HomeRetour en forêt

HomeRetour en forêt

Retour en forêt

Ethnobotanique

*  *  *

Published on Tuesday, July 26, 2022 by Lucie Choupaut

Summary

Une première session du séminaire de Salagon consacrée aux forêts, en octobre 2021, a déjà abordé plusieurs aspects d’un domaine d’interrogations particulièrement vaste, mais n’a pas pu traiter les divers sujets attendus. La thématique plus particulièrement ethnologique ou ethnohistorique du questionnement, sous-représentée, vaut d’être reconsidérée. D’où cette seconde session dévolue à la forêt cette fois des mythes, symboles, projections, représentations, etc., et plus largement au vécu et à la pensée, surtout modernes, de ce territoire contigu de l’imaginaire.

Announcement

Argumentaire

La première session du séminaire consacré aux forêts, en octobre 2021, perturbée par le covid, a déjà abordé plusieurs aspects d’un domaine d’interrogations particulièrement vaste, mais elle n’a pas pu accueillir toutes les interventions annoncées, ni traiter les divers sujets attendus.

La thématique plus particulièrement ethnologique ou ethnohistorique du questionnement, sous-représentée lors de ces rencontres, valait d’être reconsidérée en propre.

D’où cette seconde session dévolue à la forêt cette fois des mythes, symboles, projections, représentations, etc., et plus largement au vécu et à la pensée, surtout modernes, de ce territoire contigu de l’imaginaire.

Les aspects naturalistes et forestiers, bien étudiés ailleurs, sont laissés de côté.

Les attributions anciennes de la forêt dans l’ordre matériel et immatériel semblent aujourd’hui réduites aux premières : les forêts du XXIe siècle ont d’abord des fonctions exprimables en bénéfices à l’hectare : tant de m3 de bois à tel âge, tant de biomasse convertible en énergie « verte », tant d’immobilisation de CO2, tant d’émission d’oxygène, etc.

Cependant, dans les pays industrialisés, apparaissent de nouveaux usages de la forêt, de la rando qui « ressource » à la cérémonie d’obédience druidique, de la sylvothérapie qui veut soigner les maux du corps et de l’âme à la recherche forcenée des champignons, etc. Tandis qu’une biologie et une écologie forestières, entraînées par le nouveau désir « d’unification » du vivant, inquiètes aussi de l’altérité irréductible du végétal, cherchent à lui attribuer des caractères propres à l’animal (la vue, l’odorat, le toucher) et jusqu’à une vie psychique.

La forêt, dont on découvre les interrelations complexes, en particulier côté racines (mycorhizes, etc.), devient, plus encore qu’un acteur non-humain, un grand être expert en alliances, doué de mémoire, d’intentions et autres spécificités animales et humaines1.

Dans le sillage des nombreux travaux consacrés au cycle du CO2 et au réchauffement général d’une Planète où l’impact des « méga-feux » s’accroît chaque année, les forêts gagnent un nouveau grand rôle entre invisible et preuves savantes : purifier une atmosphère salie par l’inconséquence humaine.

Se dessine ainsi une forêt détentrice de pouvoirs propres, non plus seulement donatrice de biens monnayables mais « poumon vert » indispensable à la respiration terrestre. Ce qui ajoute aux raisons nouvelles de re-sacraliser la nature. ‒ Tandis que le concept de « forêt-urbaine » plaît aux urbanistes, aux municipalités et aux pépiniéristes : on ne peut rien pour sauver l’Amazonie mais on boise les boulevards.

En Europe, châtaigneraies, subéraies du Sud, prés-bois montagnards, forêts de longue date « dédramatisées » par l’agroforesterie et le sylvopastoralisme2, deviennent des modèles « d’humanisation » des espaces boisés. Retour de regard rappelant aussi que, dans nos cultures, la limite est loin d’être nette entre les milieux forestiers au sens strict et les pratiques agricoles.

Tandis que l’arbre solitaire fait un signe favorable, abrite les palabres, le troupeau, est accueillant aux méditatifs, les arbres qui se rassemblent font un territoire étranger, vite perçu comme inhumain, d’où il résulte que le ressenti premier des Occidentaux en forêt, c’est presque toujours la peur.

Pas trop durant le jour, où l’on va aux champignons, aux myrtilles, à la chasse ou simplement en promenade. Le plus souvent pas seul, sinon une certaine crainte se manifeste déjà : n’y a-t-il pas des meurtres en forêts, des viols de joggeuses solitaires, des bandits en cavale ?

Les forêts d’Occident, c’est encore l’espace fait de signes répétés où l’on se perd, et l’on a rarement des cailloux blancs en poche. Peur de se perdre, peur conjointe des créatures qui sortent avec la nuit. Car, à l’arrière-plan de nos imaginaires et à mesure qu’on s’éloigne des lisières, la forêt reste toujours le piège labyrinthique tendu par la sorcière, l’ogre et le dragon. Ces figures de la peur sont celles de la littérature orale et des contes des siècles passés. Quelle place leur laisse le nouveau désir de forêt dans la « littérature jeunesse », dans la production littéraire et artistique contemporaine, dans les univers virtuels ?

Les « peuples de la forêt », eux, l’ignorent comme territoire distinct des circulations quotidiennes. Ils n’ont pas besoin de la nommer. Ils y ont des cousinages dont on peut au besoin, par quelque don ou rituel, se concilier les bonnes grâces ou prévenir les mauvaises.

Côtoyer la forêt n’induit pas forcément des stratégies d’apaisement, encore moins le « respect » ou la défiance selon les critères d’aujourd’hui.

Si les Romains peuplent les forêts de divinités plus ou moins amènes ou redoutables, ils n’en accélèrent pas moins le déboisement du Bassin méditerranéen : villes de briques, métallurgie, navires... Leurs sacrifices aux esprits des forêts qu’on va abattre ne sont pas loin dans le principe du système de compensation aujourd’hui mis en place en France, qui oblige les destructeurs d’un boisement « remarquable » à prévoir l’achat d’une surface forestière de dimension (mais non de valeur propre) analogue à ce qui va être détruit3.

Les ethnographies privilégient toujours largement les peuples de la forêt sur ceux de la steppe ou de la toundra, comme si les territoires sans arbres (ouverts, clairs, sans lisières, etc.) généraient des constructions sociales moins riches que les espaces boisés clos sur eux-mêmes. Alors que se construit parallèlement, dans les imaginaires urbains, un « désir de forêt » bienfaisante, maternelle, à la fois préservée et protectrice, rêve où seraient pardonnés les palmiers à huile, les grands déboisements brésiliens ou canadiens et les méga-feux4.

Le séminaire se situe d’emblée dans ces interrogations : faut-il « être de la forêt » pour ne pas la ressentir comme emprise, et « d’en dehors » pour la redouter jusqu’à la punir en la dévastant ? Pourquoi trouve-t-on ici (rarement !) un accord satisfaisant pour les arbres comme pour les sociétés qui les côtoient, là des entreprises de destruction aveugles ? Les « raisons économiques » n’expliquent pas tout. Pourquoi, aujourd’hui, la construction d’un discours sur la forêt comme être propre ? Pourquoi peur et désir conjoints de la forêt en ce début du XXIe siècle ?

À travers les interventions du séminaire 2022, on souhaite voir se préciser la nature de la pensée et du vécu des forêts, de l’Antiquité aux représentations modernes de la forêt salvatrice capable d’absoudre les fautes d’une humanité toujours habile à justifier ses erreurs.

Ici, le bois de Boulogne ou le peuplement artificiel de Douglas valent d’être interrogés au même titre que l’Amazonie.

Pierre Lieutaghi

avec la contribution de Élise Bain, Jean-Yves Durand, Raphaële Garreta, Pascal Luccioni et Danielle Musset.

Programme

Jeudi 6 octobre 2022

salle polyvalente de Mane

08:15 – Accueil.

08:30 – Ouverture du séminaire par Antonin Chabert (directeur du Musée de Salagon) et Élise Bain (coordinatrice du séminaire).

  • 09:00 – Forêts nourricières, forêts-refuges, forêts festives, forêts libres : qu’ont à nous dire ces nouvelles formes d’appropriation des espaces forestiers par les usages pluriels ? Geneviève Michon, ethnobotaniste, directrice de recherche à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), UMR SENS.
  • 09:45 – Cette forêt qui cache l’herbe. Cédric Dentant, botaniste et géographe, Parc national des Écrins et laboratoire Pacte, Université Grenoble Alpes/CNRS.

10:30 – Pause.

  • 10:45 – Lorsque arbres et charpentiers se transforment. Les perspectives d’un travail manuel avec du bois vert en charpente. Joseph Brihiez, diplômé du master du MNHN Biodiversité Écologie et Évolution, spécialité Diversité Culturelle Diversité Biologique.
  • 11:30 – Les urbains de la forêt. Vécus et perceptions de la forêt en Californie du nord avant et après un méga-feu. Élise Boutier, doctorante en anthropologie sociale, IIAC-LAIOS, EHESS.

12:15 – Repas.

  • 14:00 – Images de la forêt exotique au Portugal : de la prolifération assistée au débat manichéen sur les acacias australiens (XIXe-XXIe siècles). Raul Pereira, chercheur en patrimoine culturel, et Manuel Miranda Fernandes, ingénieur forestier et chercheur en géographie.
  • 14:45 – Romantisme et néo-druides : la forêt de Sintra, le Mont de la Lune. Clara Saraiva, anthropologue, chercheuse, ICS - Instituto de Ciências Sociais Universidade de Lisboa (Institut des Sciences Sociales, Université de Lisbonne).

15:30 – Pause.

  • 15:45 – La mort dans la forêt : du développement des lieux d’inhumation naturelle en France. Clément Legrand, masterant en anthropologie sociale et culturelle, CNRS LISST-Cas.
  • 16:30 – Les cheminements sylvestres comme source d’une nouvelle alliance ? Frédérick Guyon, enseignant-chercheur en socio-anthropologie, Université de Franche-Comté, Réseau REBBEL.

17:15 – Fin de la journée à la salle polyvalente de Mane. Pour celles et ceux qui le souhaitent, visite libre de Salagon, ouverture de la librairie.

19:00 – Fermeture du site de Salagon.

Vendredi 7 octobre 2022 

09:00 – Accueil. 

  • 09:30 – Du musée vert et de l’esthétisation des forêts aux forêts comme forme de vie et milieu vivant. Bernard Kalaora, professeur honoraire de l’université UPJV d’Amiens, chercheur associé au IIAC, EHESS, sociolo-anthropologue.
  • 10:15 – Quand les humains vivent entre les arbres. Une ethnographie des perceptions du végétal avec les protecteur·rices du Bois de la Colombière. Marion Picard, masterante en ethnologie et anthropologie sociale, EHESS.

11:00 – Pause.

  • 11:15 – La forêt et la guérilla, l’exemple du nord de l’Iran. Christian Bromberger, professeur émérite d’ethnologie à Aix-Marseille université, IDEMEC.

12:00 – Repas.

  • 14:00 – La forêt fantasmée : réflexions sur la construction des genres poétiques sous la Rome augustéenne. Cynthia Cambon, étudiante en lettres classiques, Université Jean Moulin - Lyon 3.
  • 14:45 – Perception de la forêt dans la robinsonnade contemporaine. Juliette Peillon, chercheuse, docteure associée au Forellis et chargée d’enseignement à l’Université Paris 8 et Paris 10.

15:30 – Pause.

  • 15:45 – Le vent dans les saules : itinéraire d’une perception poétique de la forêt dans l’Antiquité. Samuel Dumont, doctorant en philosophie ancienne, Sorbonne Université. 
  • 16:30 – Musiques à l’image de la forêt. Julia Durand, doctorante en musicologie à l’Université Nova de Lisbonne, CESEM – NOVA-FCSH.

17:15 – Fin de la journée à la salle polyvalente.

19:00 – Fermeture du site de Salagon.

Samedi 8 octobre 2022

09:30 – Accueil au Musée de Salagon.

  • 09:45 – Den uwii fu a mindi busi, les plantes du « milieu de la forêt ». Cueillette de plantes médicinales et magiques forestières chez les Ndjuka de Guyane française et du Suriname. Marc-Alexandre Tareau, ethnobotaniste, INSERM.
  • 10:30 – La forêt d’At waban : un terroir à exploiter ou un patrimoine à sauvegarder ? Houria Abdennebi-Oularbi, maîtresse de conférences (HDR) en socio-anthropologie, département de langue et culture amazighes, Université Mouloud Mammeri, Algérie.
  • 11:15 – Vivre dans la forêt et de la forêt : la taïga des Evenki nomades, chasseurs-éleveurs de rennes de la région de Selemdzha (Russie). Elina Kurovskaya, anthropologue, EHESS.

12:00 – Fin du séminaire. Repas pour celles et ceux qui auront retenu.

Inscription

Inscription obligatoire auprès du Musée de Salagon avant le vendredi 23 septembre 2022 (fiche d’inscription jointe en bas de l’annonce)

Tarifs

  • 40 € pour participer au séminaire avec les repas de midi du jeudi et du vendredi. Tarif seulement valable pour les étudiants jusqu’à 26 ans.
  • 60 pour participer au séminaire sans les repas (comprenant les frais d’inscription pédagogique).
  • 80 € pour participer au séminaire avec les repas de midi du jeudi et du vendredi (comprenant les 2 repas et les frais d’inscription pédagogique).
  • 14 euros à l’ordre de Leslie Parra (nom du traiteur bio) pour participer au repas du samedi midi.

Notes

1 « La racine (des arbres) (...) se développe en permanence en lien avec ce qui l’entoure ; et cela finalement pense ». Alexis Jenni, Parmi les arbres, Essai de vie commune, p. 36, Actes Sud, 2021.

2 Mais les charbonniers italiens qui œuvrent dans les Alpes du Sud au sortir de la 2e Guerre mondiale sont regardés comme des hommes sauvages et tenus à distance.

3 Dans le cadre des grands travaux (supposés) d’intérêt public, ainsi pour ce qui concerne le chantier du réacteur à fusion Iter sur la forêt ancienne (chênes blancs) de Cadarache, en moyenne vallée de la Durance.

4 Des films comme Avatar (2009) participent à la construction de cette nouvelle image de forêt rédemptrice.

Subjects

Places

  • Salle polyvalente de Mane et musée de Salagon - Salagon, musée et jardins
    Mane, France (04300)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Thursday, October 06, 2022
  • Friday, October 07, 2022
  • Saturday, October 08, 2022

Keywords

  • ethnobotanique, forêt

Contact(s)

  • Elise Bain
    courriel : seminaire [dot] ethnobotanique [dot] salagon [at] gmail [dot] com

Information source

  • Elise Bain
    courriel : seminaire [dot] ethnobotanique [dot] salagon [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Retour en forêt », Conference, symposium, Calenda, Published on Tuesday, July 26, 2022, https://calenda.org/1010239

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search