HomeProgrès et crises

HomeProgrès et crises

Progrès et crises

Revue « Crises et société »

*  *  *

Published on Monday, July 25, 2022 by Lucie Choupaut

Summary

La revue Crises et société ambitionne d’interroger la « crise » au travers de ses différentes acceptions, quelles que soient les disciplines qui s’en saisissent. Ce troisième numéro propose d’interroger les liens tissés entre le « progrès » et, la « crise ». Pour éclairer cette relation, le présent appel propose des pistes de réflexion, qui pourront être dépassées.

Announcement

Argumentaire

La révocation de la décision Roe v. Wade sur le droit à l’avortement souligne l’ambivalence et la subjectivité de la notion de « progrès ». En effet, les progressistes voient en la décision Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization de 2022, qui statue que la Constitution américaine ne confère pas le droit à l’avortement, un « retour en arrière », une « régression », alors que les conservateurs y voient plutôt une « avancée », la remise en cause d’une décision auparavant « décadente ».

Communément positivement connoté, le concept de « progrès » comporte une dimension positiviste supposant l’amélioration des conditions des individus. Par son étymologie latine, le terme désigne une « marche en avant ». La définition s’est parée progressivement d’une charge axiologique et normative : d’une simple marche en avant, le progrès semble désormais désigner une progression vers le mieux. Néanmoins, depuis le XVIIIe siècle, les sociétés connaissent une polarisation autour de deux philosophies opposées quant à leur vision du progrès : le progressisme et le conservatisme (Aron, 2014 ; Corcuff, 2021), avec des visions du temps antagonistes. Face à cette opposition, les sciences techniques et économiques préfèrent par exemple l’utilisation des termes « innovation » ou encore « découverte » car considérés comme plus neutres.

Le progrès renvoie et questionne inévitablement les différentes évolutions techniques telles que la 5G, la PMA, la GPA, la reconnaissance faciale, « le métavers » etc (Besnier & Bourg, 2000 ; Morozov, 2014). Également, il interroge certains phénomènes sociaux et sociétaux, comme « l’écologisme » (Latour, 2017), « l’anticolonialisme », « le féminisme », « le wokisme » (Policar, 2022) etc. ; ses partisans se revendiquant du progrès en ce qu’ils militent pour une amélioration des conditions de vie. Ces phénomènes historiques ou plus contemporains sont des formes de remise en cause d’une vision du progrès pour une autre, alimentant ainsi les différentes « crises du progrès ».

À l’heure où les innovations techniques se succèdent, s’accélèrent (Rosa, 2014), nos sociétés contemporaines traversent une crise du progrès (Barilier, 2014 ; Ferro, 1998). Accusant le progrès des crises actuelles et des dangers pour l’avenir, une part croissante de la population mondiale rejette ce qui est présenté comme « une marche en avant », technique, sociale ou sociétale, affirmant que celui-ci n’est pas synonyme d’amélioration effective de leurs conditions de vie.

Comment le progrès est-il défini ? Qu’est-ce qui peut être qualifié comme tel ? Qui est en mesure d’opérer cette qualification ? Une innovation est-elle un progrès si elle mène ensuite à une nouvelle crise ? Les contributions pourront apporter leurs éclairages sur ces questions, mais ne se limiteront pas obligatoirement à celles-ci tant les interrogations autour du progrès et des crises sont multiples. En ce sens, les contributions proposées pourront envisager la thématique au-delà de cet argumentaire, dans une approche multidisciplinaire.

Modalités de soumission

Les propositions doivent être envoyées à l’adresse direction@crisesetsociete.com

jusqu’au 10 octobre 2022.

Elles se composent comme suit : titre, résumé de 500 à 1000 mots, coordonnées et rattachement(s) institutionnel(s) des auteurs. Les articles retenus à l’issue de notre processus éditorial – description sur le site internet de la revue – feront l’objet d’une publication dans le troisième numéro (juin 2023).

Politique dévaluation des articles

La revue Crises et Société cherche à promouvoir le travail des chercheurs et universitaires sur la thématique de la crise ; elle veut offrir une plateforme pour favoriser le dialogue, tant au sein du pays, qu’à l’étranger, entre les disciplines qui touchent les thèmes portés par la revue.

Elle est composée d’une direction, de chefs de chroniques, d’un comité scientifique et d’un Comité de lecture. La liste des membres de l’équipe et des Comités est communiquée plus bas.

La direction à l’aide du Comité scientifique dirige la ligne éditoriale de la revue, fixe les thématiques des numéros, assure la communication entre les membres du Comité de lecture et les auteurs, anonymise les articles pour évaluation.

Le Comité scientifique composé de chercheurs et chercheuses principalement en droit et sciences politiques qui peut formuler des recommandations sur les thématiques des numéros de la revue et conseiller ponctuellement la direction.

Le Comité de lecture est également composé de chercheurs et chercheuses principalement en droit et sciences politiques. Les membres du Comité de lecture assurent anonymement l’évaluation des articles. Au besoin, le Comité de lecture pourra être élargi avec des membres non permanents selon les spécificités scientifiques des contributions reçues.

Les articles soumis pour publication doivent être le fruit d’un travail original et ne doivent pas avoir déjà été publiés, ni être soumis simultanément à d’autres revues (ou servir de support pour une présentation en colloque ou conférence). Afin de lutter contre le plagiat, les articles soumis sont systématiquement contrôlés grâce au logiciel COMPILATIO.

Les articles sont anonymisés par la direction, puis évalués par les relecteurs désignés parmi les membres permanents du Comité de lecture de la revue ou, si nécessaire, parmi des pairs du Comité de lecture non permanent, voire, extérieurs à la revue. Les relecteurs remettent une évaluation écrite à la rédaction.

La direction et les Comités se réunissent deux à quatre fois par an et peuvent décider :

  • de la publication en l’état ;
  • de la publication sous réserve de modifications mineures de l’article ;
  • de la publication sous réserve de modifications majeures de l’article ;
  • du rejet de la publication.

Lorsque les modifications demandées sont majeures, l’article modifié fera l’objet d’une nouvelle évaluation à l’aveugle et d’une soumission à la direction et aux Comités qui décideront de sa publication ou de son rejet.

Les auteurs dont les articles sont acceptés autorisent Crises et Société à les publier sur son site internet, sous tous les formats retenus par la revue, conformément au contrat établi à l’issue du processus de sélection. Ils s’engagent à citer toute référence à l’article avec la mention de Revue Crises et Société, et à respecter la licence CC BY-NC-ND.

Composition de la revue

Fondatrices

  • Goni Kassandra
  • Verdon Elia

Direction

  • Goni Kassandra (doctorante ATER au C.E.R.C.C.L.E)
  • Verdon Elia (Doctorante contractuelle au C.E.R.C.C.L.E et au LaBRI)
  • Frambéry-Iacobone Alexandre (Doctorant à l’I.R.M)
  • Paillot Pierre-Louis (doctorant contractuel au C.E.R.C.C.L.E)
  • Simon Gauthier (doctorant à l’I.R.M)

Chefs et cheffes de chroniques

  • Barillé Pierre, Chef chronique Politique
  • Bordere Camille, Cheffe chronique Nouvelles technologies
  • Destombes Émilie, Cheffe chronique Culture
  • Janin Victor, Chef chronique Culture
  • Monnet Julien, Chef chronique Conflit
  • Senou-Dumartin Yaodia, Cheffe chronique Conflit
  • Vergnes Antonin, Chef chronique Concept

Comité scientifique

  • Gervier Pauline
  • Hourquebie Fabrice
  • Raison du Cleuziou Yann

Comité de lecture

Membres permanents (ordre alphabétique et disciplinaire)

  • Bartolucci Mattero, MCF, Droit administratif
  • Ferreira Jean-Philippe PU, Droit administratif
  • Neyrat Anna, MCF, Droit administratif
  • Nicolas Pauline, Docteure, Droit administratif
  • Acar Thomas, MCF, Droit constitutionnel 
  • Cerda-Guzman Carolina, MCF, Droit constitutionnel
  • Gervier Pauline, MCF-ADT, Droit constitutionnel
  • Guillemont Béatrice, Docteur, Droit pénal et droit constitutionnel
  • Hourquebie Fabrice, PU, Droit constitutionnel
  • Mélin-Soucramanien Ferdinand, PU, Droit constitutionnel
  • Pauthe Nicolas, Docteur, Droit constitutionnel
  • Ponthoreau Marie-Claire, PU, Droit constitutionnel
  • Savonitto Florian, MCF, Droit constitutionnel
  • Sénac Charles-Édouard, PU, Droit constitutionnel
  • Tokarev Vassili, Docteur, Droit constitutionnel
  • Gauthier Catherine, PU, Droit européen
  • Tournepiche Anne-Marie, PU Droit européen et international
  • Coris Marie, MCF-HDR, Économie
  • Pierre Mikaël, Docteur, Histoire contemporaine
  • Hakim Nader, PU, Histoire du Droit
  • Bergeaux-Wetterwald Aurélie, PU, Droit pénal
  • Claverie-Rousset Charlotte, PU, Droit pénal
  • Decima Olivier, PU, Droit pénal
  • Duquesnois Franck, MCF-ADT, Science du management
  • Blanc-noel Nathalie, MCF-HDR, Science Politique
  • Raison du Cleuziou Yann, MCF-HDR, Science Politique
  • Cousin Olivier, PU, Sociologie
  • Hervouet Ronan, PU, Sociologie
  • Itçaina Xabier, Directeur de recherche au CNRS, Sociologie
  • Stambolis Michael, MCF, Sociologie

Membres non-permanents

Par ordre alphabétique :

  • Bertile Véronique, MCF, Droit constitutionnel
  • Chérubini Bernard, MCF- HDR, Ethnologie
  • Dahmani Leïla, Docteure en Médecine générale, échographiste et membre de la direction médicale MEDIN+

Date(s)

  • Monday, October 10, 2022

Keywords

  • progrès, innovation, crise, société

Contact(s)

  • Crises et Société Direction
    courriel : direction [at] crisesetsociete [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Kassandra Goni
    courriel : kassandra [dot] goni [at] u-bordeaux [dot] fr

To cite this announcement

« Progrès et crises », Call for papers, Calenda, Published on Monday, July 25, 2022, https://calenda.org/1009714

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search