Contextes intitulé L’Étude des revues littéraires en Belgique. Concernant les revues québécoises, nous renvoyons au volume 14, numéro 2 deGlobe intitulé Les Revues culturelles au Québec.

[2] Bien qu’elles ne soient pas à proprement parler des revues de critique et de positionnement, il est utile de noter le développement de deux revues majeures dans le champ des études psychologiques : la Revue française de psychanalyse(1927) et le Journal de psychologie normale et pathologique (reprise par Meyerson en 1919).

[3] Voir à ce propos le concept deleuzien de déterritorialisation repris par Angenot dans sa théorie de l’analyse du discours (« Déterritorialisation », dans 1889. Un état du discours social) ainsi que ceux, castoriadiens, d’imaginaire institué et d’imaginaire instituant actualisés par Popovic dans sa sociocritique (« Introduction », dans La Mélancolie des Misérables. Essai de sociocritique).  

Lien de l'affiche : https://www.dropbox.com/sh/lqli1gxeiq0r7r4/AACrxnWcrQnHdOCoBjdjVuu9a/Affiche_Genach_impression_3.pdf?dl=0

Lieux

  • Salle des Professeurs - Place du 20 août
    Liège, Belgique (4000)

Dates

  • mercredi 22 juin 2016
  • jeudi 23 juin 2016

Mots-clés

  • revues

Contacts

  • Thomas Franck
    courriel : thomas [dot] franck [at] ulg [dot] ac [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Thomas Fanck
    courriel : thomas [dot] franck [at] ulg [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Pratiques culturelles et savoirs : les revues et la recomposition des frontières », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 14 juin 2016, http://calenda.org/370210