AccueilHéritages de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques

Héritages de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques

Herencias de Frantz Fanon en las artes y la literatura de las Américas

Frantz Fanon’s Legacy in the Literature and the Arts of the Americas

Journées d’étude

Jornadas de estudio

One-day conferences

*  *  *

Publié le vendredi 28 juillet 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Ces journées d'étude visent à analyser la portée de la pensée et du style fanoniens dans les productions artistiques et culturelles des Amériques. Cette démarche apparaît comme une nécessité épistémologique, tant en raison de l’attachement de Fanon à la création et la défense d’une culture nationale qu’en raison de son propre soin apporté à l’écriture et de son intérêt manifeste pour la littérature. En raison de la perspective résolument transdisciplinaire des journées « Héritages de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques », tous les pays et territoires des Amériques et des Caraïbes, quelles que soient leurs langues, sont concernés par cet appel, de même que tous les arts, de la littérature au cinéma en passant par la peinture, la sculpture, la chanson, le street art (comme à Bogota par exemple), etc. Les approches comparatistes entre deux zones géographiques seront bienvenues, mais ne sont pas exigées.

Annonce

Journées d’étude 15 décembre 2017 (Tours) et 6 avril 2018 (Dijon)

 Argumentaire

« Encore un livre sur Fanon ? », s’interrogeait il y a quelques années Lylian Kesteloot dans sa préface à l’ouvrage Frantz Fanon, l’homme de rupture, d’Abdelkader Benarab (2010 : 9). On pourrait en dire autant des présentes journées d’étude autour de la figure emblématique de Frantz Fanon, à la « pensée métamorphique » (Mbembé 2012 : 9), dont l’œuvre « a permis la constitution d’un champ d’études foisonnant, rhizomatique et, aujourd’hui, de portée planétaire. » (Mbembé 2011 : 12) L’universalité et l’actualité de Fanon ne font en effet aucun doute, comme en témoigne l’abondance, en ce début de millénaire, de littérature critique et d’événements qui lui sont consacrés, tant en France qu’en Europe, en Afrique ou dans les Amériques[1]. Cependant, le champ des études fanoniennes présente deux lacunes : d’une part, il ne s’est que minoritairement intéressé à l’impact de la pensée de Fanon dans les arts et la littérature, les lectures sociologiques, historiques ou psychologiques étant largement dominantes. D’autre part, si de nombreux travaux ont été menés sur les résonances de la pensée de Fanon aux États-Unis[2] et (dans une moindre mesure) en Amérique Latine, il n’existe pas à ce jour d’étude large qui prenne en compte l’ensemble des Amériques, Caraïbes comprises, dans une perspective de dialogue entre ces aires géographiques. Les journées d’étude « Héritages de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques » tenteront donc de répondre à cette double ambition, en donnant la possibilité d’un échange entre des sous-continents séparés par la critique, et en se centrant essentiellement sur l’impact de Fanon dans le monde artistique et littéraire.

Aborder l’œuvre et la pensée de Frantz Fanon par le prisme des arts et de la littérature n’est sans doute pas la démarche qui s’impose de prime abord. Pourtant, Fanon portait à ces expressions culturelles un intérêt certain, comme l’indiquent ses développements sur la culture nationale, qu’il concevait comme une condition nécessaire à la constitution d’une nation et à l’émancipation des peuples (Fanon 2002). Il avait suivi à Fort-de-France les cours d’Aimé Césaire, à qui il vouait une grande admiration, fut lui-même l’auteur de poèmes inédits (Cherki 2011 : 22) et de deux pièces de théâtre, L’Œil se noie et Les mains parallèles, publiées récemment (Khalfa, Young 2015), participa en 1959 au Deuxième Congrès des Écrivains Noirs à Rome et réalisa dans ses essais un véritable travail linguistique :

Au-delà des énoncés, et dès ses premiers textes, il bouleverse la langue française par l’infiltration sémiotique de la langue même. Pulsation, rythme, présence des images qui cherchent les mots qui fassent métaphore. Écriture où le concept ne peut advenir qu’à partir du travail des pulsions, des bribes de langue liées au corps, des représentations associées aux sensations. La langue de Fanon ne s’embarrasse pas d’une distinction entre langue orale et langue écrite, elle bouleverse la ponctuation, elle est truffée d’images issues du corps et des sensations. Elle procède de déconstructions de la pensée et de reconstructions à partir de métaphores musculaires. Elle vient ici altérer, bousculer la langue française. (Cherki 2011 : 274-275)

Analyser la portée de la pensée et du style fanoniens dans les productions artistiques et culturelles des Amériques apparaît donc comme une nécessité épistémologique, tant en raison de l’attachement de Fanon à la création et la défense d’une culture nationale qu’en raison de son propre soin apporté à l’écriture et de son intérêt manifeste pour la littérature.

Axes thématiques

Les journées d’étude pourront s’articuler autour des axes suivants (non exclusifs) :

  • Modalités d’expression : sous quelle forme décèle-t-on les traces de la pensée de Fanon dans les arts et la littérature des Amériques ? S’agit-il de citations (explicites, implicites), d’hommage, de commentaire, d’imitation (notamment en termes de style), etc. ? Les artistes s’inspirent-ils directement des textes de Fanon, ou la réappropriation est-elle indirecte (par le biais par exemple des théoricien·ne·s américain·e·s[3] sur le genre, la post- et décolonialité et/ou l’intersectionnalité, héritier·e·s de Fanon) ; consciente, inconsciente ?
  • Thèmes les plus exploités : y a-t-il concordance avec les thématiques qui ont été le plus analysées ou controversées dans la production critique (la violence, la culture nationale, la question des femmes et de l’homosexualité…) ? Peut-on observer une prise de distance ? Une réélaboration ? Quels sont les ouvrages de Fanon qui bénéficient de la plus grande attention dans les arts ? Existe-t-il dans les productions artistiques une communauté d’intérêt pour les thèses de Fanon sur le racisme, le colonialisme et la négrophobie et sur quoi se base-t-elle ?
  • Question de la traduction : comme l’indique Neelam Srivastava (Khalfa, Young 2015 : 652), Fanon avait le souci de la traduction, aussi bien linguistique que culturelle, de ses thèses anti-impérialistes (nourries de son expérience en Algérie) à d’autres contextes, notamment africain et américain[4]. Quelles sont les modalités de transposition, dans les arts et la littérature, des théories fanoniennes aux différentes réalités américaines ? Peut-on parler de relations d’analogie ? De source d’inspiration ? Le panafricanisme de Fanon, par exemple, trouve-t-il un écho chez les artistes américain·e·s sous la forme d’un panaméricanisme ou d’une unité caribéenne – par ailleurs défendue en quelque occasion par Fanon lui-même (Cherki 2011 : 190) ?
  • Perspective diachronique : comme évoqué précédemment, les travaux sur l’influence de Fanon dans les arts et la littérature des Amériques sont minoritaires. Les quelques études existantes portent essentiellement sur des artistes des années 1960[5]. On pourra par conséquent adopter une approche comparative afin d’analyser les spécificités contemporaines des héritages artistiques et littéraires de Fanon par rapport à d’autres périodes historiques : comment Fanon est-il relu par les artistes, près de 60 ans après sa disparition ? Que sont devenues certaines de ses théories considérées aujourd’hui comme datées, telles que celle de « l’homme nouveau », dont on sait qu’elle a largement inspiré Ernesto Che Guevara (Pérez Álvarez 2013 : 312) ?

En raison de la perspective résolument transdisciplinaire des journées « Héritages de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques », tous les pays et territoires des Amériques et des Caraïbes, quelles que soient leurs langues, sont concernés par cet appel, de même que tous les arts, de la littérature au cinéma en passant par la peinture, la sculpture, la chanson, le street art (comme à Bogota par exemple), etc. Les approches comparatistes entre deux zones géographiques seront bienvenues, mais ne sont pas exigées.

  • Interactions culturelles et discursives (ICD) – EA 6297 – Université François-Rabelais de Tours
  • Centre Interlangues - Texte, image, langage – EA 4182 – Université de Bourgogne-Franche-Comté

Modalités de soumission

La langue de communication sera de préférence le français, mais on acceptera également l’anglais et l’espagnol.

Les propositions, sous la forme d’un titre, d’un résumé d’environ 250 mots et d’une brève notice bio-bibliographique, devront parvenir avant le

1er novembre 2017

aux deux adresses suivantes : flora.valadie@u-bourgogne.fr et sophie.large@univ-tours.fr

Comité scientifique e d'organisation

  • Flora Valadié, MCF, Université de Bourgogne Franche-Comté
  • Sophie Large, MCF, Université François-Rabelais de Tours

Références citées et bibliographie (non-exhaustive)

  • BENARAB, Abdelkader, Frantz Fanon, l’homme de rupture, Paris, Alfabarre, 2010.
  • BENTOUHAMI, Hourya et DORLIN, Elsa, Frantz Fanon, Actuel Marx, no55 (1), 2014.
  • CAMPO, Javier, « Filmando teorías políticas: dependencia y liberación en La hora de los hornos », Política y Cultura, printemps 2014, 41, p. 65-88.
  • CHAULET-ACHOUR, Christiane, Frantz Fanon, l’importun, Montpellier : Éditions Chèvre-Feuille étoilée, 2004.
  • CHERKI, Alice, Frantz Fanon, portrait, Paris, Seuil, 2011.
  • CRUZ, Gustavo R., « Poder indio y poder negro: recepciones del pensamiento negro en Fausto Reinaga », Íconos. Revista de Ciencias Sociales, no51, janvier 2015, p. 29-46.
  • DE OTO, Alejandro, « Aimé Césaire y Frantz Fanon. Variaciones sobre el archivo colonial/descolonial », Tabula Rasa, 15, juillet-décembre 2011, p. 149-169.
  • FANON, Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris : Seuil, 1975 [1952].
  • FANON, Frantz, Pour la révolution africaine. Écrits politiques, Paris : Maspero, 1964.
  • FANON, Frantz, L’An V de la révolution algérienne, Paris : Maspero, 1959.
  • FANON, Frantz, Les damnés de la terre, Paris : La Découverte, 2002 [1961].
  • FANON-MENDES-FRANCE, Mireille, « Mon père, cet insoumis », in Fondation Frantz Fanon / Sortir du colonialisme, Frantz Fanon par les textes de l’époque, Paris : Les petits matins, 2012, p. 62-66.
  • KHALFA, Jean et YOUNG, Robert, Écrits sur l’aliénation et la liberté, Paris, La Découverte, 2015.
  • MACEY, David, Frantz Fanon : a Biography, New York : Picador USA, 2001.
  • MARTINS, Pablo, « Confluencias entre el pensamiento de Frantz Fanon y el de Paulo Freire. El surgimiento de la educación popular en el marco de la situación colonial », Educação, Vol. 37 (2), mai-août 2012, p. 241-256.
  • MBEMBE, Achille, « Préface », in FANON, Frantz, Œuvres, Paris : La Découverte, 2011, p. 9-21.
  • MBEMBE, Achille, « Préface », in Fondation Frantz Fanon / Sortir du colonialisme, Frantz Fanon par les textes de l’époque, Paris : Les petits matins, 2012, p. 7-22.
  • NAREAU, Michel, « Fanon, Cuba et autres Journal de Bolivie. L’Amérique latine à Parti pris comme modalité de libération nationale », Bulletin d’histoire politique, Vol. 23 (1), 2014, p. 126-138.
  • OLIVA, Elena ; STECHER, Lucía ; ZAPATA, Claudia (éds.), Frantz Fanon desde América Latina. Lecturas contemporáneas de un pensador del siglo XX, Buenos Aires : El Corregidor, 2013.
  • PÉREZ ÁLVAREZ, Gonzalo, « Frantz Fanon, John William Cooke y la creación heroica », Contracorriente, Vol. 11 (1), automne 2013, p. 306-327.
  • RACZKOWSKI, Christopher, « Chester Himes, Frantz Fanon and the Literary Decolonization of Harlem », Literature Interpretation Theory, vol23, 2012, p.1-25.
  •  RAMALLO, Francisco, « Pedagogía, liberación y negritud: Frantz Fanon como punto de inflexión para
  • (re)pensar las escrituras de las ideas pedagógicas en América Latina », http://www.idaes.edu.ar/pdf_papeles/4-25%20Ramallo.pdf, page consultée le 20 juin 2017.
  • READ, Alan, The Fact of Blackness: Frantz Fanon and Visual Representation, Seattle : Bay Press, 1996.
  • ROCCHI, Jean-Paul, « Littérature et métapsychanalyse de la race », Tumultes, Vol.31, 2008, p. 125-144.
  • VALDÉS LEÓN, Camila, « De cierta manera. Lecturas de Frantz Fanon en Sara Gómez », Cuadernos del Caribe, no19, juin 2015, p. 45-51.
  • WALLERSTEIN, Immanuel, « Leer a Fanon en el siglo XXI », New left review, no57, 2009, p. 109-119.
  • ZURBANO TORRES, Roberto, « Frantz Fanon, ¿un fantasma en el Caribe? », http://laventana.casa.cult.cu/noticias/2015/07/21/frantz-fanon-un-fantasma-en-el-caribe/, page consultée le 20 juin 2017.

[1] Il n’est pas possible ici de tous les recenser ; on pourra se référer à l’ouvrage fondamental d’Alice Cherki (2011) qui en liste un certain nombre. Voir également la bibliographie indicative jointe à cet appel, nécessairement incomplète.

[2] Voir quelques références dans la bibliographie indicative.

[3] Contrairement à l’usage abusif qui est fait de cet adjectif en France pour désigner les ressortissants états-uniens, nous entendons ici le terme « américain » dans son sens le plus vaste, renvoyant à l’ensemble des territoires conformant les Amériques.

[4] C’est d’ailleurs par le biais de la traduction en espagnol réalisée par Ernesto Che Guevara que l’œuvre de Fanon s’est diffusée en Amérique Latine (Fanon-Mendès-France 2012 : 66) ; de même, la traduction anglaise des Damnés de la terre aux États-Unis en 1965 a contribué à l’impact considérable qu’eut Fanon auprès des Noirs états-uniens (Cherki 2011 : 248-251)

[5] Voir la bibliographie indicative.

Lieux

  • 3, rue des Tanneurs
    Tours, France (37041)
  • 2, boulevard Gabriel
    Dijon, France (21000)

Dates

  • mercredi 01 novembre 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Frantz Fanon, Amérique Latine, USA, Canada, Caraïbes, littérature, peinture, sculpture, photographie, cinéma, intersectionnalité, études postcoloniales, études décoloniales

Contacts

  • Sophie Large
    courriel : sophie [dot] large [at] univ-tours [dot] fr
  • Flora Valadié
    courriel : flora [dot] valadie [at] u-bourgogne [dot] fr

Source de l'information

  • Sophie Large
    courriel : sophie [dot] large [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Héritages de Frantz Fanon dans les arts et la littérature des Amériques », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 28 juillet 2017, http://calenda.org/412899