AccueilLes frontières de la science politique française

Les frontières de la science politique française

The borders between French political science

Maquette d'enseignement, manuels, thématiques et définitions professionelles

Teaching plans and manuals and professional themes and definitions

*  *  *

Publié le mardi 18 avril 2017 par Céline Guilleux

Résumé

La science politique française a récemment connu des transformations relativement profondes. L'ouverture d'une quinzaine de nouvelles formations de licence a transformé matériellement et symboliquement la place de l'enseignement dans la discipline. Le manque de postes d'enseignement titulaires et l'augmentation massive du recours aux vacations a fragilisé en même temps le corps des enseignants en science politique. L'impact de ces développements sur la discipline n'est que peu connu. Cette journée d'étude propose d'analyser les transformations de la discipline sur trois terrains différents : les maquettes d'enseignement, les manuels (de la science politique française) et les perceptions des frontières de la discipline.

Annonce

Argumentaire

La science politique française a récemment connu des transformations relativement profondes. L'ouverture d'une quinzaine de nouvelles formations de licence a transformé matériellement et symboliquement la place de l'enseignement dans la discipline. Le manque de postes d'enseignement titulaires et l'augmentation massive du recours aux vacations a fragilisé en même temps le corps des enseignants en science politique. L'impact de ces développements sur la discipline n'est que peu connu. Cette journée d'étude propose d'analyser les transformations de la discipline sur trois terrains différents : les maquettes d'enseignement, les manuels (de la science politique française) et les perceptions des frontières de la discipline.

Les maquettes d'enseignement, malgré leur position centrale dans la structuration de l'enseignement de la science politique, n'ont pas fait l’objet d'une réelle réflexion dans la discipline jusqu'à présent. Elles font souvent l’objet de discussions importantes à l’échelle des établissements, où il faut à la fois prendre en compte l’articulation avec d’autres cursus et les contraintes de coût. Les échanges à l’échelle de la discipline sont plus rares. Pour les alimenter, l’un des objectifs de la journée d'étude sera de présenter et de comparer les maquettes de licence de la science politique sur les cinq dernières années. La nouvelle procédure d’accréditation ouvrant la possibilité de faire évoluer les maquettes en cours de contrat, il faudra également être attentif aux éventuelles évolutions à la marge apportées chaque année.

Les manuels de référence de la discipline constituent une autre porte d'entrée pour saisir l'impact des transformations en cours sur la définition même de la science politique française. Leur nombre a augmenté et leurs découpages de la science politique varient. Le second objectif de cette journée d'étude sera de comprendre la façon dont les manuels donnent à voir l’organisation interne de la discipline en s’interrogeant sur les déplacements qu’ils peuvent produire.

Enfin, les frontières de la discipline sont devenues de plus en plus incertaines, avec l'injonction croissante à l'interdisciplinarité et à l'internationalisation de la discipline, mais aussi l'importation de savoirs transdisciplinaires sous forme de « studies », et la diversification forte de ses objets. En même temps, la discipline travaille à assurer ses frontières : la conception de cursus universitaires, la qualification pour le concours de maître de conférences ou de professeur d'université sont ainsi des moments de définition (quoique instable) de frontières. A partir de quelques champs d’étude (par exemple les relations internationales, les institutions politiques ou encore les études de genre), le troisième objectif de la journée d'étude sera de réfléchir à la façon dont se structurent les débats sur ce qui relève de la science politique et comment la discipline se positionne par rapport aux autres sciences sociales.

Programme

Table 1. Les définitions institutionnelles de la discipline : retour sur les expériences des organisations professionnelles

10h00 – 12h30

Anne-Cécile DouilletCNU 04

  • Hélène Combesancien membre de la section 40 du CNRS
  • Yves Deloyeancien secrétaire général de l'AFSP
  • Jan Worlein et Julien O'Miel, ANCMSP

Table 2. Manuels et maquettes : qu'enseigne-t-on en science politique en France ?

14h00 -15h30

  • Phillipe RiutortLycée Henry IV/LCP - IRISSO
  • Nathalie Ethuin, Université de Lille/CERAPS
  • Anne-France Taiclet et Willy BeauvalletUniversité Lyon 2/TRIANGLE

Table 3. Les frontières thématiques : y a-t-il des « studies » en science politique française ?

 16h00 –17h30

  • « Comme on a entendu parler de nous, on croit que c'est acquis ». La place minoritaire du genre dans les enseignements de science politique en France, Marie Perrin, Université Paris 8, CRESPPA-CSU
  • « La place de l'aire culturelle « Amérique Latine » dans la science politique française », Hélène Combes, Sciences Po/CERI

Lieux

  • CERAPS - salle R346 - 1 place Déliot
    Lille, France (59)

Dates

  • mercredi 19 avril 2017

Mots-clés

  • science politique française, discipline, enseignement, manuel

Contacts

  • Jan Worlein
    courriel : janworlein [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Jan Worlein
    courriel : janworlein [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les frontières de la science politique française », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 18 avril 2017, http://calenda.org/402281