AccueilIdéalisme et langage

Idéalisme et langage

Idealism and language - recent research into language in German idealism

Recherches récentes sur le langage dans l'idéalisme allemand

*  *  *

Publié le mardi 16 janvier 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Cette rencontre part du constat que la façon dont les questions linguistiques se sont posées au tournant du XIXe siècle, ainsi que leur réception par les penseurs associés à l’idéalisme allemand, font actuellement l’objet d’un intérêt renouvelé. Plusieurs publications récentes et travaux en cours contribuent à bousculer le préjugé selon lequel aucun des penseurs idéalistes n’aurait proposé de véritable philosophie du langage. De Kant à Hegel, la question du rapport entre logique et grammaire, la relation entre la pensée pure et l’héritage de la langue, mais aussi l’influence de la métacritique de Hamann et de Herder ou encore le dialogue avec Humboldt, sont pourtant au cœur d’un idéalisme dont l’unité resterait encore à établir.

Annonce

Journée d’études organisée par Emeline Durand et Florian Rada

Avec le soutien de l’École doctorale de philosophie de Paris 1 (ED 280), du CHSPM (EA 1451) et de l’ISJPS (UMR 8103) 

Argumentaire

« Le symptôme de la maladie de l’idéalisme allemand, c’est qu’il n’a pas de philosophie du langage », écrit Franz Rosenzweig en 1918. Au moment où l’histoire de la philosophie tente de thématiser l’unité problématique du moment idéaliste, il semble que l’absence d’intérêt pour le langage puisse être avancée par certains comme un critère de sa définition. Mais la critique va plus loin : la supposée indifférence principielle de l’idéalisme, philosophie de la pensée pure, aux questions linguistiques, en vient à être interprétée comme une méfiance envers les possibilités propres de la langue.

Reprocher à l’idéalisme allemand de ne pas avoir de philosophie du langage, c’est en effet considérer d’une part que le langage occupe une place marginale dans les différents systèmes idéalistes, et d’autre part qu’il ne joue aucun rôle dans la pratique philosophique des auteurs rassemblés sous cette bannière. C’est mettre l’accent sur le conflit éventuel entre le concept et son expression linguistique. C’est encore formuler une opposition exclusive entre une supposée universalité des opérations logiques et la diversité des langues naturelles et de leur grammaire. C’est aussi parfois, d’une façon plus ambiguë, faire jouer certains idéalistes contre d’autres en fonction de leur rapport au langage.

Si cette vision de l’idéalisme allemand s’est constituée au début du XXe siècle, elle a pu perdurer sous la forme d’un préjugé que des recherches récentes s’emploient à déconstruire, en attirant l’attention sur l’importance que l’idéalisme a accordée au langage. On assiste à un regain d’intérêt pour la réception immédiate du kantisme chez Hamann et Herder, mais aussi pour la Sprachphilosophie de penseurs liés à l’idéalisme et au romantisme, comme Humboldt, Friedrich Schlegel et Schleiermacher. Les systèmes idéalistes se voient replacés dans un riche contexte d’intérêt pour les langues, la philologie et l’herméneutique, parfois au point de se demander s’il est légitime de parler de ce moment comme d’un premier « tournant linguistique » dans l’histoire de la philosophie. La nécessité apparaît également de réviser l’opinion selon laquelle tel ou tel philosophe n’aurait pas de philosophie du langage, comme en témoigne l’ouvrage de Raphaël Ehrsam sur Kant (Le problème du langage chez Kant, 2016). Comme l’a rappelé Denis Thouard (Et toute langue est étrangère. Le projet de Humboldt, 2016), la lecture de Humboldt se révèle également riche d’enseignements pour comprendre la place du langage dans la tâche philosophique telle qu’elle a pu se formuler au tournant du XIXe siècle.

Cette journée d’études, organisée par Emeline Durand et Florian Rada avec le soutien de l’École doctorale de philosophie de Paris 1, se propose de dresser un état des lieux de ces travaux et de poursuivre les discussions, en les ouvrant également à une perspective plus contemporaine (Rosenzweig, Gadamer).

Programme 

Vendredi 26 janvier

Grande salle Picard (UFR d’histoire), 17 rue de la Sorbonne, 3ème étage 

  • 14h : Accueil des participants
  • 14h15 : Introduction et ouverture de la journée d’études
  • 14h45 : Raphaël Ehrsam (université Paris-Sorbonne) : « Morphologie du discours et référence : interpréter le schématisme »
  • 15h30 : François Ottmann (université Paris 1) : « Logique transcendantale et révolution grammaticale »
  • 16h15 : pause
  • 16h45 : Victor Béguin (université de Poitiers) : « Humboldt : penser le langage à partir de la diversité des langues »
  • 17h30 : Camille André (université Paris 1) : « Perspectives auditives : pensée et langage dans la philosophie de Wilhelm von Humboldt »

Samedi 27 janvier

Salle Halbwachs (UFR de philosophie), 17 rue de la Sorbonne, 1er étage 

  • 9h30 : Emeline Durand (université Paris 1) : « Sprachdenken et Sprachkritik. Franz Rosenzweig : une métacritique de l’idéalisme ? »
  • 10h15 : Clément Layet (PHIER, université Clermont Auvergne) : « “La sainte possibilité vivante de l’esprit” : poésie, langue et folie de Hölderlin »

11h : pause

  • 11h30 : Denis Thouard (EHESS / CNRS) : « Le concept de langage, entre herméneutique et encyclopédie (Hegel, Schleiermacher, Boeckh) »
  • 14h30 : Mildred Galland-Szymkowiak (CNRS) : « Langage et symbolisme chez Schelling »
  • 15h15 : Raphaël Authier (université Paris-Sorbonne) : « Langage et subjectivité chez Hegel »

16h : pause

  • 16h30 : Florian Rada (université Paris 1) : « Dire et montrer. Aspects du problème de la définition dans la Logique de Hegel »
  • 17h15 : Valeriya Voskresenskaya (université Paul Valéry-Montpellier 3) : « La Mitte du langage chez Hegel et Gadamer »

En raison des mesures de sécurité en vigueur, nous demandons aux personnes ne possédant pas de carte d’une des institutions hébergées par la Sorbonne de bien vouloir s’inscrire à l’avance en écrivant à emeline.durand@univ-paris1.fr ou florian.rada@univ-paris1.fr.

Lieux

  • Grande salle Picard (UFR d'histoire, 3e étage) | Salle Halbwachs (UFR de philosophie, 1er étage) - 17 rue de la Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 26 janvier 2018
  • samedi 27 janvier 2018

Mots-clés

  • idéalisme allemand, philosophie du langage

Contacts

  • Emeline Durand
    courriel : emeline [dot] durand [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Florian Rada
    courriel : florian [dot] rada [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Emeline Durand
    courriel : emeline [dot] durand [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Idéalisme et langage », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 16 janvier 2018, https://calenda.org/428818

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal