AccueilL’existence humaine comme terrain

L’existence humaine comme terrain

Human existence as terrain

*  *  *

Publié le vendredi 20 octobre 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Peut-on considérer l’existence comme un objet d’étude à part entière ? Quand on parle d’existence, qu’est-ce qu’on désigne ? Quels instruments et quelles méthodes peut-on utiliser et à quelles disciplines peut-on avoir recours afin de mieux saisir l’existence ? L’existence dont nous voulons parler, c’est celle des humains. L’existence, n’est-ce pas celle d’individus en particulier ? Comment les observer ? A propos d’existence, est-il pertinent de parler de recherche de terrain ? Dans ce colloque, nous entendons nous focaliser sur l’existence et sur ses composantes possibles afin de répondre à ces quelques interrogations et sans aucun doute à d’autres encore. 

Annonce

Argumentaire

Peut-on considérer l’existence comme un objet d’étude à part entière ? Quand on parle d’existence, qu’est-ce qu’on désigne ? Quels instruments et quelles méthodes peut-on utiliser et à quelles disciplines peut-on avoir recours afin de mieux saisir l’existence ? L’existence dont nous voulons parler, c’est celle des humains. L’existence, n’est-ce pas celle d’individus en particulier ? Comment les observer ? A propos d’existence, est-il pertinent de parler de recherche de terrain ? Dans ce colloque, nous entendons nous focaliser sur l’existence et sur ses composantes possibles afin de répondre à ces quelques interrogations et sans aucun doute à d’autres encore. L’existence – comme notion et comme pratique – est fuyante, non facilement maîtrisable à l’intérieur d’une seule forme de savoirs ou de théories. L’existence paraît presque évidente. Chacun vit le plus souvent dans la routine. Penser l’existence implique au contraire de révéler, entre autres, les automatismes qui la caractérisent et d’en donner une définition anthropologique. L’existence tend aussi à s’écouler de manière implicite et à faire surface quand un fait imprévu bouleverse la routine, fait irruption dans l’ordinaire et en change sa régularité. Chacun alors réfléchit – ou est contraint de réfléchir – sur le « sens » de l’existence confrontée à la violence, la mort, la maladie ou un accident. Il n’est pas surprenant, par conséquent, de voir que le sens attribué à l’existence soit étroitement associé aux rites mis en œuvre par les cultures afin de domestiquer le danger représenté par diverses souffrances et vulnérabilités. Il est également probable qu’une réflexion anthropologique sur l’existence conduise à une nouvelle définition de l’exotisme et de l’ethnographie car, en tant qu’objet d’étude, l’existence peut difficilement être considérée comme un ailleurs exotique. A partir de ces différents points, on entend dans ce colloque, interroger, d’une part, les aspects ordinaires et/ou extraordinaires de l’existence à l’intérieur d’une ou plusieurs situations ou cultures ; et, d’autre part, les enjeux théoriques et méthodologiques de l’anthropologie, en particulier le rôle de l’observateur-participant, en tant qu’il découpe le monde dans une perspective spécifique et située.Compte tenu des questions en jeu, ce colloque voudrait représenter un premier pas vers une série de rencontres à tenir sur base annuelle (ou biannuelle) et itinérante, en Europe et ailleurs. A titre indicatif seulement, pour ce colloque, nous proposons des thèmes, associables entre eux en fonction des inclinaisons des participants :

  • Dimensions temporelles et spatiales de l’existence
  • Existence, terrain et méthodes
  • Existence et théories
  • Existence et expérience
  • Existence, routines et quotidien
  • Existence, écritures, images
  • Exotique et endotique
  • Existence, culture, rites
  • Subjectivité et écriture
  • Individu et culture
  • Action et émotion
  • Corps et identité
  • Existence, vulnérabilités et mort
  • Existence et existentialismes

Comité scientifique 

Stefano Montes et Albert Piette

Organisation administrative 

Dipartimento Culture e Società

Université de Palerme

Viale delle Scienze, 90128, Palerme

Modalités de soumission

Envoi des propositions et autres renseignements :

Stefano Montes (montes.stefano@tiscalinet.it) et Albert Piette (piettealbert@hotmail.com)

Informations pratiques 

  • Colloque international : Université de Palerme, les 6 et 7 décembre 2017
  • Date limite de soumission des propositions : 10 novembre 2017

  • Résumé de la proposition : 250-300 mots
  • Remise souhaitée des textes ou de résumés plus détaillés (pour une meilleure discussion les jours du colloque) : avant le 25 novembre
  • Langues de travail : italien, français et anglais
  • Durée des communications : 30 minutes

La participation au colloque est gratuite

Les frais de voyage et de logement, ainsi que les repas sont à la charge des intervenants

Lieux

  • Viale delle Scienze, 90128, Palerme
    Palerme, Italie (90128)

Dates

  • vendredi 10 novembre 2017

Mots-clés

  • existence, terrain, temporalité, expérience, quotidien, individu, endotique, vulnérabilité

Contacts

  • Stefano Montes
    courriel : montes [dot] stefano [at] tiscalinet [dot] it
  • Albert Piette
    courriel : piettealbert [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Stefano Montes
    courriel : montes [dot] stefano [at] tiscalinet [dot] it

Pour citer cette annonce

« L’existence humaine comme terrain », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 20 octobre 2017, http://calenda.org/418645