HomeEffondrements et ruptures

HomeEffondrements et ruptures

Effondrements et ruptures

CXLVIIe Congrès national des sociétés historiques et scientifiques

*  *  *

Published on Monday, July 18, 2022

Abstract

Chaque année, le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, lieu de rencontre et d’échange unique dans le paysage de la recherche française, rassemble environ six cents participants parmi lesquels des universitaires et des chercheurs et chercheuses de différentes disciplines : histoire, géographie, sciences, ethnologie, anthropologie, préhistoire et protohistoire, archéologie, philologie, histoire de l'art, histoire des sciences, environnement. Il accueille également des jeunes chercheurs (dont c’est parfois la première intervention publique) et des membres de sociétés savantes et associations locales. Le partage des regards, des expériences et des approches méthodologiques explique la singularité des congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).

Announcement

147e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques « Effondrements et Ruptures »

22-26 mai 2023, Université Toulouse – Jean-Jaurès, sous la présidence scientifique de Sandrine Costamagno, de la section « Préhistoire et protohistoire »

Argumentaire

En archéologie, le concept d’effondrement fait référence à la fin relativement rapide des sociétés, à la simplification des systèmes politiques et sociaux, au changement des cadres urbains, à la redistribution de la population dans le territoire et aux changements d’idéologie rendus visibles dans l’architecture et les arts. Les données archéologiques toujours plus nombreuses, le degré de résolution de plus en plus fin des événements et la multitude de nouvelles approches permettent de dégager des scénarios toujours plus élaborés. Cette thématique permet aussi de questionner la précarité des constructions politiques, économiques ou encore idéologiques dans le passé. Les phénomènes d’effondrement au niveau de collectivités plus réduites comme les bassins d’emploi, les terroirs et les villes ou encore l’effondrement de certains secteurs industriels avec la mise en regard des politiques d’accompagnement ou de relance plus ou moins efficaces peuvent aussi être interrogés. Face à la notion d’effondrement, la notion de rupture repose sur des exemples de clivage temporel dans l’histoire des sociétés humaines. La rupture marque l’avant et l’après d’un évènement, souvent de niveau critique et quelle que soit sa nature. Elle mobilise fréquemment le concept de révolution. La révolution française a provoqué l’effondrement des ordres d’Ancien Régime. L’affaiblissement actuel de certains états voit des recompositions brutales des entités nationales. Ces ruptures sont parfois déclenchées ou précipitées par des événements externes aux sociétés, tels que des catastrophes naturelles ou épidémiologiques. Ainsi, ce concept de rupture offre une bonne grille de lecture pour discuter des capacités de résilience et d’adaptation des sociétés humaines face aux risques d’effondrements.

Ces exemples passés font écho à nos inquiétudes face aux crises actuelles ou à venir. Un courant de pensée « collapsologique » met en scène de nombreux scénarios apocalyptiques. Depuis plusieurs décennies, les scientifiques alertent sur les dégradations irrémédiables de l’environnement engendrées par les activités humaines. Le rapport rapport Meadows « The Limits to Growth » publié dans les années 1970 prédisait, en l’absence de mesures aptes à freiner la croissance économique et limiter la population mondiale, un effondrement de la civilisation industrielle au cours du XXIe siècle. Force est de constater que ce rapport est d’une troublante actualité. Outre la surexploitation des ressources, la planète se réchauffe, les signaux d’alerte se multiplient (montée du niveau marin menaçant de submersion la plupart des mégalopoles mondiales, acidification des océans et destruction des écosystèmes marins aboutissant à l’appauvrissement de leur biomasse, aridification de certaines zones géographiques et déplacement en masse de réfugiés climatiques, etc…) et, à moins d’adopter rapidement un nouveau paradigme durable, en rupture avec la tendance actuelle, il est très probable que nous dépassions les neuf limites planétaires permettant la stabilité de l’écosystème mondial et permettant à l’humanité de prospérer (Rockström et al. 2009[1]). L’effondrement de notre civilisation industrielle, s’il n’est pas certain, est donc potentiellement envisageable dans les décennies à venir.

Un regard à la fois historique et scientifique se doit donc, à l’occasion de ce congrès 2023 du CTHS, d’enrichir et d’ouvrir ce débat, non seulement sur la notion d’effondrement, mais aussi sur celles de déclin, de crise et de rupture, en couvrant la plus large diversité disciplinaire représentée au CTHS et dans les sociétés savantes.

Axes thématiques

Plusieurs thématiques seront déclinées :

1- Définition de l’effondrement, Effondrements,

2- ruptures, adaptation, résilience des sociétés humaines,

3- Impacts des crises politiques, économiques, idéologiques sur les effondrements à des échelles microrégionale, microéconomique ou à l’échelle de la société et de sa structuration sociale,

4- Colonialisme et effondrement des sociétés traditionnelles,

5- Épidémies et effondrements,

6- Effondrement des ressources naturelles et de la biodiversité,

7- Des mondes en rupture ?

8- Peurs, déni, acceptation : quelles perceptions des sociétés anciennes ou actuelles face aux risques globaux pouvant potentiellement aboutir à un effondrement ? 9- Mutations culturelles, intellectuelles et religieuses.

Liste des sessions transversales proposées

1- Surexploitation et pénurie des ressources naturelles : quels impacts sur les sociétés ? Adaptations, résilience, déclins. Exemples passés et actuels ;

2- Effondrements et ruptures dans l’histoire du monde vivant : les extinctions d’espèces et leurs interprétations ;

3- Le rôle des épidémies dans les effondrements et ruptures des sociétés ;

4- Sciences en contextes de rupture : la science quand la patrie s’effondre ;

5- Quand la démolition marque une rupture… »

Modalités de soumission

Les propositions de communications doivent être adressées

avant le 1er novembre 2022

- directement en ligne sur le site du CTHS en cliquant sur « Congrès annuel », « 147e congrès, Toulouse, du 22 au 26 mai 2023 », « inscriptions » à la page http://cths.fr/co/formulaire.php ?ca =12

- ou

envoyez le résumé de votre communication (1 000 signes, soit une demi-page, attention : tout texte dépassant 1000 signes sera renvoyé), en fichier doc ou rtf, avec la fiche d’inscription (téléchargeable page http://cths.fr/co/congres.php#) à congres@cths.fr

et un chèque de règlement des droits d’inscription de 25 €, à l’ordre de l’ASCSHS (Association de soutien aux congrès des sociétés historiques et scientifiques) par courrier postal à CTHS - Campus Condorcet – Bât Recherche Nord

14, cours des Humanités

93 322 AUBERVILLIERS Cedex

- ou

remplissez une fiche d’inscription (téléchargeable page http://cths.fr/co/congres.php#) en lettres capitales et envoyez la, avec votre règlement de 25 € à l’ordre de l’ASCSHS (Association de soutien aux congrès des sociétés historiques et scientifiques).

À CTHS - Campus Condorcet – Bât Recherche Nord

14, cours des Humanités

93 322 AUBERVILLIERS Cedex

La gratuité est accordée aux membres d’une société savante de la région Midi-Pyrénées, aux étudiant-e-s, aux membres du CTHS et aux personnes sans emploi.

Le Comité étudiera en novembre 2022 toutes les propositions de communication. Il peut écarter celles ne lui paraissant pas convenir, sans avoir à motiver sa décision.

Les droits d’inscription pourront alors remboursés, sur demande, avant le 1er mars 2023 (de même si un congressiste annule sa participation).

Les communications acceptées seront affichées sur le site cths.fr, début 2023, par thème, par jour, par auteur.

Vous serez également informé-e-s personnellement par messagerie électronique.

Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge par le CTHS.

Le temps de parole est fixé à 15 minutes par communication, de manière à laisser place ensuite aux débats (5-10 minutes).

Comité scientifique du 147e congrès du CTHS

Présidente

  • COSTAMAGNO Sandrine, Préhistoire et protohistoire, Directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (TRACES, UMR 5608, université Toulouse - Jean-Jaurès / CNRS), Association Émilie Campmas,

Membres

  • BARJOT Dominique, Histoire contemporaine et du temps présent, Professeur d’histoire économique contemporaine à l’université Paris IV - Paris-Sorbonne, directeur de l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine Entreprise et histoire, Comité de rédaction ; Institut pour l’histoire de l’aluminium, Comité scientifique ; Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie, Comité scientifique ; Rails et histoire - Association d’histoire du chemin de fer, Membre ; Comité historique d’Altadis, Seita, terres d’histoire, Comité scientifique ; Centrale histoire, Comité scientifique ; Comité pour l’histoire de l’armement, Comité scientifique ; Comité français des sciences historiques, Président ; Association française d’histoire économique, Ancien président ; Académie des sciences d’outre-mer, Membre du bureau ; Association des amis de la Revue française d’histoire économique, Membre
  • BAUDRY Anna, Préhistoire et protohistoire, Archéozoologue, chargée d’opération et de recherche à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et rattachée au Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (CReAAH, UMR 6566, CNRS) Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles, Membre ; Association française pour l’étude de l’âge du Fer, Membre ; Centre de recherche archéologique de la vallée de l’Oise, Membre
  • BOURDIN Philippe, Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions, Professeur d’histoire moderne à l’université Clermont-Auvergne (UCA), président du CTHS, Société des études robespierristes, Président d’honneur ; Société française d’étude du XVIIIe siècle, Membre ; Association des historiens modernistes des universités françaises, Membre
  • BRELOT Claude-Isabelle, Histoire contemporaine et du temps présent, Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Lumière - Lyon II, Société d’émulation du Jura, Vice-présidente ; Société d’émulation du Doubs, Membre ; Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté, Membre correspondant ; Société d’agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône, Membre
  • BUFFETAUT Éric, Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle, Directeur de recherche émérite au CNRS, membre du laboratoire de géologie de l’École normale supérieure (UMR 8538, ENS / CNRS / PSL), Paris, président scientifique du congrès Association paléontologique française, Ancien président ; Société d’étude des sciences naturelles d’Elbeuf, Membre
  • CARREZ-MARATRAY Jean-Yves, Histoire et archéologie des civilisations antiques, Professeur d’histoire et d’archéologie des mondes grecs classiques et hellénistique à l’université de Paris XIII - Sorbonne - Paris-Nord, membre du laboratoire PLÉIADE (EA 7338), Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université, Membre ; Société française d’archéologie classique, Ancien président ; Société française d’égyptologie, Membre
  • DELHON Claire, Préhistoire et protohistoire, Chargée de recherche en archéobotanique et paléoenvironnement, responsable de l’équipe GReNES du laboratoire Cultures, environnements, Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM, UMR 7264, CNRS)
  • DUPONT Catherine, Préhistoire et protohistoire, Archéomalacologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (CREAAH, UMR 6566, université Rennes I / CNRS), Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles, Membre ; Société préhistorique française, Membre du conseil d’administration ; Association Émilie Campmas, Comité scientifique
  • DUTOUR Olivier, Préhistoire et protohistoire, Paléopathologiste, bioanthropologue, directeur d’études, directeur du laboratoire d’anthropologie biologique Paul Broca de l’École pratique des hautes études (EPHE), membre du laboratoire De la Préhistoire à l’actuel (PACEA, UMR 5199, université de Bordeaux / CNRS), Société d’anthropologie de Paris, Ancien président ; Groupe des paléopathologistes de langue française, Membre du conseil d’administration ; Groupe des anthropologues de langue française, Membre
  • FAUQUE Danielle, Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle, Professeur agrégé de sciences physiques, docteur en histoire des sciences, chercheur associée au Groupe d’histoire et de diffusion des sciences d’Orsay (GHDSO-EST, université Paris-Saclay), Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne/Fédération des sociétés historiques de Bretagne, Membre ; Société française d’histoire maritime, Membre ; Société chimique de France, Comité de rédaction ; Société française d’histoire des sciences et des techniques, Membre ; Société chimique de France, Comité de rédaction
  • GOMEZ DE SOTO José, Préhistoire et protohistoire, Directeur de recherche émérite au CNRS, laboratoire Archéosciences, Association des archéologues de Poitou-Charentes, Membre du conseil d’administration ; Société archéologique et historique de la Charente, Membre du conseil d’administration ; Société préhistorique française, Membre du conseil d’administration ; Association française pour l’étude de l’âge du Fer, Membre
  • HERRSCHER Estelle, Préhistoire et protohistoire, Chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (LAMPEA, UMR 7269, CNRS), Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l’archéologie, Membre du bureau
  • HUREL Arnaud, Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle, Ingénieur de recherche au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), département Homme et Environnement, membre du laboratoire Histoire naturelle de l’homme préhistorique (UMR 7194, MNHN / CNRS / UPVD), membre associé du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560, EHESS / CNRS / MNHN), président scientifique du 145e congrès Société française d’histoire des sciences et des techniques, Membre
  • KEROUANTON Isabelle, Préhistoire et protohistoire, Archéologue, ingénieur de recherche à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), Société préhistorique française, Membre ; Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, Membre du conseil d’administration ; Association française pour l’étude de l’âge du Fer, Membre
  • LAMBERT Guy, Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle, Maître de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Paris-Belleville et chercheur au laboratoire Architecture, urbanisme, sociétés : savoirs, enseignements, recherches (AUSSER, UMR 3329, CNRS), Association d’histoire de l’architecture, Président
  • MORDANT Claude, Préhistoire et protohistoire, Professeur émérite de l’université de Bourgogne, Société archéologique de Sens, Membre ; Société préhistorique française, Président ; Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, Président ; Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, Membre ; Comité des travaux historiques et scientifiques, Ancien président ; Société archéologique et historique du Châtillonnais, Membre
  • NÈGRE Valérie, Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle, Professeur d’histoire des techniques à l’université Paris I - Panthéon-Sorbonne, membre de l’équipe Architecture histoire technique territoire patrimoine (AHTTEP) du laboratoire Architecture urbanisme société : savoirs enseignement recherche (AUSSER), Société des amis du Centre d’histoire des techniques et de l’environnement, Membre d’honneur
  • NOUGARET Roger, Histoire contemporaine et du temps présent, Archiviste paléographe, Association pour l’histoire de BNP-Paribas, Association française d’histoire économique, Membre ; Association européenne d’histoire, bancaire, Comité scientifique ; Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, Membre ; Association pour l’histoire de BNP Paribas, Membre du conseil d’administration
  • PAILLET Patrick, Préhistoire et protohistoire, Maître de conférences en préhistoire (Hors Classe-HDR) au Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, Société préhistorique française, Membre ; Société de Préhistoire du Sud-ouest, Membre ; Groupe d’études, de recherches et de sauvegarde de l’art rupestre du massif de Fontainebleau, Membre ; Association en région Centre pour l’histoire et l’archéologie, Membre
  • PELEGRIN Jacques, Préhistoire et protohistoire, Directeur de recherche au CNRS, membre du Laboratoire « TEMPS » (UMR 8068, CNRS /Universités Paris I et Paris-Nanterre), MSH « Mondes », Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René-Ginouvès, Nanterre, Centre de recherche archéologique de la région mantaise, Membre ; Société préhistorique française, Membre
  • RAYNAL Jean-Claude, Sciences géographiques et environnement, Docteur en géographie, coordinateur scientifique de l’Observatoire Hommes / Milieux du bassin minier de Provence, membre du laboratoire Écosystèmes continentaux et risques environnementaux (ECCOREV, FR3098, CNRS)
  • RICHARD Hélène, Sciences géographiques et environnement, Conservateur général honoraire des bibliothèques, inspecteur général honoraire, Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté, Membre ; Société des antiquaires de l’Ouest, Ancien président ; Comité français de cartographie, Ancien président ; Association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement de Paris, Membre ; Société française d’histoire maritime, Vice-présidente ; Société de l’École des chartes, Membre ; Société archéologique du Finistère, Membre
  • ROURE Réjane, Préhistoire et protohistoire, Maître de conférences à l’université Paul-Valéry - Montpellier III, directrice du laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes (ASM, UMR 5140, CNRS), Association française pour l’étude de l’âge du Fer, Membre
  • SAY BARBEY Hélène, Histoire contemporaine et du temps présent, Conservateur général du patrimoine, directrice des archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Académie de Stanislas, Membre correspondant ; Société d’histoire de la Lorraine et du musée lorrain, Vice-présidente

Contact

congres@cths.fr – 07 56 99 06 23

Modalités pratiques

Le congrès est ouvert à tout public.

Notes

[1] Rockström J. et al. 2009. A Safe Operating Space for Humanity. Nature, 461, 7263, p. 472‑475.

Places

  • UT2J 5 allées Antonio Machado
    Toulouse, France (31000)

Event attendance modalities

Full on-site event


Date(s)

  • Tuesday, November 01, 2022

Keywords

  • effondrement, rupture, crise, épidémie, résilience, archéologie

Contact(s)

  • Francine Fourmaux
    courriel : congres [at] cths [dot] fr
  • Agnès MacGillivray
    courriel : secretariat [at] cths [dot] fr

Information source

  • Francine Fourmaux
    courriel : congres [at] cths [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Effondrements et ruptures », Call for papers, Calenda, Published on Monday, July 18, 2022, https://doi.org/10.58079/199s

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search