HomeLa philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique

HomeLa philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique

La philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique

Regard sur la diversité théorique et pratique

*  *  *

Published on Friday, June 17, 2022

Abstract

La revue québécoise Éthique en éducation et en formation – Les dossiers du GREE (Groupe de recherche sur l’éthique en éducation et en formation) lance un appel à contributions pour le numéro 15 de l’automne 2023 sur la thématique « La philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique : regard sur la diversité théorique et pratique ». Nous invitons pour ce numéro des contributions de recherches empiriques et théoriques en lien avec le thème général des liens entre la philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique.

Announcement

Coordination scientifique

Responsables du numéro : Olivier Michaud, Université du Québec à Rimouski et Mathieu Gagnon, Université de Sherbrooke.

Argumentaire

Plusieurs liens peuvent être faits, et l’ont été par ailleurs, entre la philosophie pour enfants et l’éducation éthique (Bouchard et Daniel, 2018; Dufourt, 2020; Gagnon, 2009; Gagnon et al., 2013; Gregory, 2014; Herriger, 2004; Robert, 2018; Sharp, 1995). Tout d’abord, comme les notions éthiques sont des concepts philosophiques, les sessions de philosophie sont des moments certainement favorables pour en aborder certaines, telles que le bien/bon, le mal/mauvais, le juste, l’injuste, le courage, le respect, la liberté, le vivre-ensemble ou la violence. La philosophie pour enfants se distingue par la manière dont ces notions sont abordées lors des ateliers. Le but de cette pratique n’est pas de transmettre un savoir particulier aux participants quant à ces différents concepts, mais bien de créer un espace où ils peuvent réfléchir ensemble sur ceux-ci. Cet espace de réflexion est entre autres caractérisé par l’utilisation de différentes habiletés intellectuelles et sociales par les participants : prendre conscience de ses propres idées, écouter le point de vue des autres, s’ouvrir à la diversité des positions, développer son intérêt à dialoguer, nuancer ses pensées, savoir proposer des raisons pour soutenir son point de vue et évaluer celles que proposent ses pairs, etc. Par ailleurs, même si le dialogue philosophique n’aborde pas un sujet éthique, les participants feront tout de même l’expérience de cet espace de recherche et mobiliseront les habiletés intellectuelles et sociales qui lui sont associées. Ceci les amènera à développer certaines dispositions pour entrer en relation avec les autres ou pour résoudre des problèmes (éthiques ou autres) qu’ils rencontreront. Les liens entre l’éducation éthique et la philosophie pour enfants se voient aussi dans le fait que cette dernière ne met pas seulement l’accent sur le développement de la pensée critique et créatrice, mais aussi sur le développement de la « pensée attentive » (caring thinking), qui a fondamentalement une dimension éthique puisqu’elle vise à former la façon dont nous entrons en relation les uns avec les autres, soit avec bienveillance (Gregory et al., 2008; Lipman, 2003; Sasseville et Gagnon, 2020; Topping, Trickey et Cleghorn, 2019).

En somme, la philosophie pour enfants est une éducation à l’éthique : d’une part, elle amène les enfants à réfléchir sur des concepts éthiques et, d’autre part, cette réflexion prend forme à travers le dialogue et la pratique de certaines habiletés. Elle met autant en jeu l’individu dans son rapport à lui-même (dans le type de personne qu’il souhaite être, sa vision de la bonne vie ou encore, les valeurs qui devraient diriger son existence) que dans son rapport aux autres, soit dans sa manière d’être et d’agir avec les personnes qu’il côtoie et dans les différents groupes dont il fait partie (Bouchard et Daniel, 2018; Gregory, 2014; Sharp, 1995; Simpson et Sacken, 2021).

Cette présentation de la philosophie pour enfants et de ses liens avec l’éthique fait généralement consensus, mais elle cache la diversité que comporte maintenant ce mouvement. En effet, la philosophie pour enfants s’est diversifiée depuis sa création et son implantation dans différents pays. Ce numéro se propose d’explorer ces liens entre les diverses théories et pratiques entourant la philosophie pour enfants et l’éducation éthique. Essentiellement, qu’apporte chacune de ces théories et de ces pratiques à l’éducation éthique des élèves? Que peut-on espérer d’elles? Quelles sont leurs limites? Jusqu’à quel point sont-elles compatibles les unes avec les autres? Dans quelle mesure requièrent-elles de modifier les pratiques en classe?

Nous avons retenu trois grands axes pour structurer cette diversité. Toutefois, ces axes ne sont pas limitatifs. Toute contribution traitant des liens entre la philosophie pour enfants et l’éthique sera considérée.

Axe 1 : les controverses philosophiques Il y a d’abord des controverses qui s’inscrivent dans des positions philosophiques différentes par rapport à ce que signifie philosopher, aux objectifs de cette pratique ou au rôle que le facilitateur doit y jouer. Par exemple, il y a ceux qui se situent dans la perspective de la pédagogie critique et qui mettent l’accent sur la conscientisation quant aux problèmes sociaux, à la lutte aux différentes discriminations (genre, âge, orientation sexuelle, classe sociale ou autres) et au pouvoir d’agir (empowerment) (Chetty, 2018; Kohan, 2018; Michaud, 2020). Il y a également les théoriciens qui avancent que la pratique de la philosophie doit d’abord être une forme d’interruption : elle doit avant tout mettre en pause la façon dont nous pensons quotidiennement pour nous ouvrir à de nouvelles compréhensions des concepts abordés, plutôt que de chercher à nous faire développer certaines habiletés de pensée (Biesta, 2017; Gregory, 2021). Ces deux perspectives peuvent-elles être intégrées à la perspective plus traditionnelle de la philosophie pour enfants? Et, plus spécifiquement pour ce numéro, que peuvent-elles apporter à l’éducation éthique des élèves?

Axe 2 : la diversité des pratiques dialogiques Différentes pratiques philosophiques se sont développées à la suite du « succès » de la philosophie pour enfants, comme celles de Michel Tozzi, Jacques Lévine ou Oscar Brénifier (PhiloCité, 2020, p. 7-8). Comme pour l’axe 1, que peut apporter chacune de ces façons d’aborder le dialogue au développement de la pensée éthique des individus qui les pratiquent et quelles sont leurs limites respectives dans le développement de ce type de pensée?

Axe 3 : la philosophie pour enfants et les différents modèles pédagogiques La pratique de la philosophie pour enfants se rapporte principalement à un modèle pédagogique, soit la communauté de recherche philosophique. Quoique les étapes de cette pédagogie puissent varier, elle suit souvent les étapes suivantes : 1) la mise en cercle de la classe, 2) la présentation d’un stimulus pour susciter des questionnements philosophiques chez les participants, 3) la formulation de questions par les participants, 4) le choix par vote d’une question pour la session, 5) le dialogue et la recherche, 6) la poursuite de la réflexion à travers une activité d’intégration. Qu’aurait-on à gagner, du point de vue de l’éducation éthique, à lier la communauté de recherche à d’autres pratiques pédagogiques? Par exemple, que permettrait la combinaison de la communauté de recherche et de la pédagogie par projet? Serait-il avantageux d’intégrer l’enseignement explicite ou l’enseignement direct des habiletés de pensée à l’enseignement de la philosophie? D’autres pratiques pourraient ainsi être explorées, telles que l’utilisation de la littérature jeunesse, du théâtre, du cinéma ou du jeu de rôle.

Nous invitons pour ce numéro des contributions de recherches empiriques et théoriques en lien avec ces trois axes et le thème général des liens entre la philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique.

Modalités de soumission

Si vous souhaitez soumettre un texte dans le cadre de ce numéro, nous vous invitons à remettre un titre, un résumé de 150 mots et cinq mots-clés

avant le 17 août 2022.

La date butoir pour le dépôt du texte complet (de 30 000 à 40 000 signes incluant les espaces, mais excluant les références) est le 18 janvier 2023 si le résumé est accepté. Les directives de publication spécifient les normes de la revue à respecter. Tous les textes sont soumis à l’évaluation en double aveugle.

Votre résumé et votre manuscrit devront être déposés sur la plateforme de la revue.

Si vous éprouvez des difficultés, vous pouvez contacter la revue à l’adresse suivante : gree@uqam.ca

Échéancier

  • Publication : numéro de l’automne 2023
  • Propositions (titres et résumés) attendues avant le 17 août 2022
  • Date limite de dépôt des textes complets le 18 janvier 2023
  • Retour aux auteurs mars-avril 2023
  • Dépôt des articles finaux attendus en juin 2023

Subjects


Date(s)

  • Wednesday, August 17, 2022

Attached files

Keywords

  • philosophie, enfant, éthique, éducation

Contact(s)

  • Marina Schwimmer
    courriel : schwimmer [dot] marina [at] uqam [dot] ca

Information source

  • Marina Schwimmer
    courriel : schwimmer [dot] marina [at] uqam [dot] ca

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« La philosophie pour enfants et l’éducation à l’éthique », Call for papers, Calenda, Published on Friday, June 17, 2022, https://doi.org/10.58079/194l

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search