AccueilInterdisciplinarités : rencontres entre les disciplines, enjeux, dispositifs, freins et leviers

Interdisciplinarités : rencontres entre les disciplines, enjeux, dispositifs, freins et leviers

Interdisciplinarity - encounters between disciplines, issues, measures, breaks and levers

Recherches en didactique des sciences et des technologies – RDST, numéro 19 (2019)

Recherches en didactique des sciences et des technologies – RDST journal, issue 19 (2019)

*  *  *

Publié le vendredi 10 mars 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le thème de l’interdisciplinarité est un thème fréquemment abordé dans les recherches en didactique des sciences et des technologies, qu’il s’agisse de questionner les enjeux, les dispositifs et leur efficience, ou encore les freins ou les leviers susceptibles de favoriser la mise en œuvre de pratiques interdisciplinaires dans l’enseignement. On peut citer notamment le numéro 30 de la revue Aster, paru en l’an 2000, qui abordait cette question en soulignant déjà qu’il s’agissait d’un thème largement débattu, mais au cœur de l’actualité. Si on peut faire le même constat aujourd’hui, on peut se demander si les problématiques liées à l’interdisciplinarité se posent exactement de la même manière près de 20 ans plus tard du fait des évolutions à la fois de l’institution scolaire et de celles de la recherche académique.

Annonce

Coordonné par Valérie Munier et Jean-Marc Lange

Argumentaire

Le thème de l’interdisciplinarité est un thème fréquemment abordé dans les recherches en didactique des sciences et des technologies, qu’il s’agisse de questionner les enjeux, les dispositifs et leur efficience, ou encore les freins ou les leviers susceptibles de favoriser la mise en œuvre de pratiques interdisciplinaires dans l’enseignement. On peut citer notamment le numéro 30 de la revue Aster, paru en l’an 2000, qui abordait cette question en soulignant déjà qu’il s’agissait d’un thème largement débattu, mais au cœur de l’actualité. Si on peut faire le même constat aujourd’hui, on peut se demander si les problématiques liées à l’interdisciplinarité se posent exactement de la même manière près de 20 ans plus tard du fait des évolutions à la fois de l’institution scolaire et de celles de la recherche académique.

Ainsi depuis de nombreuses années, on voit apparaître dans les textes officiels des injonctions, des dispositifs visant à favoriser au sein des classes les rencontres entre les disciplines. Dans l’enseignement secondaire nombre d’entre eux se sont succédé, ces dispositifs privilégiant des approches par compétences et de type projet. On peut citer pour le collège les itinéraires de découvertes (IDD), les thèmes de convergence et les expérimentations d’un enseignement intégré des sciences et de la technologie (EIST), pour le lycée les TPE, les options « Sciences » ou encore les enseignements d'exploration « Méthodes et pratiques scientifiques ». Plus récemment encore, l’introduction des parcours (santé, citoyenneté, etc.) dans la scolarité et celle des EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires) au collège doivent permettent de « construire et d'approfondir des connaissances et des compétences par une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective » en associant plusieurs disciplines pour aborder des thématiques interdisciplinaires, par exemple « Transition écologique et développement durable » ou « Sciences, technologie et société », en accordant une place importante aux débats.

Si les curricula prescrits formalisent en partie ces approches, parfois de façon hétérogène et fluctuante, de nombreuses recherches montrent des difficultés réelles d’applications de ces curricula, qu’il s’agisse de difficultés dues à la politique éducative et à un manque de soutien institutionnel, ou de difficultés pratiques des enseignants (pour une synthèse voir par exemple le dossier de veille de l’IFE « Éduquer au-delà des frontières disciplinaires »).

Par ailleurs, dans le monde de la recherche académique des évolutions des thématiques et des pratiques semblent se dessiner, bousculant les frontières disciplinaires : questionner la sécurité alimentaire mondiale, lutter contre « la 6e extinction des espèces », maîtriser les maladies émergentes, protéger les sols et favoriser leur capacité de stockage de carbone, etc., tout cela suppose une solide interdisciplinarité. Ces questions se présentent comme autant de défis sociétaux. Elles constituent en cela des questions politiques mobilisatrices que les institutions de recherche sont sommées de prendre en charge. S’agissant de questions sociétales, nulle discipline ne peut à elle seule y répondre. Ces pratiques académiques émergentes ne sont pas pour autant exemptes de difficultés ou d’orientations concurrentes : s’agit-il de construire une grammaire commune en vue de l’élaboration d’un référentiel commun ou bien de confronter les formes de connaissances établies mises au service de l’élaboration de solutions innovantes ? L’entrée par ces objets de recherche constitue un changement en profondeur du mode d’organisation du monde de la recherche et de son mode de financement (notamment au travers des appels à projets de type ANR, Horizon 2020), et interpelle la pluralité des sciences. Ces pratiques de sciences impliquées constitueraient ainsi une rupture épistémologique majeure à l’œuvre dans l’ensemble des mondes académiques au niveau international.

Ces évolutions épistémologiques sur la manière de penser, voire reconfigurer les disciplines, les frontières entre les disciplines académiques peuvent être mises en relation avec l’évolution de ce que Martinand appelle les « matières scolaires » pour les distinguer des disciplines académiques. Actuellement les programmes et curricula nationaux et internationaux mettent l’accent sur la nécessité d’aborder avec les élèves des questions complexes et une des missions affichées de l’École et de contribuer à l’éducation des élèves pour qu’ils soient capables de s’intégrer, d’agir dans la société de demain. Cela nécessite de penser des approches qui ne se limitent pas à une seule discipline scolaire. Ainsi l’émergence des éducations à dans le monde scolaire de la sphère francophone dans les années 1970 peut être considérée à la fois comme un retour, paradoxal, de la question éducative dans l’École et comme une mise en correspondance de celle-ci avec les bouleversements académiques évoqués plus haut : entrée par des enjeux et défis sociétaux, mises à contribution des disciplines. La question de la prise en charge de ces questions et de leur formalisation dans le socle commun des compétences et connaissances, au sein des disciplines scolaires ou dans des parcours spécifiques comme la tendance semble se dessiner, est alors posée dans ses implications organisationnelles, professionnelles et identitaires. Cela interroge les didactiques disciplinaires dans leurs structurations et interrelations.

Dans ce numéro de RSDT, plusieurs questions peuvent être traitées.

Les approches interdisciplinaires et leurs conditions théoriques et pratiques de mise en œuvre pourront être questionnées d’un point de vue épistémologique et didactique. La question des interdépendances entre évolutions institutionnelles et évolutions dans le champ de la recherche académique pourra également être abordée.

Les propositions d’article pourront être centrées sur les enseignants, qu’il s’agisse d’études des pratiques des enseignants (pratiques ordinaires, dans le cadre de dispositifs collaboratifs comme les LéA) ou de recherches portant sur le développement de ces pratiques et sur la formation des enseignants, par exemple :

  • Comment les approches interdisciplinaires préconisées dans les curricula amènent-elles à une reconfiguration, à des évolutions de l’identité professionnelle/disciplinaire des enseignants et de leurs compétences professionnelles ? Peut-on mettre en évidence des spécificités liées aux ordres d’enseignement (primaire versus secondaire) comme par exemple la mono/bi/polyvalence des enseignants aux approches interdisciplinaires.
  • En quoi ces approches font-elles évoluer les pratiques des enseignants ?
  • Quels sont les impacts des dispositifs de formation initiale et continue sur les pratiques des enseignants ?
  • Quels freins ou leviers peuvent représenter les approches interdisciplinaires dans les établissements scolaires/en formation ?

Les propositions d’article pourront également questionner les impacts des nouveaux dispositifs interdisciplinaires du point de vue de leur efficience et de leurs effets sur les apprentissages des élèves en relation avec la diversité des pratiques.

Enfin, elles pourront aborder la question de l’évaluation : comment évaluer ces dispositifs qui ne se prêtent pas à une évaluation classique, c’est-à-dire en termes de score individuel d’acquisition/restitution de connaissances ? Comment l’évaluation peut-elle intégrer les compétences spécifiques liées à l’interdisciplinarité, quelle est la nature de ces compétences ? Comment l’évaluation prend-elle en charge la question de la complexité ?

Des recherches curriculaires, questionnant la place de l’interdisciplinarité dans l’histoire de l’enseignement des sciences et des technologies pourront également trouver leur place dans ce numéro thématique.

Modalités de soumission

Date limite de réception des articles : 15 mai 2018

Les propositions devront être adressées par courrier électronique à l’adresse : revue.rdst@ens-lyon.fr ; il vous sera retourné un accusé de réception.

Voir le document «  Consignes aux auteurs » http://rdst.revues.org/634 pour les consignes générales et techniques.

Varia

La revue reçoit toute l’année des propositions d’articles de varia dans son champ de recherche. Ces propositions qui peuvent être, soit des articles de recherche, soit des comptes rendus d’innovation, sont à envoyer à l’adresse revue.rdst@ens-lyon.fr

Directeur de la publication

  • Jean-François PINTON, président de l’ENS de Lyon

Rédacteurs en chef

  • Isabelle KERMEN, université d’Artois, LDAR
  • Yann LHOSTE, université de Bordeaux, ESPE d’Aqui- taine, laboratoire ESD/LACES

Secrétaire de rédaction

  • Cécile MALHEY-DUPART, ENS de Lyon

Comité de rédaction

  • Karine BÉCU-ROBINAULT, université Lumière- Lyon2, CNRS, ENS de Lyon, UMR ICAR
  • Magali FUCHS-GALLEZOT, université Paris-Sud, ESPE de Versailles, DidaScO-EST
  • Jacques GINESTIÉ, université Aix-Marseille, ESPE Aix-Marseille, ADEF
  • Cécile de HOSSON, université Denis-Diderot-Paris 7, LDAR
  • Nathalie MAGNERON, université d’Orléans, ESPE Centre Val de Loire, STEF (ENS Cachan, ENS de Lyon-Ifé)
  • Laurence MAURINES, université Paris-Sud-Paris 11, laboratoire de didactique des sciences d’Orsay, DidaScO-EST
  • Valérie MUNIER, université de Montpellier 2, ESPE du Langedoc-Roussillon, laboratoire LIRDEF
  • Christian ORANGE, université libre de Bruxelles, université de Nantes, CREN
  • Denise ORANGE-RAVACHOL, université Lille3-Charles-de-Gaulle, CIREL-Théodile
  • Martine PAINDORGE, université de Lorraine, archives Henri Poincaré
  • Patricia SCHNEEBERGER, université de Bordeaux, ESPE d’Aquitaine, laboratoire ESD/LACES
  • Laurence SIMONNEAUX, université de Toulouse, ENFA, UMR EFTS
  • Patrice VENTURINI, université Toulouse-Le Mirail- Toulouse 2, ESPE de Midi-Pyrénées, UMR EFTS

Dates

  • mardi 15 mai 2018

Mots-clés

  • interdisciplinarité, discipline, didactique

Contacts

  • Cécile Malhey-Dupart
    courriel : revue [dot] rdst [at] ens-lyon [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Cécile Malhey-Dupart
    courriel : revue [dot] rdst [at] ens-lyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Interdisciplinarités : rencontres entre les disciplines, enjeux, dispositifs, freins et leviers », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 10 mars 2017, http://calenda.org/398578