HomeLes approches de l’innovation dans le secteur de la bio économie : la relation formation – emploi - territoire en question

HomeLes approches de l’innovation dans le secteur de la bio économie : la relation formation – emploi - territoire en question

*  *  *

Published on Wednesday, August 17, 2022

Abstract

L’université de Reims Champagne Ardenne et le Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (CEREP) proposent un contrat doctoral à temps plein en sociologie d’une durée de trois ans. Ce contrat doctoral est entièrement financé par la région Grand Est. Il est par ailleurs adossé au programme d’investissements d’avenir (PIA) 4, appel à manifestation d’intérêt (AMI) Compétences et Métiers d’Avenir (volet 1), « Produits biosourcés et biotechnologies industrielles », volet diagnostic formation /emploi du secteur porté par le Campus des métiers et des qualifications d’Excellence BioécoAcademy Grand Est. Ce travail de thèse propose de mettre en lumière les enjeux de la professionnalisation des professionnels du secteur de la bioéconomie.

Announcement

Présentation

Ce travail de thèse propose de mettre en lumière les enjeux de la professionnalisation des professionnels du secteur de la bioéconomie. Peu d’études à ce jour portent sur l’évolution de ce secteur d’activité en termes de formation, d’emploi, d’activités professionnelles, de métiers, d’évolution des qualifications et des compétences. L’enjeux de cette recherche est d’appréhender les contours des processus de professionnalisation et de ses limites à l’aune des parcours de formation et des parcours professionnels, au prisme d’un territoire – ici la Région Grand Est, fortement spécialisée dans ce secteur. Il s’agit d’analyser les interactions entre les effets des politiques publiques, les dynamiques de formation tant initiale que continue, l’insertion et la mobilité professionnelles, et les parcours de différentes catégories de salarié.es de ce secteur. Ce projet de thèse propose de questionner les entrées classiques en sociologie de la relation formation/emploi au prisme de la construction de l’innovation dans et par les formations, dans et par les entreprises. Comment les différentes catégories d’acteurs peuvent-ils répondre à la mutation des métiers, des activités professionnelles dans le secteur de la bioéconomie, pour quels effets sur la formation et les parcours des diplômés.

Ce projet de thèse est par ailleurs adossé au PIA 4, AMI Compétences et Métiers d’Avenir - volet 1, « Produits biosourcés et biotechnologies industrielles », un diagnostic formation /emploi du secteur est en cours de réalisation (2022-2023), il est porté par le Campus des métiers et des qualifications d’Excellence BioécoAcademy Grand Est.

Thématique

Ce projet doctoral est centré sur les processus de professionnalisation dans le secteur de la bio économie. Il relève par ailleurs de différents champs de la sociologie.

De nombreux travaux relèvent de l’analyse de la relation formation emploi et notamment dans sa dimension territorialisée (Quenson, 2021). Les nombreux travaux, notamment ceux du Cereq seront une littérature de base du ou de la doctorant.e. Si ces aspects relationnels entre les enjeux, les réalités de formation, l’alternance, l’adéquation des types de diplômes aux marchés de l’emploi et les réalités d’entrée dans la vie active sont bien montrés notamment dans leur relation avec les territoires économiques, il n’en reste pas moins que la question du transfert de l’innovation par la formation, notamment au travers de l’alternance reste peu illustrée.

Le secteur de l’agriculture est par ailleurs largement illustré, mais peu de travaux en sociologie s’intéressent spécifiquement du passage de l’agriculture à la transformation de la biomasse.

La sociologie de l’entreprise (Osty) au travers de l’analyse des organisations de travail revient au cœur du débat. Elle revient sur la question des dirigeants économiques (Zalio, 2005) mais également des de processus de transformation (Osty, Uhalde, 2007) ou d’innovation (Alter, 2000 ; Minguet, Osty 2008 ; Gaglio, 2011). Ces travaux seront un point d’appui de la thèse.

La sociologie de l’innovation est visitée, notamment par une sociologie des réseaux territoriaux, ou des start up (Grossetti), ou du marché des talents montrant la question de formation et d’attractivité de l’emploi et des situations de carrière pour les ingénieurs de haut niveau (Menger).

Mais elle croise également l’analyse de gestionnaire sur les caractéristiques du transfert d’innovation au cœur de collectif de travail. Comment des acteurs, réseaux d’acteurs produisent de l’innovation au cœur de l’entreprise (Vicente) ou à l’extérieur de celle-ci (Demazière). Ces différents processus seront au cœur de la thèse.

Objectifs et contexte

Ce projet de thèse est par ailleurs adossé au PIA 4, AMI Compétences et Métiers d’Avenir - volet 1, « Produits biosourcés et biotechnologies industrielles », un diagnostic formation /emploi du secteur est en cours de réalisation (2022-2023), il est porté par le Campus des métiers et des qualifications d’Excellence BioécoAcademy Grand Est.

Ce travail de thèse permettra à la fois une meilleure connaissance de l’évolution du secteur et de ses métiers, des activités professionnelles dans le domaine de la bioéconomie. S’appuyant sur de nombreuses données quantitatives existantes et à construire, il permettra de visualiser un état des lieux au niveau d’un territoire entre les offres de diplômés et les réalités socioéconomiques. Une approche qualitative permettra également de réfléchir à l’échelle d’un écosystème la diversité des métiers de la bioéconomie. Par l’analyse de parcours de formation, de parcours professionnels pour des cadres, des ingénieurs, des techniciens de la bio économie, il montrera la construction, le maintien, le développement de l’innovation dans ce secteur. Au final au travers également de quelques monographies d’entreprise ou de clusters, les modèles de développement de l‘innovation pourront être proposés. Ils se liront dans la perspective d’outils d’aide au développement industriel.

Méthodes

Des méthodologies quantitatives et qualitatives seront croisées pour ce travail de thèse.

  • Travail sur les archives et textes législatifs : un travail sur le rôle de l’Etat dans la mise en place des stratégies d’innovation sera réalisé au travers de la lecture des rapports et de lois, programmes soutenant l’innovation en France et plus particulièrement dans le domaine de la bioéconomie.
  • Données socio-économiques de branche : un travail de synthèse et de représentation des données socio-économiques sera réalisé à partir de sources disponibles (pôle emploi, Apec, Oref, Cereq, Ministères, branches professionnelles) adossé au diagnostic formation /emploi du secteur qui est en cours de réalisation (AMI Compétences et Métiers d’Avenir).
  • Statistiques des formations : un travail sur les flux de diplômés et leur devenir sera réalisé dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur (données ministérielles, région académique, Universités). Par ailleurs un travail sur les formations en place en région dans le domaine de la bioéconomie sera particulièrement réalisé ainsi qu’un travail sur l’insertion des diplômés.
  • Entretiens (semi-directifs) : des entretiens semi-directifs seront réalisés avec les diplômés du secteur, des alternants, les cadres d’entreprise, des directions de ressources humaines, des directions de services recherche et développement, des cadres de services technologiques, des dirigeants de start-up, des universitaires. Ils viendront approfondir ceux déjà réalisés dans le cadre du diagnostic formation /emploi du secteur (AMI Compétences et Métiers d’Avenir).

Le travail reposera également sur des monographies plus développées de certains sites privilégiés dans le secteur de la bioéconomie comme le site de Pomacle Bazancourt.

Résultats attendus

L’originalité du projet de thèse repose sur le fait de pouvoir proposer une lecture sociologique d’un secteur d’activité comme la bioéconomie ce qui reste peu fait à ce jour. De plus ce projet envisage de croiser une sociologie des processus de professionnalisation avec une sociologie industrielle afin d’appréhender de manière sectorielle les dynamiques de l’innovation. Ce faisant la thèse mettra au jour les réalités d’un écosystème formation, emploi, développement industriel dans le secteur de la bio économie.

Les résultats attendus de la thèse sont :

  • Analyse des données socioéconomiques sur le secteur de la bio économie.
  • Analyse de l’évolution des métiers et des activités professionnelles dans les métiers de la bioéconomie.
  • Analyse des formations et des parcours de diplômés
  • Analyse de la complexité de différents niveaux d’activité professionnelle et mise en avant des parcours d’innovation
  • Analyse de différents parcours d’innovation au regard de leurs retombées en termes d’organisation et de mobilisation de personnes
  • Analyse d’un écosystème et retombée sur le développement industriel

Ces différents schémas pourront être présentés aux acteurs politiques territoriaux, mais également aux acteurs entreprises et laboratoires de recherche en ce qui concerne les freins et les accélérateurs d’innovation dans ces secteurs.

Profil compétences recherchées

  • Une formation en sociologie de la formation, du travail et des organisations.
  • Une connaissance du milieu de la bio économie est souhaitée
  • Capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire
  • Connaissance des méthodes qualitatives et quantitatives
  • Connaissance des outils de traitement de données

Encadrement

Emmanuelle LECLERCQ (PU, URCA, laboratoire CEREP)

Par ailleurs, comme tous les doctorants de l’URCA ce dernier sera à partir de la deuxième année de thèse soumis à un comité de suivi de thèse dans lequel deux évaluateurs extérieurs évaluent non seulement l’avancée du travail mais également la bonne relation entre le doctorant et sa directrice de thèse, et la qualité de vie au travail de ce dernier. Les encadrants du CMQ feront partie de ce comité de suivi de thèse.

Tout au long du travail de thèse, l’ensemble de l’équipe sera à l’écoute du doctorant pour les contingences professionnelles ou personnelles et se mobilisera en cas de besoin.

La soutenance de thèse sera planifiée précocement durant la 3ème année. Le fait de présenter ses travaux à des congrès, des séminaires de laboratoires et lors du comité de pilotage, permettra à l’étudiant d’être plus à l’aise avec la prise de parole en publique.

La rédaction du manuscrit ainsi que la préparation de la soutenance peuvent être des moments sensibles pour le doctorant. C’est pour cela qu’il sera accompagné à chaque étape : validation de son plan, relectures de la thèse, répétitions avec les co-encadrants, puis en présence de membres du laboratoire, préparation à la discussion et gestion du stress du jour de la soutenance.

Laboratoires d’affectation

  • Centre d’études et de recherche sur l’emploi et les professionnalisations (CEREP) –Université de Reims Champagne Ardenne

23, rue Clément Ader

51100 Reims

Tél : 03 26 50 77 92

mail : helene.dedours@univ-reims.fr

  • Maison des sciences humaines et sociales

Campus Croix-Rouge

57 rue Pierre Taittinger

BP 30 - 51571 Reims Cedex

  • École doctorale n° 555 : Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales.

Conditions scientifiques matérielles et financières

Ce contrat doctoral est entièrement financé par la Région Grand Est.

Salaire indicatif (selon l’indice de la personne recrutée) : 1975 euros bruts mensuels.

Le contrat doctoral est par ailleurs adossé au PIA 4, AMI Compétences et Métiers d’Avenir - volet 1, « Produits biosourcés et biotechnologies industrielles », volet diagnostic formation /emploi du secteur (2022-2023) porté par le Campus des métiers et des qualifications d’Excellence BioécoAcademy Grand Est.

La thèse s’appuiera fortement sur le CMQe Bioeco Academy, ses ressources et les chercheurs associés.

Du point de vu matériel, le-a doctorant-e sera équipé-e d’un ordinateur portable qui sera fourni par le CMQ.

Il sera physiquement basé dans les bureaux du CMQ mais aura également accès à un espace dédié aux doctorants est mis à disposition dans les locaux du laboratoire CEREP. Il pourra bénéficier d’accès à certaines ressources comme des logiciels de traitement de données.

Si elle relève en premier lieu de la sociologie, la thèse InoBio nécessitera des collaborations avec des chercheurs de plusieurs disciplines relevant des Sciences Humaines et Sociales présentes au sein de l’URCA et menant des travaux en lien avec la bioéconomie : les sciences de l’éduction (laboratoire CEREP dans lequel sera rattachée la thèse), les sciences de gestion et l’économie (laboratoire REGARDS), la géographie et l’aménagement du territoire (laboratoire HABITER – lien avec l’ANR IRETRA : innovation réindustrialisation et transformations du travail).

De plus, la thèse InoBio s’intègrera dans la dynamique de la maison des sciences humaines (MSH Champagne-Ardenne - « Transitions, Transformations, Mutations ») qui fédère les chercheurs de 12 laboratoires en Sciences Humaines et sociale de l’URCA. La thèse s’adossera en particulier à l’Axe 2 « Territoires et Organisation » de cette structure.

Valorisation des travaux de recherche du doctorant

Le travail de thèse donnera lieu à des communications dans des colloques nationaux et internationaux en sociologie.

Elle donnera lieu à des publications dans des revues de sociologie générale, du travail, spécialisé dans le domaine agricole. Des revues spécialisées sur l’emploi et les qualifications, sur l’innovation. Des publications pourront être également envisagées dans des revues du domaine économique et de gestion, ressources humaines.

Collaboration envisagées

Ce travail de thèse est attaché au laboratoire Cerep - mais au regard de la thématique sera en lien avec des projets développés par le laboratoire Regards, mais aussi l’ANR IRETRA porté par le laboratoire Habiter (PU F. Bost dir) concernant la réindustrialisation des territoires dont la directrice de thèse fait partie. Il s’appuiera par ailleurs sur l’axe2 Territoires et organisations de la MSH de l’Université de Reims Champagne Ardenne dont la directrice de thèse fait partie.

De plus le projet de thèse s’appuiera sur le CMQe Bioéco acaemy et le projet TIP Ailes (Accompagnement à l’intégration des lycéens dans l’enseignement supérieur).

Il s’appuiera sur le projet de PIA 4 Exebio proposé par l’Université de Reims Champagne Ardenne. Ce projet étant à l’interface entre l’offre de formation et de recherche d’excellence dans le secteur de la bioéconomie.

De plus ce projet de thèse reposera sur les compétences de la Région en matière d’orientation, et sur les travaux de l’OREF, notamment.

Ouverture internationale

Les adossements de ce projet de thèse notamment au projet Exebio permettront de nombreuses propositions de travail en collaboration internationale.

Modalités de candidature

CV détaillé et lettre de motivation comportant les premières perspectives de recherche, les relevés de notes et mémoire de master et/ ou rapports de recherche à adresser par courriel à Emmanuelle Leclercq

emmanuelle.leclercq@univ-reims.fr

avant le 30 septembre 2022

Calendrier

  • Date limite de candidature : 30 septembre 2022
  • Entretien des candidats fin septembre 2022 devant le conseil de l’école doctorale SHS.
  • Date de début du contrat : octobre 2022

Jury

La sélection des dossiers se fera par le conseil d’unité du laboratoire CEREP (sociologues, sciences de l’éducation et sciences de la communication) et par le conseil de l’école doctorale (diverses disciplines des sciences humaines).

Renseignements

Demande de renseignements à emmanuelle.leclercq@univ-reims.fr

Références bibliographiques

Béduwé, C., Vincens, J., (2011), « L’indice de concentration : une clé pour analyser l’insertion professionnelle et évaluer les formations », Formation emploi, vol. 114, no. 2, pp. 5-24.

Bonneuil, C. Joly, P. (2013). Sciences, innovations et économie : des sciences néolibérales ? Dans : Christophe Bonneuil éd., Sciences, techniques et société (pp. 21-36). Paris : La Découverte.

Calmand, J., Thomas C., et Valentine H. (2018), « ‪Introduction‪. Parcours de formation, d’insertion et de réussites : nouveaux regards à partir de Génération 2010 », Formation emploi, vol. 142, no. 2, pp. 7-14.

Di Paola, V., Méhaut P., Moullet, (2018) . « Entrée dans la vie active et débuts de carrière : entre effets conjoncturels et évolution des normes d’emploi. Comparaison sur cinq cohortes d’entrants sur le marché du travail », Revue Française de Socio-Économie, vol. 20, no. 1, pp. 235-258.

DRETTS (2021), L’apprentissage dans la région Grand Est entre 2016 et 2019, étude n° 28.

Giret, J-Fr, Lopez A., Rose, J., (2005), Des formations pour quels emplois ? La Découverte.

LANDOUR, J., LECLERCQ, E., SAMAK M., et SEVILLA, A., Introduction, 2021, in « Travailler dans l’agriculture », Nouvelle Revue du Travail. N° 18

Menger, P-M., (2018) Le talent en débat. Presses Universitaires de France.

Grossetti M., (2004), Concentration d’entreprises et innovation : esquisse d’une typologie des systèmes productifs locaux. Géographie , économie et sociétés, pp. 163-177.

Grossetti M., (1991), « Trajectoires d’ingénieurs et territoire. L’exemple des hautes technologies à Toulouse », Sociétés contemporaines, n° 6, Ingénieurs d’Europe et du Proche-Orient. pp. 65-80.

Menger, P-M., (20210), Le travail créateur ? S’accomplir dans l’incertain ? Paris, Gallimard/Seuil.

Merton R. K., (1942), « Science and technology in a democratic order », reproduit sous le titre « The normative structure of science », in Merton R. K., The Sociology of Science, Chicago, University of Chicago Press, 1973, p. 267-280.

Osty, Florence. (2012) « Chapitre 4 - Sociologie des professions et des métiers », Norbert Alter éd., Sociologie du monde du travail. Presses Universitaires de France, pp. 63-82.

Pahun, Jeanne, Eve Fouilleux, et Benoît Daviron., (2018) « De quoi la bioéconomie est-elle le nom ? Genèse d’un nouveau référentiel d’action publique », Natures Sciences Sociétés, vol. 26, no. 1, pp. 3-16.

Quenson, Emmanuel, (2021), « Le co-investissement en formation et la territorialisation des compétences professionnalisent-ils mieux les diplômes ? », Formation emploi, vol. 156, no. 4, pp. 31-50.

Tanguy, L., (2008) « La recherche de liens entre la formation et l’emploi : une institution et sa revue – Un point de vue. », Formation emploi, vol. 101, no. 1, pp. 23-40.

Tanguy L., (Dir.), (1986), L’introuvable relation formation/emploi : un état des recherches en France, Paris, la Documentation française.

Zalio, P-P., (2014), « Les ressorts territoriaux de l’activité entrepreneuriale », Blanche Segrestin éd., L’entreprise. Point aveugle du savoir. Éditions Sciences Humaines, pp. 215-227.

Subjects

Places

  • Université de Reims Champagne Ardenne - laboratoire CEREP
    Reims, France (51)

Event attendance modalities

Full online event


Date(s)

  • Friday, September 30, 2022

Keywords

  • bioéconomie, activités professionnelles, professionnalisation, formation, parcours, nouvelles compétences, innovation

Contact(s)

  • Emmanuelle LECLERCQ
    courriel : emmanuelle [dot] leclercq [at] univ-reims [dot] fr

Information source

  • Emmanuelle LECLERCQ
    courriel : emmanuelle [dot] leclercq [at] univ-reims [dot] fr

License

CC0-1.0 This announcement is licensed under the terms of Creative Commons CC0 1.0 Universal.

To cite this announcement

« Les approches de l’innovation dans le secteur de la bio économie : la relation formation – emploi - territoire en question », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Wednesday, August 17, 2022, https://doi.org/10.58079/19ao

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search