HomeLa conduite du changement et le pouvoir agentiel de l’entrepreneur : quelles articulations ?

HomeLa conduite du changement et le pouvoir agentiel de l’entrepreneur : quelles articulations ?

La conduite du changement et le pouvoir agentiel de l’entrepreneur : quelles articulations ?

Revue internationale de management, d’entrepreneuriat et de communication (RIMEC), 2022-9

*  *  *

Published on Wednesday, June 22, 2022

Abstract

Portée par l’université internationale d’Agadir (Maroc), la RIMEC est une revue semestrielle de vulgarisation de haut niveau. La vocation transdisciplinaire de la revue lui permet d’accueillir des contributions rédigées en français, anglais ou espagnol, émanant de plusieurs champs disciplinaires : gestion, économie, sociologie, sciences de l’information et de la communication, etc. Pour le numéro 9 de l’année 2022, le comité éditorial de la Revue internationale de management, entrepreneuriat et communication (RIMEC) a décidé de consacrer un dossier sur le thème « La conduite du changement et le pouvoir agentiel de l’entrepreneur : quelles articulations ? ». Ce numéro explore la thématique de l’entrepreneuriat à partir d’une perspective (à la fois pluridisciplinaire, interdisciplinaire, comparative et internationale) qui appréhende la question du changement entrepreneurial en contexte innovant et challengeant.

Announcement

Présentation de la revue

Portée par l’Université Internationale d’Agadir (Maroc), la RIMEC est une revue semestrielle de vulgarisation de haut niveau. La vocation transdisciplinaire de la revue lui permet d’accueillir des contributions rédigées en français, anglais ou espagnol, émanant de plusieurs champs disciplinaires : gestion, économie, sociologie, sciences de l’information et de la communication, etc. la RIMEC ne publie que des articles originaux, solides sur le plan scientifique, innovants sur le plan des idées exprimées et ayant obtenu l’approbation positive de deux instructeurs (spécialistes) anonymes.

Argumentaire

Pour le numéro 9 de l’année 2022, le Comité éditorial de la Revue Internationale de Management, Entrepreneuriat et Communication (RIMEC) a décidé de consacrer un dossier sur le thème « La conduite du changement et le pouvoir agentiel de l'entrepreneur : quelles articulations ? ». Ce numéro explore la thématique de l’entrepreneuriat à partir d’une perspective (à la fois pluridisciplinaire, interdisciplinaire, comparative et internationale) qui appréhende la question du changement entrepreneurial en contexte innovant et challengeant.

À cet égard, l’entrepreneur social se singularise non par le secteur d'activité dans lequel il exerce, mais par la façon dont il le fait apparaît (Boutillier, 2008). C’est un acteur hybride "hybrid entrepreneur" (Haigh et al., 2015 ; Santos et al., 2015 ; Lee et al., 2012) au carrefour du commerce équitable et de la solidarité, centrés sur l'Humain, de l’économie de marché, centrée sur le profit pécuniaire et de l'environnement, centré sur le climat, la biodiversité, l'économie circulaire, la qualité de l'air, des eaux, des sols, etc. Il s’agit fondamentalement d’un agent de changement se référant à une philosophie sociale.

Le projet de l’entrepreneur social vise à concilier initiative privée et solidarité, esprit d'entreprise et volonté de rendre l'économie plus humaine, rentabilité et partage des richesses dans le secteur marchand, mais également dans le secteur public où les besoins sont considérables. Ce profil d’entrepreneur est apparu au cours des deux dernières décennies à partir d’exploration des liens entre entrepreneuriat et durabilité. Notre objectif est ici de l’identifier en tant que phénomène afin de mieux l’étudier.  

Le succès de l’entrepreneur innovant dépend tout à la fois de sa capacité à attirer des ressources et des réseaux à lui, qu’à sa capacité à initier et promouvoir le changement dans le champ organisationnel qu’il cherche à intégrer (Ronteau, Lesage et Hmimda, 2012). Cette conception « paradoxe de l’acteur encastré » relève de la tension qui existe entre les structures institutionnelles de nature déterministes et l'action agentique des entrepreneurs dans le processus d'innovation.

Axes proposés non limitatifs

Les contributeurs au numéro 9 de la revue RIMEC peuvent s’intéresser, sans que la liste en soit ni exhaustive ni restrictive, à l’un des questionnements ci-après :

  • Quels sont les leviers d’une démarche d’entrepreneuriat responsable ?
  • Dans quelle mesure les dirigeants d’entreprises s’approprient ou non les innovations gestionnaires véhiculées par les principaux travaux qui structurent le champ de l’entrepreneuriat social ?
  • Quelle est la portée de l’action de l’entrepreneur innovant ?
  • Les entrepreneurs innovants disposent-ils d'un pouvoir agentiel par lequel il peuvent donner du sens de manière créative et volontaire à de nouvelles combinaisons de ressources ? Comment les entrepreneurs appréhendent-ils ce pouvoir agentiel et quelle est la portée du changement entrepreneurial induit par sa mise en œuvre ?

Calendrier et modalités de soumission

  • 16 juin 2022 : lancement de l’appel à contribution
  • 15 juillet 2022 : date limite de soumission des propositions en version intégrale
  • 31 juillet 2022 : notification aux auteurs de l’acception de leur proposition
  • 15 septembre 2022 : date limite de remise des textes intégraux par les auteurs
  • 30 septembre 2022 : révision des textes intégraux et recommandations aux auteurs
  • 15 octobre 2022 : remise des textes intégraux révisés par les auteurs
  • 15 novembre 2022 : publication prévue du numéro 9 de la revue RIMEC

Les articles sont à soumettre en ligne à l’adresse revuerimec2022@gmail.com. Ils devront respecter la politique éditoriale et les consignes aux auteurs de la revue.

Les contributions, rédigées en français, anglais ou espagnol, doivent comprendre :

(1) Le titre de l’article (police 12 points, style gras précédé et suivi d’un espace de 6 pts).

(2) Le résumé de l’article (800 caractères maximum, espaces compris) : il doit être succinct de manière à faire ressortir l’essentiel de l’analyse et traduit en anglais lorsque l’article est rédigé en français.

(3) Cinq mots-clefs.

(4) L’article de 20.000 à 40.000 signes (notes, espaces et références bibliographiques compris) :

  • L’introduction (non numérotée) : justification du thème, problématique, hypothèses / objectifs scientifiques, approche).
  • Le développement articulé (numérotée).
  • La conclusion (non numérotée).
  • Les références bibliographiques (non numérotées).

(5) Prénom et nom de l’auteur-e ou des auteur-e-s (avec indication de son/leur rattachement institutionnel) et son/leur courriel (E-Mail) :

  • Une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum).

(6) Chaque proposition sera évaluée en double aveugle par un comité scientifique.

(7) Les contributions proposées doivent être inédites et ne doivent pas avoir été déjà publiées ou soumises pour publication dans une autre revue.

(8) Les auteurs sont responsables de l’exactitude de leurs références et citations.

(9) Les propositions doivent être rédigées sous format Word.

(10) Les marges de la page A4 sont de : 5 cm en haut et en bas ; 4,5 cm à gauche et à droite et sans reliure.

(11) Police de caractères : Times New Roman - corps 12 - interlignage simple - alinéa 0,5 cm.

(12) Tableaux, graphiques et illustrations : doivent être appelés dans le texte à l’endroit où ils doivent être insérés (ex : cf. tableau 1) et doivent être numérotés séquentiellement en chiffres décimaux. L’auteur-e / les auteur-e-s doivent s’assurer d’avoir les droits de reproduction sur toutes les illustrations (en noir et blanc) utilisées dans leurs travaux (photos, dessins, schémas, graphiques, tableaux, statistiques, etc.).

(13) Corps du manuscrit : les différentes parties doivent apparaître dans un ordre logique avec numérotation numérique en chiffres arabes (1. ; 1.1 ; 1.2 ; 2. ; 2.1 ; 2.2 ; etc.). L’introduction et la conclusion ne sont pas numérotées.

(14) Toutes les notes sont ramenées en bas de page et numérotées en continu sur l’ensemble du manuscrit. Elles ne doivent comporter ni tableau ni graphique, être les plus succinctes possible et ne pas dépasser 4 à 5 lignes.

(15) Les notes de bas de page ne renvoient pas aux références bibliographiques, mais aux informations complémentaires.

(16) Les citations et expressions sont à mettre entre guillemets. Les citations de textes étrangers doivent être traduites en français.

(17) Les citations sont intégrées au texte selon les normes APA :

  • Seront appelées dans le texte en citant : le nom de l’auteur, l’année de publication de l’ouvrage, ainsi que la page de référence à la suite de la citation (Nom, 2008, p. 78)
  • Les publications écrites par différents auteurs seront séparées à l’aide de points-virgules (Nom, 2015 ; Nom, 1989).
  • Les différentes publications d’un même auteur seront séparées à l’aide d’une virgule (Nom, 1999, 2002).
  • Lorsque deux ou plusieurs ouvrages ont été écrits par un auteur dans la même année, on les différenciera en utilisant des lettres alphabétiques (ex : Nom, 2000a, 2000b).
  • Les références bibliographiques seront présentées en fin de texte, par ordre alphabétique des noms d’auteur, sans numérotation.
  • Toute référence bibliographique citée dans la bibliographie devra avoir été citée dans la contribution, et inversement.
  • Les références bibliographiques issues de revues ou d’ouvrages en ligne ou existant sous forme numérique sur des plateformes web doivent comporter une URL pointant vers l’article ou l’ouvrage accessible dans sa version citée (privilégier le DOI, par exemple https://doi.org/10.4000/innovation.1743, pour garantir le caractère pérenne de l’URL).
  • Les références bibliographiques seront présentées en fin de texte, par ordre alphabétique des noms d’auteur, sans numérotation en suivant le format APA.

(18) Les textes des contributions doivent être envoyés en version électronique, sous format Word, à l’adresse : revuerimec2022@gmail.com

Modalités d’évaluation

Tout article envoyé à la Revue Internationale de Management, d’Entrepreneuriat & de Communication (RIMEC) est soumis de manière anonyme par la direction de la revue à deux évaluateurs du Comité éditorial, en double aveugle. L’évaluation donne lieu à trois sortes d’avis :

  • Acceptation de l’article pour publication avec ou sans modifications minimes : correction linguistique, mise en forme, etc.
  • Acceptation de l’article sur le fond : la forme devant être refaite par l’auteur.
  • Refus motivé qui ne donne pas lieu à une nouvelle soumission.

Les articles sont évalués par le comité scientifique sur la base des critères suivants :

  • Introduction : Cadre et contexte du travail (ce qui est connu) et motivations du travail (ce qui est inconnu). Objectif du travail : questionnement de recherche
  • Matériels & Méthodes : Matériel utilisé. Critères de jugement méthode d’analyse
  • Résultats de la recherche : Caractéristiques de la (ou des) population(s). Résultats issus de la mesure. Tableau ou/ et illustration
  • Discussions : Points forts (originalité) Limites. Concordances avec d’autres travaux. Éventuelles implications ou applications
  • Conclusion : Réponse précise à la question de recherche
  • Références : Références pertinentes

Comité éditorial

  • AÏT ERRAYS Noureddine, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • AIT NACER Mohamed, Faculté des sciences humaines et sociales de Kenitra, Université Ibn Tofail, Maroc
  • AMSIDDER Abderrahmane, École Supérieure de l'Éducation et de la Formation, Université Ibn Zohr, Maroc
  • ANIR Wissal, Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • ARIZAGA Ximena, Centre du patrimoine culturel UC, Pontificia Universidad Católica de Chile
  • BASSRIH Mohamed, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • BENAMARA Khalid, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • BIGHRISSEN Brahim, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • CHIHAB Ghizlane, Faculté des Sciences Théologiques, Économiques et Sociales de Taroudant, Maroc
  • DIALLOU Laouratou, Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • EL ACHMIT Jamal, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Maroc
  • EL JAZOULI Moutia, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • ELMOIFEK Abbouh, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • FAKIR Fatima Zahra, Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • HATTABOU Anas, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • HERMAS Abdelkader, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • LAARIBYA Said, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Kenitra, Université Ibn Tofail, Maroc
  • LABARI Brahim, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir, Université Ibn Zohr, Maroc
  • MAISSINE Mahmoude, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • MAJDOULINE Ilias, Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • OUAZIZ Ali, Institut des Etudes Africaines, Euro-Méditerranéennes et Ibéro Américaines, Université Mohamed V, Maroc
  • RAMOU Hassan, Institut Universitaire des Etudes Africaines, Euro-Méditerranéennes et Ibéro Américaines, Université Mohamed V, Maroc
  • RAQBI Ahmed, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir, Université Ibn Zohr, Maroc
  • REHAIMI Hassan, Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales, Université Ibn Zohr, Maroc
  • ROCHDI Hanane, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • SABIR Marouane, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • SADIK Abdennour, École Nationale Supérieure, Université Mohamed V, Maroc
  • SADIKI Moulay, Faculté polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • SAOUSSANY Amina, École Nationale de Commerce et de Gestion d’Agadir, Université Ibn Zohr, Maroc
  • TACHFINE Youssef, Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales, Université Ibn Zohr, Maroc
  • TOUMI Issam, Faculté Polydisciplinaire de Taroudant, Université Ibn Zohr, Maroc
  • TOURABI Amina, Escuela Nacional de Ciencias Aplicadas de Agadir, Universidad Ibn Zohr, Marruecos
  • TOUZANI Ahmed, Faculté des Sciences Théologiques, Économiques et Sociales de Taroudant, Universidad Ibn Zohr, Maroc

Références bibliographiques indicatives

Autissier, D., Giraud, L. et Moutot, J. (2013). Les liens entre les caractéristiques et le succès des changements organisationnels : le cas d'une start-up. Question(s) de management, 3(2), pp. 11-24. https://doi.org/10.3917/qdm.132.0011.

Boutillier, S. (2008). L'entrepreneur social, un entrepreneur socialisé dans une société entrepreneuriale ?. Humanisme et Entreprise, 290(5), pp. 41-60. https://doi.org/10.3917/hume.290.0041.

Boutillier, S. et Tiran, A. (2016). La théorie de l’entrepreneur, son évolution et sa contextualisation. Innovations, 50(2), pp. 211-234. https://doi.org/10.3917/inno.050.0211.

Brasseur, M., Cros, S. et Sattin, J. (2021). La pandémie et le management : illusion de changement ou impact réel ?. Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise, 45(10), pp. 2-12. https://doi.org/10.3917/rimhe.045.0002.

Chapain, C., Emin, S. et Schieb-Bienfait, N. (2018). L’entrepreneuriat dans les activités créatives et culturelles : problématiques structurantes d’un champ d’étude encore émergent. Revue de l’Entrepreneuriat, 17, 7-28. https://doi.org/10.3917/entre.171.0007.

Deschanet, E. et Majdouline, I. (2021). Entreprendre et innover en formation : partage d'expériences pédagogiques. Projectics / Proyéctica / Projectique, 29(2), pp. 5-6. https://doi.org/10.3917/proj.029.0005.

Dethou, V. (2020). L’agir entrepreneurial comme grille de lecture de l’élu-entrepreneur. Projectics / Proyéctica / Projectique, 25(1), pp. 47-66. https://doi.org/10.3917/proj.025.0047.

Gilbert, P. et Teglborg, A. (2021). Enquêter sur la transformation organisationnelle : sujet sensible et exigence de réflexivité. Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise, 45(10), pp. 90-105. https://doi.org/10.3917/rimhe.045.0090.

Greffe, X. et Simonnet, V. (2008). La survie des nouvelles entreprises culturelles : Le rôle du regroupement géographique. Recherches économiques de Louvain, 74, 327-357. https://doi.org/10.3917/rel.743.0327.

Haigh, N., Kennedy, E. D., et Walker, J. (2015). Hybrid Organizations as Shape-Shifters: Altering Legal Structure for Strategic Gain. California management review, 57(3), pp 59-82. https://doi.org/10.1525/cmr.2015.57.3.59.

Lanciano, É. et Saleilles, S. (2020). Saisir l’agir entrepreneurial en agriculture : une analyse de l’apprentissage à la commercialisation en circuits courts par la trajectoire de projet. Revue de l’Entrepreneuriat, 19(4), pp. 31-56. https://doi.org/10.3917/entre.194.0031.

Laperche, B. et Levratto, N. (2016). Stratégies d’innovation et mutation des structures industrielles. Innovations, 50(2), pp. 5-12. https://doi.org/10.3917/inno.050.0005.

Laval, F. et Dudézert, A. (2021). La transformation digitale des modes de travail : du « crash test » au « new normal ». Dans M. Kalika (dir.), Les impacts durables de la crise sur le management (pp. 39-62). Caen : EMS Editions. https://doi.org/10.3917/ems.kalik.2021.01.0039.

Lee, M., Walker, J., Dorsey, C., et Battilana, J. (2012). In Search of the Hybrid Ideal. Stanford Social Innovation Review, 10(3), pp. 51–55. https://doi.org/10.48558/WF5M-8Q69.

Mauléon, F., Bouret, J. et Hoarau, J. (2014). Les soft skills dans l’entreprise de demain. Dans F. Mauléon, J. Bouret et J. Hoarau (dir.), Le Réflexe Soft Skills (pp. 25-41). Paris : Dunod.

Messeghem, K. (2021). L'accompagnement entrepreneurial. Caen : EMS Editions.

Pallud, J., Potosky, D., Fuhrer, C. et Moscarola, J. (2021). Crise et changement organisationnel. L’adaptation au télétravail. Dans M. Kalika (dir.), Les impacts durables de la crise sur le management (pp. 74-86). Caen : EMS Editions. https://doi.org/10.3917/ems.kalik.2021.01.0074.

Ronteau, S., Lesage, X. et Hmimda, N. (2012). Changement entrepreneurial et pouvoir agentiel de l'entrepreneur. Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise, 3(1), pp. 42-56. https://doi.org/10.3917/rimhe.003.0042.

Santos, F., Pache, A.-C., et Birkholz, C. (2015). Making Hybrids Work: Aligning Business Models and Organizational Design for Social Enterprises. California Management Review, 57(3), pp. 36–58. https://doi.org/10.1525/cmr.2015.57.3.36.

Schmitt, C. (2015). La place de l’action dans la recherche en entrepreneuriat : pour le développement d’un agir entrepreneurial. Projectics / Proyéctica / Projectique, 15(3), pp. 113-128. https://doi.org/10.3917/proj.015.0113.


Date(s)

  • Friday, July 15, 2022

Keywords

  • entrepreneuriat, changement, pouvoir agentiel, durabilité, RSE, transformation organisationnelle

Contact(s)

  • Revue RIMEC Université internationale d’Agadir
    courriel : revuerimec2022 [at] gmail [dot] com

Information source

  • Numéro 9 RIMEC
    courriel : revuerimec2022 [at] gmail [dot] com

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« La conduite du changement et le pouvoir agentiel de l’entrepreneur : quelles articulations ? », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, June 22, 2022, https://doi.org/10.58079/195y

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search